Les droits des femmes dans l'Islam - Turkestan Travel

Les droits des femmes dans l’Islam

Pour diverses raisons, la question des femmes est devenue un objet de critique contre l’Islam. Même certains ulémas musulmans ont dû conclure que “la question des femmes est devenue un couteau empoisonné planté dans le cœur de la société islamique”. De nombreux livres, articles, sermons et conférences ont été écrits sur le sujet des droits des femmes dans l’Islam.

Bien entendu, nous ne pouvons pas aborder ce sujet dans le cadre de ce livre. De plus, l’islam n’est pas obligé de répondre d’une situation désagréable qui découle du non-respect de ses enseignements. Plus important encore, l’islam n’a besoin d’être protégé par personne, si ce n’est que les personnes qui comprennent quelque chose devraient aider les personnes qui ne comprennent pas quelque chose. Ce sujet est brièvement abordé dans l’article “Femmes et égalité”. Et maintenant, dans le contexte de ce chapitre, il n’est pas superflu d’expliquer quelques autres questions sur ce sujet.

Avant l’existence du Coran, les femmes n’étaient pas seulement condamnées à voir leurs droits bafoués, mais elles étaient carrément privées de leur dignité humaine. Par exemple, à cette époque, dans le pays où l’Islam s’est d’abord répandu, la famille dans laquelle une fille était née était en deuil, puis certaines de ces filles étaient enterrées vivantes, ce qui était considéré comme un déshonneur pour l’honneur et la dignité de la famille et une cause de pauvreté.

Le Coran condamne et interdit fermement cette superstition. Les familles musulmanes ont commencé à se réjouir davantage de la naissance d’une fille que de celle d’un garçon. Ceux qui élevaient des filles se voyaient promettre plus d’avantages dans le monde et dans l’au-delà que ceux qui élevaient des fils.

Il est raconté d’Abu Hurairah, radiyallahu anhu:

“Le Prophète, sallallahu alayhi wasallam, a dit:

“Quiconque a trois filles et supporte leurs caprices, leurs difficultés et leurs épreuves, Allah l’introduit au Paradis en raison de sa miséricorde à leur égard”.

Et l’homme dit:

– Et s’il y a deux (filles), ô Messager d’Allah?

Said: Et si deux (filles).

Et l'(autre) homme dit:

– Même si l’un d’eux, ô Messager d’Allah?

Said: Même si un.”

Ahmad a relayé.

L’éducation des filles et tout ce qui est nécessaire à leur santé, leur croissance et leur éducation est un devoir qui repose sur les épaules du père. Ce n’est que par le mariage de sa fille que le père est libéré de ce devoir, car il passe alors au mari de sa fille. La garde d’une femme sans père ni mari est confiée à ses frères ou à leurs successeurs légaux. En général, l’Islam ne permet pas qu’une femme soit laissée sans tuteur. Le soin de la fille est la responsabilité du père, celui des sœurs est la responsabilité des frères, celui de la mère est la responsabilité des fils, etc.

L’Islam a donné à la femme le droit à l’éducation et à l’élévation culturelle en transférant cette responsabilité à l’homme. Nous savons tous que l’Islam a donné aux hommes et aux femmes le même droit de prétendre au savoir, et qu’il a promis le paradis à l’homme qui élève et éduque ses filles ou ses sœurs. Mais tout le monde ne sait peut-être pas que cela s’applique également aux esclaves.

Il est transmis d’Abu Musa Ash’ari radiyallahu anhu:

“Le Prophète, sallallahu alayhi wasallam, a dit:

“Quelqu’un qui a eu une esclave puis l’a élevée et lui a donné une bonne éducation et l’a éduquée puis l’a affranchie et l’a épousée, alors il est récompensé deux fois.”

Bukhari a relayé.

Il semble que l’homme qui a élevé, soigné et éduqué une esclave soit égal à l’homme qui l’a libérée.

