Lieux d'intérêt - Along the Silk Road - Turkestan Travel
Lieux d’intérêt

Bichkek - Bazar d'Osh

Bichkek - Bazar d'Osh

Le bazar d’Osh est l’un des rares endroits de Bichkek où vous pouvez découvrir le charme d’un bazar asiatique. Le bazar d’Osh est le plus grand marché de Bichkek. Il est situé très près du centre ville, dans la partie ouest de la ville. Vous pouvez trouver tout ce que vous voulez : nourriture, produits faits maison, vêtements, chaussures, équipement touristique, livres, outils, etc. Les rangées du bazar classique d’Osh regorgent de fruits et de légumes frais, de pain plat rougeâtre, de kurut blanc comme neige et bien plus encore. Dans la halle aux viandes du marché, vous trouverez à la fois du bœuf et du porc frais, comme c’est le cas pour les Européens, et de la viande traditionnelle kirghize de cheval, de mouton et même de yak, ainsi que des spécialités kirghizes comme le chuchuk.

Les touristes pourraient également être intéressés par la “rangée des touristes” où ils peuvent acheter un souvenir du Kirghizstan. On y vend des produits traditionnels kirghizes en feutre, des vêtements nationaux et divers ustensiles, des T-shirts avec des impressions dédiées au Kirghizstan, des instruments de musique nationaux et diverses choses rares, vestiges de l’ère soviétique.

Lieux d’intérêt
Mauntains in Kyrgyzstan

Bichkek - Gorge Ala Archa

Bichkek - Gorge Ala Archa

La Gorge Ala-Archa est l’un des sites les plus célèbres du Kirghizstan. La Gorge d’Ala-Archa, située non loin de Bichkek, dans la région de Chui, est un parc national. Chaque année, les gorges attirent des milliers de touristes, tant locaux qu’étrangers. Plusieurs raisons expliquent sa popularité. Tout d’abord, la Gorge d’Ala-Archa ne se trouve qu’à 30 km de Bichkek ; elle est donc très facile d’accès et dispose de toutes les infrastructures nécessaires : une route bien asphaltée, des magasins, des hôtels, des cafés et des lieux de repos au milieu d’une nature pittoresque.

Deuxièmement, la Gorge d’Ala-Archa a ses particularités géographiques – elle est située dans la partie centrale et la plus haute de la crête montagneuse kirghize, la deuxième plus longue chaîne de montagnes du Tien Shan. Par conséquent, les montagnes s’élèvent aussi haut que possible au-dessus de la plaine et de nombreux sentiers menant aux plus hauts sommets de la chaîne de montagnes kirghize partent d’ici.

Ala-Archa est célèbre pour sa nature intacte : de vastes forêts d’épicéas, des bosquets de bouleaux, de nombreuses sources d’eau glaciaire pure et des rochers imposants.

Lieux d’intérêt

Bichkek - Parc Oak

Bichkek - Parc Oak

Le parc Oak ou “Duboviy Park” (également Chyngyz-Aitmatov Park) est le plus ancien parc de Bichkek et est situé au cœur de la ville. C’est l’un des endroits les plus beaux et les plus idylliques de la capitale, et un voyage à Bichkek serait incomplet sans le visiter.

L’histoire du parc commence à l’époque prérévolutionnaire, en 1890, lorsque le club des jardiniers, dirigé par le botaniste A.M.Fetisov, commence à planter des arbres autour de l’ancienne église Saint-Nicolas, qui abrite aujourd’hui une galerie d’art. Par ailleurs, le bâtiment de la galerie, construit en 1885 et situé dans le parc Oak (“parc Duboviy”), est considéré comme l’un des plus anciens bâtiments de Bichkek et figure sur la liste des monuments historiques et culturels d’importance nationale.

En 1914, le cinéma Edison, qui n’existe plus, a été ouvert dans le parc, le premier cinéma du Kirghizstan.

En 1919, après la fondation de l’Union soviétique, les soldats de l’Armée rouge qui ont défendu le jeune État soviétique contre les gardes blancs rebelles ont été enterrés dans le parc. Aujourd’hui, sur leur tombe se dresse un monument érigé en 1970 avec des canons en fonte et une flamme éternelle allumée pour commémorer les morts de la Grande Guerre patriotique.

Le parc abrite également le théâtre d’art dramatique russe Chingis Aitmatov. Le bâtiment est un exemple exceptionnel d’architecture constructiviste.

Parmi les autres attractions du parc, citons la fontaine à 12 bassins, un impressionnant musée de sculptures en plein air et une statue de la reine kirghize Kurmanjan Datke.

Lieux d’intérêt
Bischkek - Ala Too Platz

Bichkek - Place Ala Too

Bichkek - Place Ala Too

La place Ala-Too est la place centrale de Bichkek et la principale place du pays. Il abrite la Maison Blanche, le Musée historique d’État, un mât portant le drapeau national, un monument aux victimes de la révolution du 7 avril, une statue de Chingiz Aitmatov et une statue de Manas, le héros de l’épopée populaire kirghize.

Le nom de la place provient des montagnes du centre et de l’ouest du Tien Shan, que les tribus nomades kirghizes appelaient Ala-Too – traduit par “les montagnes colorées”. L’ensemble de la place, y compris le bâtiment du musée d’histoire, qui a été conçu comme le musée Lénine, forme un ensemble architectural unifié. Le revêtement en marbre et en granit des bâtiments est un élément caractéristique de la place. La place Ala-Too a été aménagée relativement récemment – en 1984 – et est traversée par plusieurs rues de Bichkek: l’avenue Chui et la rue Kievskaya.

Au centre de la place se trouve une statue de Manas le Gracieux, érigée en 2012. Auparavant, la statue de la Liberté, érigée en 2003, se trouvait à cet endroit, tandis que la statue de Lénine, désormais située derrière le musée historique, se trouvait sur la vieille place de la ville.

Tout près du monument de Manas se trouve un mât de 45 mètres portant le drapeau national de la République kirghize. Chaque jour, une garde d’honneur est en service près du drapeau, et change toutes les quelques heures.

Le bâtiment principal de la place est bien sûr le musée historique, qui a une forme cubique caractéristique. La grande place devant le musée est dotée de fontaines et de parterres de fleurs.

La deuxième partie de la place, en face du musée, comporte de nombreuses fontaines, dont une grande fontaine de lumière et de musique au milieu, ainsi que de nombreux bancs et parterres de fleurs.

Dans la partie la plus au sud de la place se trouve une statue du grand écrivain kirghize Chingiz Aitmatov.

Lieux d’intérêt
Burana Tower - Kyrgyzstan

Bichkek - Tour Burana

Bichkek - Tour Burana

La tour Burana, située non loin de Bichkek, est un monument important de l’ancienne culture de la vallée de Khui et de la célèbre Grande Route de la Soie qui la traverse. La tour, qui était autrefois le plus haut minaret d’Asie centrale, était le centre de la capitale de l’État karakhanide, la ville de Balasagun, qui était située dans cette région entre le Xe et le XIIe siècle. À l’origine, elle faisait 40 mètres de haut, mais lors du tremblement de terre, la partie supérieure de la tour s’est effondrée et depuis, la tour ne fait plus que 21 mètres de haut.

La tour Burana revêt une grande importance culturelle pour Bichkek et le Kirghizstan, car c’est le seul exemple d’architecture ancienne de la région qui ait été préservé à ce point. Outre la tour, toute la zone de la colonie de Burana présente également un grand intérêt. Sur le site, on trouve de nombreux tumulus, des vestiges d’anciennes fortifications et ce que l’on appelle le “jardin des pierres” – une collection de balbal (anciennes pierres tombales) et d’outils en pierre (meules, etc.).

Le complexe est situé dans une région très pittoresque, près des gorges de Shams et de Kegeti, juste au sud de Tokmok. D’ici s’ouvre un magnifique panorama sur la partie orientale de la chaîne de montagnes kirghize, et en mai et juin, vous pouvez voir des champs de coquelicots en fleur.

Il y a un musée sur le site de la colonie où vous pouvez apprendre la riche histoire du lieu. Il y a une boutique de souvenirs et des endroits pour se reposer. L’entrée du complexe coûte 60 soms. Le prix comprend une visite du musée et la possibilité de monter dans la tour elle-même.

Lieux d’intérêt
Rabat Malik Karawanserei

Boukhara - Caravansérail Rabat Malik

Boukhara - Caravansérail Rabat Malik

Le caravansérail Rabat Malik à Boukhara (Royal Rabat) est l’une des plus grandes structures architecturales situées loin de la Grande Route de la Soie, qui relie le Moyen-Orient à la Chine. Les Rabats ont joué un rôle particulier dans le développement militaire et spirituel de l’Asie centrale en tant que postes de garde montés dans les zones frontalières et en tant que forteresses pour les Gaziy, combattants de l’Islam.

Avec la montée de l’Islam, cependant, l’importance des Rabats au sens militaire s’est progressivement évaporée, et les forteresses ont été utilisées comme auberges et caravansérails ou converties en maisons religieuses pour les adeptes de la religion, les khanakas.

De ce point de vue, le caravansérail Rabat Malik à Boukhara est un site du patrimoine religieux. Il est situé dans la steppe entre les deux plus anciennes villes d’Asie centrale – Boukhara et Samarkand, à 18 – 20 km de la ville de Kermene.

Il existe plusieurs légendes sur l’origine de Rabat Malik qui existent encore parmi les habitants. Selon l’un d’eux, Rabat Malik a été construite par Malikkhan, le chef d’une des tribus, sur ordre d’Allah dans son sommeil.

Malik-khan, selon une autre légende, était un voleur qui s’attaquait aux environs et était considéré comme une menace pour la région. Selon une légende, l’un des indigènes de passage, Malik Khan – le constructeur de l’abattoir, apparaît comme une victime : il a été aveuglé par Gengis Khan pour avoir désobéi lors de l’invasion mongole.

La zone où se trouve le caravansérail de Rabat Malik s’appelle Chul-i Malik (la steppe royale). Jusqu’au siècle dernier, la colonie de Malik était située à proximité. Aujourd’hui, Rabat Malik est presque complètement perdue.

Seul un portail solitaire s’élève dans la steppe plate. Même le nom du monument, que la population locale appelle Porte de Boukhara, a changé. Il a fallu un peu plus d’un siècle pour détruire presque complètement les ruines de cette structure monumentale et majestueuse à la façade richement décorée, construite dans les années 40 du siècle dernier dans la steppe.

Les premières notes de voyage, descriptions et croquis du siècle dernier montrent que Rabat Malik était en fait déjà détruite à cette époque, mais qu’elle a été préservée sous une forme plus globale par rapport à l’époque actuelle.

Le croquis de A. Lemon, qui était là en 1841-1842, contient de précieuses informations. Le dessin capture la partie la plus spectaculaire du monument – la façade principale avec un portail au milieu et les tours de la Gulda dans les coins, qui étaient encore intactes à l’époque.

Maintenant, à part le portail Rabat Malik, il ne reste plus rien. Mais dans l’attestation d’A.Lemon, publiée par I.I.Umnyakov (I.I.Umnyakov, 1927, p.181) et presque simultanément par B.N.Zasypkin (B.N.Zasypkin, 1928, p.214), on trouve une description de la partie de la cour de Rabat Malik, qui est maintenant complètement manquante.

Voici la description : “On peut entrer dans la forteresse par la porte à voûte gothique de construction très massive. La forteresse est un lieu de ruines et d’amas de pierres tombés, et nous ne pouvons que deviner ce qu’ils étaient autrefois.

Juste au-delà de l’entrée, d’étroites galeries parallèles, rappelant les écuries de chevaux, s’étendent de part et d’autre. On peut ensuite entrer dans une cour assez grande, d’où un passage étroit mène à la salle principale.

Cette dernière forme une grande rotonde indépendante, sur les murs intérieurs de laquelle s’élèvent de massives colonnes gothiques, assez bien conservées et diversement décorées d’arabesques en relief. Ils soutenaient autrefois le dôme avec de hautes voûtes de cette rotonde, qui s’est maintenant effondrée, recouvrant le sol de débris petits et grands.

Comme il n’y avait pas de fenêtres dans les murs, la lumière a dû tomber d’en haut. Au fond de cette grande salle se trouve une petite porte qui mène à la dernière pièce, d’où l’on entre maintenant dans le grand verger”.

Le caravansérail Rabat Malik est également populaire parce qu’il est considéré comme l’une des rares structures en Asie centrale dont la période de construction est déterminée avec précision. V. V. Bartold et plus tard I. I. Umnyakov étaient sûrs que les informations provenant de “Kitabi Mullozade” (première moitié du XVIe siècle) et les notes en marge de ce manuscrit concernant la construction d’un Rabat royal par le souverain karakhanide Nasr Shems al-Mulk en l’an 471 de l’hégire (1078 – 1079) remontent à Rabat Malik dans la steppe près de Kermene.

Lieux d’intérêt
Ark in Bukhara

Boukhara - Citadelle Ark

Boukhara - Citadelle Ark

Au centre de Boukhara se trouve un rempart des derniers émirs – la Citadelle Ark. Les vestiges archéologiques du début de notre ère, alors qu’il y avait déjà quelques colonies sur Boukhara, sont beaucoup plus profonds que son emplacement actuel.

De hauts murs de briques à l’extrémité dentelée cachent une énorme colline – c’est là que la ville de Boukhara est apparue dans l’Antiquité, il y a plus de deux mille ans. C’est sa forteresse, la Citadelle Ark.

Au fil des siècles, sa hauteur a progressivement augmenté, de nouveaux bâtiments étant construits à la place de ceux qui étaient délabrés. Selon la légende, c’est ici que se trouvait la tombe de Siyavush, le légendaire fondateur de la ville.

La reine Hutak Khatun a vécu et régné ici au VIIe siècle après J.-C. Elle a défendu Boukhara contre les Arabes pendant plusieurs années avec ruse et diplomatie. L’historien médiéval Narshakhi a écrit à propos de ces événements: “Allah a instillé la peur dans le cœur des infidèles et ils sont partis sans accepter le combat”.

Les vestiges d’anciens forts et palais sont cachés dans les gisements archéologiques de Ark. Au cours du dernier Moyen Âge, des émirs de Boukhara ont vécu ici. Près de la porte, un fouet (“Kamchin”) rappelait de façon impressionnante la puissance de l’émir.

Seuls quelques bâtiments de l’ancien puissant développement de Ark ont été préservés. Sur la terrasse supérieure du Nagorakhan, la farine était collectée jour et nuit. Horloges trophées – des carillons (fabriqués au XIXe siècle par l’Italien Orlando, capturé) sonnaient toutes les heures sur le clocher et cinq fois par jour apparaissaient sur la tour d’Azanchi (la personne qui appelle à la prière), annonçant le début de la prière.

Pendant le Ramazan ou le Kurban et d’autres événements festifs, un orchestre a joué avec quatre changements uniques de rideau et de tenue des musiciens: lumière, jaune, rouge feu et noir.

La place devant l’entrée de la Citadelle Ark – Registan, était l’arène principale de tous les événements de la ville et le centre religieux de Boukhara. La Citadelle Ark est le résultat des efforts de milliers d’esclaves qui, il y a plusieurs siècles, sous le soleil éclatant, ont créé une colline artificielle à la main et sans équipement.

Afin de présenter l’ampleur de cette œuvre gigantesque, nous, les gens de notre époque, devons oublier la technologie moderne et exclure même les moyens de transport comme l’Arava. Cette puissante forteresse s’élève au-dessus de la place du Registan, symbole de grandeur, de puissance et d’insurmontabilité.

C’est l’objectif poursuivi par ceux qui sont au pouvoir. Et pourtant, l’impression était trompeuse. Pendant très longtemps, la Citadelle Ark n’a pas tenu en place. Elle a été reconstruite et détruite à plusieurs reprises.

L’âge de la Citadelle Ark n’est pas exactement déterminé, mais il y a au moins un millier et demi d’années, cette majestueuse forteresse était déjà le siège du souverain d’un pays vaste et densément peuplé.

Pendant de nombreux siècles, la Citadelle Ark est restée la résidence principale de l’émir de Boukhara, le lieu à partir duquel le commandement suprême du pays était exercé. Ici, dans une puissante citadelle fortifiée, vivaient non seulement l’émir, mais aussi le vizir en chef, les chefs militaires, les plus nombreux serviteurs de l’émir.

La Citadelle Ark est un témoin vivant de la riche histoire de la ville. Lorsque les guerriers de Gengis Khan ont conquis Boukhara en 1220, les habitants de la ville se sont enfermés dans la Citadelle Ark et les guerriers de Gengis Khan ont envahi Ark, tuant les défenseurs, pillant les valeurs et détruisant la forteresse.
Des rébellions ont éclaté à plusieurs reprises dans la ville, puis la Citadelle Ark est devenue l’incarnation de la tyrannie cruelle, des pavés ont volé hors de ses portes, comme en 1708 lors du soulèvement associé à l’abolition de la réforme monétaire.

Ici, dans la citadelle Ark, outre les souverains maudits par le peuple, de grands scientifiques, poètes et philosophes ont vécu et travaillé. Au Moyen-Âge, lorsque la culture de Boukhara a atteint son apogée, Rudaki, Firdousi, Abu Ali ibn Sina, Farabi et plus tard Omar Khayyam y ont travaillé.

Ark est un grand complexe en surface. D’après le plan du sol, il ressemble à un rectangle irrégulier, qui s’étend légèrement d’ouest en est. Son coin sud-est est légèrement coupé.

Il est situé au milieu de la partie occidentale de la ville moderne. La longueur des murs est de 789,60 m, la superficie est de 3,96 ha. La hauteur par rapport au niveau de la place du Registan, à proximité de laquelle il se trouve, varie entre 16 et 20 mètres.

L’entrée principale de la Citadelle Ark est conçue de manière architecturale sous la forme de deux tours d’embarquement. La partie supérieure de la tour est reliée à la galerie, au-dessus de laquelle se trouve une salle avec des terrasses.

L’entrée de la porte (Tahkul ) est une rampe ou un chemin qui monte progressivement et qui mène à la mosquée Jami par un long couloir couvert. La rampe est clôturée des deux côtés par une rampe en pierre massive, sa longueur est d’environ 20 mètres.

Sur l’un des murs de la Citadelle Ark, il y avait un grand fouet en cuir (symbole de la puissance de l’émir). Un long couloir sombre part de la porte de la Citadelle Ark, le long duquel se trouvent les salles d’eau et de sable, les cellules des prisonniers.

On sait, grâce à des documents historiques et aux récits de témoins oculaires, à quelles tortures sophistiquées l’émir a eu recours pour soumettre ses sujets. Dans la Citadelle Ark elle-même, il y a un grand complexe de bâtiments.

La moitié orientale de l’arche est aujourd’hui un monument archéologique. La mosquée Childukhtaron, à laquelle est liée la légende des quarante jeunes filles torturées jetées dans le puits, a été préservée ici.

Du haut de la Citadelle Ark, il y a un panorama unique et à couper le souffle sur la partie ancienne de Boukhara. La Citadelle Ark est un manuel de construction pour les restaurateurs de Boukhara. D’importants travaux de restauration sont actuellement en cours dans la Citadelle Ark.

Les murs du côté de la place du Registan et de nombreuses pièces à l’intérieur de la Citadelle ont été restaurés.

Lieux d’intérêt

Boukhara - Complexe Bahauddin Naqshbandi

Boukhara - Complexe Bahauddin Naqshbandi

Le complexe Bahauddin Naqshbandi est situé à la périphérie de Boukhara, dans le village de Kasri-Orifon. Le complexe de monuments du tombeau du saint a été reconstruit plusieurs fois, car chaque souverain de Boukhara considérait qu’il était de son devoir de faire ses propres ajouts.

L’ensemble préservé du tombeau de Bahauddin comprend un khanaka majestueux – une demeure de soufis, construite par Khan Abdulaziz en 1545. La grande mosquée avec deux aivans, dont l’un donne sur le minaret, a été construite au milieu du 18ème siècle pour la mère de Khan Abulfeyz.

Le Complexe Bahauddin Naqshbandi à Boukhara a pris la forme d’une combinaison d’une nécropole et d’un bâtiment cérémoniel, typique du XVIe siècle. En 1544, le cheikh d’Abdulazizkhan I a été enterré sous la forme d’une voûte au sol – dakhma avec une clôture sculptée dans le marbre sur le dessus.

La mère du souverain Abulfeyz-khan (1711-1747) a fait construire une mosquée avec deux aivans (terrasses) sur ses propres fonds. Au XIXe siècle, le vizir de Nasrulla-khan Hakim Kushbegi a fait construire une autre mosquée.

Le minaret (tour) a été construit en 1720. Pendant la période soviétique, ce sanctuaire était dans un état de dévastation. L’autre mosquée, située dans la partie intérieure de la cour de la nécropole, a été construite près d’un siècle plus tard par Hakim Kushbegi.

Des événements intéressants sont liés à la construction de la route de Boukhara à la nécropole sacrée. L’histoire de sa construction est présentée dans la biographie des émirs de Boukhara ainsi : “L’émir Nasrulla-khan Bokhadur était dans la ville de Karshi avant la mort de son père Kushbegi”.

En 1826, le bienheureux émir Haydar mourut et le prince Hussein hérita du trône de Boukhara. Il régna du 6 octobre au 19 décembre de la même année, puis fut empoisonné par son frère Omar-khan, qui ne régna lui aussi que brièvement – pendant quatre mois.

L’émir Nasrullah, après avoir rassemblé une armée et obtenu le soutien de Hakim Kushbegi, a entrepris une campagne à Boukhara pour punir le fratricide. Quelques jours avant son adhésion, l’émir Nasrullah a quitté son armée près de Faiziabad et s’est rendu sur la tombe du saint cheikh Bahauddin, où il a fait le vœu suivant : “Si je deviens émir, je ferai un hajj hebdomadaire à pied de Boukhara à la tombe du saint cheikh. Le 24 avril 1827, Nasrullah Khan Bokhadur monte sur le trône.

Comme il l’avait promis, il a fait son premier hajj au Mazar de Bahauddin. Le jeune émir a ordonné que la route soit pavée depuis les portes de la noble Boukhara jusqu’au mazar sacré de Cheikh Bahauddin.

Son ordre a été rapidement exécuté. Le dernier émir de Boukhara, Sayyid Mir Alimkhan, a poursuivi les traditions de ses prédécesseurs et a construit plusieurs bâtiments publics près de la nécropole, dont une grande maison d’hôtes et un grand bain.

Le complexe de Bahauddin Naqshbandi à Boukhara a été construit de façon permanente. Ici, dans le complexe, il y a aussi deux puits sacrés. Pour le Cheikh Bahauddin, dont le nom complet est Sayyid Muhammad Bahauddin Naqshbandi ibn Sayyid Jalaliddin, des milliers de pèlerins, de touristes et de croyants musulmans voyagent et errent en permanence.

Un pèlerinage à ce lieu saint trois fois équivaut à un Hadj à la Mecque. Le nom de Sheikh Bahauddin était le plus vénéré dans ces régions après celui du prophète Muhammad.

Chaque fois qu’un croyant souhaitait avoir de la chance, il priait le cheikh Bahauddin et invoquait les mots magiques “Ya Bahauddini bola gardon” comme un sort pour conjurer le mauvais sort. (“O Bahauddin, sauveur des ennuis”).

Selon les croyants, elle les a aidés à se protéger de l’impur. Les gens invoquent la sainteté de Bahauddin lorsqu’ils veulent se protéger de la corruption et de la maladie ou demandent des bénédictions en chemin.

Et il se trouve que quiconque demande l’intercession ou l’aide du saint l’obtient toujours. Le mausolée est considéré comme l’un des lieux de pèlerinage les plus populaires auprès des musulmans, car trois pèlerinages au mausolée de Bahauddin Naqshbandi équivalent à un pèlerinage à la Mecque.

Une attraction intéressante du complexe est le personnel du Naqshbandi. Selon la légende, le cheikh a planté son bâton dans le sol et il a commencé à pousser pour finalement devenir un arbre.

Dans ses niches se trouvent les dons des pèlerins. On pense qu’après avoir demandé au cheikh d’intervenir dans toute action noble, il faut passer sous le bâton. Après l’indépendance de l’Ouzbékistan, le sanctuaire a été restauré en l’honneur du 675e anniversaire du Bahauddin Naqshband en 1993.

La darvazakhana (hall d’entrée) a été construite avec un haut dôme. Les Aivans magnifiquement décorés – les terrasses ont été reproduites. Un vaste jardin reliait le tombeau sacré de Hazrat Bahauddin et la tombe de sa mère en une seule composition.

Dakhmai Shohon (Nécropole des souverains) a également été restaurée, où sont enterrés les restes de certains souverains des dynasties Temuride, Shaibanide, Ashtarkhanide et Mangyte.

Lieux d’intérêt
Bolo Havuz Moschee in Buchara

Boukhara - Complexe Bolo Havuz

Boukhara - Complexe Bolo Havuz

Les plus grandes villes d’Orient ont un point commun frappant: l’existence obligatoire du Registan. C’était le nom de la place centrale de la ville, où se trouvaient de nombreux bâtiments publics. On y trouvait les principales mosquées de la ville, de grands palais et minarets, ainsi que des hôpitaux, des chambres de commerce et la chancellerie d’État.

Boukhara avait également son propre Régistan, qui était situé en face de la forteresse appelée Ark. Malheureusement, de tous les bâtiments de cette immense place à Boukhara, seul le complexe Bolo-Havuz a survécu jusqu’à ce jour. Il a été construit au début du XVIIe siècle sur ordre de l’émir Shakhmurad, qui était alors le souverain de Boukhara. L’émir voulait prouver aux habitants de la ville qu’il est un homme normal. Il voulait donc construire une mosquée publique sur le Registan, qu’il avait personnellement prévu de visiter tous les vendredis.

Le nom du complexe est traduit en français par “piscine pour enfants”. Elle est liée au fait que le Bolo Havuz était utilisé comme source d’eau. Pratiquement partout en Asie centrale, il y a eu des problèmes de disponibilité de l’eau potable. Pour cette raison, il était nécessaire de construire des réservoirs d’eau artificiels (havuze) qui pourraient fournir à tous les habitants une eau vitale. Les porteurs d’eau collectaient l’eau des réservoirs et la distribuaient dans le bazar, les hôpitaux et les zones résidentielles contre paiement.

Cette tradition de distribution d’eau s’est poursuivie dans le complexe de Bolo Havuz à Boukhara jusqu’à l’arrivée au pouvoir de l’Union soviétique. Le nouveau pouvoir d’État a interdit à la population d’utiliser le réservoir d’eau artificiel afin d’éviter les maladies de masse causées par l’eau stagnante. Cependant, la population a continué à utiliser cette eau par habitude, et le réservoir d’eau a donc dû être drainé.

La mosquée a réussi à survivre jusqu’à ce jour et reçoit toujours des visiteurs pour la prière du vendredi. Le bâtiment lui-même a toujours une apparence gracieuse et luxueuse ( souvenez-vous, il a été construit pour le souverain), ce qui en fait l’un des sites les plus populaires de Boukhara moderne. Le bâtiment est décoré depuis plus de trois siècles de vingt colonnes en bois avec des sculptures complexes qui soutiennent avec assurance le plafond de la mosquée. Les habitants de la ville n’appellent Bolo-Havuz que “la mosquée aux quarante piliers”. Ce nom a été donné au complexe en raison des vingt piliers et de leur reflet dans l’étang.

Près de la mosquée, il y a un minaret, qui a été construit un peu plus tard. Il est construit dans un style élégant et combine le luxe et la grandeur de l’Asie. Pendant longtemps, le minaret a été légèrement incliné, augmentant progressivement le degré d’inclinaison. Beaucoup de gens l’ont comparée à la célèbre tour de Pise en Italie. Cependant, après la reconstruction, le bâtiment a été complètement renforcé et érigé à un angle aigu.

Lieux d’intérêt
Hoja Zaynuddin

Boukhara - Complexe de Hodja Zaynuddin

Boukhara - Complexe de Hodja Zaynuddin

Le complexe de Hodja Zaynuddin à Boukhara a été construit avant 1555. On peut ici se familiariser avec le contenu régional des constructions urbaines culturelles-monumentales et publiques en tenant compte des intérêts de la conception architecturale de la rue et du quartier.

Les deux côtés du bâtiment central en forme de dôme de la mosquée sont conçus en fonction de leur emplacement par rapport à la zone résidentielle, avec laquelle ils sont reliés par un aiwan ombragé (la partie la plus importante d’un palais, c’est-à-dire la salle d’audience) et un grand bassin d’eau fait de dalles de pierre, qui fournit de l’eau potable aux habitants du quartier et aux visiteurs de la mosquée.

Dans le coin sud-est, à la sortie en gradins vers l’eau, se trouvait un trop-plein sculpté dans le marbre en forme de gueule ouverte du dragon – Azhdar, décoré d’ornements et d’épigraphie.

Le type de bâtiments de culte auquel appartient la Khanaka Mosquée Hodja Zaynuddin est appelé Khanaka Mosquée.

La mosquée-khanaka se caractérise par un bâtiment central avec un dôme, qui était utilisé par les soufis pour leurs cérémonies religieuses avec des chants choraux accompagnés d’instruments de musique.

La fusion de la mosquée et de la chanaqa, qui symbolisait en fait la fusion de l’islam classique et du soufisme, est largement observée à la fin de la période médiévale. Les complexes mosquées-khanaka avaient souvent plusieurs locaux qui permettaient de combiner différentes fonctions (mosquée proprement dite, khanaka, medrese partielle, mazar (tombe), etc).

L’une des attractions du complexe est un tombeau vénéré (mazar), appelé “Khodja Turk”, situé dans l’une des niches extérieures de la mosquée, qui a la forme d’un tombeau avec deux tiges verticales (tugh).

La conception de cette tombe suggère la tradition classique du Coran, selon laquelle même les souverains n’étaient pas enterrés dans de luxueux mausolées, mais modestement en plein air, dans une cour khazir avec un mur de briques et un portail d’entrée.

Dans celles-ci, l’enterrement était organisé dans une saghana, un sarcophage arqué, ou dans une dakhma, une plate-forme funéraire rectangulaire tapissée de pierres. Les mausolées ont été construits principalement sous les Temurides.

La construction de mausolées était interdite pendant la période shaybanide et ils n’ont recommencé à être construits qu’à partir du tournant des XVII-XVIII siècles. La façade sud du bâtiment se compose d’une niche profonde, une sorte de portique ouvert, comme s’il accueillait les fidèles et les entraînait dans l’ombre de la mosquée par des couloirs ombragés.

Rien ici ne rappelait la vie quotidienne, car la fabuleuse richesse et le luxe de la mosquée contrastent fortement avec la pauvreté et la privation des personnes qui cherchent du réconfort dans la religion.

Le dessin (aujourd’hui rouge et bleu, autrefois doré ou sur fond d’or) ne transmet que légèrement l’effet extraordinaire obtenu dans le passé par l’utilisation de la technique kundal.

Cependant, la palette de couleurs des tons bleu ciel et rouge orange de l’intérieur du Complexe de Hodja Zaynuddin à Boukhara fait déjà forte impression. Excellent panneau de la mosquée, semblable à une mosaïque, divisé en champs rectangulaires séparés, remplis de figures géométriques, de cartouches ornés et d’arcs élégants aux riches motifs colorés.

Le dôme principal de la mosquée est flanqué des deux côtés d’aiwans, dont la conception architecturale est profondément traditionnelle et remonte aux premiers exemples d’architecture populaire de l’époque féodale.

Lieux d’intérêt
Handelspassage Abdulla Khan

Boukhara - Dôme commercial Tim Abdulla Khan

Boukhara - Dôme commercial Tim Abdulla Khan

En Orient, le commerce a toujours été considéré comme une occupation noble. Et dans le noble Boukhara, les bazars bourdonnaient, et les portes des boutiques d’artisanat s’ouvraient de façon hospitalière le long des rues. Mais au XVIe siècle, à Boukhara, on a construit un immense dôme commercial couvert. L’un d’eux, le Dôme commercial Tim Abdulla-Khan à Boukhara, du nom de son constructeur, un souverain de la dynastie des Shaibanides, existe encore aujourd’hui. Le Dôme commercial a été construit en 1577 pour vendre des produits en soie et en laine. La galerie marchande est située dans une rue de marché qui relie les dômes de Toki Zargaron et Toki Tilpak-Furushon.

Cet immense bâtiment carré à plusieurs dômes est situé dans l’une des principales rues du marché de la ville. Son dôme central s’élève au-dessus de la base octaédrique, entre les piliers de laquelle sont lancés des arcs en ogive. Autour de la salle principale, il y a une galerie couverte de nombreux petits dômes sur des supports massifs. Les niches voûtées forment l’espace du centre commercial pour 56 galeries marchandes. Toutes les pièces du passage sont reliées par un système de grandes enfilades voûtées. Par la fenêtre, qui est découpée dans le tambour principal du dôme, une lumière douce tombe et brille dans de petits dômes.

Une solution intérieure ingénieuse a créé un microclimat unique dans le dôme commercial de Tim Abdulla-Khan. La circulation de l’air, la semi-obscurité et la fraîcheur rafraîchissante ont accueilli les clients pendant les chaudes journées d’été. Et il n’est pas difficile d’imaginer les sentiments des voyageurs quand, après un long voyage à travers les marais salants et le sable, leur caravane a pénétré dans les voûtes de l’hospitalière Boukhara, où un repos bien mérité les attendait.

Le dôme commercial de Tim Abdulla-Khan était destiné à la vente de la soie, pour laquelle Boukhara était célèbre avant même la conquête arabe. Dans le village de Zandana, près de Boukhara, on tissait des tissus à motifs de soie, qui étaient exportés vers l’Ouest sous le nom de Zandanechi par les marchands de la Grande Route de la Soie depuis Sogd. A partir du XVIe siècle, un bakhmal de velours avec un motif de soie abrasive a été tissé à Boukhara. Et depuis plusieurs siècles, le célèbre tissu – Khan Atlas, dont le savoir-faire est transmis de génération en génération, de père en fils, est tissé sur les étagères des bazars de Boukhara.

Les bâtiments commerciaux qui ont survécu ne représentaient qu’une petite partie des rues de Boukhara, qui étaient densément peuplées de boutiques et d’ateliers au Moyen Âge. Mais même ceux qui ont survécu de temps en temps donnent une image impressionnante de la ville historique en Orient, où les marchandises d’outre-mer elles-mêmes servaient de meilleure décoration pour les magasins.

Lieux d’intérêt

Boukhara - Dôme commercial Toqi Sarrafon

Boukhara - Dôme commercial Toqi Sarrafon

Boukhara était une grande ville commerciale qui accueillait des marchands de toute l’Asie Centrale, d’Iran et d’Inde, de Russie et de Chine. Le statut commercial de Boukhara se reflète dans la planification et le développement de la ville. Les grandes rues du centre servaient de bazars, dont chacun vendait un certain type de produit. Pour leur amélioration sur les places et les carrefours, on a construit des dômes complexes et multi-ventilés, appelés “ruisseaux” – arcs, voûtes. Trois de ces structures ont été conservées: Toqi Zargaron (dôme commercial des bijoutiers), Toqi Sarrafon (dôme commercial des changeurs de monnaie) et Toqi Telpak Furushon (dôme commercial des vendeurs de casquettes).

Le majestueux dôme commercial Toqi Sarrafon de Boukhara est situé à l’intersection de plusieurs rues qui relient le centre ville à une banlieue médiévale (Registan et Rabat). La structure a été nommée d’après les Sarrafs – les marchands qui l’ont transformée. Traditionnellement, l’échange des monnaies des différents États était effectué par les Indiens. Cela signifie que le dôme peut être décrit comme l’un des plus anciens “échanges de devises” de l’Est. La partie principale de la structure – un énorme dôme – repose sur quatre grands arcs et de tous les côtés, cette structure est entourée de divers bâtiments. Les arcs sont intéressants parce qu’ils sont exécutés dans un style architectural unique. Leur design est appelé “charzamin” et ce type de finition est typique de Boukhara. Bien sûr, le dôme moderne ne rassemble pas les experts en monnaie, mais un nombre inimaginable de souvenirs traditionnels orientaux sont rassemblés ici. Les voyageurs trouveront des bijoux originaux (colliers, boucles d’oreilles, bagues) ainsi que toutes sortes d’ustensiles et d’appareils de cuisine et même des bijoux coûteux, en plus des tapis de couleur claire et des calottes à motifs.

Lieux d’intérêt
Toki Telpak Furushon Buchara

Boukhara - Dôme commercial Toqi Zargaron

Boukhara - Dôme commercial Toqi Zargaron

Le dôme commercial Toqi Zargaron (dans certaines sources Taqi Zargaron) est le plus grand bazar parmi les bazars de Boukhara. Il est situé au nord des trois autres célèbres bazars à dôme de la ville, près du complexe Poi Kalon. Ce majestueux chef-d’œuvre architectural a été construit dans la période de 1569 à 1570 sous le règne d’Abdullah Khan II de la dynastie des Shaibanides.

Le dôme commercial Toqi Zargaron est devenu le premier bazar de ce type dans la ville après que Boukhara ait reçu le titre honorifique de capitale du grand État et est devenu l’un des points importants de la Grande Route de la Soie. L’établissement de Boukhara comme l’une des plus importantes villes administratives, commerciales et artisanales d’Asie centrale a contribué de manière significative à la prospérité des bazars à dôme. Leur implantation a permis non seulement d’organiser un large éventail de commerces, mais aussi de soulager les rues centrales afin de rendre la circulation dans la ville la plus agréable possible. Le dôme commercial Toqi Zargaron a été construit sur le site du Chorsu – l’intersection des rues commerçantes et des bazars. Avec d’autres monuments de Boukhara, le dôme commercial Toqi Zargaron a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que “Centre historique de Boukhara”.

“Toqi” est le nom des dômes des bazars couverts, qui ont été construits à l’intersection de plusieurs rues très fréquentées. “Zargar” est traduit par “bijoutier”, de sorte que le dôme de Toqi Zargaron était également appelé “bazar du dôme du bijoutier”.

La structure est exécutée dans le style typique de l’architecture persane. Le dôme est assez fortement étiré et les bords verticaux de la structure font fortement saillie vers l’avant, vers l’extérieur. Autour de l’espace central sous le dôme, il y avait des boutiques de commerçants et des ateliers d’artisans locaux. De petits dômes se chevauchant ont également été construits sur des galeries avec des bancs et des ateliers, créant ainsi un toit à plusieurs dômes au-dessus des rangées de marchands. Les galeries unies sous la voûte peuvent être décrites comme des couloirs médiévaux.

Le diamètre du dôme central de Toqi Zargaron est de 14 mètres.

Le matériau utilisé pour la construction du dôme commercial Toqi Zargaron était la brique céramique. Toqi Zargaron est parmi les autres bazars couverts préservés de Boukhara le plus complexe en termes de construction et d’aménagement. L’espace intérieur est organisé de manière à ce qu’il reste frais même pendant les chaudes journées d’été. Aucun élément décoratif n’a été utilisé dans la construction, car le plus important était un aménagement constructif et efficace. Les boutiques des commerçants s’étendaient du dôme à la madrasa Ulugbeg.

Dans les murs du bâtiment, il y a littéralement un royaume de la bijouterie. Il y avait autrefois 36 ateliers d’artisans et des stands de bijoux dans des niches de galeries et de pylônes. Les bijoux orientaux traditionnels étaient fabriqués directement dans les murs du complexe du bazar et vendus ici.

On pouvait y acheter des boucles d’oreilles, des colliers, des bagues, des coiffes luxueuses faites de pièces mobiles. Les boucles d’oreilles traditionnelles de Boukhara se composaient d’un cercle de grand diamètre et de pendentifs qui y étaient attachés. Les pierres précieuses et le revêtement en émail servaient de bijoux. Plusieurs maîtres différents étaient généralement impliqués dans la production à différentes étapes du travail. Les outils et les connaissances du travail avec les bijoux ont été transmis de père en fils. On suppose que des pièces d’or, d’argent et de cuivre y étaient également frappées, entre autres pour l’émirat de Boukhara.

Dans une bien moindre mesure, on y vendait des bougies et du savon aromatique, qui étaient encore plus appréciés que les bijoux. Les marchands de tapis, les caravansérails pour les marchands et les voyageurs, les entrepôts d’objets étaient généralement situés près du dôme.

Aujourd’hui, le commerce se fait ici comme il y a plusieurs centaines d’années. Le dôme commercial Toqi Zargaron est une attraction populaire. Les touristes viennent ici non seulement pour des excursions, mais aussi pour acheter des bijoux uniques et d’autres pièces d’argenterie fabriquées par des artisans locaux. D’autres biens sont également vendus ici : souvenirs, vêtements, vaisselle, antiquités, tapis, livres, peintures, pièces de monnaie, instruments de musique. Selon les évaluations des voyageurs, les prix dans le bazar couvert sont acceptables. Comme sur tout marché, il est courant de négocier avec les vendeurs et d’obtenir des rabais.

Lieux d’intérêt
Gaukushon Ensemble in Bukhara

Boukhara - Ensemble Hodja Gaukouchon

Boukhara - Ensemble Hodja Gaukouchon

Dans le centre historique de Boukhara se trouve l’ensemble architectural Hodja Gaukouchon, dont la construction remonte au XVIe siècle. Le nom de cet ensemble est assez intéressant : “Gaukouchon” signifie littéralement “tueur de taureaux”. Cela peut s’expliquer par le fait qu’il y avait autrefois un énorme marché avec un abattoir ici. Déjà dans le passé, cette vaste zone était utilisée comme lieu de commerce. Sous les nouveaux dirigeants de la dynastie des Chaibanides au XVIe siècle, le développement rapide de Boukhara a commencé et la construction de nombreuses structures architecturales uniques, qui ont survécu jusqu’à aujourd’hui. Sous les Chaibanides, la construction de nouveaux bâtiments religieux a commencé sur la place Gaukouchon – une grande madrasa et une mosquée Jome avec un haut minaret y ont fait leur apparition.

L’idée de la fondation de cet ensemble est venue du cheikh Hodja Saad de la vénérable famille Juibar. Il a fourni des fonds pour la construction d’objets de grande taille et importants et est devenu le principal soutien du projet. En signe de respect et de gratitude, son nom a ensuite été ajouté au nom de la mosquée et de l’ensemble du complexe. Le Cheikh était également appelé “Hodja Kalon”, ce qui signifie “Grand Hodja”, de sorte que les structures du complexe sont parfois appelées “Hodja Kalon”. Le Cheikh de Hodja Saad lui-même a été enterré avec tous les membres de sa dynastie familiale dans la tombe de Chor-Bakr.

Le grand ensemble architectural Hodja Gaukouchon à Boukhara, ainsi que d’autres bâtiments de la partie historique de Boukhara, est inscrit sur la liste du patrimoine architectural historique de l’organisation mondiale de l’UNESCO. Maintenant, il y a des boutiques de souvenirs avec des marchandises pour les touristes près de la Medrese et il y a un restaurant près de la place. Les voyageurs qui ont visité le complexe remarquent que certaines parties des bâtiments semblent un peu négligées malgré les travaux de restauration effectués.

Ensemble Hodja Gaukouchon à Boukhara se compose d’une madrasa d’une étonnante beauté et d’une mosquée (cathédrale) de jomé avec un minaret impressionnant, qui en hauteur n’est inférieur qu’au célèbre minaret de Kalon, on croit même que le minaret de Hodja est une copie réduite. Le décor utilisé pour la décoration du complexe de Hodscha Gaukouchon est une décoration de Ganch à deux couleurs.

La madrasa est un établissement d’enseignement musulman, dont les diplômés peuvent entrer dans des établissements d’enseignement supérieur. Sur la place Gaukouchon, un bâtiment a été érigé selon un schéma traditionnel de tribunal dans un style typiquement oriental. La madrasa est un bâtiment de deux étages avec des hudschras voûtés. Le bâtiment lui-même a la forme d’un trapèze correct, car il était situé au croisement de plusieurs rues. Il a été construit au milieu de la seconde moitié du XVIe siècle – 1570 sous le règne d’Abdullah Khan II de la dynastie des Shaibanides. Les étudiants y étudient l’histoire de l’islam, de l’arabe, de la charia et du coran.

Près de trente ans plus tard, en 1598, une mosquée appelée “Masjid Djome Hodscha” a été construite sur la place au nord de la madrasa de Gaukouchan. La mosquée Hodja était une mosquée Djome (mosquée cathédrale), également connue sous le nom de “mosquée Djuma” ou “mosquée du vendredi”. En d’autres termes, il y a eu Namaz, la prière collective de midi des fidèles de la communauté musulmane, qui a lieu le vendredi. La mosquée pouvait accueillir plusieurs milliers de personnes. La plupart des croyants étaient logés dans une cour avec des galeries voûtées sous des dômes soutenus par des piliers de brique. Le bâtiment principal, la maxura, est situé devant le mihrab, une niche dans le mur qui fait face à la Mecque.

Entre le mihrab et la mosquée, il y a un minaret qui se reflète dans l’eau de la maison, une structure hydrotechnique du type d’un réservoir artificiel qui sert de réservoir d’eau potable. Les voyageurs écrivent que le réservoir d’eau est maintenu dans un état propre et bon, il est agréable de s’asseoir et de se reposer après la promenade. Le minaret est fait de briques cuites et a une forme conique. La fondation est constituée de pierre avec des fagots de bois autour. A l’intérieur, un escalier en colimaçon mène à une lanterne de rotonde avec une corniche en pierre tombale. Dans le minaret, il y a 12 ouvertures de fenêtres.

Lieux d’intérêt
Buchara - Fayzobod Chanaqah

Boukhara - Faizabad Khanqah

Boukhara - Faizabad Khanqah

Au nord-est de Boukhara, près des murs de la ville historique, se trouve le Faizabad Khanqah. Le Faizabad Khanqah n’est pas l’une des curiosités les plus populaires à Boukhara. En raison de son éloignement du centre historique de la ville, peu de touristes visitent la maison de prière musulmane. Néanmoins, il y a beaucoup à découvrir ici.

La structure religieuse a été construite au XVIe siècle. La brique brûlée était utilisée comme matériau de base. Les travaux de construction ont été réalisés de 1598 à 1599. Il était dirigé par l’initiateur de l’idée et adepte soufi Mavlon Poyanda-Muhammad Ahsi (Ahsiketi) Fayzobodi. Malheureusement, le soufi n’a pas apprécié le résultat longtemps – il est mort deux ans après l’achèvement de la construction. Après sa mort, il a été décidé de renommer le Khanqah également. Ainsi, “Shokhi Akhsi” est devenu la maison de prière “Faizabad Khanqah”.

La transformation n’a affecté que le nom. Les anciennes fonctions de la structure du bâtiment sont restées inchangées. Comme auparavant, les musulmans se sont réunis à Faizabad Khanqah pour la prière du vendredi. En témoigne la niche (mihrab) dans l’un des murs de la pièce, qui fait face à la Mecque. L’importance de la structure religieuse dans la vie des musulmans ne se limite pas à cette fonction.

Faizabad Khanqah a également servi de sorte de retraite soufie. Les derviches (l’équivalent musulman d’un moine) de passage y séjournaient souvent. Une partie du bâtiment a été réservée spécifiquement pour leur séjour en tant que chanaqa (retraite soufie).

Le Faizabad Khanqah à Boukhara est un exemple typique de l’architecture du XVIe siècle, avec des proportions et une symétrie très nettes. Le bâtiment a été restauré plus d’une fois, mais son identité et son caractère unique n’ont en rien souffert.

La première chose qui attire l’attention est un grand portail encadrant l’entrée centrale du bâtiment. Le portail s’élève au-dessus de l’ensemble du bâtiment et a la forme d’un rectangle vertical avec une niche voûtée incisée. Belle et majestueuse, elle est également construite selon toutes les règles architecturales de l’époque.

De chaque côté du portail se trouvent les galeries voûtées, qui donnent au bâtiment un aspect élégant. La façade richement décorée du bâtiment lui sert de complément harmonieux. Quant au dôme principal de la mosquée, il a l’air modeste et simple. Mais cela n’est vrai qu’à première vue. Une fois à l’intérieur du bâtiment, vous vous rendrez compte à quel point vous vous trompez. Le dôme est généreusement décoré de motifs de gangs blancs, la technique étant appelée “chaspak”. Il fait apparaître le dôme en apesanteur.

Deux couleurs prédominent à l’intérieur de la mosquée – le bleu et le blanc. L’or et le brun sont utilisés comme couleurs supplémentaires. Vous pouvez les remarquer si vous regardez le mihrab en détail.

Lieux d’intérêt
Varakhsha in Bukhara

Boukhara - Forteresse de Varakhsha

Boukhara - Forteresse de Varakhsha

Le nom de l’ancienne Forteresse de Varakhsha à Boukhara en dit long sur le cœur et l’esprit des archéologues, des restaurateurs, des architectes, des historiens de l’art, des touristes et des historiens locaux. En 1937, des fouilles ont commencé dans l’ancienne capitale des Boukhara, les souverains préarabes de Boukhara.

Depuis lors, le monde a pris connaissance des valeurs artistiques exceptionnelles, qui ont donné une vision différente du rôle et de l’importance de la culture des peuples d’Asie centrale et du développement de la civilisation mondiale.

Des peintures murales d’Asie centrale datant de l’époque préislamique ont été découvertes dans la Forteresse de Varakhsha à Boukhara. Les peintures murales représentent les humains et les animaux – le monde vivant et respirant.

Les peintures murales de Varakhsha représentent “le style de la peinture, plat et conventionnel, mais avec des éléments réalistes significatifs”. Les fresques murales qui subsistent sont datées par les chercheurs du VIIe au VIIIe siècle après J.-C.

On pense que le tableau a été créé pendant le règne de Boukhara Khudat Buaniyat, qui a été tué pour avoir soutenu la rébellion de Mukanna. Il ne fait aucun doute qu’il existe un bâtiment spécial à Boukhara – le palais du souverain.

Sa construction a été favorisée par la situation politique du pays au cours des derniers siècles avant la conquête arabe – l’émergence de nombreux dominions indépendants.

Parmi les récits de sources écrites, le plus célèbre est celui de Narshakhi sur le palais des souverains de Boukhara Khudats à Varakhch, qui, selon l’auteur, “n’avait pas d’égal”.

Le palais Varakhsha est situé directement sur les remparts sud de la forteresse, à l’ouest de la citadelle. Le bâtiment du palais, comme l’ont montré les fouilles, est né au Ve siècle après J.-C. et a existé jusqu’à la fin du VIIIe ou au début du IXe siècle.

Au fil du temps, il a été reconstruit en profondeur. Trois étapes de son histoire ont été notées, accompagnées de reconstructions majeures, sans compter les petites réparations.

Au moment de son apogée, c’était une construction clairement organisée. Dans la structure du bâtiment du palais, il y avait principalement trois grandes salles de cérémonie disposées en ligne – la salle Est, la salle Rouge et la salle Ouest, chacune ayant les mêmes dimensions: 17 x 2,5, 12 x 8,5, 7,25 x 6,6, avec une hauteur de mur d’au moins 6,5 mètres pour la plus grande salle Est.

Dans ces salles, il y avait des sufa en argile (plate-forme de terre pour se reposer) le long de tous les murs. Dans le hall Est, le souflet s’est élargi le long du mur honorable (sud) et a formé une large plate-forme. Dans la Salle Rouge, devant le canapé, il y avait une élévation spéciale pour les lampes ou les braseros.

Les plafonds des salles étaient en bois de type darbaza (porte). Les murs des salles de cérémonie étaient abondamment décorés de représentations pittoresques de divers contenus. L’image de la réception royale avec le roi lui-même assis sur le trône sur le mur sud de la salle orientale, ainsi que la présence de la plate-forme susmentionnée, permettent d’identifier la salle du trône dans cette dernière.

Dans la Salle Rouge, les murs étaient peints avec des scènes de chasse de proies et de fantaisie. La présence de peintures murales a également été constatée dans la salle Ouest. À l’ouest, les salles de cérémonie étaient entourées d’une large cour de 30 x 9 mètres.

Toute la zone de la cour était pavée de briques brûlées. La partie sud de la cour était surélevée par rapport au reste de la zone, formant une corniche sur laquelle il y avait trois marches.

Le bâtiment principal du palais, qui a été construit sur une haute plate-forme, s’élevait clairement au-dessus du reste des bâtiments du Shahristan.

Lieux d’intérêt
Nodir Devonbegi in Buchara

Boukhara - l'ensemble Nadir Divan Begui

Boukhara - l'ensemble Nadir Divan Begui

La madrasa Nadir Divan-Begui, qui appartient à l’ensemble Nadir Divan-Begui de Boukhara, a été conçue et construite comme un caravansérail. Lors de son ouverture officielle, elle a été déclarée madrasa par l’imam Kulikhan (1622 – 1623). Le bâtiment a dû être reconstruit et réaménagé pour répondre au nouveau titre. Le bâtiment d’un étage a été agrandi d’un étage supplémentaire, qui a été équipé pour le séjour des étudiants. Un portail et des loggias sont également apparus dans la structure et quelques tours ont été ajoutées à la façade. La madrassa s’intéresse au fait que la salle principale d’enseignement n’a pas été construite.

Il n’y a donc pas d’Aiwans dans la madrasa de Nadir Divan-Begui, pas de pièces en forme de dôme de Darskhana, dont le rôle était joué par de grandes pièces d’angle. Le large et haut passage à travers le portail et la sortie vers la cour arrière de la maison, typique des caravansérails, ont été préservés.

Le portail contenait d’élégantes photos d’animaux tirées de mosaïques. Parmi eux, quelques oiseaux de bonheur: Semurg (Simurg est dans la mythologie des peuples turcs d’Asie centrale le roi des oiseaux ainsi qu’un oiseau protecteur et aurait des pouvoirs surnaturels) volant vers le soleil. Ces oiseaux mythiques gardent les cerfs dans leurs pattes à griffes fortes. Le portail est également décoré d’une inscription sainte louant Allah et son prophète Muhammad (S.A.V).

De l’autre côté de la madrasa se trouve une khanqah , qui porte le nom du même vizir. Ce bâtiment a été construit entre 1619 et 1620. Ce bâtiment se compose de plusieurs parties. La partie principale est un immense portail allongé, qui est décoré de représentations épigraphiques sur les côtés. Il y a des Hudschras des deux côtés du portail. Le groupe d’entrée central de la khanqah est très simple et modeste, décoré dans le style classique – orné de fleurs.

La madrasa est séparée de la khanqah par un immense étang artificiel, qui a la forme d’un rectangle et s’étend d’est en ouest. C’est le havre de Nadir Divan-Begui. Ses rives ressemblent à de grands escaliers d’un jaune vif. Le principal matériau utilisé pour la construction de ces marches était le calcaire.

La façade principale de la khanqah se reflète magnifiquement dans l’eau de la maison et sert également de sorte d’écran architectural et décoratif qui complète la perspective. Pendant des siècles, un portail élancé tissé de majolique s’est reflété dans le miroir de la maison.

La mosquée Masjidi-Kalon est appelée khanqah par le derviche hongrois Hermann Vambery, où à l’ombre des arbres “les acteurs qui dépeignent les exploits de célèbres guerriers et prophètes ne manquent jamais de foules d’auditeurs et de spectateurs curieux.

Le plan de base du bâtiment de khanqah est relativement petit, compact et carré. Deux étages de haut, presque entièrement caché derrière un portail élevé. Un dôme légèrement surélevé n’est visible qu’au-dessus des façades latérales.

Le hall spacieux et haut s’ouvre à l’intérieur. Il occupe presque toute la surface de la khanqah, seuls dans ses massifs d’angle sont disposés de petits hujras.

Lieux d’intérêt
Poykend

Boukhara - la Colonie Poykend

Boukhara - la Colonie Poykend

À 60 km au sud-ouest de Boukhara se trouve la colonie ancienne appelée Poykend, d’une superficie d’environ 20 hectares. Jusqu’au milieu du 11e siècle, il y avait une grande ville commerciale, Poykend ou ville basse.

Le nom est lié à la situation de la ville dans la partie inférieure du Zeravshan, à la frontière occidentale de Sogd. Au V-VIIIe siècle, la colonie de Poykend était la ville la plus riche de Boukhara. Au Vème siècle, Poykend était l’un des principaux centres commerciaux de la Grande Route de la Soie avec Samarkand.

Chaque année, pendant six mois, au printemps, la quasi-totalité de la population masculine de la ville part avec l’immense caravane pour les frontières de la Chine. Une des guerres sanglantes des khans turcs et des shahs de Perse s’est terminée en paix à la fin du VIe siècle avec le siège de Poykend par le commandant persan Bahram Chubin.

La colonie Poykend, avec Boukhara, a été soumise aux Arabes dans les premières décennies du VIIIe siècle. Siècle soumis aux Arabes.

Les Arabes ont détruit une ville après s’être emparés d’immenses richesses et avoir capturé les habitants. Les statues en or et en argent des idoles païennes du village de Poykend ont été fondues en lingots et envoyées à la cour du Khalif.

Des marchands revenant de Chine en caravane ont rançonné une partie des habitants et ont reconstruit la ville. Le centre ville de Poykend était une citadelle de 90 x 90 m, les premiers établissements sur son territoire sont apparus avant l’ère.

Au début du Moyen Âge, il y avait ici un palais du souverain, ainsi que des temples et des bâtiments administratifs. Deux shahristans jouxtent la citadelle : le premier, d’une superficie de 12 hectares, était habité par les Ephtalites, et le second, d’une superficie de 7 hectares, a été construit au début du VIe siècle.

Le Poykend médiéval, y compris les deux shahristans, était entouré de murs de forteresse avec des tours tous les 60 mètres. Au nord de la colonie se trouvait une nécropole avec des sépultures zoroastriennes.

Sous le règne des Samanides, la ville a retrouvé sa position de centre commercial et artisanal majeur, concurrençant Boukhara. Des dizaines de nouveaux caravansérails ont vu le jour autour d’elle. Sur la citadelle de la ville ont été trouvés les vestiges de la mosquée Juma du XIe siècle et son minaret, à en juger par sa base, dépassait la taille du minaret de Kalon à Boukhara.

En raison de l’approfondissement du Zeravshan, Poykend a été privé d’eau au XIe siècle et est tombé en ruine. La ville a été engloutie par le désert pendant des milliers d’années, ce qui l’a préservée jusqu’à nos jours.

Au XXe siècle, Poykend, redécouvert par les archéologues, a reçu le nom de “Pompée d’Asie”.

Ainsi, Muhammad Narshakhi décrit la fondation de Poykend dans son ouvrage “Tarikhi Bukhara” (10ème siècle) :

Les Turkestans de la région du sud du Kazakhstan, près de Boukhara, ont fondé une ville et l’ont appelée Poykend, la ville riche. “Les gens qui sont venus du Turkestan se sont installés ici parce que cette région avait beaucoup d’eau et d’arbres, il y avait de beaux endroits pour chasser ; tout cela a beaucoup plu aux colons.

Au début, ils vivaient dans des yourtes et des tentes, mais ensuite de plus en plus de gens sont venus ici et les colons ont commencé à construire des bâtiments. Beaucoup de gens se sont réunis et ont choisi un membre de leur milieu pour en faire l’émir. Il s’appelait Abruy.

La ville elle-même n’existait pas encore, mais il y avait déjà quelques villages, comme par exemple : Nur, Harkan-Rud, Vardana, Taravja, Safna et Isvana. Le grand village où vivait le roi lui-même s’appelait Poykend et la ville s’appelait Kala-i-Dabusi.

Au bout d’un certain temps, le pouvoir d’Abruya s’est accru et il a commencé à gouverner la région de manière brutale, de sorte que la patience des habitants était épuisée. Les paysans et les riches marchands quittèrent cette région pour le Turkestan et Taraz, où ils construisirent une ville qu’ils appelèrent Khamukat, pour les grands paysans qui étaient à la tête des colons appelés Khamuk, qui dans la langue de Boukhara signifie perles et Kat signifie une ville ; ce nom signifiait donc “ville de Khamuk”.

En général, les habitants de Boukhara appellent les nobles “Khamuk”. Ceux qui sont restés à Boukhara ont envoyé des ambassadeurs à leurs nobles et ont demandé à les protéger contre la violence des Abruyas. Les nobles et les paysans demandèrent de l’aide au souverain des Turcs nommé Kara-Jurin-Turk, que le peuple appela Biyagu en raison de sa grandeur.

Biyagu a immédiatement envoyé son fils Shiri-Kishwar avec une grande armée. Il est arrivé à Boukhara, s’est emparé des Abruyas à Poykend et a ordonné de remplir un grand sac d’abeilles rouges et de faire tomber les Abruyas dedans, d’où il est mort.

Shiri-Kishwar aimait beaucoup la terre qu’il avait conquise, et il envoya une lettre à son père lui demandant de le nommer chef de cette région et de lui permettre de s’installer à Boukhara. Il a rapidement reçu la réponse que Biyagu lui laissait cette province.

Shiri-Kishwar a envoyé un ambassadeur à Khamukat pour le persuader de ramener chez eux tous ceux qui avaient fui Boukhara avec leur famille. Il a écrit une lettre promettant que tous ceux qui étaient revenus à Boukhara depuis Khamukat à son invitation deviendraient ses voisins.

Cette promesse a été causée par le fait que tous les riches et les nobles ont été expulsés et que les pauvres et la classe inférieure sont restés à Boukhara…”.

Lieux d’intérêt
Ulugbek Medrese in Buchara

Boukhara - la Madrasa d'Oulougbek

Boukhara - la Madrasa d'Oulougbek

Sous le règne d’Oulougbek, un descendant d’Amir Temur, l’éducation s’est développée activement. Ulugbek a participé à des activités éducatives et a fondé de nombreuses madrasas célèbres dans différentes villes du pays, dont Boukhara avec ses principes islamiques stricts. La Madrasa d’Oulougbek à Boukhara a été construite encore plus tôt que les célèbres institutions éducatives similaires de Samarkand (la madrasa d’Oulougbek à Samarkand) et de Gijduvan et est devenue leur prototype.

Le bâtiment de la madrasa a été construit en 1417. Il a été construit par les meilleurs architectes de cette période – Ismayil Isfagani et Najmiddin Bukhari. Cependant, ce n’est qu’en 1585, lors des travaux de restauration, que la madrasa a obtenu son apparence moderne avec un revêtement de majolique. Les contemporains se souviennent qu’Oulougbek, lors de sa première visite à la madrasa, a offert des cadeaux coûteux à tous les étudiants et enseignants.

À l’origine, l’établissement d’enseignement construit pour le compte d’Ulugbek devait former 80 apprentis. Une grande attention a été accordée ici à l’enseignement des mathématiques et de l’astronomie, à la langue arabe et à la religion. Selon les données historiques, jusqu’à 150 étudiants ont étudié ici en même temps. Ils avaient non seulement un logement mais aussi une bourse d’études décente.

La structure semble encore très harmonieuse et équilibrée aujourd’hui. Une décoration plutôt austère et modeste n’empêche pas le bâtiment d’être majestueux et d’être considéré comme l’une des principales œuvres architecturales de l’époque.

La medrese est un bâtiment de taille impressionnante et de forme rectangulaire. La façade de l’entrée principale est ornée d’un grand portail. La structure diffère dans sa conception de nombreux bâtiments similaires. Selon la tradition, dans la plupart des madrasa, le couloir central le plus large mène à la cour. Dans la madrasa d’Oulougbek à Boukhara, cette tradition est rompue. Le couloir partant des portes est divisé en deux parties, la première menant à la mosquée et la seconde à la salle d’étude. Le groupe d’entrée de l’établissement d’enseignement a été décoré d’un extrait du Coran sculpté, selon lequel tout vrai musulman doit s’efforcer d’acquérir des connaissances. Ce dicton était une sorte de devise d’Oulougbek lui-même. A côté, il y a une autre inscription disant que la bénédiction de Dieu attend ceux qui ont saisi la sagesse des livres.

Le sage dirigeant est connu dans le monde entier pour ses nombreuses réalisations scientifiques dans le domaine de l’astronomie. Et la décoration astrale de la madrasa reflète le désir d’Oulougbek de comprendre les mystères des cieux. Si vous regardez les motifs et les ornements sur les murs du bâtiment, vous verrez qu’ils sont appliqués dans différentes techniques – cela est lié à de nombreuses restaurations de madrasas.

Lieux d’intérêt
Kalon Minor - Bukhara

Boukhara - la Mosquée Kalon

Boukhara - la Mosquée Kalon

La structure religieuse existe depuis plus de 500 ans et a toujours été appelée la principale mosquée de Boukhara. C’est une mosquée jome (cathédrale) ou une mosquée du vendredi (mosquée juma), ce qui signifie qu’elle est le lieu de prière commune des musulmans pratiquants à midi le vendredi, lorsque le namaz général est effectué. La Mosquée Kalon à Boukhara est très spacieuse et peut accueillir jusqu’à 12 000 personnes à la fois qui viennent pour une prière solennelle.

Au pied du Minaret Kalon, se trouve l’ensemble architectural monumental – la Mosquée Kalon et la Madrassa Mir-Arab. Avec la petite place qui se trouve entre eux, ils forment un seul complexe appelé Poi Minar, c’est-à-dire “au pied du minaret”.

Derrière la Madrassa Mir-Arab, au dôme du bazar Zargaron, à un ancien carrefour du Chahristan, se trouve un ensemble des Madrassas Ulugbek et Abdulaziz Khan, et au sud, deux autres dômes de bazar – Toki Telpak-Furushon et Toki Sarrofon.

Au nord se trouve la puissante Citadelle de l`Ark et à côté d`elle, à l`est, la prison de l`émir (zindan). La Mosquée de Kalon est l’une des structures qui composent le magnifique ensemble architectural de Kalon.

La Mosquée elle-même est l’une des structures uniques de Boukhara et l’histoire de sa construction est l’une des pages les plus intéressantes de la solide chronique de la ville.

Pendant près d’un demi-millénaire, la mosquée a été un témoin et un participant de la vie de la ville. Sous son dôme, des milliers de fidèles se sont rassemblés pour des temps de prière.

La Mosquée de Kalon à Boukhara a été construite en 1514, à l’époque où Ubaydulla-Khan de la dynastie des Chaibanides régnait. La Mosquée est considérée comme l’une des plus anciennes et la deuxième plus grande après Bibi-Hanum (Samarkand) en Asie centrale. Au XVIe siècle, Boukhara est devenue la capitale de l’État et de nombreux bâtiments importants et grandioses y ont été construits. La Mosquée Kalon a été construite sur le site de l’ancienne Mosquée principale de Boukhara, qui a été construite par la Dynastie Karakhanide au 12ème siècle et détruite lorsque Gengis Khan a conquis la ville. De cette première mosquée ont été conservés les fragments de la partie inférieure des murs avec la maçonnerie figurative. On pense qu’avant le XIIe siècle, la mosquée principale était située dans une autre rue. Century était situé dans une autre rue et a été déplacé ici lors de la reconstruction du centre de Boukhara.

L’architecture de l’édifice religieux est traditionnelle pour la période des Temurides. Il s’agit d’une structure rectangulaire avec quatre aivans. La Mosquée a 7 entrées et l’entrée principale se trouve du côté est; ce groupe d’entrées est décoré d’un portail en mosaïque et d’une inscription en arabe. Un escalier mène à la cour intérieure. Un grand double dôme bleu est érigé au-dessus de la salle centrale, qui a la forme d’une croix. Le dôme extérieur est placé sur le tambour en mosaïque. Sur les deux côtés du bâtiment principal se trouvent les dômes bleus. Sur le côté ouest se trouve un mihrab (Mihrāb est la niche de prière islamique dans les mosquées indiquant la direction de la prière), qui indique la direction de la Mekka et est également décoré de mosaïques. La cour rectangulaire est encadrée par des galeries composées de 288 dômes. Ils sont basés sur 208 colonnes. Le bâtiment occupe une superficie d’un hectare.

La Mosquée Kalon est une Mosquée en plein air – les fidèles étaient logés à la fois dans la cour ouverte et dans les galeries couvertes. Dans la cour se trouve le tombeau d’un des premiers imams de la Mosquée de Kalon. Au début du XXe siècle, un pavillon à 8 facettes a été construit au-dessus du tombeau, qui servait de chaire à la mosquée. Grâce à la bonne conception acoustique de la salle, des milliers de fidèles ont pu entendre les prières lues depuis la chaire.

De magnifiques galeries voûtées se trouvent dans la cour. Dans la chaleur, il est particulièrement agréable d’y passer, car les galeries deviennent très fraîches. Au total, ils sont tous couronnés de 288 dômes construits sur 208 colonnes.

Les matériaux utilisés pour la construction sont la brique brûlée, la pierre et le bois. Les façades en brique sont décorées de mosaïque claire, d’émaux blancs et bleus et de lettres arabes. Le nom du maître d’œuvre de la mosquée – Bayazid al Purani – a été trouvé dans l’ornementation de la façade. Les murs à l’intérieur de la mosquée sont décorés d’ornements et de versets coraniques en or.

À la fin du XXe siècle, la mosquée de Kalon à Boukhara a été restaurée et est utilisée aujourd’hui. Les touristes ne sont pas admis à l’intérieur pendant la prière du vendredi, et les autres jours, l’entrée est fermée après 20 heures, heure à laquelle commencent les prières.

Lieux d’intérêt
Labi Hovuz in Bukhara

Boukhara - Labi Havuz ensemble

Boukhara - Labi Havuz ensemble

Labi Havuz (au bord de l’étang) est le plus grand ensemble construit à Boukhara au XVIIe siècle. Trois bâtiments de la madrasa Kukaldash (1568 – 1569), Khanaqa Nadir Divanbegi (1622) forment l’ensemble, dans lequel Labi Havuz est l’élément organisationnel central.

La partie la plus ancienne de ce complexe de bâtiments est la madrasa Kulba-Kukaldash, qui compte 160 cellules et est considérée comme la plus grande de Boukhara. Les chambres de la madrasa Kukaldash donnent une impression d’étroitesse, de couloirs surpeuplés, d’escaliers, de pierres d’achoppement. Ce que l’architecture de cette madrasa nous a le mieux conservé sont les constructions et les ornements décoratifs des deux salles principales de la mosquée et de la darskhana (salles d’étude), ainsi que les plafonds en dôme sous les couloirs menant des portes de la madrasa à la cour. Les portes en bois sculptées avec des motifs complexes d’étoiles sont particulièrement belles dans la madrasa.

Sinon, elle peut servir de modèle à l’extrême négligence dans la construction et à l’incurie des dignitaires qui, en concurrence les uns avec les autres, construisent des institutions caritatives mais économisent le maximum.

Labi Havuz ensemble à Boukhara a finalement été formé après la construction du Grand Havuz et de la Khanaqa (retraite). Les rives du bassin de collecte des eaux (étang), découpées en angles, étaient recouvertes de grands blocs de pierre sur les rebords desquels les Meshkabe – porteurs d’eau dont les services étaient utilisés par les habitants de Boukhara – descendaient pour aller chercher de l’eau.

L’eau était utilisée pour l’irrigation des routes, pour les besoins de la construction et comme eau potable. Autour de l’étang, il y a encore de pittoresques arbres centenaires. Peu après la construction de l’étang de collecte des eaux, une madrasa de Nadir Divanbegi a été construite de l’autre côté de la place.

Elle est intéressante avec ses belles proportions de la façade et les restes de tableaux de daims, oiseaux fantastiques dans les arcades. Toute la partie de la cour de la madrasa est un petit motif. La conception architecturale de Labi Havuz est très attrayante.

L’inclusion d’un énorme niveau d’eau, bordé d’une épaisse bordure de verdure, dans le complexe de bâtiments monumentaux, dont le début, qui relie activement, n’est pas une place traditionnelle mais un bassin d’eau, était un mot nouveau dans l’histoire de l’art d’Asie centrale et l’attrait de cette technique dans les conditions de la ville du sud ne doit pas être sous-estimé.

On raconte que lorsque Nadir-Divan-Begi a construit la Khanaqa (lieu de retraite), une grande maison appartenant à une veuve juive se serait dressée sur l’emplacement du havre existant. Le Divan-Begi a décidé que cet endroit était idéal pour la construction d’un bassin de collecte d’eau à la Khanaqa.

Il a approché la veuve en lui proposant de vendre la ferme à un bon prix. Mais la femme juive n’accepterait en aucun cas cette situation.

Lieux d’intérêt
Samani Mausoleum in Bukhara

Boukhara - le secret du Mausolée de Samanid

Boukhara - le secret du Mausolée de Samanid

À l’ouest de la place du Registan à Boukhara, dans la verdure du parc, situé sur l’ancien cimetière “Naukand”, se trouve une création architecturale parfaite – le mausolée de Samanid et le secret qui y est lié. On pense que c’est la tombe des souverains samanides, qui a été construite entre la fin du IXe et le début du Xe siècle. X siècles.

Il est possible que la construction du mausolée ait été une réponse des Samanides à l’appel du califat abbasside, où en 862 le mausolée de Qubba al-Sulabiyya a été construit sur la tombe du calife d’al-Muntasir.

Il est important pour notre sujet que ce soient probablement les premiers mausolées islamiques dans lesquels la forme originale du dôme de droite “dôme de la Qubba” a été incarnée. Le secret du mausolée de Samanide réside dans sa plus riche décoration en briques et sa composition architecturale exquise, que de nombreux érudits attribuent à la culture préislamique de l’ancienne Sogdiane.

Cette contradiction a donné lieu à une réflexion sur les versions de la construction antérieure du mausolée et même à son interprétation comme un temple zoroastrien du soleil. Essayons de résoudre ce problème sur la base d’une analyse sémantique du symbolisme du mausolée.

À notre avis, le mausolée a une composition symbolique principale dans ses arcs, qui représente son cosmogramme essentiel. Ce signe carré caractéristique est situé symétriquement des deux côtés de l’entrée des deux côtés du mausolée.

Chacun des signes comporte quatre carrés inscrits dans sa structure. Le carré intérieur est inscrit avec un cercle. Le contour des carrés extérieurs contient 40 “anneaux de perle”. A l’intérieur des places, il y a également de grands et de petits panneaux “à double battant”.

Veillons à ce que cette composition de signes soit une projection plane de la solution volumique du mausolée lui-même, c’est-à-dire que leurs cosmogrammes sont identiques. Cette idée est suggérée, outre la connexion “cube carré” et “dôme cercle”, par le parallèle entre les 40 “perles” du signe et les 40 ouvertures en forme d’arc dans la partie supérieure extérieure des murs.
Dans le mausolée de Samanide, tout, des briques aux plans et aux façades, est construit sur une seule place et ses dérivés. Cela souligne une fois de plus la valeur décisive du carré dans les symboles du mausolée. Il est possible que l’influence de l’image de la Kaaba soit déjà très forte ici.

En partant du carré, le cosmogramme du mausolée peut alors être décomposé en trois symboles basés sur le carré:

  1. le signe déjà connu “cercle dans le carré”,
  2. le signe “carré inscrit dans le carré” et
  3. le signe “deux carrés avec quarante perles”

1. “Cercle dans un carré” est la forme originale du mausolée, comme indiqué ci-dessus.

2. la caractéristique du mausolée est son ouverture en forme de chortaku sur les quatre côtés, ce qui explique la possibilité de la source de sa puissance spirituelle

Cette idée est probablement exprimée par un carré intérieur à l’orientation décalée, dont les coins indiquent l’emplacement des entrées. Les ailes au-dessus des arcs du mausolée sont un symbole traditionnel de spiritualité (pensez aux ailes des anges).

L’existence de ces signes détermine le dépassement de la vanité mondaine à l’entrée du mausolée, l’initiation au divin. La sémantique du signe “un carré inscrit dans un carré” peut également être interprétée comme un symbole de “l’unité du macro et du microcosme”.

Le passage du petit au grand carré est un grossissement, ce qui signifie macrocosme et infini de l’univers. Le mouvement de recul (réduction) représente le microcosme et le monde spirituel.

3. “Deux carrés avec quarante perles” renvoie à la symbolique du nombre sacré 40. Dans la tradition islamique, le destin de l’âme à la naissance et à la mort y est lié: Quarante jours l’âme entre dans le corps d’un nouveau-né, quarante jours elle ne quitte pas la terre après la mort.

Compte tenu de l’objectif du monument, on peut également supposer que les “quarante perles” du mausolée symbolisent les “quarante saints” – Chiltan (Persan, Tadjik – “quarante personnes”) qui protègent le monde.

Les Ouzbeks et les Tadjiks, les Kazakhs et les Kirghizes ont conservé de vieilles légendes sur les “Chiltans” – les quarante ans des “saints secrets” ou du “peuple le plus intime”. Plus tard, ils se sont mêlés à la foi des soufis et des ismaélites et ont fait entrer les Chiltans dans le cercle des saints musulmans.

Ensuite, la “clôture” carrée de 40 perles sur le bouclier signifie la protection du mausolée par 40 puissants saints, le lien spirituel du saint enterré avec eux. L’image des 40 sources de lumière (fenêtres cintrées) éclairant le mausolée et contrecarrant ainsi l’obscurité correspond bien à l’image des 40 saints protégeant le mausolée.

De plus, le chiffre sacré “quarante” pour Maverannahr et Khorezm était l’une des caractéristiques de l’association secrète des émetteurs du culte de Siyavush (corporation des zhretses) au début du Moyen Âge.

L’image de Siyavush incarnait une divinité solaire associée à un culte calendaire-agarien dont le grand prêtre dans le Boukhara préislamique était le souverain de la région. Ainsi, le cosmogramme du mausolée de Samanide combine des symboles islamiques et préislamiques.

C’est la preuve que les deux confessions de la population, qui ont officiellement accepté la nouvelle foi islamique mais ont continué à pratiquer des rituels “païens”, ont été officiellement reconnues par les Samanides.

Probablement, la proclamation de l’État de Samanide indépendamment du califat abbasside dans les années 60-70 du IXe siècle a exigé des idées et des symboles religieux locaux pré-islamiques dans l’intérêt de la souveraineté culturelle et de la sanctification de la nouvelle dynastie au pouvoir.

Cela explique le “secret” du mausolée islamique de Samanid.

Lieux d’intérêt
Madrasa Abdulaziz Khan

Boukhara - Madrasa Abdulaziz Khan

Boukhara - Madrasa Abdulaziz Khan

La Madrasa Abdulaziz Khan est la dernière des plus grandes madrasas de Boukhara (1652), avec une grande cour, une darskhona (salle d’étude) spacieuse, des mosquées d’été et d’hiver et des hujras (salon pour les disciples/étudiants coraniques) assez confortables. Dans une petite cour, devant l’entrée de la zone d’habitation des Hujras, se trouve un taschnau – un puits d’eaux usées recouvert d’une dalle de pierre.

Un mur de plâtre sépare la chambre à coucher. La Madrasa Abdulaziz Khan, du nom de son fondateur, peut sans exagération prendre une place particulière dans le développement architectural de Boukhara.

Abdulaziz Khan, le souverain de l’époque, a ordonné la construction d’une madrasa de style persan avec une grande cour à partager entre quatre aiwans (la partie la plus importante d’un palais, c’est-à-dire la salle d’audience). Le portail d’entrée, construit selon le principe du “Kosh”, se distingue par sa taille et sa hauteur impressionnantes, ainsi que par la richesse de sa décoration extérieure.

L’aiwan de la Madrasa Abdulaziz Khan est à multiples facettes et décoré de stalactites suspendues. Au lieu des habituels et communs ornements géométriques, astraux et végétaux, des formes plus complexes et colorées sont utilisées pour la couverture de la madrasa Abdulaziz khan.

La Madrasa Abdulaziz Khan contient des images du dragon chinois et de l’oiseau porte-bonheur Semurg (dans la mythologie des peuples turcs d’Asie centrale, Simorgh est le roi des oiseaux ainsi qu’un oiseau protecteur et on lui attribue des pouvoirs surnaturels). La palette de couleurs contient principalement des tons jaunes. Les cheminées de chauffage sont une innovation.

Les noms du maître d’œuvre Muhammad Sapih, des décorateurs Mim Hakan et Muhammad Amin sont entrelacés dans l’ornement. La madrasa Abdulaziz Khan est un ensemble architectural unique avec la madrasa Ulugbeg, mais elle est plus intéressante dans sa conception.

L’entrée se caractérise par sa haute et riche décoration extérieure. Lors de la construction de la cour et des salles, toutes les techniques de construction de l’époque ont été utilisées : carreaux et mosaïques sculptés, majoliques en relief, dorure.

Au siècle dernier, le complexe a été appelé la Madrasa Zargaron, car il a été construit à côté du bazar des bijoutiers (Zargar, Zerger), en face de la Madrasa Ulugbeg. Selon le plan des constructeurs, il devait faire de l’ombre au beau travail des architectes du XVe siècle.

Dans la Madrasa Abdulaziz Khan, la variété des ornements décoratifs de la façade principale et des mosquées d’hiver et d’été est étonnante. Ici, des hujras plutôt légers et confortables sont créés pour les étudiants, et la madrasah est une sorte de symbole de l’ancien Boukhara intemporel.

Pour la décoration artistique des murs de la cour et des salles, toutes les techniques de décoration sont utilisées : mosaïques de tuiles et de briques, majoliques en relief, sculpture du marbre, peinture sur le ganch, dorure (kundal) et peinture à la colle sur le plâtre.

Il y a deux mosquées dans la Madrasa – en été (dans la cour) et en hiver (dans le coin ouest du couloir d’entrée). Les deux mosquées sont construites dans le style de la madrasa elle-même. Les mêmes approches sont utilisées dans leur décoration.

Il est intéressant de noter la peinture des murs avec des dessins de genre, qui était une innovation dans l’architecture traditionnelle de cette époque. Les tableaux sont peints avec de la peinture bleue sur un fond bleu, il y a aussi des paysages avec des arbres et des pergolas.

Le travail sur la Madrasa Abdulaziz Khan n’est pas terminé. Il n’y a pas de décoration sur le côté gauche de la façade et sur le côté droit de la cour. En l’absence d’Abdulaziz Khan, un renversement de palais a eu lieu à Boukhara, il a été déposé du trône et les travaux de la madrasa ont été arrêtés.

Ce monument architectural est également un témoignage historique clair des changements qui ont lieu dans l’État. Sur le territoire de la madrasa se trouve un musée de la sculpture sur bois artistique.

Dans son exposition, on trouve des bâtons de derviches (XIXe siècle), des cercueils, des portes sculptées, des volets, des tables, des tabourets pour les tissus en poirier (XIXe – XXe siècle). En 1930, la capitale de la madrasa Abdulaziz Khan a été restaurée.

Le célèbre maître national usto Shirin Muradov a participé aux travaux de restauration. Entre 2006 et 2009, le portail d’entrée a été rénové grâce à des fonds du programme de préservation du patrimoine culturel du ministère des affaires étrangères.

Lieux d’intérêt
Abdulla Khan Medrese in Buchara

Boukhara - Madrasa Abdulla Khan

Boukhara - Madrasa Abdulla Khan

La madrasa Abdulla Khan à Boukhara, construite en 1588-90, est l’une des œuvres les plus remarquables de l’architecture d’Asie centrale. L’entrée principale de cette madrasa est conçue comme un haut portail. La dimension de la façade et la variété des matériaux décoratifs lui donnent un aspect coloré et festif. Les tons froids des carreaux de faïence (bleu, bleu verdâtre, blanc) jouent bien en plein soleil.

La madrasa Abdulla Khan à Boukhara est située en face de la madrasa Madari Khan et forme avec lui un ensemble architectural unique appelé la madrasa Kosh. Dans l’architecture d’Asie centrale, l’ensemble des bâtiments constitué de deux façades se faisant face est appelé “kosh”. (jumeaux, jumelés) et par rapport aux deux madrasas “madrasas jumelles”.

L’école de Boukhara a introduit des particularités locales dans l’architecture traditionnelle des madrasas, dont l’apparition au XVe siècle est frappante si l’on compare les premières madrasas préservées d’Asie centrale, qui ont été construites par Oulougbek à Boukhara, Gijduvan et Samarkand. La madrasa Oulougbek à Samarkand avait de belles façades et de hauts et minces minarets en deux parties aux coins du bâtiment. Le principe de base du plan de base est resté inchangé – les pièces ont été disposées autour de la cour. A Boukhara, la façade principale est ouverte par des loggias arquées, tandis que dans les coins du bâtiment se trouvent des tours accroupies – guldasta, coupées à la hauteur des ailes latérales. Les madrassas de Boukhara se distinguent également par leurs caractéristiques de conception.

Les portes des madrasas sont fabriquées avec beaucoup d’habileté à partir de pièces de bois individuelles avec la meilleure sculpture sans un seul clou.