Les femmes musulmanes des premières générations de l’islam, qui n’étaient pas satisfaites des connaissances qu’elles recevaient de leurs maris et d’autres soignants éclairés par les leçons ouvertes et les sermons du Prophète, sallallahu alayhi wasallam, ont demandé que le Prophète, sallallahu alayhi wasallam, prêche séparément pour les femmes, ce à quoi le Prophète a immédiatement accédé à leur demande.

Une femme a non seulement le droit d’être éduquée, de recevoir des leçons, des conférences et des sermons, mais elle a également le droit d’enseigner, de donner des conférences et de s’engager dans d’autres activités savantes.

Tout le monde est conscient des réalisations des femmes musulmanes dans divers domaines de la science, de l’éducation et de la culture. Afin de ne pas être infondé, donnons des exemples.

Il est raconté de Shifa binti Abdullah al-Adawiya radiyallahu anha:

“Le Prophète sallallahu alayhi wasallam est venu me voir et j’étais avec Hafsa radiyallahu anha, et il m’a dit: “Veux-tu lui apprendre la prière contre le Namila (maladie de la peau) comme tu lui as appris à écrire?”.

Abu Dawud a transmis.

La représentante des femmes savantes, la Mère des Fidèles Aïcha, radiyallahu anhum, se classe sixième parmi tous les contemporains du Prophète, sallallahu alayhi wasallam, selon le nombre de hadiths transmis. Les grands compagnons radiyallahu anhum avaient l’habitude de se tourner vers la Mère des Fidèles Aisha radiyallahu anha pour obtenir des conseils dans les cas difficiles lorsqu’ils ne pouvaient pas résoudre une question difficile eux-mêmes. Il s’agissait d’un événement sans précédent à l’échelle mondiale à l’époque.

Une femme musulmane avait une place importante dans la société, la politique et la charia. Le puissant calife, le Prophète sallallahu alayhi wasallam, et Allah Tout-Puissant lui-même ont écouté les pensées croyantes et le discours véridique d’une femme musulmane et les ont acceptées.

Le grand calife Umar ibn Khattab, connu sous le nom d’Umar le Juste, a déclaré un jour que le montant du Mahr (le cadeau matériel gratuit obligatoire offert par le marié à la mariée lors du mariage) était tout à fait exagéré. Pour clarifier cela, il a prononcé un sermon dans lequel il a dit, entre autres, “Écoutez ceci ! N’exagérez pas le montant du mahr des femmes. Le plus vénérable d’entre vous dans ce monde et le plus croyant devant Allah est le Prophète sallallahu alayhi wasallam. Mais aucune de ses femmes n’a reçu du Prophète, sallallahu alayhi wasallam, un Mahr supérieur à 12 uqiyah (unité monétaire) et ses filles n’ont pas reçu plus de Mahr que cela.”

Une des femmes sortit alors de la foule et dit : “O Umar ! Allah dit : “Même si vous donnez à l’une des femmes le mahr sans mesure (kintar), et que vous nous l’interdisez?”

Le calife, dont le sermon avait été si grossièrement et si brusquement interrompu, s’est immédiatement rendu compte de son erreur et l’a publiquement reconnue, en disant: “La femme a dit la vérité, Umar a commis une erreur.” C’est grâce au courage de cette femme qu’à ce jour, personne n’a osé limiter la taille du mahr d’une femme. Cela ne peut se faire que dans une société où les femmes sont respectées.

Lorsque le Messager d’Allah, sallallahu alayhi wasallam, quitta Médine la sixième année de l’Hégire accompagné de mille quatre cents compagnons, les Mecquois (polythéistes à l’époque) leur bloquèrent le chemin dans une région appelée Hudaybiya.

La confrontation s’est terminée par une trêve, après laquelle les musulmans devaient rentrer sans visiter la Ka’bah. Le Prophète, sallallahu alayhi wasallam, l’a annoncé à ses compagnons, après quoi il leur a ordonné d’abattre le bétail à sacrifier et de se couper les cheveux. Mais les Compagnons étaient extrêmement mécontents ; ils ne bougèrent même pas. Le Prophète a répété sa décision trois fois, mais pas une seule personne n’a voulu obéir.