Le plan des madrasas présente un certain nombre de caractéristiques qui montrent que les architectes ont essayé d’utiliser l’espace intérieur de manière aussi rationnelle que possible, en incluant autant de pièces que possible. En face de la façade principale se trouve un groupe de hujras (un petit salon pour les élèves/étudiants) et derrière, à droite et à gauche du hall d’entrée, se trouvent la mosquée et la darskhana. Une caractéristique intéressante est l’emplacement de la mosquée ; son plan au sol est légèrement tourné par rapport aux principaux axes de la madrasa, mais pas vers la Kibla (c’est-à-dire vers la Mecque), mais strictement du côté du monde.

Lieux d’intérêt
Kukaldash Madrasa in Bukhara

Boukhara - Madrassa Kukaldash

Boukhara - Madrassa Kukaldash

L’une des plus célèbres curiosités de Boukhara – la Madrassa Kukaldash – est située près du complexe architectural Labi-Hauz. Cet établissement d’enseignement a été construit entre 1568 et 1569. C’est la plus grande madrasa de Boukhara et l’un des plus grands établissements d’enseignement similaires d’Asie centrale.

Le nom “Kukaldash” est très courant. A Tachkent, il existe une madrassa du même nom. Le nom signifie “ami du soleil” ou “frère de lait”.

La Madrassa Kukaldash à Boukhara a une forme architecturale et une décoration tout à fait atypique pour l’époque. La plupart des établissements d’enseignement de Boukhara ont été construits de façon schématique selon un modèle de l’époque. C’étaient des bâtiments majestueux avec un groupe d’entrée luxueux, entourés de tous côtés par d’énormes murs. Lorsque le Kukaldash a été construit, cette tradition n’a pas été respectée. Les murs autour de la construction ne sont pas du tout vides, ils ont de nombreuses niches et balcons avec des ornements de Ganche. Il y a un total de 160 cellules sur deux étages et dans la cour du bâtiment.

La Madrassa a été construite sous le règne d’Abdullakhan II. Le financement de ce grand projet de construction a été assuré par Emir Kulbab. eser Emir a pu gagner le respect et l’approbation de tous ceux qui occupent sa position d’Etat. Cette sagesse et cette diplomatie ont permis à Kulbab de recevoir l’un des titres les plus honorables, celui de Kukaldash. Plus tard, une madrassa a été nommée en son honneur.

Il existe des spéculations selon lesquelles la Madrassa Kukaldash à Boukhara est l’une des composantes de l’ensemble Labi Havuz, mais cette affirmation est fondamentalement fausse. Après un examen minutieux de tous les bâtiments, les experts archéologiques sont arrivés à la conclusion que Kukaldash est une structure indépendante.

Kukaldash n’a pas toujours servi de madrassa. Au fil des ans, son objectif a régulièrement changé. Il y a eu un moment dans l’histoire du bâtiment où il a été utilisé comme caravansérail. Les maîtres les plus célèbres et les plus talentueux de l’époque ont participé à la construction de la madrasa. Les arcs de Ganch sont étroitement imbriqués et forment ensemble une voûte d’une beauté et d’un ornement extraordinaires. Les portes de la madrasa sont décorées de mosaïques qui ont été appliquées sans colle ni clous. Le groupe de l’entrée principale est décoré d’ornements géométriques.

La Madrassa a connu de nombreux événements, dont un tremblement de terre dévastateur. À cette époque, les éléments ont complètement détruit le portail devant le bâtiment, qui a alors été simplement fixé avec des supports métalliques.

Sous le règne de Beklar begi, les briques ont été utilisées pour prolonger l’étage supérieur du bâtiment et les dômes bleu ciel d’une beauté saisissante. Néanmoins, la madrasa a conservé son attrait jusqu’à ce jour grâce à des artisans de talent qui ont volontiers initié sa reconstruction.

Kukaldash est d’une grande importance pour l’histoire moderne car l’un des plus célèbres écrivains d’Asie centrale, Sadriddin Ayni, a vécu longtemps dans l’une des cellules et a créé ses grandes œuvres. Il est mort au milieu du XXe siècle, mais son œuvre est immortelle. Il a laissé à ses descendants un grand nombre de chefs-d’œuvre littéraires importants et aujourd’hui, le nom de l’écrivain est immortalisé sur les murs du Kukaldash-Madrassa – à l’intérieur du bâtiment, un petit monument a été érigé et certaines des affaires personnelles de Sadriddin Ayni et même certains de ses textes manuscrits sont exposés au public.

Lieux d’intérêt
Mausoleum Chashma Ayub in Buchara

Boukhara - Mausolée Chashma Ayub

Boukhara - Mausolée Chashma Ayub

Le Mausolée Chashma Ayub à Boukhara (et la fontaine du même nom) est traduit par “la source de Job”. En arabe, Job ressemble à Ayub. Le lieu est sacré pour trois religions. Selon une légende, le prophète Job serait venu sur le site avant même que la ville de Boukhara ne soit construite sur ce site. A cette époque, les habitants mouraient de soif. Ils avaient prié Dieu pour être délivrés de la sécheresse. Job, répondant à l’appel des personnes souffrantes, a frappé le sol avec son bâton – et à l’endroit du coup, un puits d’eau pure et fraîche est apparu. Grâce à ce phénomène magique, les habitants ont attribué au fil des siècles de nouveaux miracles au puits. On pense que l’eau du puits a des propriétés curatives et peut réaliser les souhaits.

D’une manière ou d’une autre, mais des événements inconnus, liés d’une manière ou d’une autre au nom d’Ayub, ont joué ici un rôle dans la formation de la ville et l’émergence d’une diaspora de Juifs de Boukhara. Même à l’époque pré-islamique, Chashma Ayub était le centre sacré de Boukhara, et le cimetière “Naukand” était établi à proximité.

La construction du mausolée remonte à la période de la dynastie des Karakhanides au 12ème siècle. En deux siècles, Amir Temur a décidé de poursuivre le travail commencé par ses prédécesseurs et a engagé les meilleurs maîtres pour transformer et améliorer la construction. Les architectes qui ont travaillé à la création de l’apparence majestueuse du monument architectural étaient originaires de Shakhrisabz de Khorezm et leur style individuel et unique peut être vu dans de nombreux éléments du bâtiment.

Pendant cinq siècles, du XIVe au XIXe siècle, le mausolée a été reconstruit et remodelé à plusieurs reprises. Sur son territoire, il y a de nombreuses tombes. Le tombeau de Khoja Hafiz Gunjori est considéré comme le plus ancien d’entre eux. Le célèbre érudit et théologien a été enterré ici en 1022.

Aujourd’hui, le mausolée Chashma Ayub à Boukhara est intéressant non seulement en raison de ses anciennes pierres tombales, mais aussi en raison du musée de l’eau. Les expositions du musée permettent d’étudier en détail le processus de formation et d’établissement de l’approvisionnement en eau dans la région. On y trouve des pipes à eau en céramique des XVIIIe et XIXe siècles, une grande variété de récipients en cuir, en verre et autres matériaux, qui étaient destinés exclusivement à l’eau, des modèles de réservoirs d’eau et d’autres objets. Dans le musée, vous pouvez suivre l’histoire de l’approvisionnement en eau sur 10 siècles. En outre, le musée de l’eau montre de façon vivante l’histoire de la tragédie de la mer d’Aral : avec des cartes du désert qui s’étend et des photos tristes. L’exposition unique de tapis, qui se tient sur le territoire de Chashma-Ayub, présente un grand intérêt pour les touristes.

Lieux d’intérêt
Bayan Quli Khan Mausoleum in Buchara

Boukhara - Mausolée de Bayan Quli Khan

Boukhara - Mausolée de Bayan Quli Khan

L’un des élèves du cheikh Sayf ad-Din Baharzi était le Gengiside Bayan Quli Khan (mort en 1358). En 1346, le pouvoir dans la partie occidentale de l’Ulus Chagatai mongol, auquel Boukhara appartenait, fut repris par Amir Kazagan.

Amir Kazagan n’appartenait pas au clan Genghisid et régnait au nom de Bayan Quli Khan. Lorsque le pouvoir est passé au fils de Kazagan, Amir Abd-Allah, il a exécuté Bayan Quli Khan. Bayan Quli Khan a été enterré près du mausolée de Sheikh Sayf ad-Din Baharzi.

Vers 1358, sous les Témourides, le mausolée du Khan mongol Bayan Quli Khan (mort en 1358) a été construit à Boukhara près de la tombe honoraire du célèbre savant d’Asie centrale Sheikh Sayf ad-Din Baharzi (mort en 1261). Le mausolée se caractérise par une riche décoration ornementale avec des terres cuites moulées sculptées.

Ce bâtiment à deux chambres se compose de la Ziyarat-khana (salle de pèlerinage) et de la Gurkhana (salle funéraire), avec un étroit couloir de contournement. La façade principale, à laquelle le portail est dédié, se distingue des autres et recouvre les dômes trapus du bâtiment.

Sur les façades du bâtiment et à l’intérieur de Ziyarat-khana, dominent les terres cuites sculptées (perdues dans de nombreuses régions), faites de grandes dalles et dans le remplissage des voiles par des stalactites – des blocs entiers.

Les ornements sont dominés par des tuiles girih, des imitations sur des dalles de maçonnerie, mais surtout par les mailles végétales les plus fines et des inscriptions bizarres. La couleur est dominée par le bleu clair, qui est complété par le blanc et le bleu.

Le bâtiment situé au-dessus des funérailles du cheikh Sayf ad-Din Baharzi (2e moitié du XIVe siècle) est adjacent au sous-sol du mausolée de Bayan Quli Khan à Boukhara. Il est également composé de deux chambres (Gurkhana et Ziyarat-khana), mais sa composition est excellente et sa taille importante.

Les deux salles sont couronnées par des dômes ovoïdes, dominés par le dôme du Ziyarat-khana. Les façades latérales sont accentuées par des voûtes dans des cadres rectangulaires. L’enterrement est marqué par une pierre tombale en majolique à trois niveaux.

Le volume prismatique du mausolée Bayan Quli Khan à Boukhara contient deux pièces : la salle sous coupole – Ziyarat-khana et la voûte funéraire sombre derrière elle, qui est encerclée sur les côtés des couloirs, comme il était d’usage dans les temples bouddhistes.

La principale valeur artistique du mausolée est la terre cuite moulée et les carreaux miniatures avec lesquels il est décoré à l’intérieur et à l’extérieur. Un gamma de 11 couleurs est typique de l’ère pré-témurde : bleu, noir de manganèse, blanc et dans une moindre mesure – bleu.

La plate-forme sur laquelle se trouve le mausolée est bordée d’un motif traditionnel : maçonnerie en briques crues avec des inserts d'”arcs” émaillés en bleu sur les murs verticaux et sa surface est revêtue de parquet sous forme d’ondulations hexagonales dans une enceinte rectangulaire. Sa solution architecturale était innovante pour l’époque : c’est l’un des premiers exemples de mausolée à deux chambres.

Lieux d’intérêt
Mausoleum Imam Kazikhan in Bukhara

Boukhara - Mausolée de l'Imam Kazikhan

Boukhara - Mausolée de l'Imam Kazikhan

Le mausolée (le Mazar) de l’Imam Kazikhan à Boukhara est mentionné dans le Livre de Mullozoda, où figure le nom complet de l’Imam (Imam Hasan bin Mansur bin Mahmud bin Abdu-laziz Margilani). Il est également rapporté ici que “Khazrati Imam Kazikhan” était juge (Qozi) à Boukhara et a écrit plusieurs livres.

Une légende très intéressante à son sujet a été conservée à Boukhara. Hulagu Khan est venu à Boukhara avec ses troupes. Il a annoncé son intention de détruire Boukhara s’il ne recevait pas une réponse correcte à la question de savoir qui l’avait conduit à la tête de Boukhara.

Les habitants de Boukhara ont demandé quarante jours pour examiner la question, mais n’ont rien pu produire de satisfaisant. Enfin, il y avait un garçon dans un maktab (école) qui entreprit de répondre à Hulagu Khan.

Comme le temps imparti s’écoulait et qu’aucune solution plus honorable ne pouvait être trouvée, ils ont décidé d’envoyer ce garçon à Hulagu Khan. Le garçon a demandé qu’on lui apporte un chameau et une grande chèvre blanche et qu’on l’envoie lui-même à Hulagu Khan dans un palanquin (maofa).

Lorsque Hulagu Khan a vu le garçon devant lui, il s’est mis en colère et a dit: “N’ont-ils pas trouvé un plus grand, n’ont-ils pas trouvé un vieux à barbe blanche, pour m’envoyer un enfant?

Le garçon a répondu: “Si vous avez besoin de quelqu’un de grand, voici un chameau. Si vous voulez quelqu’un avec une barbe blanche, voici une chèvre. Si vous voulez une réponse, la voici. Qui vous a amené chez nous ? Vous avez été guidés par nos mauvaises actions”.

Hulagu Khan a été surpris par la sagesse du garçon et a déclaré: “J’ai voyagé à travers de nombreux pays et personne à qui j’ai posé cette question ne pouvait donner la bonne réponse, mais vous avez trouvé une bonne réponse à laquelle il n’y a pas d’objection. Vous pouvez demander tout ce que vous voulez”. Le garçon a demandé qu’on lui donne autant de terres que la peau du chameau en porterait. Le garçon a fait abattre un chameau et sa peau s’est fendue en fines lanières dont il a entouré la ville. Ainsi, il a obtenu Boukhara de Hulagu Khan.

Là où se trouvaient les fils, il a fait construire un mur. Ils ont commencé à construire le mur, mais il n’était plus là. Par maladresse, les bâtisseurs ont pris l’argile pour le mur du côté de la ville et c’est pourquoi la ville s’est retrouvée dans une vallée, il n’y avait pas de douves à l’extérieur.

Quand le garçon est revenu, il était très en colère contre lui-même pour ne pas avoir précisé où la terre devait être prise: “Si tu avais pris la terre de l’extérieur, tu aurais eu une forteresse imprenable”.

Le garçon a atteint la sainteté et est devenu célèbre sous le nom d’Imam Kazikhan. Sa tombe (mazar) était considérée comme une aide contre les maladies. Le mausolée de l’Imam Kazikhan à Boukhara était très vénéré et n’a jamais été dépassé à cheval (on descend du cheval quand on le dépasse).

Hulagu Khan dans la vie de l’Imam Kazikhan

Hulagu Khan (1217 – 1265, Maraga, Iran) – petit-fils de Gengis Khan, frère du Grand Khan Munke – chef de l’Empire mongol, fondateur de la dynastie et de l’État hulaguides.

On sait qu’en 1256, Hulagu Khan dirigeait l’armée de chrétiens orientaux, en majorité turcs – nestoriens, dans une croisade sans précédent au Moyen-Orient.

Hulagu a vaincu l’Etat Ismaélite en Iran (1256) et le Califat Abbasside (1258), a combattu les Mamelouks en Syrie (1260) et la Horde d’Or (1262). En 1256, il se proclame souverain, bien qu’il reconnaisse nominalement la suzeraineté du Grand Khan, dont il reçoit le titre d'”Ilkhan” (Khan de la tribu) en 1261.

Sur la tombe, les années de la vie de l’imam Kazikhan sont données entre 1132 et 1212. Si cette datation est correcte, l’imam Kazikhan avait 85 ans de plus que Hulagu Khan et ne pouvait en aucun cas être le garçon pendant sa croisade.

De plus, l’imam Kazikhan a été enterré dans ce Mazar il y a 44 ans, lorsque Hulagu Khan approchait des murs de Boukhara avec son armée. Donc, soit les dates indiquées sur la tombe ne sont pas crédibles, soit la rencontre de l’imam Kazikhan avec Hulagu Khan est une pure fabrication.

En tout cas, il est très important que Boukhara ait conservé les informations sur un événement aussi unique que la croisade de Hulagu Khan de l’Est.

Lieux d’intérêt
Samani Mausoleum in Bukhara

Boukhara - Mausolée Ismail Samani

Boukhara - Mausolée Ismail Samani

Le mausolée d’Ismail Samani, situé en face de l’Arche à Boukhara, dans les profondeurs du parc culturel et de loisirs central, est mondialement connu. Cette construction unique attire l’attention des scientifiques du monde entier.

Cette structure unique est également étudiée par des architectes et des historiens et peinte à partir de celle-ci par des artistes. Quiconque s’intéresse au passé historique des peuples d’Asie centrale fait inévitablement appel à eux.

Le monument témoigne du grand développement des techniques de construction et du haut niveau de l’art de la construction. À cette époque, on utilise dans la construction des briques grillées de haute qualité et du mortier d’albâtre.

La construction du mausolée Ismail Samani à Boukhara a été précédée par le développement des connaissances mathématiques, en particulier de la géométrie, qui ont permis aux constructeurs les plus expérimentés et les plus habiles de disposer de méthodes de conception préliminaire des bâtiments et de calcul de leurs proportions sur la base de relations mathématiques.

Il en résulte une charmante harmonie de l’ensemble et de ses parties, que l’on peut observer dans le mausolée Ismail Samani à Boukhara. Le mausolée est une sorte de bâtiment central, qui est un cube aux surfaces légèrement inclinées et au dôme hémisphérique.

Le mausolée est caractérisé par un dessin qui relie le dôme aux carrés des murs. Cette conception a déterminé dans une large mesure l’aspect intérieur et extérieur du bâtiment.

Le bâtiment du mausolée était censé être solide, bien qu’il ait rempli la tâche de la construction la plus légère. Sur les murs massifs, d’une épaisseur de 1,8 m, les murs carrés de la pièce étaient pourvus d’arcs relativement fins – quatre arcs sur les murs et quatre angles.

Les murs épais ont empêché la structure de s’effondrer pendant un millénaire. Au sommet du bâtiment, derrière les arcs, se trouve une galerie lumineuse qui s’ouvre sur l’extérieur par une arcade de petites fenêtres en ogive.

Cela rend la structure légère et résistante et crée une sorte d’illumination à l’intérieur du mausolée. Les quatre façades du mausolée d’Ismail Samani sont identiques. Le centre de chaque côté est coupé par un grand arc en ogive, et les coins sont flanqués de colonnes massives de briques aux trois quarts.

Les murs intérieurs et extérieurs du bâtiment sont traités avec une maçonnerie de briques à motifs, créant une riche texture d’ombre et de lumière sur les murs qui donne au bâtiment une certaine luminosité.

Le mausolée Ismail Samani à Boukhara, construit au tournant des IXe et Xe siècles. Selon la légende, elle a été construite par Ismail Samani – l’actuel fondateur de l’État samanide, qui a conquis Boukhara en 874 et en a fait sa capitale – pour son père Amad ibn Asad.

Plus tard, le mausolée est devenu le tombeau familial des Samanides : Ismail lui-même y a été enterré et ensuite, selon les inscriptions au-dessus de l’entrée, le petit-fils d’Ismail. La durée de construction du mausolée d’Ismail Samani se situe entre 892 et 943 ans.

Le bâtiment a été bien conservé jusqu’à notre époque et est en excellent état. Le mausolée est considéré à juste titre comme l’une des œuvres les plus parfaites de l’architecture mondiale.

La vocation du mausolée comme tombeau a conduit à la création d’un espace carré à une seule chambre avec une structure intérieure à trois niveaux : un quadruple, un octogone et une coupole.

Il faut croire qu’à l’époque de la construction du mausolée, une telle interprétation de l’intérieur de la coupole était un long chemin de développement et est devenue une tradition.

La disposition des ouvertures de la galerie du mausolée de Samanide nous intéresse particulièrement : la position relativement élevée des ouvertures, leur taille minuscule qui rappelle les meurtrières, la présence d’appuis de fenêtre inclinés et de niches de fenêtre en forme de bande à l’extérieur du bâtiment.

Lieux d’intérêt
Sayf ad-Din Baharzi Mausoleum in Buchara

Boukhara - Mausolée Sayf ad-Din Baharzi

Boukhara - Mausolée Sayf ad-Din Baharzi

Le cheikh Sayf ad-Din Baharzi (1190 – 1261), disciple de l’exceptionnel soufi khorezmien Nadschm ad-Din Kubro (m. 1220), a prêché à Boukhara, où il a fondé la célèbre khanaqa des adeptes du soufisme “kubroviyya”.

À Boukhara, le cheikh Baharzi a réussi à convertir le khan de la Horde d’or Berke à l’Islam. À la fin du XIXe siècle, il a dirigé un medrese à Boukhara, fondé par le dignitaire mongol, le musulman Ma’skd-bek.

La khanaqa soufie de Fatkhabad est apparue au début du 10e siècle, apparemment quelque temps après la création de la confrérie Kubrawiyya (tariqa) à Khorezm, fondée par Nadschm an-Din al-Kubra.

Le Qubrawiyya représentait l’école mystique d’Asie centrale, était traditionnellement sunnite et a étendu ses activités aux frontières de la Chine occidentale, opérant jusqu’au 18e siècle.

Sayf ad-Din Baharzi était un murid (disciple) de Nadschm ad-Din Kubro, son disciple et propagateur des idées d’al-Kubro. La Khanaqa pratiquait le zikr silencieux et fort, le chant du moi, et prêchait les idées d’al-Qubro – la pureté rituelle, le jeûne, le silence, le retrait du monde et le souvenir spirituel de Dieu.

Comme dans la Tariqa Kubrawiyya, l’autorité du cheikh suprême (calife) était héréditaire dans la communauté de Fatkhabad ; tous les descendants de Sayf ad-Din Baharzi étaient des cheikhs et dirigeaient la Fatkhabad.

Le Mausolée Sayf ad-Din Baharzi à Boukhara se distingue par ses formes grandioses, la grandeur de sa construction et l’extraordinaire simplicité et clarté de son idée architecturale. Il s’agit d’un bâtiment au plan plus complexe – avec un tombeau – purkhona et un espace de mémoire – Ziarat-Khona.

Deux dômes au-dessus forment le profil du bâtiment. Le Mausolée Sayf ad-Din Baharzi à Boukhara est presque sans ornement, mais l’élément décoratif le plus riche du monument – une pierre tombale luxueuse se trouvant dans la salle du gurkhona – fait plus que le couvrir.

Cette pierre tombale, avec l’étonnante délicatesse et la polyvalence du motif, la complexité sans limite du tissage de l’ornement végétal et la ligature la plus complexe des inscriptions arabes, est un véritable chef-d’œuvre de la sculpture sur bois médiévale.

Après sa mort, le cheikh Sayf ad-Din Baharzi a été enterré à Boukhara, dans le district de Fatkhabad. A la fin du XIIIe siècle, le mausolée a été construit sur sa tombe, auquel a été ajouté au XIVe siècle le dôme Khanaqa avec portail.

Cette khanaqa a été un lieu de rencontres soufies jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Lieux d’intérêt
Kalon Minor - Bukhara

Boukhara - Minaret Kalon

Boukhara - Minaret Kalon

Depuis plus de huit siècles, le Minaret Kalon s’élève au-dessus de l’ancienne Boukhara, sans laquelle l’aspect architectural de la ville est difficile à imaginer. Le Minaret détermine en grande partie la silhouette de la ville. C’est tout à fait compréhensible, car on peut le voir de loin, quel que soit le côté d’où l’on s’approche de Boukhara.

Le Minaret Kalon (“Grand Minaret”) est devenu le symbole principal de Boukhara. Pendant mille ans, cette tour sacrée a dominé Boukhara et proclamé la grandeur de la foi islamique.

Au pied du minaret se trouve l’ensemble central de Boukhara – Poi-Kalon (“Au pied du Grand”), auquel appartiennent la Mosquée Kalon (XVe – XVIe siècles), la Madrasa Miri-Arabe (XVIe siècle) et la Madrasa Amir-Alim-Khan (début du XXe siècle).

Le Minaret Kalon a remplacé le premier Minaret de Boukhara, qui selon les informations d’al-Narshahi a été construit dans les années 918 – 919 et démantelé dans les années 1120 sur ordre des Karakhanides Arslan-Khan. De nombreuses légendes sont liées au minaret d’Arslan-Khan, dont le sommet se trouverait dans la plaine de Samarkand.

Le créateur du chef-d’œuvre architectural, “la perle de l’Orient médiéval”, est l’Ustod (maître) Baqi. Son nom est lié à une merveilleuse légende sur un certain architecte qui n’a pas épargné sa vie pour préserver le secret de la construction des minarets et le transmettre à ses étudiants.

En même temps, l’ensemble Poi-Kalon est l’une des plus importantes places centrales entre les jardins principaux de la Mosquée Kalon Jome (la cathédrale de la mosquée) et la Madrasa Miri-Arabe. Sur le troisième côté, la vue de la place est fermée par un minaret et une salle de bibliothèque voûtée.

Le Minaret Kalon a été construit en 1127 par les Karakhanides Arslan-Khan après que l’ancien minaret, qui se trouvait près des murs de la citadelle, ait été enterré et que la mosquée de la cathédrale ait été déplacée aux limites de la ville.

Le nouveau minaret a été construit entièrement en briques cuites avec un lien fin. Elle a la forme d’une tour ronde de 45,5 mètres de haut, avec un diamètre de 9 mètres à la base et de 6 mètres au-dessus.

La surface du minaret est décorée de 12 bandes d’ornements géométriques, dont une partie contient des écritures koufi. Le minaret indique l’année de construction – 1127 – et le nom de l’architecte – Baqi.

Selon la légende, Baqi, après avoir posé les fondations du minaret, a soudainement “disparu” et n’est réapparu que lorsque la solution s’est durcie. Il craignait que le Khan ne précipite la construction et que cela n’entraîne l’effondrement du minaret, comme cela s’est produit en 1121.

A l’intérieur de la tour, il y a un escalier en colimaçon de 104 marches, au sommet il y a une lanterne avec 16 arcs décorés de stalactites. Autrefois, la partie supérieure du minaret était située au-dessus de la lanterne. Après sa perte, une superstructure moderne a été construite à cet endroit.

La partie supérieure du Minaret Kalon a été endommagée lors des tirs d’artillerie et du bombardement aérien de Boukhara par l’Armée rouge en 1920 et a été restaurée grâce à des travaux de restauration.

Le Minaret Kalon a un autre nom – “Tour de la mort”, qui est lié au fait qu’il était un lieu d’exécution – de sa plate-forme supérieure, les gens étaient jetés à la mort.

Le Minaret Kalon a reçu une forme originale, qui a ensuite été imitée à plusieurs reprises. Au-dessus de la lanterne, il y avait probablement une deuxième branche dont il ne restait que la base du pivot central.

Le Minaret Kalon est strict, majestueux et bien équilibré dans ses formes monumentales et multiples et lourdes. En même temps, il est clairement agencé et filigrané dans tous ses détails. Ses proportions et ses divisions ont résisté à tous les tremblements de terre qui ont détruit plus d’un gratte-ciel en Ouzbékistan.

Le secret de sa stabilité réside dans les proportions empiriquement correctes de ses parties, dans la construction de ses fondations et dans la haute qualité de sa maçonnerie. Le Minaret Kalon est relié par un pont au toit de la Mosquée Kalon Jome (la cathédrale de la mosquée), d’où vous pouvez entrer à l’intérieur du minaret et monter à la rotonde par un escalier en colimaçon étroit et raide en brique de 105 marches.

De la rotonde du Minaret, on a une vue magnifique sur Boukhara, les vestiges de ses murs.

Lieux d’intérêt
Miri Arab Medrese in Buchara

Boukhara - Miri Arab Médersa

Boukhara - Miri Arab Médersa

Miri Arab Médersa est une institution éducative et religieuse islamique datant du 16ème siècle à Boukhara. Il a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Poi-Kalon Médersa fait partie de l’ensemble architectural Poi-Kalon (il comprend trois bâtiments – la madrasa, la mosquée et le minaret). Miri Arab Médersa est située de l’autre côté de la mosquée de Kalon.

Miri Arab Médersa à Boukhara a été construite dans le premier tiers du 16ème siècle sur ordre du Cheikh Sayyid Abdullah al-Yamani Khazaramavti. Ce cheikh a eu une grande influence sur le dirigeant Ubaidullah Khan. Une énorme fortune a été dépensée pour la construction de la mosquée : une version – 3 000 prisonniers persans ont été vendus en esclavage à cette fin, et une autre version – les ressources ont été obtenues lors de campagnes militaires.

Même les historiens ne peuvent s’entendre sur la date exacte de la construction de la madrasa. Certains disent que c’est en 1535 – 1536 et le reste – qu’à cette époque, la Miri Arab Médersa avait déjà été construite, car avant sa mort, Sayyid Abdullah al-Yamani Khazaramavti (il est mort en 1526) a ordonné de l’enterrer sur le territoire des Médersa. Il est possible que Miri Arab ait été reconstruite dans les années 1535 – 1536, c’est pourquoi cette date est donnée. D’ailleurs, exactement après la mort de Sayyid Abdullah al-Yamani Khazaramavti, les Médersa ont reçu le nom de Miri Arab, qui signifie “propriété de l’Arabe”.

Bien que la construction ait été réalisée conformément au schéma structurel existant, l’ensemble a été exécuté avec une certaine ampleur et liberté. La madrasa compte 111 hujras assez spacieux, chacun d’entre eux étant composé d’un petit salon, d’une salle de séjour avec placards et d’un débarras.

Les spacieux aivans servaient d’auditoriums d’été. La tombe du fondateur et constructeur de la madrasa a pris la place d’une grande darshana sur la façade principale.

La taille de la Médersa Miri-Arabe est de 73 x 55 mètres.

Sa façade majestueuse est élevée sur une haute plate-forme au-dessus du terrain de la mosquée de Kalon et est entièrement recouverte de mosaïques. Il est entouré de tours d’angle massives. Au milieu de la façade se trouve un haut portail d’entrée avec une voûte en forme de pieuvre semi-circulaire et des loggias à deux étages sur les côtés.

Les halls d’angle sont couronnés par des dômes turquoise. Leurs hauts tambours cylindriques sont décorés de mosaïques de tuiles qui forment les bordures et les textes épigraphiques.

Deux grandes salles se trouvent aux coins de la façade avant de la madrasa. Dans la salle sud, il y a un public et une mosquée, et dans la salle nord, il y a une nécropole de Cheikh Miri Arab (“Prince des Arabes”) – c’est le nom de Sayyid Shams ad-Din Abdullah al-Arabi, qui venait du Yémen.

Dans les années 80 du XVe siècle, Miri Arab s’est installée en Asie centrale et est devenue l’apprentie de Khodscha Ahrar. Il était le chef des musulmans de Boukhara et jouissait d’une grande autorité au sein des tribunaux de Muhammad Shaybani et Ubaidullah Khan.

Ubaidullah Khan révérait Miri Arab comme son professeur spirituel. Ubaidullah Khan était l’homme instruit de son temps. Il récitait librement le Coran, écrivait des commentaires en vieil ouzbek, écrivait plusieurs tracts soufis, était un chanteur et un musicien doué.

Jusqu’en 1920, les Médersa se trouvaient dans l’émirat de Boukhara (un État situé sur le territoire de l’actuel Ouzbékistan, du Tadjikistan et d’une partie du Turkménistan). Après 1920, lorsque l’Union soviétique est arrivée au pouvoir, les madrasa ont été fermées. En 1945, cependant, le mufti Eshon Bobokhon réussit à découvrir Miri Arab. Jusqu’en 1989, elle était la seule Médersa d’URSS (une autre Médersa de 1956 à 1961 se trouvait à Tachkent, mais elle a été fermée à cause de l’accident du bâtiment).

L’étude dans la madrasa durait 9 ans, si l’étudiant de première année avait déjà une éducation secondaire laïque – 4 ans. Le programme comprenait des sujets laïques et religieux et était supervisé par le Conseil pour les affaires religieuses du gouvernement de l’URSS. Il y avait très peu d’étudiants dans les Médersa: chaque année, entre 40 et 80 personnes y étudiaient.

Les curiosités de la Médersa sont les portails internes ouverts, qui sont situés sur les axes de la cour et servent de salles de classe d’été. Pour la décoration extérieure, on a utilisé des mosaïques sculptées avec des ornements essentiellement végétaux et une écriture complexe en forme de Sülüs.

C’est cette Médersa qui a donné à l’Orient islamique les personnalités les plus éclairées en matière d’études religieuses, de poésie et de culture.

La Miri Arab Médersa est l’un des plus importants établissements d’enseignement religieux de Boukhara. Ici, les futurs Muftis (juristes islamiques) entrent dans toutes les subtilités de l’Islam.

Lieux d’intérêt
Baland Moschee in Buchara

Boukhara - Mosquée de Baland

Boukhara - Mosquée de Baland

La mosquée de Baland est une manifestation typique de l’innovation dans l’architecture à Boukhara à la fin de l’ère Navoi et dans les premières décennies du khanat ouzbek. Le nom de la mosquée Baland doit sa renommée à son emplacement sur la haute fondation de pierre.

Au sud du parc de la ville et de la Kosh Medrese, dans la profondeur des bâtiments résidentiels de Boukhara, se trouve une mosquée historique appelée Baland (“Haute”). Cette mosquée du riche quartier de Boukhara a plus de cinq cents ans.

La partie la plus ancienne est un bâtiment d’hiver rectangulaire. Il est entouré d’un aivan à piliers en forme de L, qui sert de mosquée d’été. Les colonnes en bois avec des chapiteaux à stalactites sur des bases en marbre et un plafond en aivan ont été réalisées au XIXe siècle, remplaçant les structures précédentes.

Le plafond suspendu de la mosquée de Baland est unique, décoré d’ornements géométriques et de dômes sculptés dans le bois. Le petit hall intérieur de la structure possède un mihrab richement décoré et une chaire en bois – minbar. Le mihrab et les panneaux muraux sont recouverts de mosaïque Kashin sculptée dans des teintes bleu-vert.

Les murs de la mosquée sont recouverts de peinture polychrome en technique kundal avec une dorure abondante. En raison de l’ornementation florale et végétale, cette peinture donne l’impression de “tapis” muraux.

Une atmosphère spirituelle particulière est créée par les inscriptions arabes en écriture Sülüs compliquée.

Le volume cubique avec plafond suspendu plat et Aivan sur les colonnes en bois sculpté est un exemple typique des mosquées Guzar du quartier. La splendeur colorée de la mosquée est concentrée dans son intérieur, dans la décoration du plafond et des murs.

La prédominance des surfaces est compensée ici par les proportions classiques des pièces : un panneau, au-dessus de celui-ci des grands et des petits panneaux, puis une frise. Le panneau de la mosquée de Baland est constitué d’une série de cadres rectangulaires, chacun rempli d’un motif de mosaïque.

La partie centrale du mur est décorée d’un panneau en forme de lancette rempli d’un motif floral, puis d’un étroit panneau d’inscription au-dessus du cadre, puis d’un cordon moulé au-dessus du cadre – ils alternent les uns avec les autres et varient en forme et en motif.

Le plafond est en bois, finement sculpté, avec un évidement en pierre au centre de la figure en forme d’étoile. Les carreaux hexagonaux des panneaux sont ornés d’une peinture décorative en or.

Dans la mosquée de Baland, les moyens de décoration picturale des murs sont développés avec un extraordinaire brio à Boukhara.

Il n’est pas surprenant que dans l’architecture des temps plus récents, les architectes se soient tournés à plusieurs reprises vers l’intérieur de la mosquée comme modèle et digne exemple.

Lieux d’intérêt
Magoki Attori Moschee in Buchara

Boukhara - Mosquée Magoki Attori

Boukhara - Mosquée Magoki Attori

Dans le centre de Boukhara se trouve la Mosquée historique appelée Magoki Attori, qui est unique à bien des égards car elle a conservé le plan et le décor d’origine du bâtiment. Les chercheurs ont déterminé que la mosquée a été construite avant l’Islam et qu’elle est l’une des plus anciennes de Boukhara. Sur le chantier de construction, Magoki-Attori était situé le temple des adorateurs du feu, un temple de la lune, c’est pourquoi on lui a donné le deuxième nom – Mosquée Moh (Persan – Mah, Tadjik – Moh – la Lune). Avant la construction de la première synagogue, les Juifs priaient dans la même Mosquée que les Musulmans. Le marché de la Lune se trouvait à proximité et le commerce des médicaments et des épices y était florissant. Lors de la célébration du Novruz, un grand nombre de figures de diverses divinités de la religion zoroastrienne étaient exposées dans ce bazar, représentant l’abondance des récoltes et la fertilité.

Dans les derniers travaux de Narshakhi, la mosquée construite sur le site du Temple de la Lune est appelée “Magok”, ce qui signifie “dans une fosse”, donc les locaux la considéraient comme une mosquée souterraine, d’où son nom Magoki Attori.

Après l’introduction de l’Islam, le temple des adorateurs du feu a été détruit et une mosquée a été construite à sa place. Les découvertes archéologiques dans la région ont conduit les scientifiques à conclure que la date approximative de construction de cette structure remonte au IXe siècle.

Dans une tentative de reconstitution de la construction originale de la mosquée, les archéologues ont découvert qu’elle était construite avec six colonnes de soutien et un dôme massif de douze. Un arc avec des sculptures complexes reposant sur deux piliers de pierre a été construit pour l’entrée principale. Il était situé dans la partie longue du bâtiment et était légèrement excentré.

Malheureusement, le bâtiment original de Magoki-Attori a été presque entièrement détruit par un incendie à la fin du Xe siècle. Aujourd’hui, seuls les éléments restants des murs et les fragments de la bande sculptée en sont visibles. Deux siècles plus tard, la maison de prière a été reconstruite selon le même plan architectural. La nouvelle mosquée a existé pendant environ trois siècles et a été détruite pendant cette période. Tout ce qui reste de cette structure est le portail sud avec sa décoration unique.

Dans la construction de la Mosquée Magoki Attori à Boukhara, les constructeurs ont réussi à combiner des motifs de briques en forme d'”arcs” avec des inserts vitrés et des mosaïques de terre cuite. Les panneaux disposés verticalement étaient massivement recouverts d’inscriptions en arabe, ainsi que généreusement décorés de reliefs. La forme inhabituelle des motifs et le jeu original d’ombres sur ceux-ci suggèrent un haut niveau artistique des architectes boukharais de cette époque.

En 1547, lors de la reconstruction de la mosquée, le niveau du sol autour de celle-ci a tellement augmenté qu’il a fallu construire une nouvelle entrée et faire une descente sous la forme d’un large escalier.

À cette époque, le portail sud était déjà à 6 à 8 mètres dans le sol. Dans les années 1920, le portail a été fouillé, ses parties supérieures et latérales détruites ont été renforcées, et la façade a été nettoyée et partiellement restaurée.

Lieux d’intérêt
Labi Hovus in Buchara

Boukhara - Nodir Devon Begi Khanqah

Boukhara - Nodir Devon Begi Khanqah

Nodir Devon Begi Khanqah à Boukhara est un grand bâtiment à plusieurs chambres avec un hall central en forme de dôme (11,2 m de long), percé sur les côtés par des niches peu profondes. La Khanqah fait partie de l’ensemble Nodir Devon Begi.

En raison de son emplacement ainsi que de la grande salle existante avec une bonne acoustique, le Nodir Devon Begi Khanqah à Boukhara a été le centre de la vie culturelle et religieuse de Boukhara pendant des siècles.

Les Ashtarkhanides et les Chaybanides ont tous deux encouragé les communautés soufies. Le cheikh Khodja Hashim de Juibar (mort en 1636) a joué un rôle particulier dans leur État au cours des premières décennies de leur règne.

Grâce à lui, l’Imamkuli-khan (1611-1642) a pu s’établir sur le trône de Boukhara. Khodja Hashim était le conseiller spirituel non seulement du Khan de Boukhara, mais aussi du souverain de Samarkand, Yalangtush-biya (il a plus tard enterré Khodja Hashim dans la medrese de Sher-Dor), ainsi que d’un important dignitaire des Ashtarkhanides, Nodir Devon Begi.

Ce dernier est surtout connu pour avoir construit une medrese près de la nécropole de Khodja Akhrar à Samarkand.

Probablement sur les instructions de Khodja Hashim, Nodir Devon Begi a construit une grande khanqah soufie à l’est de la mosquée Magoki Attari en 1619-1620. C’est une structure massive avec une salle cruciforme sous le dôme et des hujshras dans les coins.

Lieux d’intérêt
Sitorai Mohi Hossa - Bukhara

Boukhara - Sitorai Mokhi Khosa

Boukhara - Sitorai Mokhi Khosa

Le palais d’été de l’émir de Boukhara Sitorai-Mokhi-Khosa (du persan “Maison de la lune et des étoiles”) est situé à 4 kilomètres au nord de Boukhara. La construction du palais a commencé à la fin du XIXe siècle, lorsque les meilleurs artisans de l’empire ont été envoyés à Saint-Pétersbourg et à Yalta par ordre de l’émir de Boukhara, Ahadkhan, pour étudier l’expérience des architectes russes. En 1890, des architectes locaux, sous la direction de Usto Hodja Hafiz, ont construit un ancien palais.

Par conséquent, l’architecture de l’ensemble est une combinaison d’éléments d’architecture européenne typique avec la décoration intérieure des palais d’Ispahan et les traditions architecturales locales séculaires.

Certains des palais y ont même existé sous l’Émir Nasrullah et Muzaffar. Cependant, ce n’est que sous le règne de l’émir Abdullahad que des travaux de construction à grande échelle ont commencé à Sitorai-Mokhi-Khosa à Boukhara.

Le nouveau palais le plus intéressant, composé de plusieurs structures remarquables, telles que l’arc de triomphe de la porte d’entrée avec des mosaïques ; des galeries en ligne droite autour de la cour ; une section d’architecture européenne avec une serre devant un grand bassin d’eau (1917 – 1918) et les salles du harem de l’Emir, situées au milieu du jardin. La partie principale du palais se compose de plusieurs pièces et appartements privés de l’émir.

La salle la plus connue dans ce domaine est la Salle Blanche. La construction de la salle a duré 2 ans (1912 – 1914). Sous l’Émir Alim-khan, le nouveau complexe palatial Sitorai-Mokhi-Khosa a été construit à Boukhara.

Le bâtiment principal du palais contenait les salles de réception et les quartiers personnels de l’émir. Le nouveau complexe Sitorai-Mokhi-Khosa accueillait principalement des fonctionnaires russes, tandis que les souverains et les autorités de Boukhara étaient reçus dans l’ancien palais.

À côté du nouveau palais se trouvaient la caserne de la garde personnelle de l’émir Alim-khan, la centrale électrique, les locaux des fonctionnaires et des serviteurs privilégiés, les ateliers et autres bâtiments domestiques.

Le projet des nouveaux bâtiments a été conçu par l’ingénieur Margulis. Les poêles en faïence hollandais, le verre coloré, les miroirs étaient fournis par les usines russes. Les lions en marbre à l’entrée ont été fabriqués par des artisans de Nurata, qui ont également réalisé les déversoirs en marbre des maisons en forme de gueule de dragon.

Un groupe de 25 à 30 ouvriers qualifiés, dirigé par le légendaire artisan Usto Shirin Mouradov, a achevé la décoration du palais. Mouradov a principalement créé des gulganch (plâtre sculpté) qui ont recouvert les murs et le plafond du palais.

Lieux d’intérêt

Boukhara - Toqi Telpak Furushon

Boukhara - Toqi Telpak Furushon

Toqi Telpak Furushon (dans certaines sources – Taqi Telpakfurushon) est l’un des bazars traditionnels d’intérieur préservés de Boukhara. Il a été construit en 1570-1571 sous Abdullah Khan II, l’un des dirigeants de la dynastie des Shaibanides. Ce sont les Shaibanides qui ont commencé à faire de Boukhara un important centre commercial, situé au carrefour de nombreuses routes caravanières. Le symbole de la réalisation de cet objectif était les dômes commerciales, qui rassemblaient sous leur toit des marchands de différentes parties du monde.

Le matériau à partir duquel le dôme commercial a été construit était du carrelage céramique. Cette structure inhabituelle est une sorte d’hexagone à la base. Une telle solution d’urbanisme était très favorable en termes de compacité, car Telpak Furushon a été construit à un carrefour où cinq rues convergeaient en un seul endroit. Sa partie centrale est un dôme sphérique d’une beauté étonnante, percé de petites ouvertures. Le dôme est soutenu par six pylônes, il est éclairé sur 12 côtés, les touristes sont particulièrement intéressés par l’observation du dôme de l’intérieur.

Le diamètre du dôme principal de Toqi Telpak Furushon est de 14,5 mètres.

En plus du dôme principal, de petits dômes avec des niches ont été construits au-dessus du centre commercial. Autour du dôme principal, il y avait généralement des salles de stockage, des caravansérails pour les marchands en visite et des entrepôts pour les produits à vendre. La sortie du passage ouest du Dôme Commercial mène à la rue Mekhtar Ambar, où vous pouvez visiter l’ancien caravansérail de Kuleta, où les voyageurs se reposaient dans l’Antiquité. Faisant partie de la partie historique de Boukhara, le dôme a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Au XVIe siècle, Boukhara est devenu célèbre en tant qu’important centre commercial et les bazars de ses rues ont commencé à se transformer en grands marchés. La particularité de cette période est l’installation de boutiques commerciales dans différentes rues selon le type de produits vendus. Afin de créer les conditions les plus favorables pour le commerce et les marchands voyageant sur la Grande Route de la Soie, la construction de dômes commercials a commencé – des plafonds voûtés multi-ventilés aux carrefours et aux places appelés “courants”. Des marchands de l’Inde, de l’Empire russe, de l’Iran, de la Chine et de nombreux autres pays sont venus ici. On peut dire que les dômes commercials du Boukhara médiéval étaient un prototype des centres commerciaux modernes, mais ils se différenciaient par le fait que dans chacun d’eux on pouvait acheter un certain type de produits.

Au début, les libraires se réunissaient sous le dôme du Telpak Furushon. C’est pourquoi son nom d’origine était Kitab-Furushon, qui signifie littéralement “la coupole des libraires”. Sous les dômes du Telpak Furushon, la vente de toutes sortes de coiffures pour adultes et enfants, hommes et femmes, a commencé : perles brodées, coiffes en or ou en pierres précieuses, Telpaks (chapeaux de fourrure) solides, chapeaux de fourrure, turbans insolites, chuguras (casquettes en fourrure et en laine de mouton) et autres choses de ce genre. Ils ont été achetés par des locaux et des visiteurs étrangers. Cette tradition a été préservée jusqu’à aujourd’hui. Comme à une certaine époque, la direction commerciale sous le dôme a été modifiée, son nom a également changé.

Le mot “telpak” est une coiffe traditionnelle en laine de mouton. Toqi Telpak Furushon signifie littéralement “le dôme des marchands de coiffures”.

Aujourd’hui, les touristes peuvent visiter Toqi Telpak Furushon pour voir un bâtiment à l’histoire ancienne et acheter divers souvenirs, des antiquités, des vêtements, des foulards fabriqués par des artisans locaux. Dans ce célèbre endroit de Boukhara, vous pouvez encore acheter une variété d’écharpes et de beaux chapeaux. Vous pouvez négocier avec les vendeurs et baisser le prix, bien qu’il ne soit pas aussi élevé que ce qu’écrivent les touristes.

Il est agréable de se promener le long des rangées commerciales colorées de l’Est après avoir visité les madrassas et les mosquées de la vieille ville. De plus, il y a toujours une ombre fraîche sous les galeries marchandes couvertes et une légère brise souffle en permanence. Non loin du dôme commercial se trouve une forge où l’on fabrique des couteaux et d’autres outils à l’aide d’une technologie ancienne.

Lieux d’intérêt
Zindan in Buchara

Boukhara - Zindan

Boukhara - Zindan

“Zindan” en persan signifie “prison”, “donjon”, une fosse pour les prisonniers à Boukhara. La prison du XVIIIe siècle a été construite à l’angle nord-ouest de l’ancien Sharhistan.

Extérieurement, Zindan ressemblait à une petite forteresse. Zindan se composait de plusieurs cellules pour les débiteurs, de cellules individuelles et d’un trou de six mètres de profondeur, le soi-disant trou noir, où les prisonniers et la nourriture pour eux étaient descendus sur des cordes. Il n’y avait que deux Zindan (prisons) à Boukhara.

L’un d’eux se trouvait à l’intérieur de la forteresse Ark et des prisonniers politiques y étaient détenus.

Le mot “zindan” en persan signifie “sous terre, dans l’obscurité”. Deux fois par mois, les prisonniers étaient conduits sur la place du Registan devant Ark, où l’émir décidait quels criminels devaient être exécutés et lesquels devaient être graciés.

Aujourd’hui, à Zindan, il y a plusieurs salles avec des mannequins représentant des prisonniers et aussi une chambre de torture avec des instruments de torture. Les expositions du musée fournissent des informations sur les procédures judiciaires dans l’émirat de Boukhara au XIXe et au début du XXe siècle.

Sur le territoire de la prison se trouve une tombe des prisonniers les plus dignes “Kuchkar-Ata” (VIIIe siècle). Derrière la forteresse Ark (du nord-est) se trouve un bâtiment de prison médiéval – “Zindan”.

Dans ce haut bâtiment, qui ressemble à une forteresse, se trouve aujourd’hui un musée. Dans le passé, la prison se composait de deux parties. Dans la première partie, les prisonniers étaient logés dans des cellules, situées dans plusieurs cours.

Dans la seconde, les criminels étaient dans des fosses profondes où ils étaient descendus avec des cordes. C’est de là que vient le nom “zindan”, qui en persan signifie “souterrain, obscur”.

Lieux d’intérêt

Chahrisabz - les Bains

Chahrisabz - les Bains

Les bains de Chahrisabz sont considérés comme les plus anciens, plus anciens que les bains de Boukhara et de Samarkand. Ce qui est intéressant, c’est que les bains publics de Chahrisabz sont toujours en activité, bien qu’ils aient été construits au milieu du XVe siècle.  La construction du bain est rectangulaire et commence en haut par un vestiaire pour les vêtements de dessus. Ensuite, le long du bain, d’une surface totale de 22,5 x 15 mètres, il y a 4 chambres et la chambre centrale continue non seulement à l’avant mais aussi le long de ses 2 côtés – deux chambres à l’avant et une à gauche, une autre à droite. Toutes les pièces, sauf la première, sont des salles de bain, seule cette première pièce est visible du sol, les autres ne sont visibles qu’avec leur dôme, en fait elles sont creusées dans le sol pour économiser la chaleur et la salubrité. Dans la salle de bain centrale, la plus grande, les gens prenaient de l’eau froide, chaude ou tiède dans les récipients situés devant les fenêtres et la mettaient dans des bassins en cuivre, puis ils se déplaçaient dans différentes pièces, certains préférant les pièces chaudes, d’autres les pièces froides. Ils s’y lavaient, se rinçaient, se massaient ou se faisaient dorloter par les maîtres-nageurs. L’eau était fournie aux réservoirs par une grue qui tirait l’eau du puits.

Les murs et les voûtes des bains étaient recouverts d’un épais mortier de chaux, qui avait des propriétés hydrofuges, et étaient faits de briques carrées brûlées. Le sol était en marbre, et en dessous se trouvait un réseau dense de conduits de chauffage de la même brique, jusqu’à un demi-mètre de diagonale.

Lieux d’intérêt

Chakhrisabz - Ak Saray palais

Chakhrisabz - Ak Saray palais

Aujourd’hui, Chakhrisabz a dépassé ses limites médiévales, mais il est toujours immergé dans le vert émeraude des jardins et au-dessus d’eux, comme s’il émergeait des profondeurs de la mer, s’élèvent les créations majestueuses des architectes des XIV-XVe siècles, dont le palais Ak-Saray.

Il est bien connu qu’un pays, une ville ou un village gagne en popularité et en reconnaissance générale grâce à un point de repère historique, un événement ou une autre caractéristique qui devient sa carte de visite unique.

Chakhrisabz est notamment associé au palais Ak-Saray. De nombreuses légendes étonnantes sont associées à l’histoire de la direction du palais. L’un d’eux raconte que Temur, après avoir fait un plan pour ériger un bâtiment majestueux, a appelé l’architecte à lui et lui a fixé son objectif.

Après avoir écouté le souverain, l’architecte a demandé l’autorisation d’entrer dans la trésorerie. Après avoir reçu l’autorisation, le maître commença à fabriquer des blocs pour la fondation en argile mélangée à de l’or devant Temur.

Constatant la fermeté du gouverneur, il brise les blocs et remet l’or au Trésor public. À la question de Temur : “Pourquoi avez-vous fait cela ? – L’architecte a répondu : “Pour assurer la détermination du souverain à procéder à la construction d’un bâtiment qui exige d’énormes dépenses”.

La deuxième légende dit qu’après l’achèvement des principaux travaux de construction, Temur a commencé à presser les maîtres pour réaliser la décoration du palais. Cependant, ce dernier ne s’est pas empressé de recouvrir le bâtiment de majoliques et de mosaïques.

Lorsque le souverain furieux ordonna d’aller chercher le maître d’œuvre, il s’avéra qu’il avait disparu et qu’une chaîne était suspendue au milieu de l’arche principale du palais. Comme aucun maître égal à lui n’a pu être trouvé, le bâtiment est resté inachevé.

Quelques temps plus tard, l’architecte réapparaît soudainement et, après avoir veillé à ce que la chaîne de l’arche d’entrée soit considérablement abaissée, se met à travailler sur la décoration du palais. À la demande sévère de Temur d’expliquer son étrange fuite et sa soudaine réapparition, l’architecte dit : “Je n’ai pas osé désobéir à l’ordre du Seigneur, mais je ne le pouvais pas non plus, et de toute façon une sévère punition m’attendait, car un bâtiment si magnifique doit s’installer et tenir ferme dans le sol, sinon toute l’ornementation serait détruite.

Le grand souverain appréciait la sagesse et le génie du maître. “Si vous doutez de notre pouvoir, regardez nos bâtiments”. Cette inscription orne le portail du majestueux palais Ak-Saray, construit par le grand chef militaire Amir Temur au XIVe siècle.

Malheureusement, seule une partie du portail d’entrée du palais est arrivée jusqu’à nos jours, mais même les vestiges de ce portail permettent d’imaginer la beauté et la grandeur sans précédent de ce bâtiment. Temur l’a construit sur un champ nu après avoir fait venir 50 000 artisans du bâtiment et maîtres captifs de tout son empire : du Khorezm, de l’Iran, de l’Irak et du nord de l’Inde.

Une légende veut que lorsque les premières briques ont été préparées pour la construction royale, du sable doré y a été ajouté !

Selon le plan du souverain, le bâtiment devait être d’une magnificence inégalée. L’ampleur de la construction était vraiment royale. Le grand souverain n’a épargné aucune dépense. Il voulait désespérément que sa structure soit la plus grande et la meilleure du monde entier.

Les chercheurs ont reconstitué la disposition et la conception du palais à partir des descriptions des contemporains et du matériel des recherches archéologiques. Bien que Ak-Saray se traduise de l’ouzbek par “Palais blanc”, le nom du palais signifie “noble, aristocratique”.

Incroyable, surtout la taille du bâtiment. Seule la cour d’entrée, dont le plan a été restauré, occupait 250 mètres de long et 125 mètres de large. Et la hauteur du portail principal, couronné de créneaux arqués, atteignait 70 mètres. C’est la taille d’une maison de vingt étages.

Les tours d’angle avaient une hauteur d’au moins 80 mètres et l’arche d’entrée avait une portée de plus de 22 mètres. En août 1404, l’ambassadeur du roi castillan Gonzalez de Clavijo a visité le palais Ak-Saray à Chakhrisabz, qu’il a décrit comme suit “Le palais a une très longue entrée et des portes très hautes, et ici, à l’entrée, il y avait des arcs en briques à droite et à gauche, recouverts de tuiles aux motifs différents.

Et sous ces arcs, il y avait comme de petites pièces sans portes, c’est-à-dire des creux avec un sol recouvert de tuiles, et cela pour que les gens puissent s’y asseoir quand le souverain était dans le palais.

Juste après cette porte se trouvait une autre porte, et derrière elle une grande cour pavée de dalles blanches, et entourée de galeries richement ornées, et au milieu de la cour un grand bassin, et cette cour avait environ trois cents pas de large ; et à travers elle ils passaient dans la plus grande salle du palais, par laquelle se trouvait une très grande et haute porte, ornée d’or, d’azur, et de tuiles, le tout très minutieusement réalisé.

Et au-dessus de la porte, au milieu, il y avait une photo d’un lion face au soleil, et exactement les mêmes photos sur les bords. Ils étaient l’emblème du souverain de Samarqand”.

Le palais était utilisé pour les loisirs et les divertissements, mais aussi pour l’administration des affaires de l’État. Dans l’axe de la cour se trouvait une salle sous coupole pour les réunions du divan, le conseil d’État. Elle disposait de petites salles sur deux côtés pour les réunions des conseillers – tavajibeks et divanbeks.

Sous les bâtiments du palais se trouvait un harem, richement orné et richement meublé. Devant, il y avait un jardin ombragé avec des étangs bordés de tuiles à motifs. La véritable merveille de ces années-là était un hauz disposé sur le toit, d’où jaillissait une pittoresque cascade de ruisseaux.

L’eau s’écoulait dans la maison depuis le col de la montagne Takhtakaracha par une gouttière en plomb. L’arche du portail d’entrée Ak-Saray, qui s’est effondrée il y a environ 200 ans, était la plus grande d’Asie centrale. La portée du portail était de 22,5 m. Deux pylônes non reliés de cette majestueuse structure ont été préservés.

La hauteur de ces pylônes, même dans l’état de délabrement actuel, atteint 38 mètres. De nombreux travaux sont en cours pour restaurer et renforcer les pylônes du portail du palais. La mosaïque d’œuvres délicates, composée dans une palette de couleurs complexe, étonne par ses ornements et ses peintures lumineuses et complexes.

La partie préservée des pylônes et de l’arche monumentale est étonnamment grande, 18 étages de haut et environ 20 mètres de large. Le palais Ak-Saray est le plus grand complexe d’architecture civile non seulement à Chakhrisabz et en Asie centrale.

La tradition historique attribue la destruction du majestueux bâtiment à l’émir de Boukhara, Abdullakhan II, qui, lors d’un autre siège du récalcitrant Chakhrisabz, aurait ordonné la destruction des magnifiques bâtiments de Temur et de ses descendants.

Il voulait effacer la mémoire de son illustre prédécesseur, mais malgré tous ses efforts, il n’a pas pu détruire complètement le palais. À la fin du XIXe siècle, il ne restait plus du magnifique palais royal que les pylônes et une partie de l’arc du portail principal.

La construction du palais Ak-Saray incarnait l’idée de Sahibkiran de faire de Chakhrisabz une deuxième capitale nationale, et la création des complexes commémoratifs Dorus-Saodat et Dorut-Tilovat reflétait son ambition de faire de sa ville natale le centre spirituel de Mawara’unnahr.

Dans les années de l’indépendance de l’Ouzbékistan, des travaux de restauration ont été effectués sur les parties préservées du palais. Avec d’autres monuments du Kesh de la période témouride, le palais est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Lieux d’intérêt

Chakhrisabz - Chorsu bazar

Chakhrisabz - Chorsu bazar

Dans un centre commercial et artisanal tel que Chakhrisabz, de nombreux bâtiments commerciaux ont été construits, mais un seul d’entre eux, le bazar couvert Chorsu, construit en 1602, a survécu jusqu’à aujourd’hui.

Le terme “Chorsu” signifie “quatre ruisseaux” ; il était utilisé pour désigner un bâtiment de bazar construit à l’intersection des principales rues du marché. Il est situé au centre de la ville, à l’intersection de l’ancienne route qui commençait à la porte sud de la ville – Charimgar, qui s’appelait la porte de Termez sous Temur – et de la route qui traversait Chakhrisabz d’est en ouest.

Il y avait un bazar et des bains publics qui fonctionnent encore aujourd’hui. Il n’y avait pas de lieu plus approprié pour la construction de la halle du marché. Le bazar couvert Chorsu à Chakhrisabz se distingue par sa ressemblance extérieure avec les dômes commerciaux médiévaux de Boukhara et de Samarkand.

Le bazar est un bâtiment central d’un diamètre de 21 mètres. Quatre portails avec des ouvertures d’arcs d’entrée alignés avec les directions cardinales mènent à l’intérieur du hall central.

Il s’agit d’une zone carrée assez étendue avec des coins inclinés. De là, des couloirs mènent à huit petites salles d’angle. La salle centrale est couverte d’un dôme sphérique sur des voiles arquées et les petites salles d’angle ont de petits dômes.

Les constructeurs n’ont pas décoré le bazar couvert avec des mosaïques ou de la majolique. Toutefois, l’excellente maçonnerie des voiles à chevrons en forme de bouclier a une fonction à la fois esthétique et fonctionnelle.

Chacun des shophouses du Chorsu servait à vendre un type particulier de marchandises – poteries, broderies à la main pour lesquelles les artisans de Kashkadarya sont toujours célèbres, tissus, tapis et autres produits importés et locaux.

Lieux d’intérêt
Complex Chubin in Shakhrisabz

Chakhrisabz - Complexe Chubin

Chakhrisabz - Complexe Chubin

Le complexe architectural de Chubin est situé au nord-est de la ville de Chakhrisabz, dans la mahalla du même nom. Il n’y a pas de données historiques ou littéraires sur la construction du complexe. Le nom “Chubin” fait très probablement référence à l’ancienne maison d’une communauté de menuisiers.

Le monument est un complexe composé de membres fonctionnellement interdépendants – mosquée, hujra formant une cour intérieure, et darwosachona. Le plan architectural du complexe principal de la mosquée est élaboré sur deux axes simultanés.

Le centre de composition du bâtiment est la salle carrée couverte d’un dôme. Sur l’axe ouest-est, il y a une profonde niche semi-octaédrique qui sert de mekhrab et de point focal de l’intérieur.

Sur le même axe, à l’est de l’entrée de la mosquée, il y a une niche de portail semi-octaédrique. Sur l’axe nord-sud se trouvent deux salles en forme de dôme reliées à la salle principale par des ouvertures de faible hauteur et des entrées de portail donnant sur les façades extérieures.

Les salles sont flanquées de salles voûtées symétriques, également orientées vers les façades extérieures, avec des niches voûtées. Les pièces d’angle sont remplies d’enfilades voûtées de deux pièces chacune. Les façades extérieures de ces salles présentent également des niches voûtées.

Dans les enfilades occidentales, il y a des passages supplémentaires depuis le hall principal sous forme de couloirs. Ainsi, le concept d’aménagement du bâtiment a conservé les caractéristiques conventionnelles adoptées dans la solution composite de monuments similaires des XIVe – XVe siècles.

Les façades du bâtiment ont une symétrie conventionnelle. L’axe de symétrie des trois façades Nord, Est et Sud est souligné par des portails. Les niveaux des pylônes sont transformés en petites niches par les pilastres.

Dans les niches sont disposées des arches avec un plan au sol à quatre centres. Le plan du monument peut être décrit comme central, en mettant l’accent sur la façade principale qui fait face à la cour. La composition structurelle et spatiale du complexe de Chubin fait fonctionnellement référence au type architectural de Khonaqo et joue un rôle particulier dans la structure urbaine de Chakhrisabz, avec une place dans le système des points focaux architecturaux de la ville historique.

Lieux d’intérêt

Chakhrisabz - Complexe Dorus Saodat

Chakhrisabz - Complexe Dorus Saodat

En 1380, en même temps que la construction du palais Ak-Saray, la construction d’un autre complexe monumental, connu sous le nom de Dorus-Saodat, a commencé à Chakhrisabz. De l’ensemble Dorus-Saodat, il reste encore aujourd’hui le mausolée de Jahongir et le tombeau de l’Amir Temur, où il n’a jamais été enterré. La raison de la construction du complexe commémoratif est un triste événement : en 1376, le fils aîné de Temur, Jahongir, que le souverain aimait beaucoup et se préparait à être son héritier, mourut subitement dans sa vingt-deuxième année. Les habitants de Samarcande pleuraient la mort inattendue de l’héritier du trône, “le beau prince, le vaillant soldat, a brillé sur la terre comme une rose”. Le prince lui-même est tombé dans une profonde dépression.

Le corps de Jahongir, qui est mort à Samarkand, a été transporté à la maison ancestrale de Chakhrisabz, où il a été enterré dans un cimetière héréditaire dans la région de l’ancien Chakhrisabz Shahristan. Amir Temur a probablement pensé à construire le mausolée ici pour lui-même et ses descendants à cette époque. Cependant, ce n’est que quatre ans plus tard, après la conclusion de la campagne de Khoresm, que la construction du complexe funéraire a commencé. Un mausolée a été construit sur la tombe du prince et une medrese y a été rattachée, qui est devenue le noyau philosophique et spirituel de tout le complexe. Certains chercheurs ont interprété le nom du complexe comme une “leçon de pouvoir” en arabe. Selon l’historien arabe Malikho, la madrasa n’a pas survécu. Elle a été détruite au XVIIe siècle sur ordre d’Abdullakhan.

Des fouilles archéologiques sur le site du complexe Dorus-Saodat à Chakhrisabz ont révélé que Ziyaratkhona – une salle commémorative – jouxtait le mausolée de Jahongir à l’est. Au sud du mausolée, la niche du portail de la madrasa a été trouvée avec une portée de plus de 20 mètres entre les culées. Depuis le portail, un couloir conduisait à la cour de la medrese avec les vestiges des murs des hujshras. Face à la cour se trouvaient de profondes aiwans équipées de soufas. Les dalles de pierre qui servaient à paver les niches des aiwans et un portail ont été conservées. La madrasa Dorus-Saodat était à l’origine destinée non pas à l’éducation mais à des fonctions culturo-mémorales. Les parcelles de terre, les manoirs et les jardins florissants étaient attribués au waqf de la madrasa, dont les revenus étaient utilisés pour l’entretien du tombeau de la dynastie. Selon Ruy González de Clavijo, la medrese et le mausolée de Jahongir étaient richement décorés d’or, d’azur et de tuiles. Le jardin avec des bassins d’eau a également été aménagé ici. En 1394, lors du siège d’une forteresse kurde en Iran, le deuxième fils de l’Amir Temur, l’Umarshikh de vingt-neuf ans, fut tué. Son corps a également été emmené à Chakhrisabz et enterré à Dorus-Saodat. Chaque jour, sur ordre de Temur, vingt moutons bouillis étaient apportés à la madrasa pour commémorer les âmes de ses fils qui y étaient enterrés.

Amir Temur a ordonné qu’une tombe soit construite pour lui-même, mais elle est restée inachevée. En 1404, il la visita et resta insatisfait, disant que l’entrée y était basse et ordonna de la changer. Le mausolée destiné à Amir Temur ne fut pas conservé, mais grâce à des documents historiques et à des recherches archéologiques dans la zone du complexe Dorus Saodat, la tombe d’Amir Temur fut retrouvée. C’est l’un des bâtiments les plus remarquables, majestueux et magnifiques de l’époque d’Amir Temur. Selon les descriptions des contemporains, le luxe étincelant des locaux de surface du Ziyaratkhona contrastait avec l’ascétisme de la crypte souterraine. Après avoir descendu les escaliers raides du côté sud de la tombe, on se retrouve dans une petite pièce de moins de 40 mètres carrés. Les murs, les sols, le dôme et les arcs qui la soutiennent sont faits de blocs de marbre calcaire gris clair. Au centre se trouve un sarcophage de marbre encastré dans le sol, recouvert d’une énorme dalle monolithique de marbre de 11 centimètres d’épaisseur avec cinq anneaux de fer aux coins et au centre. Sur les murs, dans des voûtes et des médaillons, se trouvent les sourates du Coran et des inscriptions de la main de Sülüs qui disent : “La domination appartient à Allah. Seul Allah est éternel”, “Le bien est dans la main d’Allah et Il est puissant en toutes choses”. Le destin a décidé à sa propre discrétion et le lieu de sépulture de Sahibkiran est devenu Gur-Emir à Samarkand.

Le complexe Dorus-Saodat est l’un des ensembles architecturaux les plus romantiques et mystérieux de Chakhrisabz.

Lieux d’intérêt

Chakhrisabz - Crypte de Amir Temur

Chakhrisabz - Crypte de Amir Temur

Derrière le complexe de Dorus Saodat à Chakhrisabz se trouve une crypte de Amir Temur, que les experts pensent que le grand chef de l’armée a préparée pour lui-même. Le monument est une construction architecturale unique. Il n’existe aucun type de crypte comparable dans tout le Proche et le Moyen-Orient.

La crypte a été découverte par des archéologues au milieu du XXe siècle. Cette structure souterraine a un plan cruciforme et est recouverte de marbre avec des inscriptions sculptées. Les fondations fouillées montrent qu’il y avait un mausolée avec une mosquée funéraire au-dessus de la crypte.

Sur les murs et les arcs de la crypte se trouvent des inscriptions qui disent : “La souveraineté appartient à Allah. Seul Allah est éternel”, “Le bien est dans les mains d’Allah et il est puissant en toutes choses”. La première connaissance du texte des inscriptions a été faite par Y. Plus tard, en 1942, le monument a fait l’objet de recherches par M.E. Masson et G.A. Pugachenkova. Selon eux, la crypte est destinée à une seule inhumation, ce qui affecte sa solidité austère et sa taille extraordinaire.

Au centre de la voûte se trouve un sarcophage en marbre recouvert d’une épaisse dalle monolithique de plus de 10 cm d’épaisseur. Aux coins et au centre de la dalle se trouvent des anneaux d’acier destinés à son installation. Des inscriptions ont été gravées sur la dalle, consistant en des messages à Temur et faisant référence à sa vie.

La vie d’Amir Temur a été interrompue en 1405 lors de sa campagne en Chine. Amir Temur n’a jamais été enterré à Chakhrisabz dans la crypte qui lui était destinée, mais a été enterré à Samarkand dans le mausolée de Gur-Emir.

Lieux d’intérêt

Chakhrisabz - l'ensemble Dorut Tilovat

Chakhrisabz - l'ensemble Dorut Tilovat

L’ensemble Dorut-Tilovat de Chakhrisabz se compose de trois structures survivantes sur l’ancienne nécropole de la noblesse de Barlas: deux mausolées de Hazrati Sheikh (Shamsiddin Kulol) et Gumbazi Sayidon et la mosquée Kok Gumbaz Jome.

Ils sont tous les vestiges d’un ancien ensemble de bâtiments qui étaient autrefois réunis dans la madrasa Dorut-Tilovat (Maison de la Réflexion). La structure la plus ancienne est le mausolée de Shamsiddin Kulol, le conseiller spirituel de l’émir Temur et de son père Amir Taraghai.

Shamsiddin Kulol (ou Amiri Kalon – “Grand Emir”) est connu dans le monde musulman comme le maître du Cheikh Bahauddin Naqshbandi de Boukhara, à qui il a enseigné le “Zikr secret” par l’enseignement: “Les bonnes actions ne se trouvent que dans une assemblée de personnes et une société de personnes consiste en une fraternité mutuelle basée sur la condition de ne pas faire aux autres ce qui est interdit. Et si la société des gens qui marchent sur notre chemin vers Dieu a une telle unité, c’est leur bien-être et leur bonheur”.

Le cheikh est mort en 1370 et sa tombe était entourée d’une grande vénération et d’un grand culte. Le complexe commémoratif Dorut-Tilovat (“Lieu de récitation du Saint Coran” ou “Maison de réflexion”) a été établi en 1370 – 1371 après la mort de Shamsiddin Kulol, l’éminente figure religieuse, le fondateur du soufisme, le conseiller spirituel de l’émir Taraghai et de l’émir Temur lui-même, et l’enseignant de Bahauddin Naqshbandi.

Sa tombe est immédiatement devenue un lieu de vénération pour ses nombreux disciples. À côté de la tombe de Sheikh Kulol se trouvait le bâtiment de la madrasa Dorut Tilovat. La dépouille mortelle de l’Amir Taraghai fut placée dans une des salles de la madrasa.

Sous le règne de l’Amir Temur, la tombe de Shamsiddin Kulol a été recouverte de plaques de marbre. Plus tard, sous le règne d’Oulougbek, un mausolée avec un dôme a été construit sur la tombe de Shamsiddin Kulol et sur les restes du bâtiment plus ancien et plus modeste.

En face du mausolée, la mosquée Kok-Gumbaz (le Dôme bleu) a été construite en 1435. L’inscription sur un portail indique que la mosquée a été construite par Oulougbek au nom de son père Shahruch.

Elle est également connue sous le nom de Mosquée du Vendredi-Jome de Chakhrisabz. L’ensemble Dorut-Tilovat est situé au sud des ruines d’Ak-Saray sur l’axe nord-sud, près du monument Charsu et du marché de la ville de Chakhrisabz.

Par rapport aux autres quartiers de la ville, il est relativement élevé. À l’est de ce complexe, à une distance de 200 mètres, se trouve un autre complexe – Dorus Saodat.

Faisant partie de ces complexes, ces bâtiments de culte des époques Amir Temur et Temurid formaient autrefois une seule et même nécropole de la ville de Chakhrisabz. L’émir Temur a ordonné que pour perpétuer la mémoire de son père, l’émir Taraghai (mort en hiver 1360), de son conseiller spirituel, le cheikh émir Shamsiddin Kulol al-Fachuri, et de son fils aîné Mirza Ghiyasiddin Jahongir (mort en 1376), un mausolée séparé soit construit dans le sud d’Ak-Saray.

Un groupe de mausolées reliés à d’autres structures sont connus sous le nom de complexes d’architecture commémorative – Darus-Saodat et Dorut-Tilovat. La crypte d’Amir Temur dans le complexe Darus-Saodat, construite spécialement pour son propre enterrement, est considérée comme la tombe la plus unique de ce type en Orient.

Les deux complexes étaient autrefois une seule et même nécropole, avec un cimetière autour et entre eux. Ces complexes sont aujourd’hui largement connus de la population et sont des lieux de zyarat associés au culte des saints.

La nécropole médiévale de Chakhrisabz occupe une superficie de 1 à 2 hectares. En tant que cimetière, elle n’a pas été utilisée depuis longtemps. Il est possible que le cimetière ait été déplacé dans une autre partie de la ville en raison du réaménagement de la ville au début du pouvoir soviétique.

La zone de l’ancien cimetière est en partie utilisée par la population, l’espace entre les deux complexes est aménagé et planté d’arbres.

Lieux d’intérêt
Mausoleum Gumbazi Sayidon in Shahrisabz

Chakhrisabz - Mausolée Gumbazi Sayidon

Chakhrisabz - Mausolée Gumbazi Sayidon

Sur le côté sud du mausolée de Shamsiddin Kulol, à Chakhrisabz, se trouve un autre mausolée, peut-être par les descendants d’Ulughbek, appelé Gumbazi Sayidon. Au sud du mausolée de Shamsiddin Kulol, un autre mausolée à coupole a été construit par Mirzo Ulughbek.

Il était destiné aux membres décédés de la dynastie des Temurides et était appelé le Maqbara d’Ulughbek. La petite structure séduit par ses proportions gracieuses et la porte d’entrée magnifiquement exécutée, qui est recouverte d’un profond trièdre sculpté d’ornements floraux et épigraphiques.

L’ensemble architectural de la Dorut-Tilovat Madrasa peut être attribué à l’époque oulughbek. Deux ans après la construction de la mosquée Kok Gumbaz à Chakhrisabz, un tombeau connu sous le nom de mausolée Sayidon de Gumbazi – “Sayid Dome” – a été construit sur le mur sud du mausolée Shamsiddin Kulol sur ordre d’Olughbek.

Il complète l’ensemble de Dorut Tilovat. Ce petit mausolée d’une seule pièce aux proportions exquises est orné d’un dôme bleu sur un haut tambour sur lequel sont gravées en mosaïque des inscriptions koufi.

Le bâtiment presque carré a été construit dans le style typique de la période de l’Ulugbeg. L’entrée ouest est ornée d’un petit portail légèrement en saillie et d’une porte en bois recouverte d’un profond trièdre sculpté d’un ornement végétal portant des inscriptions épigraphiques.

La partie inférieure de la salle principale du mausolée est décorée d’un panneau de plaques hexagonales bleues. Le plafond et les voiles du dôme, les niches voûtées et tous les murs du Sayidon de Gumbazi sont recouverts des plus étonnantes peintures fines en rouge et bleu.

La ceinture sous le dôme est remplie d’ornements géométriques formant un motif d’étoile. Le dôme lui-même est décoré de la complexe girikh polyédrique. Les ornements entre les arcs sont peints d’un motif floral et les surfaces des murs sont décorées de spirales.

À travers les fenêtres découpées dans le tambour, l’intérieur du mausolée est éclairé par une mystérieuse lumière ombrageuse dans laquelle le dôme semble flotter à une hauteur inatteignable. Le portail du mausolée porte une inscription en écriture arabe : “Le grand, honorable et généreux sultan Ulugbek Guragan, dignitaire des sultans, maître et défenseur du peuple et de la foi, a ordonné la construction du mausolée makbarat, appelé “Awlad al-Mubarak” (“Progéniture bénie”). Qu’Allah perpétue son règne, au mois de la lune de l’année 841 Hijrah (1437)”.

Il y a eu un long désaccord entre les universitaires sur l’identité des sépultures du mausolée. On pensait autrefois qu’Oulougbek avait construit le mausolée pour les descendants des Temurides. Cependant, aucune des pierres tombales du mausolée n’indique qu’un des descendants d’Oulougbek y ait été enterré.

Parmi les pierres tombales en marbre du 10e au 17e siècle qui ont été apportées au mausolée Sayidon de Gumbazi, quatre appartiennent à des personnages historiques nobles de la famille Sayid de Termez. Il est à noter que les Sayides ont apporté une grande aide à l’émir Temur contre les khans mongols dans la seconde moitié du XIVe siècle.

En particulier, Abu al-Mu’ali, dont la pierre tombale est visible à Gumbazi Sayidon et ailleurs, a été directement impliqué dans les batailles avec les Mongols. Il était également présent lors de l’accession de Temur.

Autour du mausolée se trouvent plusieurs autres tombes. Les pierres tombales en marbre des XV-XVIIe siècles conservent les noms des Sayid de Termez. D’ici, le nouveau nom du mémorial Gumbazi Sayidon (le dôme des Sayid). Au XVIIe siècle, le Khonaqo Arslan-khan a été ajouté au côté est du mausolée du Cheikh Kulol (démoli en 1954).

Entre-temps, les entrées des mausolées ont été réaménagées de sorte que le passage vers Gumbazi Sayidon passe par la khonaqo et le mausolée du Cheikh.

Lieux d’intérêt
Shamsiddin Kulol Mausoleum in Shakhrisabz

Chakhrisabz - Mausolée Shamsiddin Kulol

Chakhrisabz - Mausolée Shamsiddin Kulol

Le mausolée de Shamsiddin Kulol a été construit aux XIV-XVe siècles à Chakhrisabz sous la forme d’un quadrilatère droit (12,1 x 10,6 m) ; le dôme n’a pas été conservé et le mausolée a été recouvert plus tard d’un toit plat.

L’émir Shamsiddin Kulol, qui a vécu environ 90 ans et est mort en 1370, a joué le rôle intellectuel le plus important dans la formation et le développement du futur conquérant et souverain exceptionnel Amir Temur. Il était potier de profession, théologien, philosophe et érudit par vocation. Selon les archives historiques, Shamsiddin Kulol a mené une vie modeste et a aidé de nombreuses personnes par ses conseils et ses actions. Il était très respecté et honorable dans l’État de Temurid.

Après la mort du Cheikh Shamsiddin Kulol, Amir Temur a ordonné à son maître spirituel d’ériger un monument en marbre et un tombeau pour ses parents et ses compagnons d’armes. La tombe du philosophe éclairé, en tant que lieu sacré, a été immédiatement vénérée par de nombreuses personnes et par ses disciples.

Plus tard, Mirzo Ulughbek (le petit-fils de l’émir Temur), un souverain exceptionnel et une figure publique importante, a construit un mausolée à coupole de Shamsiddin Kulol sur le site de sa tombe et de son ancienne structure. L’intérieur du mausolée est étonnamment décoré. Diverses peintures géométriques et végétatives ont été exécutées sur des carreaux de faïence et des majoliques. Les portes sculptées dans le bois sont comme les portes du paradis. Ils ont été sculptés par les maîtres les plus habiles. Le bâtiment a été construit en briques brûlées de forme carrée (26 x 26,5 x 5 cm).

Le cheikh Shamsiddin Kulol al-Keshi, le maître spirituel de l’émir Temur, a été enterré ici. Selon les sources, dans le même mausolée de Chakhrisabz, le père du souverain, Muhammad Taraghay, a été enterré aux pieds du Cheikh Shamsiddin Kulol.

Les murs ont été plâtrés à plusieurs reprises, de sorte qu’ils ont partiellement perdu leur aspect d’origine. Sous le plâtre se trouvent des restes de la mosaïque qui décorait la voûte d’azur. À l’intérieur du mausolée se trouve une tombe carrée en marbre ornée d’un charmant ornement sculpté.

On pense que le Cheikh Shamsiddin Kulol a inspiré à Amir Temur l’idée de sa haute destinée de souverain du monde. Le mausolée à coupole sur la tombe du Cheikh a été construit au début des années 1370 et était à l’origine ouvert sur les quatre côtés.

L’entrée de la mosquée était fermée par un portail. Au XXe siècle, il ne restait plus que les murs et une partie de la pierre tombale en marbre sculpté.

Lieux d’intérêt

Chakhrisabz - Mosquée Kok Gumbaz

Chakhrisabz - Mosquée Kok Gumbaz

La mosquée Kok Gumbaz a été construite en 1435 sur ordre du père d’Oulougbek, Shahrukh à Chakhrisabz. Cette ancienne mosquée de Jome a été construite sur les fondations d’une mosquée prémongole de configuration similaire.

Des galeries d’été jouxtent jadis la mosquée Kok-Gumbaz, dont il reste les bases des pylônes carrés qui soutiennent les arcs, avec de nombreux dômes jetés entre eux.

Entre les ensembles Dorus-Saodat et Dorut-Tilovat se trouvait un autre monument religieux – une nécropole de la noblesse et du clergé locaux. Parmi les majestueux palais et ensembles commémoratifs de Chakhrisabz, le dôme bleu – Kok Gumbaz – s’élève directement des jardins verts.

En raison de son emplacement et de sa taille, il est visible de presque toutes les parties de la ville. Cela fait de Kok Gumbaz un élément irremplaçable du panorama de la ville. Kok Gumbaz signifie “Dôme bleu”.

La mosquée a été construite en 1435 sur les vestiges d’un bâtiment antérieur situé dans le complexe architectural Dorut-Tilovat, sa façade faisant face au mausolée de Shamsiddin Kulol.

En fait, la mosquée Kok Gumbaz est la plus grande mosquée du vendredi à Chakhrisabz et tous les services importants y ont été tenus. L’initiateur de la construction de cette mosquée a été Mirzo Ulugbek – scientifique et astronome de renommée mondiale, figure publique et petit-fils du grand Amir Temur.

Sur le portail de l’entrée principale de la mosquée se trouve une inscription indiquant qu’Oulougbek a construit Kok-Gumbaz au nom de son père – Shakhrukh. La mosquée Kok-Gumbaz a été construite sur les fondations du bâtiment prémongole et les architectes ont suivi le plan de l’ancien bâtiment pendant la construction.

Des galeries d’été jouxtent autrefois la mosquée, dont les bases des pylônes carrés sont conservées, supportant des arcs qui étaient couverts de nombreuses coupoles.

Les puissants pylônes de son portail oriental étaient décorés d’ornements et le tympan comportait une mosaïque étoile-girikh si typique de l’époque d’Oulougbek. Sur le portail, il y a une inscription en arabe: “Cette mosquée de Jome est la plus belle mosquée en hauteur ; elle possède un grand dôme. Ce dôme à Chakhrisabz ressemble au ciel bleu au-dessus de la ville verte”.

Les pylônes du portail principal ont des escaliers en colimaçon qui mènent au toit. La tour Guldasta, qui ressemble à un petit minaret, est attenante aux pylônes. La partie inférieure est recouverte de marbre, la partie supérieure est couronnée du chapiteau en majolique.

Sur les façades nord et sud se trouvent les couloirs ouverts menant à l’intérieur de la mosquée. Lors de la planification du bâtiment, les architectes ont essayé de le faire monter le plus haut possible afin que son axe soit au même niveau que le mausolée de Kulol.

Cela a permis d’obtenir une symétrie parfaite entre les structures, donnant à l’ensemble un style très harmonieux et étudié. Pour y parvenir, les maîtres ont même dû violer la loi islamique en changeant la direction de la mosquée vers la Mecque.

Le dôme sphérique bleu est recouvert de carreaux de céramique bleu ciel, symbolisant le ciel sans nuage au-dessus du vaste domaine du souverain.

De loin, se confondant avec le ciel, il ressemble à un ballon, créant l’illusion de la légèreté et du vol. En dessous, autour de la base du dôme, se trouve une bande de couleur claire sur laquelle sont inscrits des extraits de diverses sourates du Coran.

La belle écriture calligraphique, si caractéristique de la période timuride, contient de nombreux dictons sages et célèbres. Le plus beau et le plus important est celui-ci : “La puissance et la richesse appartiennent à Allah. Seul Allah possède la domination”.