Le Prophète, sallallahu alayhi wasallam, entra dans la tente plein de chagrin, alla voir sa femme Ummu Salama, radiyallahu anha, et lui raconta ce qui s’était passé, exprimant sa profonde inquiétude quant au fait que les Ummahs passées ont été ruinées pour avoir désobéi à leurs prophètes.

Puis Ummu Salamah, radiyallahu anha, a donné au Prophète un conseil qu’aucun vizir avisé n’aurait pu donner:

“Ô Messager d’Allah, veux-tu qu’ils t’obéissent ? Allez vers eux, ne dites pas un mot et accomplissez le rituel sacrificiel en silence. Alors appelle ton coiffeur pour qu’il te coupe les cheveux.”

Le Prophète sallallahu alayhi wasallam a fait exactement ce que Umma Salama radiyallahu anha a dit. Les compagnons qui ont vu cela se sont également précipités pour accomplir le rite sacrificiel et se raser la tête. Ainsi, l’Ummah musulmane a été sauvée de la destruction grâce à l’ingéniosité d’une femme musulmane.

Voyons maintenant comment Allah Tout-Puissant a écouté la demande d’une femme musulmane et l’a satisfaite.

Avant l’islam, il existait un rite païen de rejet des épouses, le zihar, par lequel un homme assimilait son épouse à sa mère, sa sœur ou toute autre femme, après quoi il n’avait pas le droit de l’épouser. Sa femme est devenue l’égale de sa mère.

Un jour, un homme nommé Aws ibn Samit, au milieu d’une crise de rage, déclara le zihar à sa femme nommée Hawla binti Salaba. Selon les règles en vigueur à l’époque, cela était déjà considéré comme un jugement définitif de divorce, séparant définitivement le mari et la femme. Plus tard, quand il a repris ses esprits, il a commencé à regretter ce qu’il avait fait et a dit à sa femme : “Je suppose que tu es comme une mère pour moi maintenant.” Et Khawla dit : ” Par Allah, ce n’est pas un talaq (divorce) “, après quoi elle emprunta la robe de sa voisine et se rendit chez le Prophète, sallallahu alayhi wasallam, pour régler l’affaire. Elle s’est approchée de lui et lui a dit:

“Ô Messager du Seigneur ! Mon mari m’a épousée quand j’étais belle et spirituellement brillante. Après lui avoir donné ma jeunesse, il m’a rejeté à ma vieillesse en utilisant toutes mes richesses et mes facultés mentales. Mais il le regrette. Dans cette situation, n’y a-t-il pas une issue pour la suite de notre vie commune?”

– Tu lui as été interdit”, dit le Prophète, sallallahu alaihi wasallam.

– Je jure par celui qui vous a fait descendre le Coran qu’il n’a pas prononcé le mot talaq (divorce). Il est le père de mes enfants et mon mari bien-aimé. – Elle s’est exclamée.

– Tu es devenu interdit pour lui”, a répété le Prophète, sallallahu alayhi wasallam.

– Je me tourne de ma détresse et de ma solitude vers Allah lui-même. J’ai vécu avec mon mari pendant de nombreuses années et j’ai eu des enfants de lui”, a-t-elle déclaré.

– Tu es devenue interdite pour lui”, a répété le Prophète, sallallahu alayhi wasallam, en ajoutant. – Aucun ordre ne vous a été donné.

Hawla binti Sa’laba continuait à discuter avec le Prophète, sallallahu alayhi wasallam: Il a répété qu’elle avait été interdite à son mari, et Hawla a répondu: “Au sujet de ma situation difficile et solitaire, je vais prier le Seigneur lui-même. Sur ce, Hawla binti Sa’laba dit:

– Car j’ai des petits enfants, avec moi ils mourraient de faim, et avec lui ils périraient! – Et tournant ses yeux vers le ciel, elle a supplié:

“O Seigneur, je t’en supplie, seul! O Seigneur! Fais descendre et mets dans la bouche du Prophète les ayats qui soulageront ma détresse!”.