En entrant dans le bâtiment, on voit que l’intérieur est carré. Immédiatement, l’échelle et les dimensions du dôme sont ressenties différemment. Chargée et majestueuse, elle s’élève au-dessus de nos têtes.

Le diamètre du dôme est de 46 mètres. Ici, les sons des voix et des actions s’animent et se fondent en un écho à la fois bizarre et menaçant. Aux coins des murs massifs se trouvent quatre escaliers en colimaçon qui mènent au niveau supérieur, aux chambres et au toit.

La surface des murs à l’intérieur de la mosquée est recouverte d’un ganch blanc (mélange de plâtre et d’argile). À certains endroits, on trouve des ornements et des motifs finement peints dans des tons de bleu et de bleu.

Près des murs se trouvent les niches qui font face aux côtés du monde. L’intérieur de la mosquée Kok Gumbaz est de plan presque carré et comporte quatre niches profondes orientées vers les côtés du monde.

Le mihrab est situé dans la niche occidentale, qui est remplie de stalactites de gangs. Toute la surface des murs de la mosquée a été enduite de ganch blanc et peinte avec les plus beaux ornements bleu-bleu.

Pendant plusieurs siècles, la mosquée Kok-Gumbaz a été la principale mosquée de Jome de Chakhrisabz. À l’est de celle-ci se trouvait un mazar sous le règne d’Oulougbek, où sont conservés les tombeaux de la noblesse et du clergé de la famille Barlas, à laquelle appartenaient les Timurides.

Les pierres tombales en marbre portent les noms des commandants qui ont pris part aux campagnes de Chahroukh et d’Oulbek.

Lieux d’intérêt
Malik Ashtar Mosque in Shakhrisabz

Chakhrisabz - Mosquée Malik Achtar

Chakhrisabz - Mosquée Malik Achtar

Dans la partie nord-est du centre historique de Chakhrisabz, la mosquée historique Malik-Achtar est située entre des maisons résidentielles. Selon la légende, il a été construit à côté de la tombe du seigneur de guerre arabe Malik-Achtar.

Comme la Khanaka de Khodjaa Mirhamid à Chakhrisabz, le complexe de la mosquée Malik-Achtar a également servi de madrasa dans le passé. En témoignent les hujras situées le long du périmètre et couvertes par des dômes.

La mosquée Malik Achtar présente une composition classique de bâtiment de culte islamique. Il incarne symboliquement les principaux éléments de l’univers : une maison de prière faite de boue, des arbres verts, de l’eau “hausa”, un dôme tourné vers le ciel, des piliers en aiwan et un minaret.

La petite ville de Chakhrisabz (“ville verte”, pers.) est située à seulement 90 km au sud de Samarcande, au pied des montagnes Hissar et Zeravshan, au confluent des rivières Aksu et Tanhoz. Il s’agit de l’une des plus anciennes villes du monde ; selon certaines sources, des établissements humains se trouvaient sur ce site dès 1700 avant Jésus-Christ. Les troupes d’Alexandre le Grand y ont défilé, le satrape bactrien Bess a été capturé, un mouvement anti-arabe a vu le jour et les caravanes de la grande route de la soie sont passées par là. L’ancienne Kesh, lieu de naissance de l’émir Temur et ancienne “résidence principale” des Temurides, était autrefois probablement plus grande et plus riche que Samarcande elle-même.

À Chakhrisabz, beaucoup d’efforts sont déployés pour restaurer et reconstruire les monuments de la culture matérielle. Un atelier indépendant de production scientifique et de restauration y a été créé, employant des architectes, des designers, des maîtres d’œuvre, des sculpteurs de bois et de plâtre qualifiés et d’autres maîtres des arts appliqués. Le souci de cette nombreuse équipe créative est de restaurer l’aspect original des monuments médiévaux et de préserver les créations des maîtres anciens pour les siècles à venir.

Lieux d’intérêt

Chakhrisabz - Mur de fortification

Chakhrisabz - Mur de fortification

Chakhrisabz est le lieu de naissance d’Amir Timur (Tamerlane en 1336-1405). Au XIVe siècle, Chakhrisabz a été entourée d’un nouveau mur de fortification sur ses ordres et est devenue non seulement une ville de commerce et d’artisanat, mais aussi de science et de culture. L’envoyé espagnol se rendant à Samarkand à la cour de Tamerlane s’est arrêté dans l’ancien Kesh. L’envoyé Ruy Gonzalez de Clavijo a écrit à propos de l’ancienne Chakhrisabz : “…La ville était entourée d’un mur de terre et d’un profond fossé, il y avait des ponts-levis aux entrées. Pendant la période des Temurides, la ville est devenue l’un des centres culturels de l’Orient. De grands érudits et poètes comme Navoi et Jami la visitèrent. Tamerlane envisage de faire de Chakhrisabz la capitale de son empire, mais choisit Samarkand.

Les parties préservées des mur de fortification de Chakhrisabz montrent qu’il s’agissait de puissantes fortifications, semblables aux murs d’Ichan-Kala à Khiva et d’Ark à Boukhara. Ils étaient également construits en briques de terre et d’argile. Les murs de la ville avaient une épaisseur de 8 à 9 mètres à la base et une hauteur de 11 mètres. Après environ 50 mètres, elles étaient flanquées de tours semi-circulaires. Un profond fossé entourait les murs. Sur chacun des quatre côtés se trouvaient les portes de la ville avec le pont levant. Les murs de la ville ont résisté à de nombreux sièges et sont restés en place jusqu’aux XVIII-XIXe siècles, lorsque les Beks de Chakhrisabz ont défendu leur indépendance lors des guerres avec les émirs de Boukhara.

Lieux d’intérêt
Ulugbek Madrasah in Gijduvan

Gijduvan - Madrasa d'Ulugbek

Gijduvan - Madrasa d'Ulugbek

L’un des monuments, qui, comme nous le savons, n’est pas mentionné dans la littérature scientifique, est situé dans la grande agglomération de Gijduvan, à 40 km de Boukhara. La structure est intéressante car c’est la troisième madrasa construite par Ulugbek, ce qui ajoute à la liste des structures construites par lui.

En outre, c’est un monument important de l’une des périodes les plus glorieuses de l’architecture centrasiatique, qui est due à l’émergence du puissant Empire Temuride, à la concentration d’importantes richesses dans les mains des émirs et des classes dominantes, à l’afflux de main-d’œuvre bon marché sous forme d’esclaves captifs et au développement rapide du commerce et de l’artisanat dans les villes d’Asie centrale.

L’architecture de cette période était très différente, dans sa forme et son contenu, de celle de l’époque précédente. Elle est née des grandes tendances de puissance de l’émirat et s’est efforcée d’éclipser tout ce qui avait précédé par sa grandeur, ses formes monumentales et sa richesse d’ornements azurés et dorés étincelants.

L’afflux d’artistes et d’architectes recrutés dans les territoires conquis par Amir Temur, en particulier en Perse, a déterminé le caractère diversifié de l’architecture, qui a incorporé divers éléments en plus de la tradition ancienne de l’Asie centrale. La fusion de ces éléments hétérogènes a donné naissance à une architecture qui a son propre style et constitue une contribution importante à l’architecture mondiale.

Sous le règne de l’émir Temur (connu en Occident sous le nom de Tamerlan, 1370-1405), le style s’est développé à partir de petites structures fermement liées à l’ancienne tradition locale (premiers mausolées à Chah-i-Zinda datant de la période témouride, Khashma-Ayub à Boukhara, et autres) jusqu’à sa plus haute expression dans la mosquée Bibi-Khanum.

L’activité de construction intensive se poursuit sous Oulougbek, le petit-fils du souverain, et les Témourides qui lui succèdent. À la veille de la chute de l’empire des Temourides, qui n’existait que depuis peu de temps et qui était constamment préparé par les crises du pays et une nouvelle vague d’envahisseurs, des palais, des mosquées et des méderses furent construits, dont les formes et les décorations étaient caractérisées par l’austérité et la splendeur.

L’épanouissement de la vie culturelle a atteint son apogée, suivi d’un lent et progressif déclin sur plusieurs siècles. En architecture, ce déclin s’est manifesté par le fait que les formes architecturales créées sous Amir Temur et ses successeurs, ainsi que les ensembles et les agencements généraux des bâtiments, sont restés les modèles immuables imités par les maîtres d’œuvre ultérieurs qui n’ont rien introduit de fondamentalement nouveau.

L’évolution du style, bien sûr, se poursuit en même temps que les facteurs économiques et politiques changeants, mais elle ne se reflète en grande partie que dans l’interprétation des différents éléments de la structure, dans la décoration plus sophistiquée, perdant la perfection technique d’exécution atteinte aux XIV-XVe siècles, que le pays appauvri ne pouvait pas maintenir, et dans le développement de certaines techniques structurelles, principalement dans le système des plafonds en dôme.

Les madrasas construits par Ulugbek sont les plus anciens bâtiments de ce type en Asie centrale. Nous voyons un type architectural pleinement développé. On ignore si ce type a été développé plus tôt ou seulement à l’époque des Temurides. Nous pouvons seulement dire que les madrasas d’Oulougbek sont le dernier mot dans ce développement, car les madrasas des périodes ultérieures ont principalement répété les formes d’Oulougbek et n’ont permis que des différences mineures.

La madrasa d’Ulugbek à Gijduvan est l’un des principaux éléments de l’ensemble architectural qui est apparu parmi les plus populaires et a joui d’un respect et d’une renommée bien au-delà du district de Gijduvan, le mazar d’Abdul-Halyk Gijduwani, un célèbre mystique soufi. Le bâtiment de la madrasa n’est pas grand. Il est orienté à l’est par l’entrée. Une comparaison de trois madrasa construits par Ulugbek nous donne une image claire des principaux éléments des madrasa en tant que type d’architecture et de leur relation mutuelle.

Les caractéristiques les plus typiques de tous les madrasas sont le développement significatif de la section du portail avec un énorme “peshtak” décoratif, deux grandes salles en forme de dôme de chaque côté de l’entrée servant d’auditorium ou de mosquée, et une cour presque carrée entourée d’arcs à un ou deux étages sous lesquels sont disposées les entrées des hujshras (cellules).

Les plans des trois madrasas sont largement symétriques. Mais une comparaison de ces monuments révèle quelques traits distinctifs, principalement les suivants.

La madrasa de Samarkand, la plus riche et la plus importante de toutes, possède deux entrées séparées, non reliées entre elles, sous un grand arc de portail, qui se ramifient dans différentes directions par des couloirs crâniens et mènent à la cour intérieure du bâtiment. Les espaces en forme de dôme de chaque côté de l’entrée sont relativement peu développés étant donné l’échelle massive de la structure, et l’accent a été mis sur l’arrière, côté ouest, où un grand auditorium-mosquée et deux importantes salles annexes ont été construites à côté.

Sur les quatre côtés de la cour se trouvent de grands arcs, hauts de deux étages, qui divisent les arcades de chaque côté en deux parties. Les hujschras étaient autrefois disposés sur deux étages (l’étage supérieur n’a pas survécu). Sur la façade, il n’y a que des arcs décoratifs légèrement abaissés sur les côtés du portail (peshtak). Les quatre coins du bâtiment se terminent par de hautes tours – les minarets.

Sur les façades sud et nord, il y a de petits portails latéraux. Contrairement à la madrasa de Samarkand, la madrasa de Boukhara, qui a probablement servi de modèle à toutes les grandes madrasas de Boukhara et plus tard de Tachkent, Kokand, Khiva et d’autres villes, ne possède qu’une seule entrée sous l’arche du portail, qui se divise immédiatement devant la porte en deux sorties coudées vers la cour. La mosquée et les darskhana (salles d’étude), situées symétriquement à l’avant du bâtiment, occupent une importance relative beaucoup plus grande.

Les grands arcs de la cour ne sont construits que sur le côté nord, à l’opposé de l’entrée, et sur le côté sud, entre les sorties de la cour. Sur la façade avant du bâtiment, de chaque côté du portail, il y a deux rangées d’arcs hujshras, au nombre de quatre.

Les tours de flanquement de la façade ont été partiellement ou complètement reconstruites lors d’une des rénovations. Ils n’ont pas de revêtement et ne donnent donc aucune indication sur leur hauteur d’origine. Ainsi, la madrasa de Boukhara, qui a été construite un peu plus tôt que celle de Samarkand, est plus modeste en taille et en décoration, et donne l’image d’une nette simplification des formes de base.

La troisième madrasa d’Ulugbek à Gijduvan est encore plus simple dans son plan et plus modeste dans sa taille. Sous une mince façade en peshtak, rendue particulièrement haute par la faible hauteur des murs adjacents, qui ne font qu’un étage, une double porte décorée de sculptures mène à un petit hall de passage voûté et, à travers celui-ci, directement à la cour de la madrasa.

L’entrée est flanquée de deux bâtiments traditionnels – la mosquée à droite et la Darskhona à gauche. La cour presque carrée de la madrasa est entourée d’une arcade d’un étage, sous laquelle se trouvent les entrées de dix hudjras. Il y a quatre hujjras chacun sur les côtés sud et nord et deux sur le côté ouest.

Un grand arc est construit uniquement sur le côté ouest, en face de l’entrée. La façade extérieure n’a pas de hujjras, comme dans le madrasa de Samarkand, et de même il y a des pseudo-arches de valeur décorative. C’est la deuxième partie dans laquelle la mosquée et le darskhan sont décrits en détail.

Comme nous l’avons déjà mentionné, ils sont disposés symétriquement des deux côtés de l’entrée et ont le même plan d’étage. Ce sont des pièces oblongues, chacune divisée en trois parties par des moulures fortement saillantes. Les piliers sont reliés par paires par des arcs en lancette. Chacune des trois parties ainsi formées est recouverte par l’arche.

Le centre de ces voûtes possède en outre une coupole-lanterne sur un tambour hexagonal bas, percé de fenêtres qui éclairent la pièce. Les murs des deux pièces sont recouverts d’albâtre et sont dépourvus de toute ornementation.

Les hujras des madrasa sont de petites salles, couvertes dans quatre cas par des dômes, et dans le reste par de simples voûtes en ogive. Le madrasa de Gijduvan est très similaire au madrasa de Boukhara dans sa décoration extérieure, tant dans les méthodes techniques d’exécution que dans l’ornementation.

Cette similitude est renforcée par le fait que les deux madrasas ont été entièrement rénovés à la fin du XVIe siècle. La variété des techniques utilisées pour le parement des deux madrasas (Boukhara et Gijduvan) n’est pas grande et se limite à la pose figurative de simples carreaux bleus et bleus non émaillés et émaillés formant des motifs géométriques simples ou de courtes inscriptions coufiques changeant de façon rythmique, et de carreaux de majolique remplissant les tampons des arcs ou formant des bandes d’inscriptions dans différentes parties du bâtiment.

Dans les deux madrasas, une partie importante de la façade désormais délabrée d’Oulbek a été remplacée par une nouvelle, par Abdullakhan. Les maîtres de l’époque d’Abdullakhan (fin du XVIe siècle), travaillant avec leurs propres méthodes très typiques, n’ont pas essayé d’imiter les ornements et les techniques de la période témouride, qui ont été répétés seulement un demi-siècle plus tôt dans les majoliques de Mir-Arab et de la Grande Mosquée de Boukhara.

Grâce à cela, les éléments introduits par les constructeurs du XVIe siècle sont facilement reconnaissables dans la façade. Les deux types de majoliques se distinguent principalement par le fait que les carreaux de majolique de l’époque d’Oulougbek sont fabriqués selon un grand motif clair aux contours accentués.

Les nuances de la majolique sont le bleu, le blanc et le bleu avec or. Dans la majolique de la fin du XVIe siècle, le motif devient plus fin et se transforme en un détail “finement gravé” très caractéristique de pousses en spirale, de feuilles et de fleurs finement sculptées. Les contours du dessin sont quelque peu confus et les tons adjacents se fondent les uns dans les autres. Nuances : blanc, bleu, bleu et vert. Il n’y a pas de dorure, ni de mosaïques de tuiles sculptées, ni d’incrustations de marbre sculpté, dont la madrasa de Samarkand est si riche, dans ces deux madrasas.

La seule partie de la madrasa d’Ulugbek à Gijduvan qui a un revêtement continu est sa façade. Les pylônes du portail, divisés par des poutres horizontales en trois rectangles – panneaux, sont décorés de dispositions de briques colorées et émaillées de couleur bleue et bleue avec de simples non émaillés, donnant des motifs géométriques simples. La même technique est utilisée pour la décoration des murs à côté du portail et des tours dans les coins.

Dans ce dernier cas, les inscriptions coufiques rectangulaires sont disposées avec des briques. Au-dessus de l’arc d’entrée de la cour de la madrasa, qui renferme les colonnes du mur du bouclier, se trouve une large bande horizontale de lettres blanches sur fond bleu. L’inscription est fragmentaire, mais son début et sa fin peuvent être lus sans difficulté.

Plus loin, il y a une grande lacune dans laquelle des tuiles individuelles ont survécu, dont seuls des fragments de phrases sont conservés. “Ce grand lieu, une demeure comme les jardins du Paradis “le plus grand Sultan, le plus miséricordieux Hakan… le sauveur du monde et de la foi Ulugbek Kuragan, qu’Allah prolonge son règne.”

L’extrémité de l’inscription est tombée. Sur le bord des dernières plaques survivantes, les chiffres (36) à la fin peuvent être clairement lus à la rupture près du bord supérieur. Comme les numéros figurant à la fin d’une telle inscription ne peuvent, à notre avis, être rattachés à autre chose qu’à la date de construction du bâtiment, la date d’achèvement devrait être 836, 1433 après J.-C. Par conséquent, ce monument est le dernier des trois madrasas érigés par Oulougbek.

Au-dessus de la petite arche qui sert d’entrée à la cour se trouvent plusieurs carreaux de majolique d’Oulougbek. Une partie de la majolique remplit le tympan de cet arc, et de chaque côté de l’arc se trouvent deux rectangles avec deux lignes d’inscriptions exécutées dans le style typique d’Abdullakhan. Cette inscription, comme celle ci-dessus, présente des lacunes plus importantes.

“Réparé sur ordre de sa majesté, exalté sous le nom de Saturne…. …digne de Salomon, vaillant comme Alexandre… …Nushirvan… Consolidateur de la paix, de l’État et de la foi Abdul-Ghazi Abdullah Bahadurhan, qu’Allah prolonge son règne”.

Sur le côté gauche de l’inscription est écrit en petites lettres, “Terminé dans les mois de 991, la diligence …”. Ainsi, la tâche a été réparée en l’an 991 – 1583, seulement 150 ans après sa construction.

La cour de l’Ulugbek Madrasa à Gijduvan n’a pas de revêtement, ou du moins elle n’a pas survécu jusqu’à aujourd’hui, bien qu’il y ait quelques trous pour le revêtement dans la maçonnerie des murs. L’exception est une grande arche sur le côté ouest de la cour, qui est revêtue intérieurement du même motif de brique polychrome que la façade avant. Le bord extérieur chanfreiné de cette arche est décoré de plusieurs tuiles de majolique, qui ont été collées au hasard et sans motif lors d’une des réparations ultérieures.

Directement en face de l’entrée de la madrasa se trouve le Hodja Abdul-Halik-Mazar, qui est situé dans une petite cour entourée d’une clôture en briques sur les côtés nord, est et sud. La cour est fermée sur les côtés nord et est par une clôture en briques soutenue par cinq poteaux en bois. Adjacente à la cour, à l’ouest, se trouve une mosquée composée d’un hangar sur deux piliers en bois. Les piliers reposent sur des plinthes de pierre et sont couronnés de chapiteaux à stalactites en forme de chiffre. L’un des piédestaux porte une inscription, à moitié rongée par le temps, qui dit : “Ce bâtiment béni a été achevé grâce aux efforts du sultan Hazret Shah en l’an 947” (1541 après J.C.). (1541 APRÈS J.C.). Compte tenu des réparations et des altérations évidentes, la mosquée elle-même appartient apparemment à la période indiquée dans l’inscription. Un élément intéressant de la mosquée est un mihrab en bois avec une niche à stalactites, qui comporte trois rangées de stalactites et un petit semi-dôme.

L’ornement en forme d’étoile qui recouvre le mihrab est en grande partie effrité et porte des traces de coloration. Devant la mosquée, presque au milieu de la cour, se trouve une dakhma contenant le tombeau du cheikh, qui est recouvert de dalles de pierre grise. Il n’y a pas de pierre tombale, mais seulement une plaque de marbre (avec la date 1331 (1913) sur le côté ouest de la dakhma) sur laquelle il y a une inscription avec plusieurs chronogrammes “tarihs” sur la mort du Cheikh.

La madrasa et le mazar sont entourés d’un grand cimetière à l’ouest, au nord et en partie au sud. La madrasa est entourée d’un grand cimetière à l’ouest, au nord et en partie au sud. Dans l’ensemble, c’est un ensemble de bâtiments très intéressants construits au fil des siècles autour du célèbre Mazar, un nid de Khoja qui passent leurs derniers jours ici en attendant les pèlerins de plus en plus rares.

Ce complexe est également intéressant parce que, comme nous l’avons montré ci-dessus, ses différentes parties sont datées par les inscriptions des bâtiments modernes, ce qui est d’une grande importance en l’absence totale de sources littéraires.

Lieux d’intérêt

Issyk Kul - Canyon Conte de Fées

Issyk Kul - Canyon Conte de Fées

Le Canyon “Conte de fées” (ou Canyon Skazka) est une petite gorge sur la rive sud d’Issyk-Kul, célèbre pour ses falaises d’argile rouge. Le Canyon est situé à environ 120 kilomètres de Balykchy, près du village de Tosor.

Le canyon “Conte de fées” est un endroit très populaire auprès des touristes. La raison en est l’accessibilité facile du Canyon et ses paysages et contrastes à couper le souffle. Les milliers d’années d’érosion du sol ont fait le reste, créant une multitude de figures bizarres en pierre et en argile dans le canyon. Le Canyon est composé d’argile, de minéraux et de roches colorés qui rehaussent la beauté du paysage.

Certaines des sculptures naturelles du Canyon ont leur propre nom. La plus frappante est la “Grande Muraille de Chine”, qui rappelle beaucoup le célèbre monument architectural chinois. En outre, il n’y a pratiquement pas de chutes de neige en hiver, ce qui vous permet de découvrir ce conte de fées dans toute sa splendeur à tout moment de l’année. Le Canyon “Conte de fées” est très proche de la route d’Issyk-Kul et du bord du lac, ce qui en fait un bon choix pour des vacances ou un pique-nique.

Lieux d’intérêt
Red Mountain in Kyrgyzstan

Issyk Kul - Gorge Jety Oguz

Issyk Kul - Gorge Jety Oguz

La gorge de Jety Oguz (également Dzhety Oguz, Djety Oguz, etc.) est l’une des attractions les plus populaires de la région d’Issyk-Kul. Elle est située à 30 km de Karakol et attire de nombreux touristes, qu’ils soient locaux ou étrangers.

Jety-Oguz signifie “7 taureaux” en kirghize. La gorge a reçu ce nom particulier en raison du massif d’argile rouge, qui est une sorte de carte de visite de la gorge. Les roches ont une couleur très claire, ce qui est une rareté dans les montagnes du Tien Shan.

Jety-oguz est également connu pour ses thermes balnéologiques avec des sources de radon et de soufre. L’établissement est situé à une altitude de 2 200 mètres et peut accueillir jusqu’à 250 personnes à la fois. Ces sources chaudes sont utilisées pour traiter les maladies du système nerveux, de l’appareil locomoteur et de la peau. Il est également possible de faire une cure préventive à la station thermale.

La gorge de Jety-oguz est assez longue, près de 40 km, et il y a de nombreux endroits intéressants à visiter dans cette vaste zone de la région d’Issyk-Kul. Les chutes d’eau de Jety-oguz sont très connues, notamment la chute de Maiden’s Spits, appelée ainsi en raison de la forme bizarre de l’eau qui coule le long de la falaise.

À 12 kilomètres au-dessus du village se trouve la Vallée des Fleurs, où se trouvent les Loges des Cosmonautes. Ce nom n’a rien de poétique : à l’époque de l’Union soviétique, les participants aux missions spatiales s’entraînaient et récupéraient ici. De nombreux arbres poussent ici et en mai, cette petite vallée est recouverte d’un tapis de coquelicots.

De nombreuses routes touristiques passent par Jety-oguz. De là, vous pouvez franchir le col de Teleta vers les gorges de Karakol et le lac Ala-Kul, atteindre la réserve naturelle de Sarychat-Ertash ou admirer les sommets d’Oguz-Bashi et de Zhukov.

Lieux d’intérêt
Nature in Kyrgyzstan

Issyk Kul - Gorges Chon Kemin

Issyk Kul - Gorges Chon Kemin

Les gorges de Chon Kemin et la vallée du même nom constituent une réserve naturelle unique, non loin d’Issyk Kul et dans la partie nord du Kirghizstan. La vallée abrite un parc national. Le Chon-Kemin se caractérise par sa longueur : Dans la partie orientale, c’est une gorge étroite, dans la partie centrale, elle s’élargit progressivement en une large vallée et se referme à la sortie. La vallée a une altitude de 1 400 mètres dans sa partie inférieure et s’élève à 2 800 mètres dans sa partie supérieure. La rivière turbulente et déchaînée qui traverse la gorge est longue de 116 kilomètres et constitue une destination populaire pour les amateurs de rafting. Dans l’ensemble, il y a beaucoup de choses à faire pour les randonneurs et les cyclistes, et la région a beaucoup à offrir à ces derniers.

Chon-Kemin se trouve entre les plus grandes chaînes de montagnes du nord du Tien-Shan : Zailiisky Alatau sur le territoire kazakh et Kyungey Ala-Too sur la rive nord du lac Issyk-Kul. La gorge est entourée de part et d’autre de hautes montagnes, de glaciers et de forêts de conifères Tyan-Shan. Chon-Kemin est également riche en lacs : le bassin versant de la rivière Chon-Kemin compte sept lacs, dont le grand Kel-Kogur (également appelé Kel-Tor par les habitants) et le Jashil-Kel. Il existe de nombreux sentiers de randonnée dans la gorge vers les nombreux cols de montagne qui relient Chon-Kemin à Issyk-Kul, dont le plus célèbre Kek-Airyk, des sentiers de randonnée et d’équitation vers les lacs, et une longue piste cyclable.

Lieux d’intérêt

Issyk Kul - Gorges Djuuku

Issyk Kul - Gorges Djuuku

Les gorges de Djuuku (également Zhukuu, Zauka) sont les plus longues gorges (non loin d’Issyk Kul), dans la chaîne de montagnes Terskey Ala-Too et sont célèbres pour leur nature diversifiée, leurs vues magnifiques et leurs grands espaces. Il est situé sur la rive sud du lac Issyk Kul, à 70 kilomètres de Karakol. De nos jours, les gorges de Djuuku attirent surtout les touristes par leur beauté naturelle, mais autrefois, cet endroit faisait partie des itinéraires de nombreux commerçants et voyageurs de différents pays. À différentes époques, les Scythes, les Chinois, les anciens Turcs, les chrétiens nestoriens et, bien sûr, les nomades kirghizes y ont trouvé refuge. Malgré le terrain difficile de la gorge, Djuuku a été pendant longtemps la seule route de la vallée d’Issyk-Kul vers la Chine. La gorge a également servi de voie de contournement entre les montagnes et la partie occidentale du Tien Shan. Les gorges de Djuuku ont été visitées par le célèbre moine Xuanzang, l’un des principaux personnages de la légende chinoise de Sun-Ukun, ainsi que par le célèbre voyageur Pyotr Semenov-Tyan-Shansky, qui a été témoin d’une terrible bataille entre les tribus Bugu et Sarybagysh du Kirghizstan, qui habitent la vallée d’Issyk-Kul.

La longueur de la gorge est due à sa forme inhabituelle : Dans la partie inférieure, la gorge s’étend strictement du nord au sud, tandis que dans la partie supérieure, elle tourne brusquement vers l’ouest. Ainsi, la rivière qui coule dans la gorge atteint une longueur record de 55 km. La vue dans la gorge est très pittoresque : roches rouges, forêt dense de sapins de Tian Shan, plusieurs lacs de haute altitude et une rivière accidentée qui serpente en zigzag dans le fond de la vallée. Dans sa partie supérieure, la gorge se fond dans un désert de haute montagne particulier qui rejoint le célèbre plateau d’Arabel, riche en lacs.

De nombreuses routes touristiques passent par les gorges de Djuuku. Il est très populaire auprès des randonneurs et des cyclistes. C’est également un endroit idéal pour une excursion d’une journée ou un pique-nique.

Lieux d’intérêt

Karakalpakstan - Forteresse Ayaz Kala 1

Karakalpakstan - Forteresse Ayaz Kala 1

La forteresse Ayaz Kala 1 est située sur une colline naturelle à 170,9 mètres au-dessus du niveau de la mer, dans la partie sud des marais salants d’Ayazkol et dans la partie drainante des sables de Pashahaykum, à 21 kilomètres au nord et légèrement à l’est du village de Bustan, à 19,9 kilomètres au nord et légèrement à l’ouest du village de Shark Yulduzi, à 19,5 kilomètres au nord-ouest du village de Yambaskala et à 42,7 kilomètres au nord-est de la ville de Beruni, dans le district d’Ellikala de la République du Karakalpakstan.

La forteresse a été étudiée par A.I. Terenozhkin en 1937. En 1939 et 1946, l’étude du monument a été poursuivie par S. P. Tolstov. En 1968 – 1970, le Musée d’art d’État de l’ASSR Karakalpakstan a effectué des mesures et des nettoyages supplémentaires dans la forteresse Ayaz Kala 1.

La forteresse mesure 182 m x 152 m et a une forme quadrangulaire avec des côtés alignés sur les directions cardinales. Il a été construit sur une colline plate et est entouré de précipices de plusieurs mètres de haut sur trois côtés.

Il n’y a pas de division interne. Les murs, qui peuvent atteindre 10 mètres de haut à certains endroits, ont été construits sur la terre ferme en briques de terre crue, avec des dimensions de 32 – 46 x 32 – 46 x 10 – 13 cm. L’épaisseur du mur extérieur au niveau du sol est de 2,4 mètres, et l’épaisseur du mur intérieur est de 2,1 mètres. L’inclinaison de la surface du mur extérieur par rapport à la fondation est de 86°.

Entre les murs se trouve un passage aveugle de 2,5 m de large, sans lucarnes ni embrasures, qui est couvert d’une voûte en caisson. La voûte a une hauteur de 1,87 mètre. La voûte a une brique trapézoïdale.

La voûte est recouverte de mortier d’argile à l’intérieur. Le couloir vide a un joint pour le sol. Dans le mur nord, juste derrière la deuxième tour à partir de l’angle nord-est, se trouve un couloir voûté de 1,55 mètre de large et de 1,42 mètre de haut.

La première rangée de la voûte est en briques trapézoïdales, la deuxième rangée est en briques de maçonnerie. La porte se trouve dans le mur sud et est dissimulée par un mur-rideau rectangulaire en porte-à-faux de 37 mètres.

Son entrée se trouve dans le mur est. Sur les côtés de la porte, un passage mène à un couloir aveugle entre les murs. Le passage le mieux conservé se trouve dans le mur nord. Le passage le mieux conservé est celui du mur nord, qui mesure 1,14 m de large et 1,8 m de haut.

Elle est voûtée. Il y a des tours semi-ovales sur les murs extérieurs. Les murs-rideaux sont de 13,8 mètres dans les murs est et ouest, de 11,5 mètres dans le mur nord et de 9 à 15 mètres dans le mur sud, en raison du précurseur.

Les tours sont bifurquées aux angles par une queue d’aronde. Les tours ont une largeur de 8,4 mètres et une saillie de 8,15 mètres. Les angles des gardiens sont aussi longs que la bissectrice de l’angle, soit 7,5 mètres de long et 6,5 mètres de large.

Il y a une gamme au-dessus d’un couloir pour sourds. Les deux tours du mur nord se trouvent juste au-dessus du sol du champ de tir. Les parties supérieures des murs de la forteresse, le donjon et les deux tours du mur nord ont des embrasures, la distance moyenne entre elles est de 1,5 mètre.

Les embrasures ont la forme d’une flèche. Elles mesurent 13 et 20 centimètres de large et 0,48 mètre de haut à l’entrée et 2,9 et 3,5 mètres à la sortie. Les embrasures ont un angle d’axe de 48° ou 54°. Les embrasures sont couvertes de tuiles, logées dans un toit en croupe.

Les murs nord, ouest et est comportent sept embrasures, dont quatre sont inclinées. Les tours ont chacune 8 embrasures. Autour des troisième à cinquième tours du mur nord, en comptant à partir de l’angle nord-est, près de l’angle sud-ouest de la guérite et de la fortification elle-même, on trouve des tas de briques préparées pour la construction mais non utilisées.

Les briques sont empilées avec du sable. Des tours inachevées, mais pas construites sur toute la hauteur du mur ; des briques encore utilisées et l’absence totale de traces de construction indiquent que la fortification n’était pas achevée.

Le monument a été daté par quelques découvertes de poteries dans les matériaux de la couche inférieure du kala de Koy-Krylgan et pourrait être daté du IVe-IIIe siècle avant Jésus-Christ. La pointe de flèche à trois arêtes en bronze avec la douille cachée a été découverte lors de travaux de déblaiement devant le bâtiment de la porte.

Il a des proportions allongées. L’inscription en langue choresmique, composée de trois caractères, a été découverte sur le côté nord de la porte. Au XIIe et au début du XIIIe siècle, des reconstructions mineures ont été réalisées dans l’angle sud-est de la forteresse.

Lieux d’intérêt

Karakalpakstan - Forteresse Ayaz Kala 3

Karakalpakstan - Forteresse Ayaz Kala 3

La forteresse Ayaz Kala 3 est située sur une colline naturelle, dans la partie sud du marais salé d’Ayazkol et dans la partie non drainée du sable de Pashahaykum, à 20,1 kilomètres au nord et légèrement à l’est de la colonie de Bustan, à 19,4 km au nord-est de la colonie de Shark-Yulduzi, à 18,8 km au nord-ouest de la colonie de Yambaskala et à 41,9 km au nord-est de la ville de Beruni dans le district d’Ellikala de la République du Karakalpakstan.

La forteresse Ayaz Kala 3 a été explorée pour la première fois en 1939-1940 par l’expédition archéologique du Karakalpakstan et du Khorezm dirigée par S.P. Tolstov. Trois établissements se distinguent parmi le grand groupe de sites. La première est la forteresse n° 3 d’Ayaz-kala, avec ses minarets et ses labyrinthes, entourée d’un épais mur. À l’intérieur de la forteresse sont conservés les vestiges d’un vaste palais.

L’archéologue S.P. Tolstov dans son livre “Sur les traces de l’ancienne civilisation khorezmienne. Part 1.” (1948) : “La légende populaire relie cette forteresse au nom d’un héros, un esclave Ayaz, qui a gagné la main de la princesse qui vivait dans la forteresse Kyrk-kyz avec ses quarante amis.

L’image du géant esclave courageux et sage Ayaz est l’une des plus anciennes images du folklore turc d’Asie centrale. Une légende kazakhe enregistrée dans le bas Syr Darya relie cette image à des événements légendaires qui annonçaient la formation de la mer d’Aral, la disparition du canal d’Ustyurt de l’Amu Darya et la formation de l’ancien Khorezm.

Selon cette légende, la mer d’Aral n’existait pas autrefois et les fleuves Syr Darya et Amu Darya, s’unissant, se jetaient dans la mer Caspienne par Lauzan, Kunya-Urgench et Aibugir. Sur le site de la mer d’Aral vivait le peuple Adagy, dirigé par le cruel et perfide Fasyl Khan, et sur le territoire situé le long de l’Uzboys vivait le peuple Baysyn, dirigé par Ayaz Khan, un ancien esclave, qui était devenu le chef de l’État en raison de sa sagesse et de sa justice.

En raison des terribles crimes de Fasyl-khan, qui a déshonoré la fille d’un saint, les eaux ont inondé tout le royaume de Fasyl à sa prière. À cet endroit, la mer d’Aral s’est formée, et les deux grands fleuves ont commencé à s’y jeter.

Leur ancien lit s’est asséché, et les habitants de Baisyn, menés par Ayaz-khan, se sont déplacés vers le Khorezm et ont fondé le royaume appelé Urgench. Adagiys et toutes ses villes sont mortes sous les eaux, et même maintenant, par temps clair, on peut voir les traces de ses bâtiments au fond de la mer d’Aral….”

Nous rencontrons l’image de l’esclave Ayaz au XVIIe siècle dans “Généalogie des Turkmènes” par Abulgazi”. La preuve laconique de l’existence de l’image d’Ayaz déjà au XIe siècle se trouve dans le “Dictionnaire” de Mahmud Kashgari, qui écrit : “Ayaz est le nom d’un esclave”. Apparemment, il ne s’agit pas d’un nom spécifique pour les esclaves en général, mais d’un nom personnel d’esclave, qui était bien connu des Turcs, les informateurs de ce remarquable linguiste du haut Moyen Âge.

La colonie d’Ayaz-kala est un monument historique unique – les ruines d’une ancienne forteresse de la période Kushan. La forteresse a été construite au IIIe-IIe siècle avant J.-C., à l’apogée de la culture Kushan.

La forteresse servait de fortification militaire et protégeait les frontières du royaume. Le site choisi pour la construction de la forteresse étonne toujours par son élaboration détaillée. Le bâtiment se dresse sur une colline plate de 60 mètres de haut.

Les doubles murs de la forteresse d’Ayaz Kala, construits en briques de terre, sont alignés sur les quatre points cardinaux. Le mur extérieur, qui a survécu jusqu’à aujourd’hui, mesure 10 mètres de haut et environ 2,5 mètres d’épaisseur.

L’entrée du fort (côté sud) est protégée par un labyrinthe. L’entrée a une particularité : elle a été construite de manière à ce que les vents du sud puissent chasser la poussière et les débris de la forteresse.

Lieux d’intérêt

Karakalpakstan - forteresse d'Ayaz Kala 2

Karakalpakstan - forteresse d'Ayaz Kala 2

La forteresse d’Ayaz Kala №2 est située sur une colline naturelle, dans la partie sud d’Ayazkol et dans la partie est des sables de Pashahaykum, à l’extrémité orientale de la montagne Sultan-Uvays, à environ 20,5 kilomètres au nord et légèrement à l’est de la colonie de Bustan, 19,5 kilomètres au nord et légèrement à l’ouest de la localité de Shark-Yulduzi, 19,4 kilomètres au nord-ouest de la localité de Jambaskala, et 42,3 kilomètres au nord-est de la ville de Beruni dans le district d’Ellikala de la République du Karakalpakstan.

La forteresse d’Ayaz Kala au Karakalpakstan a été étudiée par S.P. Tolstov en 1939 et datée du premier siècle de notre ère. En 1971, les fouilles ont été effectuées. Le monument est construit sur une colline conique naturelle d’une hauteur d’environ 30 mètres au-dessus du niveau des takyrs environnants et présente une construction complexe.

Les murs nord et sud de la forteresse sont parallèles. La partie orientale a la forme d’un semi-ovale. La partie occidentale est arrondie de sorte que l’angle nord-ouest fait légèrement saillie. La partie principale de la forteresse a une section transversale du sud au nord de 36 mètres et d’ouest en est de 65 mètres.

Un complexe d’entrée jouxte le côté sud de la forteresse principale. Il fait saillie d’environ 20 mètres vers le sud et mesure 31 mètres de long. La partie inférieure des murs, haute de 3,35 à 3,85 mètres, est construite en pahsa (terre battue, un matériau utilisé pour les constructions en terre en Asie occidentale et centrale). La partie supérieure des murs est construite en briques pleines de 37-37 x 37-38 x 8-9 cm.

L’inclinaison de la partie inférieure des murs par rapport à la base est de 85°. La partie supérieure du château ovale est décorée de demi-colonnes tout autour. Ils dépassent de 0,40 à 0,45 m du plan des murs. La longueur des demi-colonnes le long de la façade est de 1,55-1,60 mètres.

La hauteur des demi-colonnes est de 2,4 à 3,7 mètres. La surface de chaque demi-colonne est décorée de cinq embrasures artificielles. La partie supérieure des demi-piliers n’a pas été conservée. À la base des demi-piliers, sur tout le périmètre des murs, se trouvent des embrasures à contour rectangulaire.

Les embrasures sont placées tous les deux demi-piliers. La largeur des ouvertures est de 0,18 mètre. La hauteur des embrasures est d’environ 0,85 mètre. Les embrasures ont un angle inférieur de 35°. Le fond de l’embrasure se situe entre 0,78 et 0,80 mètre au-dessus du fond du couloir de tir.

La moitié de l’embrasure menant à la ligne de tir a un sol plat en briques d’argile. Le recouvrement de l’autre partie de l’embrasure est parallèle au sol. Le long du mur extérieur du fort se trouve un portique à canon de 2,32 m de large.

La largeur du mur intérieur est de 1,23 mètre. Au milieu de la partie la plus occidentale de la colline, au point le plus élevé, se trouve une dépression circulaire d’un diamètre d’environ 15 mètres et d’une profondeur de 3,3 mètres.

Les bords les plus bas de l’excavation sont des affleurements de grès avec des concrétions de fer. Deux fosses d’essai, situées entre la terre ferme et le niveau du sol, révèlent des couches de briques crues d’une épaisseur allant jusqu’à 2,7 m, mesurant 38 – 40 x 38 – 40 x 8 – 10 cm, remplies de sable.

L’épaisseur de la maçonnerie utilisée pour niveler les pentes augmente vers les murs du château. Le nivellement des flancs de la colline était nécessaire pour la construction d’un petit château au sommet de la colline.

Les fouilles indiquent également que toute la surface du château était probablement couverte de pièces relativement étroites, en forme de couloir. Les plafonds étaient probablement voûtés. Les murs ont jusqu’à 0,7 mètre d’épaisseur.

La hauteur maximale des murs est de 0,7 mètre. La couche culturelle du sol est constituée de la masse molle et dorée de la partie inférieure et d’une couche de fumier. Les couloirs et l’espace de vie s’enfoncent dans une dépression au milieu du château, ce qui témoigne de la fondation ultérieure du château.

À 6,4 mètres à l’est du coude du mur nord se trouve une ouverture en arc de 2 mètres de large et de 3,5 mètres de long. La voûte est faite de briques trapézoïdales. Le complexe rectangulaire de l’entrée jouxte le mur sud.

Dans son mur est, il y a 9 embrasures de dalles peu profondes espacées de 0,88 à 1,8 mètres. Les fentes d’entrée ont une largeur de 0,11 à 0,19 mètre. Leur hauteur est de 0,97 à 1,10 mètre. L’angle d’incidence est de 300.

Certaines des embrasures ont la même hauteur d’ouvertures d’entrée et de sortie. Sur le mur oriental, il y a une pente d’éboulis ouverte de 1,25 mètre de large. La partie occidentale ressemble à une tour, qui est décalée de 8 mètres. Le complexe d’entrée est une structure située devant l’entrée.

Sur le versant ouest, les restes d’une rampe de 50 à 55 mètres de long ont été conservés. La largeur de la rampe est de 2 mètres et la largeur totale est de 3,1 mètres. L’angle de la rampe varie de 15 à 200 mètres. A son extrémité orientale, il rencontre une tour rectangulaire de 9 mètres sur 8.

Il se trouve à 5 ou 6 mètres du mur ouest du complexe d’entrée. La tour en porte-à-faux avec le complexe d’entrée par le pont basculant. Le matériel céramique est représenté par des récipients en poterie et en stuc, datant de la seconde moitié du VIIe siècle et de la première moitié du VIIIe siècle.

Au XIIe – début XIIIe siècle, 6 pièces ont été construites le long du mur nord. Dans le complexe de l’entrée, la partie supérieure du mur sud et la tour ouest ont été construites en briques brutes mesurant 26 x 26 x 4 – 5 cm à une hauteur de 3,3 mètres.

Tout le complexe de l’angle sud-est était rempli de sable continental prélevé dans une fosse au milieu du château. Plusieurs pièces ont été construites dans la partie ouest du complexe d’entrée.

La vaste forteresse sur une colline plate, probablement construite au IVe siècle avant J.-C., a été renforcée cinq siècles plus tard, sous l’empire kushan, par un étonnant château sur une colline escarpée de 60 mètres de haut, afin de faire face à l’ascension, difficile pour un homme à pied même en position facile.

Les murs d’Ayaz-kala faisaient face aux quatre points cardinaux, et l’unique entrée, bordée d’un labyrinthe élaboré, était construite au sud afin que le vent du sud chasse la poussière et les déchets de la ville.

Selon la légende locale, en période de grands troubles, lorsque le vieux souverain mourait et qu’il n’y avait personne pour prendre sa place, les prêtres prédisaient à la foule assemblée que celui qui poursuivrait un faucon royal sur son bras devrait être élu le nouveau shah.

L’oiseau, cependant, ne s’est pas posé sur le bras, mais sur la tête d’un simple soldat, et lorsqu’ils l’ont chassé, il est revenu pour la deuxième fois au même endroit. Le peuple couronna le guerrier qui supervisa personnellement la construction d’un nouveau château sur la colline et y régna longtemps et avec justice.

Afin de ne pas oublier ses origines, le guerrier d’hier et roi d’aujourd’hui a ordonné de suspendre une vieille botte usée à un endroit bien en vue devant le trône.

La légende confirme indirectement que de nouveaux forts et palais étaient construits avec une facilité extraordinaire dans l’ancien Khorezm pendant la succession des dynasties régnantes. Du sommet de la montagne Ayaz-kala, on a une vue sur le lac du même nom, Ayazkol, dont les eaux sont si salées qu’en été elles semblent être recouvertes d’une croûte de glace.

Au nord, la silhouette du château le plus proche, Kyrkkyz-Kala, est à peine visible à l’horizon. Les archéologues y ont découvert une étonnante sépulture conforme aux rites des anciens adorateurs du feu. Les parties d’un squelette humain, nettoyées par le soleil et les oiseaux de proie, ont été placées dans une jarre en céramique – en forme de tête de femme.

Lieux d’intérêt
Karakalpakstan - Fortezza Janpik Kala

Karakalpakstan - forteresse Dzhanpik Kala

Karakalpakstan - forteresse Dzhanpik Kala

La forteresse Dzhanpik Kala est située au sud-ouest de la chaîne de montagnes Sultan-Uvais et au nord-ouest de la petite chaîne de montagnes Aktau, à 564 mètres de la rive droite (nord) du fleuve Amu Darya, à 8,3 kilomètres au sud-est du village de Karatau et à 10,4 kilomètres à l’est et légèrement au nord du village de Kuyuk Kupir, dans la partie nord-est de la réserve Baday-Tugay, dans le district de Qorauzak de la République du Karakalpakstan.

La forteresse est datée du Xe – XIe siècle, XIIIe – XIVe siècle de notre ère. C’est l’un des monuments pittoresques de la rive droite de l’Amoudarya, il borde la partie nord de la réserve de biosphère du Bas-Amoudarya.

La vaste zone de la réserve est située au sud, de l’autre côté de la rivière Kok Darya. La distance de la ville de Beruniy sur une route droite à travers la colonie d’Aktau est de 51 kilomètres, sur la route principale pavée elle est de 77 kilomètres.

La forteresse historique de Dzhanpik Kala est située à 7,1 km au sud-est de la forteresse de Gyaur Kala et peut être atteinte par le même itinéraire. Dans le plan, la forteresse a une construction complexe.

Dans la partie orientale, la citadelle est préservée sous la forme de murs rectangulaires pahsa.

Les murs sont décorés de demi-colonnes groupées et les sommets se terminent par des arcs à degrés. Les fouilles archéologiques permettent de déterminer la chronologie de la forteresse. Les poteries les plus anciennes remontent au 4e siècle avant Jésus-Christ. – Ier siècle de notre ère.

La date de la dernière occupation de la place forte est déterminée par des pièces de monnaie de 1319-1320 et 1345-1346. De nombreux objets rapportés de différents pays d’Orient et d’Occident (Chine, Égypte, Russie, Europe et Inde) sont découverts dans les fouilles.

La colline a servi de ville portuaire fluviale au Moyen Âge. À la périphérie de Dzhanpik-Kala, vous pouvez voir les étendues infinies de la réserve Baday Tugai. S.P. Tolstov, un éminent explorateur de l’histoire du Khorezm qui a découvert des dizaines d’établissements anciens uniques le long du cours inférieur de la rivière Amudarya dans les années 1930 et 1950, pensait que la forteresse de Dzhanpik-Kala au pied des montagnes Sultan Uvaysdag (communément appelées “Karatau”) était le site archéologique le plus beau et le plus exotique de cette région du Karakalpakstan.

Plus près de la rive, sur l’un de ses sommets, on découvre soudain le sommet pointu d’une haute tour d’argile, manifestement construite par l’homme, bien qu’en ruine. La tour de guet, visible depuis la route Nukus-Beruni, pointait vers la forteresse, qui était séparée des rives de la rivière Amudarya par une bande verte de la réserve Baday Tugay, royaume des oiseaux aquatiques, des faisans, des chats sauvages, des chacals, et refuge des nobles cerfs de Boukhara.

Située directement à la frontière entre les contreforts du désert et la forêt impénétrable de Tugai, la forteresse fermait autrefois un passage stratégiquement important entre les montagnes sans eau et une rivière navigable dont le limon fertile a servi de base à l’émergence de la civilisation agricole deux mille ans avant Jésus-Christ.

C’est là, sur les terres côtières naturellement irriguées, que la première culture sédentaire s’est développée en contact étroit avec les peuples chasseurs et nomades – d’abord de l’Oural, puis des tribus scythes des Saks et des Massagetae.

Par la suite, les interactions entre les nomades et les paysans étaient extrêmement complexes et dynamiques. Ils se sont livrés à de violentes querelles, tout en échangeant pour leur bénéfice mutuel et en unissant leurs forces pour repousser ensemble les conquérants.

Selon les archéologues, les plus anciens vestiges de poterie dans les environs de Dzhanpik-Kala peuvent être datés d’environ le IVe siècle avant J.-C., lorsque le Khoresm s’était déjà affranchi de l’empire perse achéménide et avait échappé aux conquêtes d’Alexandre le Grand.

C’est l’époque où, sur la rive droite de l’Amou-Daria, s’est établie la dynastie la plus stable de souverains locaux issus de la légendaire famille Afridi, qui a conservé une indépendance relative vis-à-vis des grandes puissances de l’Antiquité jusqu’au début du Moyen Âge.

Les chercheurs datent la construction des puissants murs de la forteresse de Dzhanpik-Kala aux IXe-XIIIe siècles de notre ère, alors qu’une vague de conquêtes arabes s’était déjà répandue dans toute l’Asie centrale.

Pour la rive droite du Khorezm, c’était encore la période Afridi. Qutayba ibn Muslim, qui a conquis les principautés fragmentées de Boukhara et de Sogdiana en 709, a attendu, selon sa tactique préférée, que des troubles internes éclatent au Khorezm, déclenchés en 712 par le fils rebelle du gouverneur, Hurrzad.

Hurrzad, opposait l’ancienne aristocratie à la dépendance des pauvres, infectée de sentiments sectaires, presque comme au cinquième siècle, à l’époque de Mazdak dans l’Iran sassanide. Après la première campagne de Qutayba, le peuple se révolte à nouveau et tue le souverain, et les Arabes doivent revenir placer sur le trône son fils loyal Ascajamuk II, qui reconnaît la dépendance vassale du khalifat.

Ce n’est qu’à la fin du huitième siècle que son petit-fils Shaushaffar adopte le nom islamique d’Abdallah. Alors que la dynastie des vice-rois arabes mamounides s’était déjà établie sur la rive gauche de l’Amu Darya, le dernier des Afridi a régné sur la rive droite, dans l’ancienne Kyat, jusqu’à la fin du Xe siècle. Le siècle.

La forteresse de Dzhanpik Kala au Karakalpakstan, dont les bastions coniques massifs et les doubles murs sont facilement reconnaissables comme une forteresse médiévale, date apparemment de cette période. Les vestiges des hauts murs de la citadelle intérieure, ornés de l’image de colonnes antiques, conservent la parenté avec l’architecture des célèbres palais et forteresses de l’empire millénaire d’Afridi, qui a précédé de cinq à sept siècles la forteresse au pied de Karatau.

Les matériaux de construction de la région n’ont pas changé au cours de cette période. Comme les immenses Ayaz-Kala et Toprak-Kala près de l’ancienne Kyat (“Kas”), la citadelle relativement petite de Dzhanpik est construite en pahsa – de grands blocs d’argile compactée.

Seules les bases des murs et les arches d’entrée ont été fortifiées à certains endroits avec une maçonnerie de pierre faite de blocs non taillés, et encore, probablement pas en raison du changement des traditions de construction, mais parce qu’il y avait suffisamment de pierre dans les montagnes voisines.

À la fin du XIe siècle, la dynastie du Grand Khorezm Shah prend le pouvoir au Khorezm, dont le fondateur Kutbitdin Muhammad Ier a obtenu l’indépendance de fait vis-à-vis des sultans seldjoukides. Son descendant Ala ad-Din Tekesh repoussa l’invasion des Karakitay et faillit monter sur le trône des khalifs de Bagdad.

Son fils Muhammad II régnait sur un vaste empire s’étendant de Kashgar au Caucase et au golfe Persique. Cet empire a été dévasté par l’invasion des hordes de Gengis Khan. Cependant, les dernières découvertes archéologiques dans l’enceinte de Dzhanpik-Kala remontent aux environs des années quarante du XIVe siècle.

Cela peut indiquer que la forteresse et le port fluvial situés sur les rives de l’Amu Darya n’ont pas été soumis à la destruction finale sous les Mongols, mais n’ont pas survécu à la période suivante, lorsque les souverains de l’empire témouride ont rivalisé avec les khans de la Horde d’or pour le Khorezm.

Il est également possible que la forteresse de Dzhanpik-Kala ait été abandonnée et soit tombée en ruine lorsque la rivière a détourné son cours loin de ses murs et a donné naissance à la merveille actuelle de la nature – une bande de plusieurs kilomètres de forêts inondables de Baday-Tugai au Karakalpakstan, dont le statut protégé protège aujourd’hui la tranquillité et les secrets de ce lieu fabuleux.

Actuellement, le monument est un site historique et archéologique pour des visites culturelles et des randonnées.

Lieux d’intérêt
Fortress Koy Krylgan Kala

Karakalpakstan - Forteresse Koy Krylgan Kala

Karakalpakstan - Forteresse Koy Krylgan Kala

La forteresse de Koy Krylgan Kala est située sur une colline naturelle à 100,6 mètres au-dessus du niveau de la mer, dans la partie nord du désert de Kyzylkum, à 17,7 kilomètres au sud-est du village d’Ellikala, à 17,4 kilomètres au sud-ouest du village de Jumbaskala, à 31,3 kilomètres à l’est et légèrement au nord de la ville de Beruni dans le district d’Ellikala de la République du Karakalpakstan.

Des milliers de forts sont disséminés dans les étendues infinies de la steppe de Khorezm. Les ruines de la forteresse du mouton mort de Koy-Krylgan-Kala sont vraiment uniques. La forteresse a été découverte accidentellement en 1938 par des archéologues de l’expédition de Choresm.

En 1950, une nouvelle phase de fouilles a commencé sur les ruines de la forteresse. Il est ainsi apparu que la forteresse avait connu deux phases de développement. La première étape appartenait aux IVe-IIIe siècles avant J.-C. La deuxième étape de sa vie se situe dans les premiers siècles après le Christ.

On a découvert qu’au début de son développement, la partie centrale de la forteresse a été détruite par un incendie. À ce jour, le mystère demeure quant à savoir s’il s’agissait d’un accident ou d’un acte intentionnel. Koy-Krylgan-kala (la forteresse des moutons perdus), un monument remarquable de l’antiquité khorezmienne, se caractérise par la grande maîtrise des artisans anciens.

Le temple des cultes funéraires et astraux Koy-Krylgan-kala a existé pendant plusieurs siècles, du IVe siècle avant J.-C. au IIIe-IVe siècle de notre ère. Le bâtiment central de Koy-Krylgan-kala est de plan rond, une structure monumentale couronnée par une galerie avec une série de petites embrasures d’armes.

Le diamètre du bâtiment à la base était de 44,5 mètres, et l’épaisseur des murs variait de 7 à 6 mètres. Les murs sont construits en pakhsa et en briques de terre. Les locaux forment la figure cruciforme du plan. Les huit pièces de l’étage inférieur étaient bloquées par des voûtes doubles.

Elles étaient probablement destinées à des usages cultuels particuliers, tandis que les pièces supérieures contenaient de la nourriture ou des offrandes sacrificielles, des ustensiles de temple et des images en terre cuite de divinités et étaient probablement utilisées pour des cérémonies cultuelles.

On y a trouvé des terres cuites de petit culte, des récipients miniatures, des rhytons et des poteries décorées de motifs mythologiques, typiques de l’inventaire funéraire. Le bâtiment lui-même était entouré d’une double ceinture de murs fortifiés, et des tours étaient construites entre les murs.

Deux des tours avaient des chambres intérieures se faisant face, séparées du couloir par des murs rugueux faits de briques de terre crue d’un mètre d’épaisseur, ce qui signifie qu’on ne pouvait entrer dans les tours que par un court escalier.

Des meurtrières s’ouvraient dans les tours depuis la cour. Les fouilles de la kala de Koy-Krylgan ont permis d’établir deux périodes principales de son existence, séparées par des intervalles de temps importants.

La destination du monument était différente à chaque période, ce qui se reflète dans le type de découvertes, l’utilisation des locaux, etc. Au début de la nouvelle ère, ce palais imposant était un observatoire, une sorte de centre astronomique du Khorezm.

On y a trouvé un astrolabe, un instrument angulaire, qui servait également à observer le soleil et les autres corps célestes. La découverte de représentations en terre cuite de divinités et d’ossuaires statuaires (un ossuaire est une boîte en argile, un entrepôt d’ossements, dans laquelle les os des morts étaient débarrassés de leurs enveloppes extérieures selon les rites zoroastriens et couronnés d’une figure humaine) et l’analyse du plan du bâtiment central ont permis de conclure qu’Anahita et Siyavush – les divinités les plus populaires de l’ancien Khorezm – étaient vénérées ici.

Les chercheurs pensent que l’adoration égale du soleil et de l’élément eau, qu’incarnaient les anciens Choresmians, est à l’origine du design du Koy-Krylgan-kala, qui est basé sur des symboles solaires – un cercle et une croix.

Les ossuaires statuaires représentant des figures de divinités féminines et masculines incarnant la vénération des gens pour leurs ancêtres décédés sont des monuments remarquables de l’art khorezmien ancien.

Les figures, parfois exécutées presque grandeur nature, sont une représentation réaliste du type anthropologique des personnes, de leurs vêtements et de leurs couvre-chefs. L’apparition d’ossuaires sous la forme de statues anciennes à Khorezm témoigne de la persistance de la tradition.

Des fragments d’une dizaine de statues funéraires en céramique ont été fouillés à Koy-Krylgan Qala. Les figures, de taille différente, donnent l’image d’un même type. Ainsi, toutes les images féminines montrent une jeune femme assise dans une pose statique et solennelle.

Parfois, les jambes des trônes sont représentées sur les ossuaires, et des ajustements sont faits pour s’adapter aux petits auvents. Les sculptures funéraires sont stylistiquement similaires aux statuettes, qui sont censées représenter des divinités.

Les spécialistes pensent que les ossuaires statuaires représentent les morts sous la forme d’une divinité chthonique – très probablement Ardvisura Anahita, ils véhiculent une image qui appartient au concept de la grande déesse, mère de tous les êtres vivants et maîtresse du royaume des morts.

Des ossuaires statuaires représentant un homme assis ont également été trouvés. Ils véhiculaient probablement l’image de Siyavush – le dieu de la nature mourante et ressuscitante, qui était étroitement associé au culte des morts.

Il y avait des ossuaires reproduisant des structures monumentales. Dans les ruines de Koy-Krylgan-kala 2 (à quelques dizaines de mètres du monument principal), on a trouvé un ossuaire qui ressemble à une structure rectangulaire aux murs légèrement arrondis qui divergent vers le haut, imitant une tente.

Cet ossuaire pourrait avoir reproduit l’apparence d’une tente érigée lors des cérémonies d’enterrement à une époque antérieure. Le prototype immédiat de cette forme pourrait avoir été les structures de la crypte.

La prévalence de ce rite funéraire zoroastrien avec le système de croyance du cercle zoroastrien, le culte des ancêtres, était telle que les restes d’ossuaires statuaires ont été retrouvés dans les ruines de nombreuses habitations rurales de la période considérée.

Presque toutes ces habitations possédaient une pièce ressemblant à une salle de prière domestique et conçue pour l’accomplissement de rites de culte des ancêtres devant les ossuaires statuaires qui s’y trouvaient. Les figures en terre cuite des dieux et des déesses vénérés par les anciens chorémiens étaient exécutées avec autant de talent que les ossuaires.

Parmi elles figure Anahita, la Grande Déesse Mère, généralement représentée dans une large robe aux nombreux plis. Les chevaux symbolisaient la divinité du soleil, Mitra ou Siyavush.

La découverte de l’image du dieu Dionysos sous la forme d’un homme nu, avec une grappe de raisin dans une main et un couteau à vigne recourbé dans l’autre, rappelle un autre culte, le culte bacchique, qui avait également lieu à cette époque.

Les découvertes de splendides récipients en céramique avec des représentations en relief de scènes de chasse, de la vie de cour, de personnages de l’ancienne mythologie de Khorezm ou de l’épopée de l'”Arbre de vie” avec des daims complètent le tableau de l’état de développement de l’art à Khorezm aux 4e-3e siècles avant J.-C. et un peu plus tard.

Les motifs des sceaux en argile et en pierre rappellent ceux de l’art scythe de la même période ou d’une période un peu plus ancienne. Il s’agit notamment de représentations d’un vautour, d’un oiseau ou d’un cerf au galop, etc.

Le haut niveau de culture de Khorezm au milieu du 1er millénaire avant J.-C. est attesté par le développement de l’écriture en araméen. Les premiers documents écrits dans l’ancienne langue Khorezm ont été découverts lors des fouilles du Koy-Krylgan Kala et datés des 3e-2e siècles avant J.-C..

Les inscriptions ont été faites à l’encre ou avec un instrument tranchant sur des récipients et des terres cuites. L’un d’eux, gravé sur le mur d’un hum, indique “Aspabarak” ou “Aspabadak” (“chevaucher un cheval”).

Lieux d’intérêt

Karakalpakstan - Forteresse Kyrkkyz Kala

Karakalpakstan - Forteresse Kyrkkyz Kala

La forteresse Kyrkkyz kala (” quarante filles “) est située sur une colline naturelle, à 94,6 m au-dessus du niveau de la mer, dans la partie sud-est du marais salé d’Ayazkol, dans la partie nord du sable de Bilkum, à 8,8 km au nord-est du village de Kyrkkyz, 15,2 kilomètres au nord-ouest de la localité de Kokcha, 12,8 kilomètres au nord et légèrement à l’ouest de la localité de Jambaskala, et 28 kilomètres au nord-est de la localité d’Ellikkala dans le district d’Ellikala de la République du Karakalpakstan.

La forteresse Kyrkkyz Kala du Ier au VIe siècle après J.-C. est située à l’extérieur de la ville et était probablement une résidence de campagne des souverains. Cette forteresse était déjà connue aux IIIe-IVe siècles. La forteresse Kyrkkyz Kala (Petite) est du même âge que Kyrkkyz Kala (Grande).

La forteresse a été fortifiée aux V-VIe siècles et les anciens murs ont été entourés de tous côtés d’un nouveau mur en briques cuites. Les minarets à deux étages construits dans les murs de la forteresse sont dotés de volutes à double rangée pour la mise à feu.

Au milieu de la porte nord, juste avant l’entrée, il y avait un labyrinthe. Il existe une version selon laquelle une entrée fortifiée aurait pu se trouver dans la partie sud de la forteresse. Le fort a été construit en briques de boue sur un petit monticule de pierre.

Le village a été découvert en 1938 lors de fouilles archéologiques. Ses dimensions sont de 65x63x65 mètres et il avait deux étages avec des fenêtres en flèche dans le mur extérieur. Selon les chercheurs, la forteresse a été construite pour protéger les frontières nord-est de l’ancien Choresm.

Les archéologues ont trouvé des sépultures dans la forteresse, qui ont été faites selon les rites des anciens adorateurs du feu. Des ossements humains étaient placés dans des pots en céramique – des bourdons en forme de tête de femme. Cette forteresse était autrefois un poste de traite sur la grande route de la soie. La forteresse a été construite en briques de boue auxquelles on a ajouté de l’argile, et les plafonds voûtés étaient faits de briques brûlées.

D’après les fouilles, on pense que la forteresse était divisée en quatre parties. Dans les parties nord-ouest et nord-est, il y avait 5 pièces chacune, reliées seulement par un couloir. La partie sud-ouest comportait également cinq pièces, mais il n’y avait que deux couloirs.

La partie sud-est comportait deux pièces et un couloir. L’autre partie de la résidence comportait une salle de réception où les derviches priaient. L’intérieur de la résidence ne se distinguait pas par une décoration somptueuse.

La sophistication de l’intérieur est caractérisée par différentes formes et technologies de la maçonnerie des ouvertures de fenêtres et des ouvertures en arc. Les vestiges excavés d’argile et de briques indiquent qu’ils ont été utilisés dans la construction du château.

Selon la disposition du château, il y avait de nombreuses petites pièces et une grande pièce en briques brûlées le long du mur nord. Entre 30 et 50 mètres du mur sud se trouvait un bâtiment à plusieurs pièces où l’on a trouvé des restes de fer, des déchets de scories et un four de fusion du fer.

Au sud-est de la forteresse, on a trouvé les vestiges d’un atelier de fer de 12 par 13 mètres, daté du VII-VIIIe siècle de notre ère. En 1984, une jarre en céramique remplie de pièces de cuivre a été découverte dans la plaine près de la forteresse de Kyrkkyz Kala au Karakalpakstan.

Les pièces avaient été corrodées par l’humidité et le sel. Seule une des pièces a conservé son apparence. Lors du nettoyage, un bas-relief du souverain de Khorezm sans barbe a été découvert sur l’avers de la pièce.

La couronne sur la tête du souverain est représentée comme le soleil levant et la nouvelle lune est représentée au-dessus du soleil. Au revers de la pièce, Siyavush est représenté. Au premier plan de Siyavush, une femme est représentée jouant d’un instrument à cordes semblable à un dutar.

La femme porte une robe légère et un duzi duppi (une coiffe pour les femmes du Khorezm), qui était porté lors des occasions formelles. Le visage de Siyavush n’est pas visible, et le cheval est montré en mouvement.

La femme est dépeinte comme une belle reine, habillée avec goût. La composition de la pièce suggère que les femmes khorezmiennes de la période préislamique s’habillaient magnifiquement et maîtrisaient l’art de la danse et du chant et jouaient parfaitement des instruments de musique.

L’image d’un souverain sans barbe et les inscriptions de l’ancien Khorezm sur la pièce suggèrent que la pièce a été frappée aux Ve-VIe siècles (dans son ouvrage “L’ancien Khorezm”, S. P. Tolstov affirme que les pièces de l’ancien Khorezm représentant des souverains sans barbe datent des Ve-VIe siècles de notre ère).

Le nom de la forteresse signifie “quarante filles”. Selon une légende, la forteresse était la demeure de la courageuse reine Gulayim et de ses quarante compagnons. Ces femmes courageuses se sont battues contre des ennemis redoutables.

Lieux d’intérêt

Karakalpakstan - Forteresse Toprak Kala

Karakalpakstan - Forteresse Toprak Kala

La forteresse Toprak kala est située à 212 mètres à l’ouest de l’autoroute Nukus – Khorezm, à 3,6 kilomètres au nord et légèrement à l’ouest du village de Shark Yulduzi, à 12,3 kilomètres au nord-ouest du village de Bustan et à 26,9 kilomètres au nord et légèrement à l’est du village de Beruni dans le district d’Ellikala de la République du Karakalpakstan.

La forteresse Toprak Kala est située à quelques kilomètres d’Urgench en direction de la ville de Khiva, où se trouvait le palais des Khorezmshakhs aux IIIe et IVe siècles de notre ère. L’ancienne forteresse est aujourd’hui une construction de forme rectangulaire, dont les dimensions sont de 350 × 500 mètres.

Malgré de nombreuses destructions, la hauteur des murs de la forteresse atteint presque dix mètres à certains endroits. De l’ensemble du complexe, seul l’angle sud-est de la forteresse est bien conservé, mais même celui-ci nous donne une idée de la taille du plus ancien bâtiment.

En 1940, des travaux exploratoires ont été effectués sur la forteresse : une grande fosse stratigraphique a été réalisée dans la partie sud-est de la ville, son plan a été compilé, du matériel de fouille a été collecté.

En 1950, une petite excavation a été réalisée sur le mur de fortification ouest. Puis il y eut une pause dans les travaux du monument, qui ne reprirent qu’en 1965 et durèrent trois ans, jusqu’en 1975.

L’établissement de Toprak Kala couvre une superficie de 500 mètres sur 350. De plan rectangulaire, il est entouré de murs de forteresse conservés sous forme de puits, atteignant 8-9 mètres à certains endroits.

Les murs comportaient de nombreuses tours carrées aux angles arrondis et un large fossé. Il est à noter que les fortifications de la ville ont fait l’objet d’une importante reconstruction.

À l’origine, il s’agissait d’une fortification comportant un couloir à deux étages avec un sous-sol voûté et des embrasures en forme de flèche à l’étage supérieur. Le mur extérieur du rempart était décoré de lobes et de niches entre les lobes.

Après la reconstruction, le rez-de-chaussée du corridor a été muré et reconstruit en un socle de six mètres de haut, dans lequel les tours précédentes ont également été murées. Les murs de la galerie à un étage ont été remplacés par des fenêtres à fentes peu profondes avec des cavités et des lobes. Les nouvelles tours avaient une forme semi-circulaire.

Au milieu du mur sud, l’entrée de la citadelle, il y avait une guérite complexe, qui a également été reconstruite. De là, une rue centrale d’environ 9 mètres de large traversait toute la ville jusqu’à la citadelle, située dans l’angle nord-ouest de la forteresse ; elle divisait la ville en deux parties, elles-mêmes divisées par des rues latérales d’environ 4,5 mètres de large en 5 blocs carrés de 100×40 mètres.

Les fouilles ont été menées dans deux quartiers, marqués A et B, situés dans la moitié ouest de la ville. Des couches datant du IIe au VIe siècle après J.-C. ont été mises au jour ; cependant, à en juger par la présence de certains types de pièces de monnaie du monnayage choresmien et de poteries, le site de l’établissement a dû être recouvert par les couches antérieures.

On distingue trois horizons dans les couches stratigraphiques de l’établissement. Le quart supérieur n’a pas été préservé. Il s’est avéré que l’un des quartiers, A, était entièrement occupé par les bâtiments des temples qui y avaient été traditionnellement érigés tout au long de l’histoire de la ville.

La superficie totale du temple était de 42 mètres sur 42. A l’intérieur se trouvaient trois bâtiments construits selon le même plan : une chaîne de pièces avec des seuils et des cadres de porte en bois s’étendait d’ouest en est.

L’un d’eux, le grand bâtiment I, qui mesurait 35 mètres sur 18 et donnait sur la rue entre les blocs A et B, était composé de trois grandes pièces de 11 mètres sur 4. Ses murs avaient jusqu’à 3 mètres d’épaisseur.

Enfin, la pièce occidentale et apparemment la plus importante, l’un des murs avait une niche de foyer arquée et d’autres caractéristiques architecturales, c’était un temple du feu. Dans l’autre bâtiment, appelé bâtiment II, ont été retrouvées les cornes d’un bélier khar, décorées de bracelets dorés en bronze, autour desquelles étaient déposées au sol de nombreuses offrandes – tessons et récipients entiers en verre, bijoux, perles, pendentifs, bagues, etc.

Un fragment d’une sculpture en albâtre peint représentant une personne a également été trouvé, ainsi que des fragments de feuilles d’or, etc. Les deux bâtiments ont été datés du IVe-VIe siècle, mais le bâtiment II est d’une période plus tardive dans l’intervalle de temps ci-dessus.

Dans le bloc résidentiel, on a découvert une habitation à plusieurs pièces comprenant des salles de séjour, des réserves, des cours, etc. Des traces de travaux d’aiguille ont été relevées dans les pièces donnant sur les rues latérales et centrales.

Surtout dans la première période de l’existence de la ville, il y avait des ateliers (ou workshop) pour la fabrication d’arcs. Grâce aux fouilles menées sur le site de la ville antique, nous avons obtenu un matériel diversifié et riche qui nous permet de caractériser en détail la culture kouchane-afrikide de l’ancien Khorezm, jusqu’ici peu étudiée, et de fournir des informations importantes sur l’histoire des villes antiques du Khorezm.

Le corps principal du palais a été construit sur une base de briques de boue dans laquelle s’étendaient les murs nord et ouest de la ville. Il se présentait sous la forme d’une pyramide tronquée d’une hauteur de 14,3 mètres et d’une surface de base de 80 x 80 mètres.

Rapidement, trois autres réseaux ont été ajoutés sur des socles pouvant atteindre 25 mètres de haut, avec des surfaces de 35 x 35 mètres, 40 x 35 mètres et 35 x 20 mètres. Les murs extérieurs du palais d’origine dépassent de 1,5 mètre le bord de la plate-forme.

Sur une distance considérable, ils sont emportés par les eaux, mais là où d’autres massifs sont contigus, ils se maintiennent jusqu’à une hauteur de 7,5 mètres avant de s’effriter, probablement à 9 mètres au moins. Les façades étaient décorées d’un système de saillies verticales et de niches et recouvertes d’un badigeon d’albâtre.

L’entrée se trouvait sur le côté est, avec une volée de marches autour de la tour d’entrée. Une centaine de pièces partiellement conservées au premier étage du corps central et quelques pièces au deuxième étage. Les murs des pièces ont été conservés sur toute leur hauteur dans les zones périphériques et recouverts de plinthes appliquées, mais dans la partie centrale de l’enceinte, ils ont été largement emportés.

Les plafonds étaient voûtés, le plus souvent en adobe trapézoïdal, et les poutres étaient plates. Dans les grandes pièces, les poutres étaient soutenues par des colonnes en bois avec des bases en pierre. Dans la disposition interne du palais, nous pouvons voir la division en trois complexes principaux, qui étaient presque isolés les uns des autres.

Sur le côté sud-est du palais se trouvait un complexe de 12 pièces non décorées, dans lesquelles nous trouvons des vases à laver, des vestiges des archives du palais et un entrepôt d’armes. Le long du bord sud du palais, le long d’un long couloir séparé par un mur de briques brûlées, se trouvaient quatre blocs similaires composés de deux pièces et d’un escalier menant vers le haut.

Le couloir menait à une petite cour avec des niches circulaires, autour de laquelle étaient regroupés quatre sanctuaires à deux chambres avec des autels et des niches à deux étages. Dans l’un d’eux, des peintures murales représentant une scène funéraire ont été préservées.

Cela suggère que les sanctuaires étaient destinés aux rites funéraires pratiqués par les prêtres dont les appartements étaient reliés au couloir. La plus grande partie du palais était occupée par le complexe de salles de cérémonie et de sanctuaires associés à divers aspects de la culture royale.

Les murs étaient décorés de fresques et cinq salles étaient ornées de bas-reliefs en argile polychrome. Seule une partie insignifiante de l’ancienne décoration est parvenue jusqu’à nous dans les décombres / ce qui a été sauvé lors des fouilles dans les années 1940 se trouve maintenant au musée de l’Ermitage.

Cependant, il est possible d’imaginer l’intérieur et probablement de déterminer la fonction de plusieurs pièces.

La “salle des rois” de la forteresse de Toprak-Kala était un sanctuaire dynastique où le feu brûlait sur un autel devant de grandes images de 23 rois du Khorezm (contrairement aux autres, ces sculptures sont à visage découvert). Ils étaient sur des semelles divisées par des cloisons en un certain nombre de boîtes.

Dans chacune d’elles, outre la statue du roi, il y avait deux hauts-reliefs féminins et un masculin.

La “salle des victoires” de la forteresse de Toprak-Kala – porte sur ses murs des bas-reliefs de tsars assis et de déesses volant à leurs côtés. Ces compositions /sauf les jambes des personnages/ rappelaient probablement les images des pièces de monnaie représentant le moment de la remise aux souverains des insignes de la dignité royale.

“Salle des guerriers à la peau sombre” à la forteresse de Toprak kala. Ici, les images en bas-relief des rois se tiennent dans des niches sous des recouvrements d’argile en forme d’énormes cornes de béliers stylisées. Des guerriers à la peau sombre (l’emplacement de ces petits personnages ne peut être déterminé avec précision) ont claironné la gloire des rois. La décoration du sanctuaire de la salle était apparemment subordonnée à l’idée de gloire militaire et de bonne fortune.

La “salle des cerfs” de la forteresse de Toprak kala était décorée de figures de ces animaux, au-dessus desquelles se trouvait une ceinture avec des images de griffons. D’autres fragments de bas-relief comprennent des fruits de grenades, des vignes, etc. La décoration a pu évoquer le cycle de vie des règnes végétal et animal.

Dans la “salle des masques dansants” de la forteresse de Toprak-Kala, des images d’hommes et de femmes dansant en couple sont partiellement conservées sur les murs. La niche principale contenait apparemment l’image d’une grande déesse avec un prédateur (des fragments uniques ont été trouvés).

Les deux autres grandes niches peuvent avoir contenu des dieux compagnons. Au milieu de la salle, un podium d’autel est ouvert. La salle était, comme on peut le penser, destinée à l’exécution de mystères symbolisant le lien du roi avec les forces fertiles de la nature.

L’importance de ce sanctuaire est indiquée par le fait qu’il était directement relié à la partie principale de l’ensemble du trône. Cet ensemble se composait d’une avant-cour et d’un aivan divisé par un portail à trois arches.

Sous l’arc central se croisent les diagonales du carré dans lequel s’inscrit l’ensemble du palais principal. Le champ supplémentaire du nord-ouest entourait une grande pièce carrée, aujourd’hui presque entièrement emportée par les eaux.

Elle était traversée par des couloirs sur les murs desquels étaient représentés des vagues et des poissons. Peut-être que le champ nord-ouest était un sanctuaire dédié à l’élément eau. La disposition sud avait également un but cérémoniel et probablement cultuel.

Des traces de peinture et les restes d’un podium rectangulaire ont été découverts dans l’espace axial. Le massif nord-est était constitué de 8 salles très hautes et allongées, couvertes par des voûtes, dont certaines arches ont étonnamment survécu jusqu’à nos jours.

L’objectif de ces pièces, qui n’étaient pas décorées et qui ont été aménagées peu après la construction, n’est pas clair. Les documents anciens de Khorezmia constituent la découverte la plus importante du palais.

L’origine de divers objets et produits a été enregistrée sur la peau ; plusieurs dates ont été conservées, les plus anciennes étant 188 et 252 ans de l’ère khorezmienne, qui a débuté dans la première moitié du premier siècle de notre ère.

Les documents figurant sur l’arbre sont des listes d’hommes libres et d’esclaves valides et inaptes au travail qui étaient membres de diverses familles de choristes. Le palais, qui avait avant tout une vocation sacrée, a été abandonné au début du IVe siècle de notre ère et, après une réparation partielle, a été utilisé comme citadelle de la ville.

La plupart des objets trouvés par les ménages appartiennent à cette période. L’exploration du complexe nord de Toprak-kala en 1976 – 1979 a montré qu’il s’agit d’un groupe de bâtiments situés à l’extérieur du village de Toprak-kala, à environ 100 m au nord du palais fouillé par S. P. Tolstov en 1946 – 1950 et exploré en 1967 – 1972.

Les bâtiments du complexe nord couvrent une superficie d’environ 12 hectares. La longueur de la chaîne de bâtiments s’étend le long de l’axe nord-sud – 350 mètres.la même longueur du réseau, aligné dans la direction latitudinale. Il y a 10 bâtiments, mais ce nombre est préliminaire.

Il est probable qu’elle devienne plus petite, car les fouilles ont montré une tendance à regrouper les remparts individuels en de très grandes structures palatiales. Le bâtiment le plus proche du “Haut Palais” est le bâtiment n° 1 du complexe nord, fouillé entre 1976 et 1979 et situé sur un axe ouest-est.

La taille du bâtiment est déterminée par la surface de la base d’environ 160 – 180 x 50 mètres, dont la hauteur atteint environ 2,5 mètres. Une cinquantaine de pièces sont dégagées ici, ce sont les grandes salles palatiales, mais aussi de petites pièces utilitaires.

Les halls et les petites pièces avaient des peintures sur les murs. Cependant, seuls quelques-uns ont survécu. Une pièce était dominée par des ornements colorés sur un fond blanc et noir. On y trouve de grandes et petites rosettes, des lotus, des tulipes, des lianes, etc.

Dans une autre pièce, les ornements avaient un caractère complètement différent, imitant les motifs géométriques des textiles ou des tapis / l’image des franges a également été préservée. Dans une troisième pièce d’un grand hall, des bandes ont été trouvées sur les murs formant une grille rhombique.

Dans une autre pièce, on a trouvé les restes d’une sculpture, malheureusement seulement des fragments, représentant le bas des jambes et la robe. On a également trouvé dans cette pièce un grand /0,70×0,70 m/ morceau de marbre gris aux côtés bien polis (0,2 m) et au sommet ébréché.

Il s’agit soit d’une partie d’une sculpture, soit d’un piédestal pour un autel. Il s’agit donc d’un complexe de palais. Il y avait aussi des chambres économiques – la partie orientale du bâtiment, mais elles sont mal conservées. Une partie de la zone avec des fosses pour les récipients, les cendres, les déchets et les foyers est préservée.

Dans le second bâtiment, dont les dimensions conservées sont de 70 par 35 mètres et la hauteur de la plinthe de 1,2 mètre, 25 pièces sont conservées. Il existe également des salles et des petites pièces. Les murs de la plupart des pièces sont recouverts de plâtre blanc. Cependant, il y a aussi des fragments de peintures en couleur dans différentes couleurs (rouge, rose, bleu, gris).

Ici, comme dans le premier bâtiment, il y a quelques salles avec des bases de colonnes en bois. A la place des bases de colonnes en grès polymitic, qui avaient une base à trois niveaux sur laquelle était installée la deuxième pièce d’un moule moulé, on a conservé les bases de colonnes qui étaient profondément traditionnelles pour l’architecture de l’époque.

Les pièces moulées sont tombées des bases. Il existe un certain nombre de grandes salles sans base de colonne. Il semble qu’il s’agissait de pièces ouvertes. Dans l’une des salles, une peinture d’ornements floraux et géométriques sert de base au sol de la salle.

Cela suggère que le palais a pu être reconstruit. Sur le mur nord du deuxième bâtiment se trouvent deux tours n° 1 et n° 2, qui sont des bases monolithiques rectangulaires de certains bâtiments conservés. Leur fonction n’est pas claire.

Leur signification de fortification peut être supposée si la cour du côté est peut être prouvée. A l’ouest des bâtiments n° 1 et n° 2, dans le sens du méridien, le bâtiment n° 7 a des dimensions d’environ 100 par 30 mètres et des hauteurs de 10 à 150 centimètres dans la partie sud et jusqu’à 5,5 mètres dans la partie nord.

Plus de 50 pièces y sont dégagées. Dans la partie sud, nous avons trois complexes de trois pièces très semblables aux complexes de la partie sud-ouest du “Haut Palais”. Dans la partie nord, les pièces inférieures étaient murées. Deux escaliers menaient au deuxième étage.

Des murs épais et des cônes murés avaient conservé le rez-de-chaussée jusqu’à aujourd’hui. Dans l’une des fosses, on a constaté que la base du bâtiment 7 reposait sur le sol, tandis que la base du bâtiment 2 était recouverte au niveau du joint d’une couche de matériau culturel d’une trentaine de centimètres d’épaisseur. Il s’ensuit que le bâtiment n° 2 a été construit plus tard que le bâtiment n° 7.

Il semble que les bâtiments n° 1, 3 et 7 aient été construits en même temps, car leurs socles sont identiques jusqu’à 2,5 m, tandis que le bâtiment n° 2 a été construit un peu plus tard. Seul le socle du bâtiment n°3 n’a pas été conservé. Le socle est situé à 80 mètres à l’est du bâtiment n° 7 et à 8-10 mètres au nord du bâtiment n° 2.