Soudain, le prophète s’est mystérieusement tu. Un état se produisant généralement au moment de la récitation des ayats du Coran s’est produit. Après quelques instants, il a relevé la tête et a dit:

– Allah Tout-Puissant a fait descendre des Ayats sur vous et sur votre mari, et il a récité des Ayats qui disent:

“En vérité, Allah a entendu les paroles de celle qui s’est disputée avec vous au sujet de son mari et s’est plainte à Allah, et Allah entend votre querelle”. (‘Mujadilah, 1).

Dans ces ayats, le rituel du zihar a été aboli, et les maris qui reniaient leurs femmes par le zihar (en les comparant à leurs propres mères) ont reçu l’instruction d’expier ce péché par le “kaffarat”. Pendant 14 siècles, ces hadiths ont été récités et suivis comme des lois de la charia. Et il ne fait aucun doute qu’il en sera ainsi jusqu’au jour du jugement dernier. Allah a entendu les supplications d’une femme simple et a ensuite fait descendre les ayats du Coran qui ont satisfait ses demandes. N’est-ce pas là le plus grand honneur et le plus grand respect pour la race féminine? Dans quel ordre social, dans quelle doctrine une telle chose existe-t-elle ? Les contemporains appréciaient et respectaient beaucoup Hawla binti Salaba.

L’histoire raconte qu’une certaine vieille femme a commencé à instruire le calife Umar ibn Khattab alors qu’il était entouré d’un groupe de personnes, et l’a arrêté pendant un long moment:

“O Umar,” dit-elle, “il y a peu de temps encore, on t’appelait Umarchik. Quand tu as grandi, les gens ont commencé à t’appeler “O Umar” ; maintenant ils t’appellent “O Emir (le Seigneur) des Fidèles”. Crains Allah, O Umar ! Celui qui craint la mort craint de vivre sa vie en vain. Celui qui croit à la rétribution due au jour du jugement redoute le châtiment qui l’attend.” Elle a parlé longuement à Umar.

Khalif Umar n’avait d’autre choix que de l’écouter en silence. Ses compagnons qui l’observaient attentivement ont demandé avec étonnement: “Ô Seigneur des croyants, cette vieille femme mérite-t-elle une telle attention ? Combien de temps allez-vous écouter cette vieille femme ?” “Je suis prêt à l’écouter du matin au soir, en n’étant distrait que par le namaz obligatoire”, a répondu Umar. – Tu ne sais pas qui elle est ? – Après tout, elle est hawla binti salaaba. Ses paroles sont entendues par Allah dans le septième ciel. Comment Umar peut-il ne pas l’écouter alors qu’elle a été entendue par le Seigneur de tous les mondes lui-même!”

Oui, il n’y a que dans l’islam qu’une femme peut apparaître, s’arrêter dans la rue et admonester le grand calife mondialement connu, le Seigneur de tous les croyants, à la mention duquel les puissants de ce monde ont tremblé.

L’Islam adhère au respect des femmes et crée toutes les conditions nécessaires pour que la belle moitié de l’humanité puisse préserver sa beauté et sa féminité, remplir ses devoirs envers l’humanité, envers la patrie, envers la société et envers la religion.

L’Islam n’a pas obligé les femmes à accomplir des tâches lourdes et ardues que seuls les hommes peuvent accomplir, mais il a rendu certaines tâches purement féminines égales à celles des hommes et leur a promis les mêmes bénédictions que les hommes. Par exemple, les luttes de travail des mères étaient assimilées au djihad des hommes contre leurs ennemis. Grâce aux femmes musulmanes qui défendent leurs droits naturels, tout cela est affirmé dans la bouche du Prophète, sallallahu alayhi wasallam.

Un hadith transmis par l’Imam Bayhaqi et l’Imam Ibn Asokir déclare : ” Asma binti Yazeed al-Ansariya – radiyallahu anha – est venue voir le Prophète sallallahu alayhi wasallam et a dit : ” O Messager d’Allah ! Je suis un messager de la communauté des femmes qui m’ont envoyé. Ils disent mes paroles, ils sont du même avis que moi : ” En vérité, Allah vous a envoyé un prophète pour les hommes et les femmes. Nous vous avons cru et nous vous avons suivi. Nous, les femmes, sommes restées dans nos maisons, empêtrées dans les soins domestiques. Nous sommes les objets du désir des hommes, nous portons vos enfants. Les hommes ont l’avantage de se réunir en congrégation et d’accomplir la prière pour les morts. Quand ils partent se battre pour la foi, nous gardons leurs biens, élevons leurs enfants, alors sommes-nous récompensés autant qu’eux?