Les bâtiments n° 4, 5, 6 sont prolongés dans le sens méridional au nord du bâtiment n° 3. Il ne reste d’eux que les bases des locaux. Entre les bâtiments n° 7 et 2 et 3 se trouve la cour nord du complexe. A l’ouest du bâtiment n°7, les bâtiments n°8, 9 et 10 sont prolongés dans le sens de la largeur.

Entre les bâtiments 8, 9 et 10 se trouvent les cours ; et enfin, plus à l’ouest, se trouve le puits du système de couverture, dans lequel deux pièces de monnaie Huvishka ont été trouvées. En outre, une pièce de monnaie datant de l’époque de Vima Qadfiza a été trouvée en 1978 sur le sol de la salle 24 du bâtiment n° 1.

Une petite tête en or d’un lionceau de 3 x 2,5 cm a été trouvée dans le passage de la pièce n° 24. Dans la pièce n° 3 du bâtiment n° 1, on a trouvé un moule en albâtre destiné à la fabrication d’une image en bas-relief de “satyres”.

Lieux d’intérêt

Karakol - Gorge Altyn Arachan

Karakol - Gorge Altyn Arachan

Altyn-Arachan (traduit par “Printemps d’or”) est une gorge de montagne située dans la partie orientale des montagnes Terskey-Ala-Too, près de la ville de Karakol. Cette gorge est l’un des sites touristiques les plus populaires du Kirghizstan en raison de sa nature unique, des sources d’eau chaude situées directement dans la gorge, des vastes forêts d’épicéas et des vues à couper le souffle.

Pendant l’Union soviétique, la zone des gorges a été reconnue comme une réserve naturelle spécialement protégée en raison de sa grande diversité naturelle. Les gorges ont reçu le statut de réserve naturelle en 1963 et l’ont conservé jusqu’à aujourd’hui. C’est l’un des rares endroits du Kirghizstan où les forêts reliques de l’épicéa de Tien Shan sont préservées en si grand nombre. Les sources chaudes d’Altyn-Arachan sont également très connues. Situées à une altitude record de 2 600 mètres, les sources ont un effet curatif grâce à la teneur en radon et en hydrogène sulfuré de l’eau et maintiennent une température élevée toute l’année : 35 degrés pour la source de radon et 41 degrés pour la source d’hydrogène sulfuré. Des piscines intérieures ont été construites dans certaines sources, tandis que d’autres sont encore “sauvages” et situées dans des trous de baignade ou des grottes creusées dans la roche.

L’afflux important de touristes à Altyn-Arachan est assuré par le fait que par cette gorge on peut atteindre le lac alpin Ala-Kul, le plus beau lac Terskey-Ala-Too, après avoir franchi le col du même nom à 3 800 m d’altitude. La route y mène à travers l’affluent gauche de l’Altyn-Arachan, à 5 km au-dessus du village.

L’une des raisons pour lesquelles les touristes aiment cet endroit est le mur d’Aksu, également connu sous le nom de pic Palatka, en raison de sa forme trapézoïdale inhabituelle, très rare dans les monts Tian Shan. La vue sur le mur est devenue une sorte de marque de fabrique des gorges. Les amateurs de randonnée peuvent se rendre à la base du pic, où se trouve un petit lac glaciaire, le Kashka-Suu, et plusieurs chutes d’eau : Sharkyratma, Kuldurek, Tash-Tektir, Porte Archaly et Porte Takyr.

La gorge d’Altyn-Arachan, contrairement aux autres gorges de montagne du nord du Tien Shan, présente un relief géographique complexe. Dans sa partie inférieure, Altyn-Arachan est une gorge étroite avec une forte pente et une rivière agitée qui peut inonder la route en été. Dans la partie supérieure, la gorge s’élargit considérablement et devient une vallée alpine particulière avec une pente très douce. En amont, la gorge se divise et forme deux bras qui s’enroulent autour du mur d’Aksu à droite et à gauche.

Altyn-Arachan est utilisé comme camp de base pour les randonnées radiales, comme point de transfert sur la route vers Ala-Kul, la gorge d’Ak-Suu ou les vallées de Karakol et de Djety-Oguz. C’est aussi un endroit merveilleux pour se détendre dans la nature intacte du Tien-Shan.

Lieux d’intérêt

Karakol - Mosquée Dungan

Karakol - Mosquée Dungan

La mosquée Dungan est l’un des sites les plus intéressants de Karakol, avec l’église des Trois Saints.

La mosquée de Dungan est un bâtiment très spécial associé à la grande diaspora de Dungan à Karakol et a une histoire de plus de 100 ans. En 1877, une guerre civile a éclaté en Chine entre les musulmans chinois et les adeptes des religions traditionnelles chinoises. Les musulmans chinois ont été soumis à une forte oppression, ce qui a contraint plus de 300 000 personnes à fuir à travers les monts Tien Shan vers le Kirghizstan, où nombre d’entre eux se sont installés, notamment à Karakol. Ces musulmans chinois étaient appelés Dungan et sont encore connus comme tels aujourd’hui.

Après s’être installés dans la ville, les Dungans ont décidé de se construire une mosquée, pour laquelle un architecte réputé de Pékin, Zhou-Si, a été invité. La construction de la mosquée a duré trois ans et présente une caractéristique particulière : La construction en bois a été assemblée sans un seul clou et est toujours intacte après 120 ans.

La première chose qui attire votre attention lorsque vous voyez cet étonnant bâtiment, ce sont les motifs clairement chinois. Le toit de la mosquée est peint de différentes couleurs et la mosquée possède un intéressant toit en pente, une caractéristique traditionnelle des bâtiments chinois. Les sculptures en bois étonnamment complexes qui ornent les façades du bâtiment sont également frappantes.

Il s’agit d’un monument unique de l’architecture d’Asie centrale qui n’a pratiquement aucun équivalent. La mosquée est ouverte aux touristes, mais il est conseillé aux femmes de se couvrir d’un foulard, qu’elles peuvent acheter gratuitement à l’entrée de la mosquée. Il est également recommandé aux non-musulmans de ne pas entrer dans la mosquée, mais de se limiter à observer le terrain et le bâtiment de l’extérieur.

Lieux d’intérêt

Karakol Ville

Karakol Ville

La ville de Karakol est le véritable centre touristique du Kirghizstan. Des touristes du monde entier viennent ici chaque année, et cette popularité n’est pas une coïncidence. Outre l’architecture et l’histoire impressionnantes de la ville, les attractions naturelles environnantes sont également très appréciées : l’immense lac Issyk-Kul et les plus hautes montagnes de la chaîne Tien-Shan. Pour ceux qui se rendent à Karakol pour la première fois, nous avons élaboré un guide de voyage spécial.

Karakol est étonnamment différente de toutes les autres villes du Kirghizstan en raison de son étonnante architecture vieille-russe, de ses nombreux points de repère anciens et de sa beauté naturelle étonnante, qui sont nombreux autour de Karakol. Fondée au XIXe siècle, elle est depuis longtemps la ville la plus grande et la plus développée du Kirghizstan. Aujourd’hui, c’est la capitale authentique de la région d’Issyk-Kul, où les caractéristiques culturelles des différents peuples se rejoignent, ce qui se traduit par la cuisine de Karakol.

Architecture

Karakol doit son architecture particulière aux colons russes qui ont fondé la ville en 1869. La plupart des bâtiments du centre historique de la ville ont été construits à la fin du XIXe siècle et sont de style russe classique, avec des murs blanchis à la chaux, de hauts plafonds peints, des façades sculptées et des volets. Il existe un bloc entier de ces maisons dans la ville, qui sont toujours utilisées par des résidents ou des institutions d’accueil.

Les bâtiments historiques les plus célèbres de Karakol sont la cathédrale de la Trinité, une ancienne église orthodoxe en bois, la mosquée en bois de Dungan, construite dans le style chinois et sans un seul clou, et la ruelle des marchands avec ses pavés dégagés, où se trouve le musée local.

Une autre particularité de Karakol est le grand nombre d’arbres, dont de puissants peupliers. Il y a plusieurs grands parcs dans la très petite ville, et de nombreux arbres poussent sur les propriétés des fermes, rendant les rues de Karakol fraîches même pendant les jours les plus chauds.

Attractions naturelles

Karakol est situé dans un endroit magnifique, juste en dessous des hautes montagnes de la chaîne Terskey Ala-Too. C’est l’un des endroits les plus diversifiés géographiquement au Kirghizstan, abritant une variété de beautés naturelles dans une zone relativement petite, pour laquelle la majorité des touristes visitant le Kirghizstan viennent ici. Ici, à Karakol, les voyageurs sont attirés par les eaux bleues des hautes montagnes d’Ala-Kul, les sources d’eau chaude et les vues à couper le souffle des gorges d’Altyn-Arashan et d’Ak-Suu, ainsi que par des itinéraires de trekking difficiles et magnifiques dans les montagnes de Karakol et dans la gorge de Jety-Ozuz. C’est un véritable paradis pour les amateurs de randonnée en montagne et de trekking.

Le camp de ski de Karakol, très connu, est situé dans la gorge du même nom, où des alpinistes de nombreux pays viennent conquérir les montagnes de Terskei-Ala-Too. À partir de Karakol, la piste commence vers les régions les plus difficiles d’accès du Kirghizistan – le glacier Inylchek et les hauts sommets des pics Pobeda et Khan Tengry.

Il ne faut pas oublier que Karakol est très proche des agréables rives de l’Issyk-Kul, c’est pourquoi de nombreuses personnes viennent y passer leurs vacances d’été. Le parapente sur les collines proches de la ville est également très populaire, et en hiver, Karakol devient le centre des vacances de ski kirghizes avec une station de ski bien développée et de grandes possibilités de freeride et de ski de fond.

Cuisine

La cuisine de Karakol est étonnamment différente de celle du reste du Kirghizstan, en raison du grand nombre de Dungans qui vivent dans la ville. Si vous venez à Karakol, ne manquez pas de goûter les plats locaux, qui sont célèbres dans tout le pays et même au-delà.

Ashlyan Fu
Le plat signature de Karakol est l’Ashlyan Fu – une soupe Dungan épicée servie froide. Les principaux ingrédients de l’ashlyan fu sont deux types de nouilles : les nouilles nature à base de farine de blé et les nouilles féculentes. Les nouilles sont assaisonnées avec du bouillon froid, de l’épice laza et de nombreuses herbes.
Il est généralement servi avec des gâteaux de pommes de terre frits et du thé chaud.

Laghman
C’est également un plat traditionnel de Dungan qui s’est répandu dans toute l’Asie centrale et qui est également populaire dans toutes les régions du pays. Le Lagman est fabriqué selon une technique spéciale de nouilles bouillies assaisonnées de viande, de légumes et d’épices cuits à la vapeur. Il existe également un type de lagman qui utilise du riz à la place des nouilles, appelé ganfan.

Karakol manty
Même le manty habituel de Karakol peut être très différent de tous les autres. Ici, le manty est traditionnellement servi non seulement avec de la viande, mais aussi avec diverses herbes – notamment du jusai. Le manty de Karakol est aussi traditionnellement servi avec une sauce épicée, laza, à base de piment et d’ail.

Bien entendu, outre les plats typiques de Karakol, vous pourrez également goûter aux plats traditionnels kirghizes tels que le beshbarmak, le pilaf, le kurdak, le shorpo, etc. Vous trouverez une liste plus détaillée des plats kirghizes ici.

Lieux d’intérêt
Ak-Mosque in Chiwa

Khiva - Ak Mosquée

Khiva - Ak Mosquée

La Ak-Mosquée, également appelée la Mosquée blanche, est située à la porte orientale du centre ville d’Ichan-Qala à Khiva. Il s’agit d’un petit bâtiment, appelé “mosquée de quartier” (un type de mosquée construite pour les résidents d’un quartier en visite).

Les fondations du bâtiment ont été posées au XVIIe siècle sous l’Anush-khan et le bâtiment actuel a été reconstruit en 1838 – 1842. La Ak-Mosquée est un exemple typique de mosquée de quartier, généralement construite pour la population d’un petit “micro-district” de Khiva, connu sous le nom de Mahalla ou Guzar.

La chambre centrale sous dôme – Khanaqa (6,Z5 õ 6, 35 m) est entourée sur trois côtés par de hautes aiwans à plusieurs colonnes. Dans la profondeur des murs sud du Khanaka et des Aywans, il y a des niches de mihrab.

L’attrait particulier des mosquées réside dans les piliers en bois – les colonnes étroites, les bases avec de gracieuses sculptures. Les portes sculptées sur lesquelles sont inscrits les noms des maîtres – Usta Nurmuhammad et Usta Qalandar – sont également intéressantes.

Le nom de la Mosquée Ak (“Mosquée blanche”) indique non seulement le revêtement Gantsch des murs du bâtiment, mais aussi son importance capitale parmi les petites mosquées du quartier.

Ce nom vient probablement de la précédente mosquée construite sous Anush-Khan, dont les vestiges sont conservés sous les murs du nouveau bâtiment. La salle de prière principale est située dans le bâtiment d’hiver de la mosquée, couronnée par un dôme blanc.

Les finitions sculptées des portes de la mosquée, les grilles des fenêtres ajourées, les colonnes en bois avec des bases sculptées sont intéressantes. Dans son ensemble, la mosquée Ak représente l’un des échantillons de l’architecture d’Asie centrale. Dans les gravures sur les portes de la mosquée, on peut lire les noms des maîtres.

Lieux d’intérêt
Ichan Qala in Chiwa

Khiva - Aminkhan Madrasa

Khiva - Aminkhan Madrasa

“Par la volonté du Tout-Puissant, sur ordre du Sultan de son temps, Abulgazi Muhammad Aminkhan ibn Allakulikhan (que sa tombe soit illuminée), avec les mots que ce soit un lieu de miséricorde, a construit cette madrasa bénie à Khiva, date Hijrah 1270 (1854)”.

Sous le règne de Aminkhan à Khiva, il y avait 64 madarsa actives, la plus grande et la plus belle d’entre elles était la méduse construite par Muhammad Aminkhan (en dialecte madaminkhan), qui est bien conservée jusqu’à nos jours.

La madrasa est située dans la partie ouest d’Ichan-Kala, sur le côté droit à l’entrée de la porte principale Ata-Darvaza. Cette structure architecturale est grande et splendide, et est conforme aux méthodes spéciales de construction de cette époque.

Il est construit en briques cuites et ses murs ont une épaisseur de 1,5 m. La madrasa compte deux étages et se compose de 130 pièces (hujras – un hujra ou hujra désigne une cellule, un petit espace de vie pour les étudiants, dans une madrasa en Ouzbékistan, par exemple. De plus, des salles pour les derviches voyageurs dans une khanqah ont été ainsi désignées), dans lesquelles 260 étudiants étudiaient en même temps, selon des sources historiques. Les historiens racontent l’histoire de la construction de la madrasa et du minaret: “En la quatrième année du règne de Muhammad Aminkhan, la construction de la madrasa et du minaret a commencé dans la direction de la Qibla (la direction de la Kaaba, la direction sud à Khiva) en face de l’Ark.

Bekniyaz Diwanbegi a donné l’ordre de réaliser la construction. Lorsque Bekniyaz a commencé la construction, Muhammad Karim de Diwan a été chargé de la superviser. Muhammad Karim a trouvé des maîtres célèbres de Choresm et a commencé à le construire.

Sur ordre du Khan à Yangiariq (village) au pied du désert, la construction du palais de campagne – Hovli et jardin – a également été entamée et Ismail Diwan ibn Adina Diwan en a été nommé directeur sur ordre d’Abdullah Kushbegi.

En 1851, le concours sur la construction de la madrasa est lancé par Muhammad Aminkhan et le projet dessiné par le Maître suprême de Khiva (Ustabashi) Abdulla “Jin” plaît au Khan. La madrasa a été construite en trois ans.

Le Khan satisfait a ordonné à Bekniyaz Diwanbegi de préparer tout le nécessaire pour les grandes célébrations et le banquet. Les frères et proches parents du Khan qui sont venus à la fête ont reçu des robes tissées d’or et des chevaux de course racés. Tous ceux qui ont participé à la fête ont reçu un cadeau.

Les contemporains ont loué la construction de la madrasa en vers avec un chronogramme codé et ont également reçu des cadeaux du Khan. À côté de la madrasa, on commença la construction d’un minaret si majestueux que les poètes glorifiaient sa construction inachevée par les mots “Comme un pilier soutenant le dôme du ciel”.

Le portail de la madrasa était décoré de magnifiques carreaux de faïence sur lesquels étaient écrits des éloges aux bâtisseurs de la madrasa dans l’écriture Nasta’liq de la calligraphie arabe.

Le madrasa a une structure architecturale similaire à celle d’autres bâtiments similaires. Il est construit symétriquement sur deux étages, avec un plan rectangulaire et une cour spacieuse de même forme. Il y a des tours d’angle de la guldasta aux quatre coins de la madrasa.

Les tours de chaque côté du portail central de la madrasa sont particulièrement remarquables. Derrière la façade principale, il y a un minaret à cinq dômes, une mosquée d’hiver, un auditorium et des pièces annexes.

Les pièces du premier étage servaient d’habitation et de pièces de service, tandis que les pièces d’habitation du deuxième étage ont des loggias voûtées s’ouvrant sur un côté, ce qui donne au bâtiment une apparence attrayante.

La cour est ornée de quatre petits portails, dont la partie avant est décorée de majoliques à motifs de Khiva, sous lesquels sont tissées des inscriptions calligraphiques en écriture arabe dans le style thoulouth.

Les ouvertures des fenêtres de la madrasa sont dotées de grilles à motifs de panjara. Une couche imperméable de pierres de montagne a été posée dans la partie inférieure des murs du sous-sol de la madrasa (leur hauteur est de 68 cm). Les dimensions globales de la madrasa sont de 71,7 m x 60,0 m, et la cour intérieure de la madrasa est de 38,0 m x 38,0 m. La mosquée d’hiver – 9,4 х 8,4 mètres, l’auditorium – 5,6 х 5,5 mètres, la mosquée d’été – 5,6 х 5,6 mètres, la hauteur du portail – 25 mètres.

Selon la description du voyageur Hermann Vambery, arrivé à Khiva en 1863, la madrasa a été construite par Muhammad Aminkhan sous la forme d’un caravansérail. Le minaret, situé près de la madrasa, est resté inachevé en raison de la mort tragique de Khan.

Les 130 salles (hujshras) de la madrasa étaient destinées à 260 étudiants, pour la madrasa les terres du Waqf (le Waqf est un institut de droit islamique similaire à la fondation) ont été attribuées dans certaines tailles. La superficie de ces terres était de 32 525 tanaps et la récolte qui en était tirée était répartie entre les étudiants et les employés de la madrasa.

Le revenu annuel de ces terres du Waqf était de 12000 khiva batman (batman – 20 kg) de blé et 5000 tilla (pièces d’or) d’argent. Il y avait 2 à 3 étudiants dans chaque hujra de la madrasa, les portes de tous les hujrasa faisaient face à la cour de la madrasa et il y avait une cheminée dans chaque hujra.

Les sciences religieuses et laïques étaient enseignées dans la madrasa, en même temps que les jeux de divertissement étaient interdits, ainsi que le chant. La durée des études dans le madrasa était illimitée, certains étudiants étudiaient dans un seul cours pendant 3 – 4 ans, voire 8 – 10 ans.

L’éducation dans les madrasa s’est faite en 3 étapes :

  1. primaire “adno”.
  2. centre “avsat”.
  3. groupes “a’lo” supérieurs.

Dans le primaire, les élèves ont appris la grammaire arabe, la logique, la charia, les rites religieux et la littérature en arabe et en persan. Pendant les deux autres phases, les étudiants ont étudié avec diligence le tahsib (logique), l’ilohiyot (théologie), la jurisprudence et d’autres sciences.

Tout fils d’un musulman ayant atteint l’âge de 15 ans était admis dans une madrasa, compte tenu de son niveau d’alphabétisation. Les étudiants étaient appelés mollah ou talibul ilm. Les étudiants diplômés des madrasas ont produit des poètes, des historiens, des scribes, des calligraphes, des érudits et des gens instruits.

La madrasa Aminkhan à Khiva abritait une grande bibliothèque et le siège de la Cour suprême Qādī (Qādī, selon la doctrine de l’État islamique, est un juriste qui exerce principalement des fonctions judiciaires au nom du calife, guidé par le système de normes de la charia).

Lieux d’intérêt
Amir Tura Medrese in Chiwa

Khiva - Amir Tura Madrasa

Khiva - Amir Tura Madrasa

Dans la partie nord de Ichan-Qala à Khiva, la Amir-Tura Madrasa est situé entre les maisons résidentielles. Il a été construit en 1870 par le frère de Muhammad Rahim-khan II (1863-1910) et porte son nom. La façade principale de la madrasa est représentée par un haut portail avec une niche octogonale et une arcade ailée à deux étages. Les hauts murs des autres façades extérieures créent également l’illusion d’une structure à deux étages.

Contrairement à de nombreux autres Madrasas, celui-ci est très ascétique et modeste. L’architecture de son portail est totalement dépourvue de décoration. Seules les tours latérales de la madrasa, appelées guldasta, ne sont pas fortement décorées. Ils sont décorés de fines bandes de mosaïque verte.

L’élégance et la simplicité de la structure sont données par un treillis ajouré de ganch dans les fenêtres des abris – hujshras. Ces grilles sont appelées panjara. Si l’on compare la taille d’Amir-Tura Madrasa à celle d’autres structures similaires, on peut dire qu’elle est de taille moyenne, pas trop grande mais pas tout à fait petite non plus.

La façade principale du bâtiment se compose d’un portail haut avec une niche octogonale sans aucun ornement. Il existe des informations fiables à ce sujet : Au moment où les ouvriers ont commencé à décorer la partie extérieure de la structure, les troupes de l’Armée Rouge sont entrées dans la ville. Bien sûr, il était impossible de travailler dans de telles conditions, aussi la décoration extérieure s’est limitée à des carreaux de faïence, que les maîtres ont réussi à terminer la veille au soir.

La reconstruction de la structure a commencé dans les années 80 et s’est terminée à la fin des années 90. Aujourd’hui, Amir-Tura Madrasa est l’un des monuments les plus populaires de Ichan-Qala à Khiva.

Lieux d’intérêt
Badehäuser Anush Khan in Chiwa

Khiva - Bains Anush Khan

Khiva - Bains Anush Khan

Les hammams – les bains Anush Khan à Khiva, dans la ville orientale – ont de profondes traditions historiques en ce qui concerne la structure technologique, volumétrique-spatiale et de planification.

Les hammams (bains) présentent un intérêt particulier pour l’histoire architecturale de Khiva, car ils sont le plus ancien monument architectural de ce type.

Ils comprennent les bains Anush Khan à Khiva, construits sous Abulghazikhan en 1657. C’est encore le plus ancien monument d’architecture civile ayant un tel objectif, et il revêt donc une importance particulière pour l’histoire de l’architecture de Khiva.

Les murs étaient ainsi isolés. Par l’enfilade de salles, où la température monte progressivement, on entre ensuite dans la salle centrale où les ablutions ont effectivement eu lieu.

Autour de la salle centrale se trouvent plusieurs salles latérales ayant différentes fonctions.

Les bains étaient chauffés par des conduits de fumée situés sous le plancher, et l’eau était prélevée dans le puits situé près de la chaufferie. Les salles étaient chauffées par un système de conduits de fumée sous le plancher.

Autour de la pièce centrale se trouvaient de petites pièces, chacune d’entre elles ayant une fonction spécifique, l’eau du bain étant prélevée dans le puits, qui se trouvait près de la chaufferie.

Selon les historiens, les bains de Khiva ont été construits vers 1657-1664 par Abdulgazi-khan en l’honneur de son fils, Anush Khan. Les bains orientaux du Moyen Âge (y compris ceux d’Anush-Khan) se composaient généralement d’un vestibule, de vestiaires et de toilettes.

Les bains d’Anush-Khan disposaient d’un système de chauffage semi-souterrain qui permettait de retenir la chaleur, ainsi que d’un système de chauffage et d’évacuation des eaux usées unique pour l’époque.

Aujourd’hui encore, on peut visiter cette structure enfoncée à Ichan-Kala, dont l’existence n’est évidente que par des dômes s’élevant au-dessus du sol.

Lieux d’intérêt
Bogbonli Moschee in Chiwa

Khiva - Bogbonli Mosquée

Khiva - Bogbonli Mosquée

Dans le monde musulman médiéval, l’importance d’une ville était parfois déterminée par la présence de la principale, c’est-à-dire le vendredi, mosquée en son sein. Un soin particulier a toujours été apporté par les pères de la ville à la perfection architecturale et artistique de son apparence. Chaque ville a essayé de se surpasser par la monumentalité de sa mosquée jom’e. La mosquée Bogbonli est située dans la partie sud-est d’Ichan-Qala à Khiva. Selon l’inscription figurant dans les versets de la dalle de pierre à l’entrée, la mosquée a été construite en 1809 (1224 hijra), le nom du maître Pahlavan-kuly qui a conçu la structure est également donné ici.

La porte porte le nom d’un autre maître de la sculpture sur bois, Ruz Muhammad, fils d’Adin Muhammad, qui a réalisé la porte sculptée du Ziyarat-khana du mausolée de Sheikh Mukhtar-Wali dans le village d’Astana, district de Yangiaryk.

Selon la légende, la mosquée Bogbonli à Khiva a été construite avec l’argent de deux frères de jardin. La mosquée a une forme rectangulaire, un aiwan à deux colonnes et une salle d’hiver voûtée. Les colonnes en bois sculpté de l’aiwan ont une valeur artistique et ressemblent à l’ornementation des colonnes de la mosquée de Juma.

Lieux d’intérêt

Khiva - Caravansérail Allakulikhan

Khiva - Caravansérail Allakulikhan

En 1806, à la porte de Palvan-Darvaza à Khiva fut ajoutée une longue galerie avec des salles de commerce, couverte par des dômes – caravansérail Allakulikhan. A cette porte, qui fermait la rue la plus fréquentée, la vie commerciale de la ville était concentrée à l’époque d’Allakulikhan (1825-1842).

Au XIXe siècle, en raison de l’expansion des liens économiques avec Boukhara, la Perse et la Russie, Khiva a besoin de nouvelles zones commerciales. En 1832 – 1833, un immense caravansérail a été construit ici sur ordre d’Allakulikhan. Pour le placer, il a fallu démolir le mur d’Ichan-Qala près du palais de Tash-khuli.

Le caravansérail était destiné à arrêter les marchands, à stocker les marchandises et à faire du commerce. Elle se composait d’une grande cour et de hujschras à deux étages. Le bâtiment du caravansérail a une forme rectangulaire s’étendant du sud au nord.

Le caravansérail Allakulikhan à Khiva est construit comme une madrasa et compte 105 chambres. Les quartiers d’habitation se trouvaient au deuxième étage, tandis que les réserves et les stalles se trouvaient au premier étage. C’est le seul caravansérail survivant dans le Khorezm.

En termes d’architecture, le caravansérail d’Allakulikhan est très proche d’une composition typique de madrasa. Cependant, le couloir central est directement relié à la cour. Il y a deux étages de hujras autour de la cour.

Il y a un marché couvert à Khiva – juste en face du caravansérail d’Allakulikhan – qui longe la façade. Les dimensions de la structure sont de 69 x 58 mètres, 46,3 x 42,4 mètres. Ainsi, le commerce, le stockage des marchandises et le logement des marchands étaient concentrés en un seul endroit.

Le bazar couvert se compose de deux grandes salles sous dôme, alternées et partiellement entourées de 14 salles sous dôme plus petites, s’élevant en spirale sur de solides piliers de brique et reliées par seize arcs traversants.

De grandes portes arquées mènent de l’est et de l’ouest dans le bazar couvert. Dans sa construction et sa fonction, il ressemble au palais d’Abdullah Khan dans la ville de Boukhara.

Au milieu du mur nord du bazar couvert, il y a une troisième porte qui mène au saray – le seul “vrai” caravansérail sur tout le vaste territoire de l’ancienne Khiva Khanate.

Sa vaste cour quadrangulaire est entourée d’un mur de briques, le long duquel sont disposés 105 hujshras. Ces hujras servaient d’escales pour les marchands de soie en visite et pour le stockage de la soie brute et des produits en soie.

La porte hujras abritait un bureau de douane pour la collecte des droits de douane du commerce de la soie. Le bazar couvert et couvert, comme mentionné dans la description de la madrasa Allakulikhan, était un waqf de la bibliothèque municipale.

Selon le document du waqf conservé au musée de Khiva, les revenus du waqf devaient être principalement consacrés à l’achat de livres et à la tenue de la bibliothèque.

Lieux d’intérêt
Zitadelle Kunya Ark in Chiwa

Khiva - Citadelle Kunya Ark

Khiva - Citadelle Kunya Ark

La citadelle historique de Kunya Ark se trouve dans la ville à Khiva. L’épaisseur des couches culturelles suggère que la zone de la forteresse (environ 1 hectare) a été habitée pendant longtemps. C’est probablement la première construction qui a servi de point de départ à la fondation de la ville.

Selon Abulgazikhan, dans les années 90 du XVIe siècle, il n’y avait pas d’arche de citadelle à Khiva. On sait également qu’à l’époque d’Arangkhan (1686 – 1688), une nouvelle Kurinishkhona (réception) a été construite sur ce site.

La Citadelle historique Kunya Ark relie le mur occidental d’Ichan-Kala à la résidence d’Ak-Sheikh Bobo à Khiva. À la fin du XIXe siècle, l’arche de la Citadelle Kunya est devenue une “ville dans la ville” et a été séparée d’Ichan-Kala par une haute muraille.

La Citadelle Kunya Ark était l’ancienne résidence officielle du Khan à Khiva. Il abritait la chancellerie, l’arsenal, la monnaie, la mosquée et la salle de réception. C’est une forteresse, et non un palais, entourée d’un haut mur de briques crues.

Au milieu de cette forteresse se trouve une structure religieuse – une tour du légendaire saint Ak Sheikh Bobo. Elle est séparée d’Ichan-Kala (centre historique de Khiva) par des murs de forteresse puissants parfaitement conservés. Sur le territoire de la citadelle de Kunya-Ark, il y avait le palais du Khan à Khiva, des mosquées d’hiver et d’été, un moulin à poudre, une fabrique de monnaie, un tribunal, des ateliers, des entrepôts et d’autres bâtiments.

Il reste peu de choses de la construction de la citadelle: les deux mosquées, la Monnaie, la construction du harem, le corps de garde à la porte est. Les portes et les balcons des bâtiments sont décorés de sculptures sur bois.

Du palais du Khan, il ne restait plus que la kurinish-khona (salle d’accueil des visiteurs), composée de la salle du trône et des salles d’archives des manuscrits rares et du trésor du Khan.

Dans la salle du trône, des colonnes en bois sur une base de marbre sculpté et des panneaux de majolique au plafond attirent l’attention. La mosquée d’été conserve également l’unique plafond peint et les majoliques en relief sur les murs.

Le complexe actuel de la Kunya Ark a été restauré au début du XIXe siècle. La place près de l’entrée de la Kunya Ark était utilisée pour les défilés militaires et les batailles d’entraînement.

Il y avait également un lieu spécial pour l’exécution des peines et un zindan (prison) adjacent aux murs orientaux de la Kunya Ark.

L’hôtel des monnaies a depuis été restauré et son mobilier du XIXe siècle a été recréé avec des mannequins de maîtres monnayeurs du XIXe siècle et une exposition de pièces de monnaie, de soie et de papier-monnaie.

À l’intérieur du bâtiment de deux étages du harem, les visiteurs peuvent s’attendre à un ameublement luxueux dans les intérieurs et les quartiers d’habitation. On pense que la citadelle de la Kunya Ark à Khiva a été construite sur les ruines de structures antérieures.

Des pièces de monnaie et des fragments de poterie de la période historique antérieure ont été trouvés ici lors de fouilles archéologiques. Le premier bâtiment de Kurinish-khona a été construit en 1686 – 1688 par Arang Khan et au milieu du XVIIIe siècle, lors de l’invasion de l’Iran, il a été détruit. Siècle, lors de l’invasion des Iraniens, détruit.

Le bâtiment moderne a été construit en 1804 – 1806 par Iltuzar-khan. Aiwan de Kurinish-khona était couvert de majolique pendant le règne d’Allakuli-Khan. Kurinish-khona se compose de plusieurs pièces: cour ouverte, aiwan, salle avec trône et pièces latérales dans la partie ouest de la cour (trésor du khan, salle de stockage des manuscrits, salles de loisirs).

Au milieu de la cour, il y avait une élévation ronde sur laquelle était érigée une yourte, dans laquelle le khan recevait les ambassadeurs de ses voisins nomades. Le trône du khan se trouvait contre le mur sud de la salle du trône et se trouve maintenant dans un musée à Moscou. Il était en bois et recouvert de plaques d’argent avec des ornements finement sculptés.

Lieux d’intérêt
Ichan Qala - Chiwa

Khiva - Complexe d'Atajan Tura

Khiva - Complexe d'Atajan Tura

Le complexe d’Atajan Tura a été construit en 1893 – 1899 par le frère cadet de Sayid Muhammad et est situé à Khiva dans la région de Khorezm. Rahimkhan II (Feruz) – était Atajan Tura, qui a été temporairement proclamé Khan pendant le siège de la ville par les Russes.

Le 1er juin 1873, Atajan Tura a écrit une lettre au Khan Sayid Muhammad Rahim, à la demande du premier gouverneur général du Turkestan Kaufman, lui demandant de retourner à Khiva.

Le 12 août 1873, le Khiva Khanate et la Russie ont signé le traité de Gandymyan. Le complexe d’Atajan Tura à Khiva comprend une mosquée en été et en hiver, une madrasa, une école, des bains publics, etc. Aujourd’hui, l’ensemble du complexe est entièrement restauré et abrite un centre d’art populaire.

Lieux d’intérêt

Khiva - Complexe Sayid Niyaz Shalikarbay

Khiva - Complexe Sayid Niyaz Shalikarbay

Le complexe Sayid Niyaz Shalikarbay a été construit en 1842, par un riche marchand à Khiva. La petite-fille de Sayid Niyaz Shalikarbay Pashsha ana (grand-mère) qui parle de son grand-père à partir des mots de son père Hudaibergen ata (grand-père) se souvient de ce qui suit: “Notre grand-père Sayid Niyaz Shalikarbay était appelé le blanchisseur de châles (dapmachi)”.

Son père était un riche marchand, après sa mort, toutes les richesses ont été héritées par Sayid Niyaz.

Il continue à développer sa production. Un jour, Sayid Niyaz et son ami, le marchand de Boukhara, Eshmatbay, ont chargé diverses marchandises sur des chameaux et sont partis en Iran avec une caravane.

Ils ont eu la chance de vendre toutes les marchandises qu’ils transportaient en peu de temps et sont restés en Iran pendant plusieurs mois après s’être liés d’amitié avec des marchands de ce pays. Tout l’argent (à l’exception du capital initial) qu’ils avaient gagné en commerçant avec leurs amis, ils le dépensaient, ils mangeaient et buvaient, faisaient la fête et consommaient presque tout.

Mais comme Sayid Niyaz bai était une personne ouverte et généreuse, il ne pouvait pas quitter la compagnie de ses amis. Lorsqu’il a été temps de retourner dans sa patrie, son ami Eshmatbay a dit: – “Que ferons-nous maintenant, que ferons-nous maintenant ? – Sayid Niyaz a répondu: “Nous allons maintenant aller au marché et utiliser autant que possible l’argent (sarmoya) qui nous reste, acheter des marchandises, les charger sur des chameaux et rentrer chez nous”.

Lorsque les amis se rendaient au bazar, ils n’avaient pas assez d’argent pour acheter de bonnes marchandises. C’est pourquoi, après s’être promenés sur le marché, ils se sont retrouvés près d’un jeune homme assis dans un coin, blotti comme un vieil homme, avec une barbe et une moustache envahies, dans des vêtements en loques, vendant du chewing-gum blanc ou du chewing-gum de Boukhari.

Ils ont dit qu’ils ne pouvaient acheter que du chewing-gum blanc avec l’argent qui leur restait, en outre les jours de la fête musulmane (i’d-hayit) approchaient et le commerce serait probablement bon, alors ils ont acheté tout le chewing-gum blanc (ak sakich) de l’homme.

Ravis, ils ont donné au jeune homme le reste de l’argent, ont chargé le chargement sur des chameaux, et Eshmatbay est allé à Boukhara et Sayid Niyaz à Khiva. Lorsque Sayid Niyaz est arrivé à Khiva, il a écrasé un morceau de chewing-gum et n’en croyait pas ses yeux – des pièces d’or (tillya), des perles et des pierres précieuses sont tombées des morceaux de chewing-gum.

Sayid Niyaz Shalikarbay a pris la précaution de cacher la moitié des richesses dans un endroit qu’il connaissait et a dit à sa femme que ces trésors suffiraient pour leurs sept générations s’il ne revenait pas. Il a attaché le reste du trésor à sa ceinture et s’est rendu au Khan.

Après avoir reçu la permission de recevoir, il est venu au Khan et a dit: “S’il y a un commandement suprême, alors accordez-moi la permission de construire une mosquée avec l’argent que j’ai acquis de manière honnête. Ensuite, Sayid Niyaz Shalikarbay a présenté les richesses qu’il avait apportées au Khan et lui a raconté l’histoire qui s’était passée.

Le Khan fut absorbé par de longues réflexions et dit alors: – “Pour construire la mosquée, je vous donne l’autorisation, mais vous devez aussi envoyer au maître sa part. “Ainsi, à l’est de la porte de Palvan-Darwaza Ichan-kala (sur le territoire de Dishan-kala), la construction d’une mosquée a été entamée.

La rumeur veut qu’un seul maître ait travaillé à la construction de la mosquée et que le reste du travail ait été fait par des enfants. Chacun des enfants ayant apporté une brique a reçu une noix.

Pour ramasser des noix, les enfants courent ramasser des briques, et donc la construction de la mosquée avance à un rythme rapide. Une fois la construction terminée, les croyants ont commencé à prier dans la mosquée.

Les jours de la fête musulmane khayit, Khan et son entourage se sont rendus aux khayit namaz (prières en l’honneur de la fête) à la mosquée Namazgah, située à l’extérieur des portes de Gandimyan-darwaza à Dishan-Kala. En voyant Sayid Niyaz Shalikarbay se tenir dans l’arche de bienvenue devant la mosquée, le Khan l’a salué avec les mots “madrasa muborak” (“que la madrasa soit bénie”) et est passé avec son entourage.

Sayid Niyaz a été surpris et s’est dit: “Pourquoi le Khan a-t-il dit cela! Puis, ayant pensé que la parole du Khan ne devait pas rester lettre morte, il entreprit la construction d’une madrasa sur le côté est d’une mosquée.

La construction de la mosquée s’inscrit dans la période du règne de Khan Allakuli de Khiva. La construction de la mosquée a nécessité ce qui suit: La mosquée devrait être couverte et avoir de la place pour beaucoup de gens, et la partie intérieure de la cour devrait avoir des endroits frais pour que les musulmans puissent se reposer (pendant les mois chauds). C’est exactement ce qui se passe dans la mosquée du complexe Sayid Niyaz Shalikarbay à Khiva.

Le complexe de Sayid Niyaz Shalikarbay à Khiva comprend une mosquée (hiver et été), une medrese à deux étages, un minaret et deux cours. La mosquée d’hiver est une structure monumentale avec neuf dômes reposant sur quatre piliers massifs. La mosquée a trois portes sur trois côtés, l’entrée principale se faisant par la porte du mur d’aiwan du côté nord.

L’aiwan de la mosquée d’été possède trois piliers en bois qui illustrent les meilleures traditions de la sculpture sur bois à Khiva. Sur les colonnes de l’Aiwan, dans les serpentins à motifs, est inscrite en écriture arabe la date de l’année Hijrah 1212 (1797). Sur les murs de l’aiwan de la mosquée d’été se trouvent des panneaux à motifs avec des gravures de gunch.

Les murs de l’aiwan de la mosquée d’été sont ornés de panneaux à motifs. La medrese est attachée au côté nord-est de la mosquée. Il compte deux étages, cinq hujras au rez-de-chaussée et six au premier étage. Actuellement, la mosquée fonctionne comme la mosquée Jame de Khiva et du district.

Lieux d’intérêt

Khiva - Complexe Sha Qalandar Bobo

Khiva - Complexe Sha Qalandar Bobo

Le complexe Sha-Qalandar Bobo est composé d’une madrasa de plain-pied et d’un minaret. Le complexe a été construit à la fin du 19ème siècle sur le lieu de sépulture du Cheikh Sha-Qalandar Bobo à Khiva.

Selon la légende, Sha-Qalandar Bobo ou Sheikh Qalandar Bobo était un cheikh soufi et est venu à Khiva en quête de la foi avec ses deux frères, les derviches.

Ils sont restés ici, ne voulant apparemment pas se séparer de leur ville bien-aimée.

La ville et ses habitants, à qui il a enseigné le soufisme, l’ont remercié en construisant ce magnifique complexe, le mausolée de Sha-Qalandar-Bobo, en son honneur ici à Khiva. Le mausolée Sha-Qalandar-Bobo se trouve au centre du cimetière du même nom et est situé au sud-ouest du Bikanjan Bika Medrese.

Le complexe a été restauré en 1997, il possède un portail et un tombeau à dôme unique. Il y avait un mausolée à trois chambres du XVIe siècle avec deux chambres funéraires, dont une structure en coupole avec un portail a été conservée.

Au bord de la cour de la madrasa se trouvent plusieurs hujrasas résidentielles, des salles sous coupole de la mosquée et des salles de classe. Le portail de la façade principale de la madrasa possède un minaret de 18 mètres de haut et de 6 mètres de diamètre à la base.

Selon une ancienne légende, la ville de Khiva a été construite autour d’un puits creusé par l’un des descendants du Noé biblique. Selon la légende, l’eau de ce puits était particulièrement pure et délicieuse. Il se trouve toujours dans la ville et est l’un des monuments de l’Antiquité. La fondation de Khiva a eu lieu il y a plus de 2,5 siècles, après quoi elle est devenue l’un des établissements les plus riches et les plus prospères du Khorezm. Au début de son émergence, la ville a été succédée par différentes dynasties dirigeantes, elle a été conquise à plusieurs reprises par des tribus guerrières, et au début du XIIIe siècle, les troupes de Gengis Khan ont détruit presque toute la ville.