Puis le Prophète, sallallahu alayhi wasallam, se tourna vers ses compagnons et leur demanda:

– Avez-vous déjà entendu une femme poser une meilleure question sur la religion que celle-ci?

– Non, messager d’Allah ! Ils ont répondu.

– O ‘Asma! – Alors le Prophète (Sallallahu alayhi wasallam) a dit. – “Retournez et dites aux femmes qui vous ont envoyées qu’en vérité, chacune d’entre vous qui traite bien son mari et veut qu’il soit satisfait d’elle et s’efforce de le satisfaire est égale aux meilleurs hommes en mérite.

Asma se réjouissait énormément de ce que le Prophète, sallallahu alayhi wasallam, avait dit et revenait en répétant sans cesse: “Laa ilaha illallah (il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah)”.

Du point de vue de l’Islam, il vaut mieux que les femmes s’occupent de leurs enfants, qu’elles élèvent correctement la génération suivante et qu’elles renforcent la famille, plutôt que de gagner de l’argent en dehors du foyer, en dehors du noyau familial, notamment par un travail dur et indigne, comme le service militaire ou l’asphaltage.

Selon les lois de la charia islamique, une femme musulmane a le droit de donner l’asile politique à d’autres personnes.

Ainsi, le jour de l’ouverture de la Mecque, Ummu Hani binti Abu Talib a pris un ennemi, un polythéiste, sous sa protection en lui accordant l’asile. Lorsque son frère Ali ibn Abu Talib l’apprit, il se précipita pour tuer cet ennemi. Puis Ummu Hani vint voir le Prophète sallallahu alayhi wasallam et lui raconta son histoire. Le Prophète, sallallahu alayhi wasallam, a dit:

“O Ummu Hani ! En effet, nous avons pris sous notre protection celui que vous avez pris sous votre protection. Et nous avons sécurisé celui que vous avez sécurisé”.

Abu Dawud a transmis.

Avant l’islam, une femme était complètement déshéritée. Après la mort de son mari, elle passa elle-même, en tant qu’héritière, entre les mains d’un de ses parents. Ce dernier l’épousait ou la donnait en mariage à un autre en échange du mahr lui-même. L’Islam a aboli ces coutumes cruelles et a déclaré que la femme était un héritier légitime et à part entière.

Allah dit dans la sourate Nisa:

“Donnez aux hommes une part de ce que les parents et les proches ont laissé. Et aux femmes une part de ce que les parents et les proches ont laissé ; de ce qui est peu ou beaucoup, c’est la part prescrite” (ayat 7).

Le Coran donne aux femmes le droit d’accomplir la bay’at au chef de l’État sur un pied d’égalité avec les hommes. C’est une sorte d’analogie avec le droit de vote. Tout le monde sait qu’il s’agit d’un droit politique extrêmement important.

Allah dit dans la sourate Mumtahana:

“Ô Prophète ! Si des femmes croyantes viennent à vous pour accomplir la Bay’at avec vous, qu’elles n’associent rien à Allaah, qu’elles ne volent pas, qu’elles ne commettent pas d’adultère, qu’elles ne tuent pas leurs enfants, qu’elles ne mordent pas entre leurs mains ou leurs pieds, qu’elles ne vous désobéissent pas dans les affaires que vous approuvez, alors acceptez leur Bay’at et demandez à Allaah de leur pardonner. En vérité, Allah est le Pardonneur, le Miséricordieux.” (Ayat 12).

Le mot Bay’at est utilisé en arabe et signifie “acheter et vendre”, “conclure un marché”. Dans la charia, le mot Bay’at fait référence à une promesse de soumission au Messager d’Allah sallallahu alayhi wasallam. On l’appelle bay’at précisément parce que c’est comme si l’on “achetait” une récompense (savab) du Tout-Puissant en échange de la promesse de soumission. Dans le système de l’État islamique, le terme désigne la conclusion d’un contrat entre un citoyen et un chef d’État. C’est un peu comparable aux élections modernes. Dans la Bay’at, les citoyens serrent la main de l’émir ou du dirigeant et concluent un contrat dans lequel ils acceptent de lui obéir si le dirigeant respecte et met en œuvre la charia d’Allah. L’émir ou le dirigeant s’engage également à remplir ses fonctions officielles conformément à la charia.

Maintenant, quelques mots sur le travail des femmes. Posons d’abord la question : pour quoi les gens travaillent-ils, qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes ? La réponse est bien sûr simple, pour subvenir aux besoins de la famille, pour assurer une vie normale. Est-il donc nécessaire pour une femme de travailler, de quitter son foyer, ses enfants, sa famille, de faire un travail dur et indigne alors qu’elle est déjà suffisamment pourvue ? Certains objecteront peut-être : “Une femme ne devrait-elle pas contribuer au développement de la société par son travail ?” Nous répondons par une contre-question : “Qui est plus utile à la société : une femme qui travaille toute la journée dans les champs, s’empoisonne avec divers produits chimiques dans le champ de coton et nourrit son enfant avec du lait contenant des pesticides, ou une femme qui laisse le travail difficile à son mari, donne à ses enfants une éducation digne, dont la société a tant besoin, et renforce la famille ?”

Mais en même temps, l’Islam nous rappelle que lorsque le besoin s’en fait sentir, si les hommes ne sont pas suffisants pour le travail, les femmes peuvent être utilisées à la fois pour le travail et la guerre.

Étant donné que, dans l’islam, il est du devoir de l’homme de prendre soin de la femme, de la respecter et de lui fournir tout ce dont elle a besoin, de la naissance à la fin de sa vie, tous les travaux pénibles qui nécessitent de la force physique et de l’endurance sont également placés sur les épaules de l’homme.

Après tout cela, il ne reste qu’une seule raison pour que les femmes travaillent sans nécessité objective. C’est le plaisir poursuivi sous l’apparence du travail, qui ne peut avoir lieu au sein de la famille en raison de sa mauvaise nature.

Tout le monde sait que l’Islam interdit strictement tout adultère. Il est donc probablement préférable pour les femmes elles-mêmes de se divertir à la maison lorsqu’elles ne travaillent pas que lorsqu’elles sont au travail. Il convient de rappeler que l’Islam n’interdit pas à une femme de travailler et de gagner de l’argent, mais que cette question est réglementée dans l’intérêt de la femme elle-même, de sa famille et de la société dans son ensemble.

L’éducation et la formation des enfants sont considérées comme la responsabilité des femmes. La fourniture de services médicaux aux femmes est également considérée comme une activité féminine.

Le célèbre faqih hanafi du passé Kamaliddin ibn al-Humam a dit: “Si une femme a une profession qui est fardom-kifaya, qui ne concerne que les femmes, son mari n’a pas le droit de lui refuser un travail.

Il est également permis à une femme d’aider son mari dans l’entreprise. En cas d’urgence, lorsque la famille en a besoin, une femme est autorisée à effectuer un type de travail autorisé. Certains oulémas ont déclaré que les femmes possédant des compétences rares et très utiles à la société sont encouragées à s’engager dans un travail au profit de la société.

Dans d’autres cas, les femmes ne devraient pas être obligées de travailler. Personne n’a le droit de brusquer une femme et de l’utiliser comme main-d’œuvre bon marché. Personne ne devrait avoir le droit de conduire les femmes aux champs tôt le matin et de les faire travailler tard dans la nuit. Personne n’a le droit de forcer les femmes à faire un travail insupportable qui détruit la nature des femmes, leur féminité et leur tendresse maternelle.

Extrait du livre “Iyman – Islam – Coran” – Sheikh Muhammad Sadiq Muhammad Yusuf.

Traduit de Turkestan Travel d’Islom.Uz

Share This Article

Vous pouvez également...