Lieux d’intérêt
Scheich Mavlon Bobo Komplex in Chiwa

Khiva - Complexe Sheikh Mavlon Bobo

Khiva - Complexe Sheikh Mavlon Bobo

Le complexe Sheikh Mavlon Bobo a été construit au XIXe siècle dans le village de Qiyot près de Khiva et consiste en un ensemble de mosquées, de cimetières et de minarets. Le cimetière ici est la tombe de Shermuhammad Munis et de Muhammad Rizo Erniyozbek Öghli Ogahiy. Le mausolée a été rénové entre 1989 et 1999. Le complexe Sheikh Mavlon Bobo à Khiva a été restauré en 1999 à la veille du 190ème anniversaire de la bataille d’Akhavi.

Shermuhammad Munis Khorazmiy (1778-1829) était un poète, peintre, calligraphe, traducteur, historien, érudit, poète et professeur de talent, homme politique. Il a eu un merveilleux “Mirob” de sa vie “Munisul-ushaq”, “Un ami de l’amant”, ainsi que “L’éducation de Sawodi” en tant que professeur et “Firdavs-ul-ikbol” en tant que traducteur.

Muhammad Rizo Erniyozbek Öghli Ogahiy (1879-1874) est l’un des grands représentants de la littérature du XIXe siècle. Il était le neveu de Munis et a été éduqué par Munis. Il était un savant et poète mûr, traducteur et historien du Khanat après Munis. Il a créé une école pour traduire plus de 20 cultures qui sont considérées comme de rares chefs-d’œuvre de la littérature et de la culture mondiales. Ceci a été écrit à Riyad-ud-dawla (1825-1842) en 1844. “Zubdat ut-tavorikh” (1843-1846) a été publié en 1846, l’ouvrage “Sultan Jaml” (1846-1855), écrit en 1856 “Davlat Gulshani” (1856-1865), une œuvre écrite en 1865, (1865-1873) a été écrite sur les pages du papier Kokand à l’encre rouge sur une couverture de cuir rouge, le nom et l’année de l’artiste, 227 pages, 14-25 cm. Cette pièce dépeignait l’histoire du Khorezm dans son intégralité dans les guerres et était consacrée à l’émirat de Boukhara et au khanat de Kokand avec la Russie.

Avec ses travaux sur l’histoire de l’anarchie, il développe et promeut les traditions des Munis dans ce domaine. “Firdavs-ul-iqbol” de Munis et Ogahiy comporte cinq ouvrages sur l’histoire du Khorezm, non seulement l’étude de l’histoire du peuple ouzbek, mais aussi celle des Tadjiks, Kazakhs, Turkmènes, Karakalpaks, Russes, et l’histoire, la culture, l’art, les traditions, la psychologie du peuple afghan, l’origine de ces peuples, la source de subsistance, etc. Il est caractéristique que ces œuvres aient été écrites par le célèbre poète, le progressiste Munis et Ogahiys, car elles sont basées sur l’histoire, la vie, le travail quotidien, la construction de mosquées, de madrasas, d’événements divers, de soulèvements populaires, la vie et l’œuvre de grands personnages, d’érudits, de poètes et d’autres informations décrites avec précision et exactitude.

Il existe 14 œuvres de l’auteur, dont 22 sont conservées en 11 exemplaires au Collège d’études orientales du nom de Beruni.

Lieux d’intérêt
Dishan-Kala in Khiva

Khiva - Dichan Kala

Khiva - Dichan Kala

Dichan-Kala signifie “ville extérieure”, “forteresse extérieure”. Après un autre raid sur le Khorasan, 20 000 habitants du sud ont été réinstallés de force à Khorezm et dans sa capitale Khiva. Les murs de Dichan-Kala ont été construits en 1842 – 1889 pour protéger davantage la ville de Khiva contre les fréquentes attaques des Turkmènes. La longueur de ses murs est d’environ 6 kilomètres.

Les palais de banlieue du Khan, de Rafanik et de Nurullabay, se trouvaient également dans les limites de la ville. Depuis lors, le grand anneau de la ville est connu sous le nom de Dichan-Kala. Le Dichan-Kala a été construit selon la méthode indigène – chaque famille de tout le khanat s’est vu attribuer un employé pour une période de 12 à 30 jours par an, c’est-à-dire que chaque jeune homme devait travailler ici.

Le renforcement de Dichan-Kala était nécessaire non seulement pour assurer la sécurité des habitants des banlieues, mais aussi pour protéger les biens du khan et de la noblesse en dehors des murs d’Ichan-Kala.

Dans l’intérêt de la propriété féodale, Alla-Kuli-khan n’a cessé de construire les murs de Rabad jusqu’à ce qu’il étende la ligne défensive de la ville, ce qui était assez dangereux compte tenu du nombre relativement faible de ses habitants et de l’armée insignifiante que le khan pouvait posséder à cette époque.

Selon la légende populaire, les murs ont été construits en six semaines seulement, et pour ce travail un quart de tout le pays a été collecté. On dit que toute la population paysanne du Beshkal (Mangit, Shavat, Khiva, Khazarasp et Urgench) a été rassemblée pour la construction des murs de Dichan-Kala et forcée de travailler pendant trois ans (36 jours ouvrables).

Il y avait 10 portes bordées de briques cuites disposées dans les murs de Dichan-Kala, à savoir (dans le sens des aiguilles d’une montre) :
1) Hazarasp – à l’est, le long de la route d’Hazarasp.
2) Pishkanik – à l’est, nommé d’après le village de Pishkanik.
3) Bagishamol – dans le sud, nommé d’après un grand jardin de campagne d’Allakuli-khan (auparavant, ils étaient nommés d’après le village d’Angarik).
4) Sheikhlar – dans le sud, d’après un village qui appartenait au Waqf de Pahlavan-Mahmud Gumbez.
5) Tazabagh – dans le sud, nommé d’après le jardin terrestre de Muhammad-Rakhimkhan II, et auparavant il a été nommé d’après kishlak Sirchali.
6) Shahi-Mardan – à l’ouest, connu sous le nom de Kishlak.
7) Dash-ayak – au nord, du nom du village.
8) Kosh-Darvoza – au nord, le long de la route d’Urgench, nommée d’après deux portes (kosh) arquées.
9) Gadaylar – au nord ; la route qui y mène traverse le quartier de Gadaylar (mendiant) jusqu’à Dichan-Kala, d’où ils tirent leur nom.
10) Gindum-Kan – au nord, du nom du village.

Dichan-Kala était un Rabad ordinaire d’une ville d’Asie centrale : la masse principale de la population était composée d’artisans, de journaliers, de commerçants et d’un petit nombre de paysans.

Dichan-Kala est moins fréquenté que Ichan-Kala. Il est irrigué par les aryks (canaux d’eau) et on y trouve souvent ses propres jardins et plantations d’arbres, qui sont totalement absents à Ichan-Kala.

Dichan-Kala abritait, comme aujourd’hui, les bazars, les boutiques et les rangées d’artisans de la ville de Khiva. Parmi les monuments historiques de Dichan-Kala, seule la construction du marché aux esclaves à l’époque d’Allakuli-Khan mérite une attention particulière.

Lieux d’intérêt
Kunya-Ark in Ichan Qala in Chiwa

Khiva - Harem à Kunya Ark

Khiva - Harem à Kunya Ark

Kunya-Ark est une forteresse historique à Khiva, l’un des palais du Khan à Ichan-Kala. L’histoire de l’origine de la forteresse est inextricablement liée à l’histoire de Khiva. Sur le territoire d’Ark ne sont restés que quelques bâtiments du XIXe siècle. Ici, dans l’Arche, outre les résidences des khans et des fonctionnaires de la cour, les institutions de l’État, il y avait la Monnaie, les mosquées d’été et d’hiver, le harem, l’armurerie, l’atelier pour la production de balles et d’obus, le magasin, la cuisine, les écuries, le zindan et la zone spéciale pour la lutte contre les béliers, la salle de réception (Salomchona, Arzchona pour la réception, pour le traitement des plaintes et des demandes).

Le harem est situé le long du mur nord de Kunya-Ark à Khiva et est séparé du reste du complexe par un haut mur commun avec une petite entrée (maintenant en bas). Il s’agit d’une alternance de pièces séparées avec des aiwans qui s’étendent en ligne d’ouest en est, et qui donnent sur une cour commune.

Le harem occupait plus de la moitié de la superficie totale de l’arche de Kunya. Cinq aiwans ombragés séparaient des quartiers d’habitation similaires où le souverain de Khiva vivait avec ses quatre principales épouses. De l’autre côté vivaient les concubines et les serviteurs. Le mot “harem” remonte au mot arabe “haram”, qui signifie “interdit”. L’entrée dans la zone était strictement interdite à tous les hommes sauf au souverain. Il n’était cependant pas question de vie dissolue, de luxure débridée et d’orgies effrénées, du moins dans les harems d’Asie centrale. La modestie caractérise plutôt la vie strictement réglementée dans les harems des khans.

Les murs à l’intérieur des harems sont plâtrés au gantsch et, à certains endroits, décorés de panneaux sculptés ou de groupes de niches avec des tracés sculptés au gantsch. Les aiwans sont à une seule colonne et aussi simplement décorés que les chambres. Ce harem à Kunya-Ark à Khiva a été construit par Muhammad-Rahimkhan (ce dernier).

Lieux d’intérêt
Ichan-Qal'a Mauern von Chiwa

Khiva - Ichan Kala Murs

Khiva - Ichan Kala Murs

Les murs de la ville d’Ichan-Kala sont un exemple rare de forteresse médiévale qui a survécu jusqu’à nos jours. La ville de Khiva était entourée de deux ensembles de murs – Ichan-Kala (ville intérieure) et Dishan-Kala (ville extérieure).

Les murs d’Ichan-Kala ont été construits entre le V. et le IV. Ils sont plus hauts que les murs de Dishan-Kala, probablement en raison du relief naturel (selon la légende, la ville a été construite sur une colline de sable).

Les murs de la ville ont été construits en briques de terre crue (40 x 40 x 10 cm) et reconstruits plusieurs fois au cours des siècles. Les murs Ichan-Kala de Khiva ont une hauteur de 8 à 10 mètres, une largeur de 6 à 8 mètres et une longueur de 2250 mètres.

Tous les 30 mètres, il y a des tours de défense rondes qui s’étendent au-delà des murs d’Ichan-Kala. Sur les murs et les tours, on trouve des rampes dentelées avec des embrasures étroites pour repousser les attaques ennemies pendant le siège.

Dans le système de défense, il y avait des fossés remplis d’eau; aujourd’hui encore, on peut le voir en relief dans la partie sud et au nord et à l’ouest, l’asphalte recouvrait les anciens fossés.

Les portes de la ville faisaient également partie du système de protection. Ils ont des adaptations spéciales qui ont été utilisées par les gardes qui surveillaient la ville.

Le passage est couvert par un toit voûté (koy-darvaza) ou, si le couloir est très long, par plusieurs dômes.

Sur les côtés du couloir se trouvent des salles voûtées où vivaient les gardiens et les collecteurs d’impôts, il y avait aussi une salle d’audience et parfois une prison. Dans les villes de l’Est, les portes et les entrées des bâtiments publics et des maisons privées ont une signification particulière: plus elles paraissent imposantes, plus la ville, les bâtiments et leur auteur sont honorés et reconnus.

Avec le temps, la fonction défensive de la porte a perdu de son importance et la porte s’est intégrée à la conception urbaine. La porte était décorée de belles tuiles colorées et d’ayats du Coran.

Parfois, des textes étaient écrits sur les portes, comme des éloges au Khan ou des extraits de poèmes. Certains portails ont été transformés en magasins au fil du temps. Les murs d’Ichan-Kala ont 4 portes: ata-darvaza, palvan-darvaza, tash-darvaza et bagcha-darvaza.

Lieux d’intérêt
Ichan Qala in Chiwa

Khiva - Ichan Kalа

Khiva - Ichan Kalа

Ichan Kalа est un centre historique de Khiva, entouré de murs qui servaient de protection contre les ennemis. Ichan Kala est orientée avec ses côtés vers les points cardinaux ; sa longueur du nord au sud est d’environ 650 mètres, sa largeur – environ 400 mètres, donc sa superficie est égale à 26 hectares.

Quatre portes mènent à la ville : la porte nord – Bakhcha-Darvaza, ou porte d’Urgench ; la porte ouest – Ata-Darvaza ; la porte est – Palvan-Darvaza (anciennement porte Khazarasp) et la porte sud – Tash-Darvaza ou Kunya-Bazar-Darvaza.

Autour de la forteresse s’étend un ancien fossé, mieux préservé dans la partie sud. Ses murs reposent sur une haute berme de terre assez raide qui, par endroits, se trouve entièrement sous le cimetière moderne.

Les murs, équipés de puissantes tours, donnent à la forteresse un aspect monumental. Le niveau de la surface d’Ichan Kalа est de 3 à 6 mètres plus élevé que celui de Dishan Kala (ville extérieure) à Khiva. À en juger par une série de coupes dans les fosses, cette élévation est faite de sable recouvert de couches culturelles de 1 à 1,5 m d’épaisseur.

Au pied de la colline d’Ichan Kalа, il existe en effet des fosses de sable dites de barchan, qui sont mentionnées dans les légendes populaires susmentionnées concernant la fondation de Khiva. Les murs d’Ichan Kalа sont bas mais très épais.

À l’intérieur, ils sont presque verticaux et à une hauteur de 6 à 7 mètres se trouve un train pour les combattants, qui est couvert à l’avant par un mince parapet de deux mètres de haut avec des embrasures. Les murs sont raides au sommet à l’extérieur et en pente raide au milieu pour éviter les glissements de terrain. Les murs ont une hauteur de 7 à 8 mètres. C’est à la base qu’ils sont les plus épais (5-6 mètres).

La largeur du mur est de 2 à 2,5 mètres. Les remparts sont encadrés de créneaux et présentent des embrasures triangulaires et carrées pour faciliter la visée. Les tours sont composées de grands bastions semi-circulaires, solides à l’intérieur et présentant les mêmes embrasures que les murs, mais sans embrasures sur le devant – uniquement sur les côtés pour protéger les entrées des murs.

Les tours n’ont pas d’embrasures à l’avant, mais il y en a sur les côtés pour protéger les entrées des murs. Les murs extérieurs ont été construits en simple pakhsa (le pakhsa est de l’argile battue (pressée) utilisée pour les bâtiments en Asie centrale) en maçonnerie d’époque. Ce matériau a apparemment été fabriqué lorsque Muhammad-Amin-Inak a restauré les murs à la fin du XIXe siècle.

Dans les zones détruites, la maçonnerie sous-jacente est exposée, divisée en blocs. Ce type de maçonnerie divisée en blocs est bien connu des bâtiments architecturaux et de la forteresse de Choresm aux X-XIIe siècles après J.-C. Chr. mais, comme nous le savons, elle a des traditions assez anciennes.

Sur la face intérieure du mur, les restes d’une maçonnerie faite de briques de terre crue, de dimensions 36 x 36 x 9 cm, 38 x 38 x 10 cm et 37 x 39 x 10 cm, ont été découverts à l’extrémité inférieure du mur ; des rangées horizontales de ces briques étaient entrecoupées de couches de pakhsa de 10 à 12 cm d’épaisseur.

Au-dessus de cette maçonnerie, jusqu’aux fondations, il y avait une maçonnerie très particulière constituée de dalles carrées de briques brutes de 50 à 60 cm de large et de 5 à 20 cm d’épaisseur, posées directement dans l’eau (certaines d’entre elles étaient mal pliées) sur une boue épaisse, ce qui les faisait s’enfoncer ou coller au mur.

L’époque de cette dernière maçonnerie n’est pas claire pour nous, nous la trouvons également dans des parties relativement tardives des murs de Khazarasp, mais elle n’est présente dans aucun des monuments qui datent manifestement de la période prémongole.

La maçonnerie correcte de grandes briques, dont on peut suivre les traces au pied du mur, est très proche des modèles de construction des 5e au 8e siècles après J.-C. à Khorezm. Selon les sources écrites, Khiva est connue depuis le 10e siècle, mais les données archéologiques nous permettent d’affirmer définitivement que la ville existait au sein d’Ichan Kalа depuis les 6e au 8e siècles après J.-C. et qu’elle a conservé sa disposition générale depuis cette époque.

Certaines preuves circonstancielles suggèrent que les origines de la ville remontent à une époque hellénistique plus ancienne, aux premiers siècles avant et après le début de notre ère.

La forteresse est très bien conservée dans son ensemble. Ce n’est qu’à un endroit, à 60-70 mètres à l’est de la porte Bakhcha-Darvaza, que le bord a été creusé pour la construction.

Cette section du mur a révélé des parties d’une ancienne fortification sous forme de polyèdre et de tours circulaires, qui se dressaient au milieu de la hauteur du mur. Toutes deux étaient faites de pakhsa, qui a été brisée en blocs à partir des surfaces.

L’importance des parties anciennes des fortifications peut être facilement expliquée en les comparant aux monuments de l’architecture des forteresses de la période pré-mongolaise : les ruines de la ville de Zamakhshar près de la ville de Tashauz et les montagnes de Uly-Guldursun et Kovat-Kala dans la région de Turtkul au Karakalpakstan, qui ont été construites selon un système unique.

Dans les trois cas, le mur principal avec ses tours était entouré d’une seconde berme, qui avait la forme d’un simple parapet avec des saillies de petites tours semi-circulaires ou polyédriques. Les tours qui ont été retrouvées sont les vestiges d’une telle muraille de la fortification médiévale de Khiva. Elles indiquent que Khiva, au Xe – XIIe siècle, était très similaire en apparence aux ruines de la forteresse susmentionnée. À l’intérieur d’Ichan Kala, il n’y a qu’une seule rue plus ou moins droite, que l’on peut conventionnellement appeler la rue principale, qui relie la porte orientale Palvan-Darvaza à la porte occidentale Ata-Darvaza.

Le reste de la place est couvert d’un réseau dense et désordonné de rues étroites, de ruelles et de culs-de-sac. La majorité des monuments de Khiva les plus précieux sur le plan architectural et historique sont concentrés dans la partie centrale d’Ichan Kala ; ils s’étendent d’est en ouest en une large bande des deux côtés de la “rue principale”.

Sur le côté nord de la porte Palvan Darvaza se trouve l’Allakuli-khan Medrese, auquel se joignent au nord un bazar couvert (tim) et le saray. En face du saray, à l’ouest, de l’autre côté de la rue, se trouve le palais d’Allakuli-khan – Tash-Hauli.

Au sud, en face de la porte Palvan Darvaza, se trouvent les bains et la mosquée Ak d’Anushakh. Au sud-ouest de la mosquée Ak se trouve le grand minaret de l’Islam Khoja avec une petite madrasa.

À l’ouest de la mosquée Ak, en passant devant une série d’architectures tardives et simples, de madrasas et d’autres bâtiments, on rencontre un second minaret haut et une grande mosquée Kalon sur le côté gauche de la route.

Au sud, le dôme bleu du Pahlavan Mahmud Gumbez s’élève au milieu du cimetière. Au sud, de l’autre côté de la rue, se trouve la madrasa Shirgazi-Khan.

À l’ouest du palais Tash-Khauli, le long de la ruelle qui passe devant la Medrese Muhammad-Amin-Inak, se trouve la Medrese Arab-Khan. Au nord de la porte Ata-Darvaza se trouve l’ancienne citadelle de Khiva Khan Kunya-Ark et au sud, la médersa Muhammad-Amin-Khan à deux étages et le minaret inachevé Kalta Minar ou Kuk Minar, resplendissant de ses tuiles.

Lieux d’intérêt
Ichan Qala - Khiva

Khiva - Jardin à Dishan Qala

Khiva - Jardin à Dishan Qala

Le jardin de Dishan-Qala dans la ville historique de Khiva se compose de plusieurs cours séparées avec de hauts murs en terre, d’une salle de réception, d’une cour de récréation, d’un harem et d’autres services au milieu des plantations du jardin.

Dans le jardin, il y avait toutes sortes de raisins, de pommes, de poires, de prunes, de figues, de grenades, de pêches, etc.

Le jardin était divisé en deux moitiés, l’une mâle et l’autre femelle, et les deux avaient des havuze (bassins d’eau), au bord desquels se trouvaient des pergolas et des terrasses – les aiwans. Les rives du havre, les cours, les bords des jardins et tous les chemins qui y mènent depuis la ville de Khiva étaient plantés de hujschumen (ormes sphériques) ombragés.

Autour de ce jardin se trouvaient également les jardins des héritiers du trône et de divers responsables du khanat. Des jardins similaires des nobles féodaux de Khiva étaient dispersés dans toutes les banlieues les plus proches de la ville. Ces jardins ont été créés principalement sous Allakuli-Khan.

Au début du XXe siècle, le jardin Nurullabay à Dishan-Qala occupait une place centrale dans la vie administrative et politique de la ville de Khiva. On y trouvait les divans (administration), le poste de garde et le harem* d’Isfandiyar-khan. Dans la zone de ce jardin, derrière le mur de Dishan-Kala, le centre d’une nouvelle vie culturelle de Khiva a commencé à émerger.

Avec la conquête russe de l’Asie centrale et la révolution d’octobre qui a suivi, de nombreux bâtiments et jardins à Ichan-Qala et Dishan-Qala ont été détruits.

*Un harem (arabe : حريم [ḥarīm], « harem » ou « gynécée ») désigne à la fois la suite de femmes (concubines ou simples « beautés ») qui entouraient un personnage important et leur lieu de résidence (Source: Wikipedia)

Lieux d’intérêt

Khiva - Kalta Minor

Khiva - Kalta Minor

L’un des minarets les plus célèbres de Khiva est la Kalta Minor inachevée (également connue sous le nom de minaret Kuk ou minaret inachevé) de Muhammad Aminkhan. La forme du minaret est une sorte de cône tronqué, qui semble très impressionnant même lorsqu’il n’est pas terminé. Il existe de nombreuses histoires et légendes sur cet événement parmi les habitants de la région.

On dit que le Khan de Khiva a ordonné la construction d’un grand et haut minaret dans la ville: “On devrait pouvoir voir Boukhara depuis le minaret”. L’émir de Boukhara, en ayant entendu parler, est venu voir le maître qui a construit le minaret, lui a parlé et a promis de donner beaucoup d’argent, il a prévu de construire une tour similaire également à Boukhara. Le Khan de Khiva en a pris connaissance et a ordonné que les maîtres constructeurs soient jetés hors de la tour une fois les travaux de construction terminés. Le Khan ne voulait pas que le même minaret soit construit ailleurs. Quand ils ont appris cela, ils ont construit des ailes ou noué une corde et se sont servis de cette corde pour descendre et s’échapper, comme le racontent les mythes et les légendes.

En supposant une contraction dynamique du Kalta Minor à Khiva, il devrait atteindre une hauteur d’environ 100 mètres et être le plus grand et le plus haut minaret du monde. Le plus haut minaret actuel se trouve à Delhi, il s’agit du Qutub Minar, d’une hauteur de 72,5 mètres, d’un diamètre de 15,5 mètres et d’un diamètre de 2,5 mètres au sommet (le Kalta Minor à Khiva a un diamètre de 14,5 mètres, est haut de 29 mètres et profond de 15 mètres à la base).

Le sommet du minaret est accessible par des escaliers à partir d’un niveau du deuxième étage, c’est-à-dire qu’on peut accéder au minaret par des escaliers en bois en spirale menant au sommet. Ces échelons ont été restaurés de temps en temps.

La construction du Kalta Minor a été lancée en 1853 par Muhammad Aminkhan et s’est arrêtée en 1855 après l’assassinat du Khan pendant la campagne de Khiva au nord de l’Iran et l’adhésion d’Abdullakhan.

Les inscriptions manquantes en caractères arabes en farsi, sur la majolique, qui étaient tombées du haut du minaret au fil du temps, ont été restaurées en 1997, à la veille du 2500e anniversaire de la ville de Khiva.

Rustam Tahirov, maître restaurateur de l’art de la majolique, a restauré les lettres sur la majolique. Le contenu de leur texte est approximativement le suivant: “Un grand minaret a été érigé qui apporte de la joie à l’âme humaine. Le ciel n’a pas encore vu une telle chose. Sa gloire a atteint les émirs de la terre. Ses côtés sont exempts de défauts et de lacunes. Si vous le regardez avec les yeux de la justice, le cyprès devant lui sera comme une fine paille. Il vaut mieux que le tubo pour apaiser le cœur. Sa belle apparence a changé la face de la terre et du ciel comme un paradis. Elle est devenue une sorte de pilier du ciel que l’esprit ne peut pas comprendre”.

C’est pourquoi le poète Muhammad Reza Agakhi a écrit l’année de sa construction, “Le pilier infini du ciel, construit en l’an de Hijrah 1271 (1855)”. À propos de la construction du minaret, le mollah Alim Makhdum Hoji a écrit ce qui suit dans son ouvrage “Histoire du Turkestan”: “Après l’achèvement de la construction de la madrasa, un décret a été publié par l’ordre du Khan concernant la construction du plus haut minaret près de la madrasa.

Pendant la poursuite de la construction du minaret (1855), Muhammad Aminkhan entreprend une campagne en Iran et meurt en martyr (Shahid), en conséquence, le minaret qu’il avait commencé à construire reste inachevé.

En fait, l’histoire de cet événement est la suivante: Muhammad Aminkhan a été tué en 1271, le deuxième jour de la semaine, Douchanbé (lundi), du mois de Jumadul Okhir sur le territoire de Qonlitepa, qui est sous les Serakhs.

Il avait environ trente-cinq ans lorsque les Turkmènes l’ont tué et lui ont coupé la tête, qui, avec sa coiffe (kulakh), sa couronne et d’autres choses, a été apportée à Téhéran, le palais du Shah, le quinzième jour de ce mois.

Mais Nasriddinshah n’était pas satisfait de cet acte des Turkmènes. Parce que le souverain de Khivak et le fils du Khan de Khorezm, à partir de ses pères et grands-pères, et le Shah d’Iran ont servi Allah fidèlement et respecté les principes fondamentaux de l’Imam Mawlai Hanif Ahmadiyya, dans l’intérêt du Prophète Muhammad (S.A.V. ), (il) sans grande hésitation, a pris le décret du Shah de construire un mausolée avec un haut dôme à Téhéran, près de la porte centrale de l’Etat, dans lequel tous ses biens et provisions ont été enterrés avec la tête du Khan, une prière commémorative du Coran a été récitée et des dons ont été donnés aux pauvres et aux nécessiteux pour apaiser ses esprits.

La base de l’histoire de Qonlitepa est que Muhammad Aminkhan faisait une campagne militaire (Chapovul) chaque année pour punir les Turkmènes désobéissants de Merv et des Serakhs, y compris les Iraniens.

Lors d’une de ces campagnes, à la bataille de Qonlitepa, un dénommé Niyazkhan ibn Urazkhan Serakhsi a décapité le khan et a saisi ses biens et son équipement. Parmi les vizirs et les commandants, 14 personnes qui étaient des demi-frères du côté paternel, soit un total de 32 personnes, ont été tuées dans la bataille. Parmi eux, les Qozi de Khorezm, Bekchan Divanbegi, Khudayarbiy, Abdulla Mahram, Davlatyarbiy, Bekchan Sardar, Niyazkuli Mingbashi, Allakuli Yuzbashi, Haknazar Mingbashi, Davlatyaz Yuzbashi, qui sont venus à la rescousse à la tête de 1000 cavaliers.

Bekmurad et Muhammad Cheikh Arbab ont effectué des raids répétés (chapovul) sur Khorasan avec 2000 cavaliers. Parmi eux, 70 hommes ont été tués. Jafar Okai qui était le dirigeant et son vizir Mirahmad Jamshidi, ils ont tous deux été gravement blessés”.

Néanmoins, même dans cet état, le Kalta Minor à Khiva est majestueux et magnifique. Il est décoré de carreaux de majolique de différentes couleurs. Au début de notre siècle, après l’avoir glorifié, on le surnommait “Ulli minar” (“Le grand minaret”). “Kok minar” (“Minaret bleu”).

Les contemporains décrivent ainsi Muhammad Aminkhan. Mirza Rizakulihan Sherozi Lalabash, qui est venu en tant qu’ambassadeur du côté du Shah d’Iran, le raconte ainsi dans son livre de voyage: “Dans ce vilayat, il n’y a pas de bagarres, de querelles, de vols ou de refus de rendre l’argent emprunté.

Personne ne se dispute avec un autre, même pas en élevant la voix. Si une personne, quelle que soit sa classe sociale, a quelque chose à communiquer, elle peut aller voir Son Altesse, Khan Muhammad Aminkhan et lui faire part de ses préoccupations (plainte) sans aucun obstacle.

S’il s’agit d’une question d’ordre mondial, il prend lui-même la décision, mais si c’est une question relevant de la charia, il la confie au Qozi Kalon. L’imam n’a aucun autre droit sur la propriété des autres.

Quand il s’agit de la Zakat, il facture une partie sur quarante, il n’opprime pas en matière d’argent. Tout est bon marché dans ce pays, les fruits sont abondants et très savoureux et leurs melons sont excellents, les fruits du mûrier (Tut) sont plus savoureux qu’à Shamran et les anjirs (figues) sont meilleurs qu’à Mazandaran.

Mais les raisins ne sont pas si bons. Les fermes et les canaux sont pleins d’eau. Le Khan de Khiva a pris sur lui de fournir de l’eau et des terres à ses sujets. Chacun d’entre eux s’est vu attribuer un tanap de terre, chacun d’entre eux a reçu un cheval et chacun d’entre eux a reçu deux chameaux pour charger son chargement pendant le voyage.

C’est pourquoi ses dix mille soldats qui n’en savent rien (des ennemis) apparaîtront comme trente mille et frapperont d’effroi les coeurs des étrangers. La zone autour du palais (d’Urda) qu’ils creusent.

Si le cheval ou le chameau de quelqu’un meurt au cours de la marche, son propriétaire est dédommagé pour la perte de sa valeur, et chaque personne revenant de la marche reçoit cinq tomans. Le salaire de chaque homme ne dépasse pas cinquante tomans.

Pour cette raison, le Vilayat est prospère et ses coffres ne sont jamais vides”, conclut-il en décrivant la conduite et les manières de la population indigène. La madrasa de Muhammad Aminkhan a été restaurée et transformée en hôtel en 1979.

Lieux d’intérêt
Ichan Qala - Khiva

Khiva - Kurinish khana

Khiva - Kurinish khana

La construction de la Kurinish-khana à Khiva a été entamée par Eltazar-Khan sous la direction de son conseiller principal Yusuf-Mikhtar. Il s’agit d’une cour séparée entourée d’un muret de terre commun.

On y pénètre par la porte unique, plutôt étroite, du mur oriental et on entre dans la cour avec une terrasse circulaire en briques au milieu, qui était destinée à la construction de la yourte.

Dans cette yourte, les Khans de Khiva ont reçu des sardes et des biys turkmènes et karakalpaks, délibérément adaptés à leurs goûts et à leurs traditions nomades. À gauche de l’entrée, sur le côté sud de la cour, se trouve un bel aiwan sur une plate-forme en brique soutenue par deux piliers sculptés.

Les murs d’Aiwan sont entièrement revêtus de briques peintes, avec des fleurs blanc verdâtre sur fond bleu. Sous le plafond de l’Aiwan se trouve un volume solide avec des poèmes en langue ouzbek.

Le plafond de l’aivan a été restauré en 1934 et redécoré avec des motifs végétaux multicolores. Dans le mur sud de l’aiwan, il y a trois sorties avec des portes sculptées menant à l’intérieur de la salle de réception ou de la salle du trône.

L’étroite salle du trône s’étend sur toute la longueur de l’aiwan. Dans le court mur occidental de la Kurinish-khana, une alcôve a été aménagée pour que le khan puisse s’asseoir, tandis que le reste de la pièce était réservé aux invités de Khiva.

Lieux d’intérêt

Khiva - Kutlug Murad Inak Madrasa

Khiva - Kutlug Murad Inak Madrasa

Kutlug Murad Inak est la première madrasa à deux étages à Khiva, construite selon le schéma de Boukhara, avec quelques simplifications de la structure, les grandes salles de la Darskhona ont été omises, il n’y a pas d’aiwans profonds dans la cour, les hujshras ont été construits à leur place.

Les bancs bosselés en forme de dôme ont été supprimés devant la façade principale. Son toit plat et pavé servait de terrain de parade devant l’entrée de la madrasa. Il existe une histoire intéressante sur la construction du tombeau de Kutlug Murad Inak, qui voulait qu’il soit enterré dans la madrasa qu’il avait construite, comme la plupart des souverains de Khiva.

Mais il est mort à Dishan-Kala, et il a été décidé que ce n’était pas un bon signe de transporter le défunt à travers les portes de la ville vers Ichan-Kala. Le clergé a donc eu recours à une ruse : les murs d’Ichan-Kala à la porte est ont été détruits et la madrasa se trouvait sur le territoire de Dishan-Kala.

Le corps a été transporté à travers un trou dans le mur et enterré dans la madrasa sous le sol de la salle centrale. Dans la cour de la madrasa se trouve une source – la sardoba – qui est couverte d’un dôme. Les tours d’angle de la façade principale sont décorées de carreaux de terre cuite émaillée et de motifs en relief.

D’après les inscriptions sur les portes sculptées, la madrasa a été construite en 1804 – 1812 par l’oncle de Khan Khiva Allakulikhan, le souverain de la région (Muzofot) Kungrad, un chef militaire Kutlug Murad Inak.

La madrasa a deux étages, 81 hujrasas pour les étudiants, une darskhona confortable et une mosquée. Dans la cour de la madrasa se trouve une structure souterraine en forme de sardaba (bassin d’eau), qui est localement appelée “teyi zamin” (un bassin d’eau souterrain).

La majorité de la population de la ville (Ichan-kala) avait l’habitude de s’approvisionner en eau potable dans ce bassin d’eau souterrain. Pour la madrasa, 24634 tanaps de terre ont été alloués au titre de la subvention du Waqf.

Les artisans de Khiva, qui ont construit pour la première fois une madrasa à deux étages dans la ville reconstruite, ont essayé de prendre exemple sur des modèles déjà connus. Ils se sont appuyés sur une structure complexe de la madrasa Abdulazizkhan à Boukhara.

Afin de réduire les coûts, les architectes qui ont construit la madrasa ont quelque peu simplifié sa structure, en renonçant aux auvents d’été ainsi qu’aux deux grandes salles situées sur les ailes du portail. Ils se sont plutôt contentés de construire des cellules ordinaires.

Les maîtres de Khiva ont introduit une innovation dans l’ancien complexe, c’est-à-dire qu’ils ont décoré les portails de la cour avec des motifs. À l’intérieur du portail oriental de la madrasa se trouve une mosquée d’été, au-dessus de laquelle une bolakhona en bois est placée au niveau du deuxième étage.

Les éléments d’innovation sont visibles dans leur composition : les bolakhonas du nord et du sud (talaq – superstructure légère au-dessus du rez-de-chaussée) sont plus larges que celles de l’ouest et de l’est. Ainsi, on a tenté de rendre la cour plus pittoresque.

La madrasa Kutlug Murad Inak diffère des madrasas précédentes construites à Khiva, qui ressemblaient à une forteresse par leur forme, en ayant une façade plus luxueuse. Un tel résultat a été obtenu grâce au dispositif des arcs pentatédrales et des niches de style Boukhara sur le portail et en augmentant le nombre d’ornements différents.

Les portails sculptés de la madrasa sont remarquables, ainsi que les portes de la mosquée et de la Darskhona. Chaque porte est un exemple remarquable du grand art de la sculpture sur bois.

Les surfaces autour des voûtes sont décorées de diverses majoliques, tandis que les tours d’angle de la madrasa sont décorées exactement de la même majolique ; les exemples de sculptures en bande à l’intérieur du portail lui donnent une belle apparence.

Bien que tous ces éléments architecturaux modifient dans une certaine mesure l’aspect général du bâtiment, les ouvertures et les hautes et solides tours d’angle qui ornent les deux ailes de la façade principale donnent à la structure un aspect de forteresse.

Bien que les maîtres aient essayé d’introduire quelques innovations dans la décoration des façades extérieures en se basant sur le nouveau plan, on ne remarque pas une telle circonstance à l’intérieur de la madrasa. La mosquée et la Darskhona sont également très simplifiées et ne comportent pas de décorations. Seuls le dôme du Myonsaray et le dôme de la mosquée d’été présentent des exemples isolés d’ornementation simple.

Le reste des salles de la madrasa sont des hujshrasas similaires sous la forme d’un quadrilatère rectangulaire, couvert d’une voûte en balkhi. Les hujschras sont éclairées par la lumière du jour à travers des fenêtres de panjara au-dessus des portes d’entrée.

Il y a également des niches et des supas (élévations pour s’asseoir et se reposer) dans les hujras. Certains hujras ont des étagères en bois en forme de deuxième étage, qui occupent près de la moitié des hujras et servent à stocker la nourriture et les articles ménagers nécessaires.

La madrasa Kutlug Murad Inak est la seule madrasa à Khiva à utiliser la terre cuite en relief caractéristique de l’architecture de Boukhara, qui orne les tours d’angle de la madrasa.

Pour son époque, la madrasa était un grand lieu de savoir et les informations suivantes ont été conservées sur ses activités : “En 1275 (Hijra), le quatrième jour du mois de Safar (13 septembre 1858), 1880 batman de grain ont été pris de la madrasa Kutlug Murad Inak sur la base du Waqf et distribués comme suit : “aux pauvres comme ‘Ushr’ (dîmes) ou Kavsan (don aux pauvres) 50 batman (le batman de Khiva équivaut à 20 kg. ), un mutevelli pour 180 batman, un farrash (nettoyeur) pour 50 batman, un barbier pour 30 batman, deux akhun pour 324 batman, un muazzin avec l’imam de la mosquée pour 130 batman et le 1 restant. 160 Batman ont été répartis entre les étudiants. Pour les étudiants supérieurs (29 d’entre eux), 21 Batman chacun, soit un total de 616 Batman, pour les étudiants intermédiaires (18 d’entre eux), 10,5 Batman chacun, soit un total de 191 Batman, et pour les étudiants inférieurs (48 d’entre eux), 5 Batman chacun, soit un total de 255 Batman. Selon ce document, il y avait 95 étudiants dans cette madrasa en 1858 et ils recevaient l’enseignement de 2 akhuns.

Il y avait aussi le Mutavalli (la personne autorisée à diriger la madrasa), l’Imam, l’Azanchi (Muazzin), le Farrash (le nettoyeur qui nettoie et garde propre les locaux de la madrasa) et le Barbier qui rase la barbe et la moustache des étudiants de cette madrasa.

Il y avait une grande place devant la madrasa, entourée de rangées d’étals et d’un petit marché. Les étudiants qui sortaient de la madrasa passaient des examens. La commission spéciale (khayat) était nommée par le Khan. Les membres de la commission étaient parfois le khan lui-même, dans la plupart des cas l’héritier du trône, le kazi-kalon (magistrat en chef), le kazi-urda (magistrat municipal) et un certain nombre d’érudits -ulama.

Les étudiants qui réussissaient les examens recevaient les titres de mufti, a’lam, ahund, mukarrir (un professeur qui donnait des leçons pratiques et répétait les sujets étudiés avec les étudiants, qui exerçait également les fonctions de bibliothécaire de madrasa – Kitabdar).

Parmi les diplômés figuraient des poètes, des historiens, des écrivains, des calligraphes, des érudits et des personnes instruites. Le célèbre poète ouzbek Avaz Utar et le poète karakalpak Berdakh ont étudié à la madrasa Kutlug Murad Inak à Khiva.

Le 18e anniversaire de l’indépendance de la République d’Ouzbékistan a vu la restauration de la madrasa et l’ouverture d’une exposition permanente de célèbres maîtres des beaux-arts de Khorezm.

Au total, 52 peintures d’artistes de Khorezm représentant la vie, le style de vie, la culture et les coutumes de Khorezm sont exposées. Parmi ces peintures, on trouve les œuvres d’artistes célèbres tels que Tura Kuryazov, Kichko, Khudaiberganov et A. Allaberganov. La superficie de la madrasa est de 140 mètres carrés.

Dans la cour de la madrasa Kutlug Murad Inak se trouvent les ateliers des artisans de Khiva.

Lieux d’intérêt

Khiva - l'hôpital Dishan Kala

Khiva - l'hôpital Dishan Kala

L’hôpital est situé dans le quartier Dishan-Kala (ville extérieure) à Khiva. En dehors des murs de la citadelle centrale (Ichan-Kala), un hôpital public a été créé au début du XXe siècle. Les médecins professionnels ont pris la place des tabibs – guérisseurs populaires auprès de la population. Le complexe hospitalier s’étendait sur plusieurs centaines de mètres le long des murs de la forteresse du centre-ville d’Ichan-Kala. Un célèbre peintre de Khiva, Abdulla Baltaev, a participé à la construction et à la décoration finale des bâtiments de l’hôpital.

Il est à noter que la majolique du mur lumineux conservé jusqu’à ce jour avec l’inscription: “L’hôpital Dishan-Kala de Khiva, nommé d’après le fils du tsar Alexey” raconte les relations étroites du souverain de Khiva avec l’Empire russe au pouvoir. Tous les bâtiments sont construits dans le style de l’éclectisme, combinant des éléments de l’architecture occidentale et des motifs traditionnels locaux. Il est à noter que l’hôpital est toujours en activité.

Au XIXe siècle, Khiva Khanate ne disposait pas de matériaux de construction avancés qui faciliteraient la construction en masse de logements et d’autres bâtiments. La raison en est sa situation géographique, loin des villes industriellement développées d’Asie centrale. Au début du XXe siècle, sont apparues des personnes qui ont compris la nécessité de transformations dans tous les domaines de la vie et l’importance de nouer des relations avec d’autres États dont l’expérience réussie pourrait être adoptée.

L’une de ces personnes était le vizir du Khan, Islam Khodja. Grâce à ses efforts, des fonds ont été alloués pour la construction de bâtiments destinés à des installations médicales, éducatives et autres. Ainsi, en 1912, l’hôpital, le seul de tout le khanat, fut ouvert. Peu à peu, le personnel de l’institution s’est étoffé, elle a employé de nombreux médecins expérimentés venant de différentes villes de l’Empire russe. L’hôpital disposait même d’un service pour femmes, qui s’occupait des mères et de leurs enfants. Plus tard, un bâtiment de la poste et du télégraphe a été ouvert devant l’hôpital.

Pour comprendre pourquoi l’hôpital était dédié au tsar Alexey, le fils de l’empereur russe Nicolas II, il faut remonter à la préhistoire de la création du khanat de Khiva et de ses relations avec l’empire russe. Depuis l’Antiquité, les routes commerciales de l’Orient passaient par les villes de Khorezm (l’actuel Ouzbékistan), malheureusement les mêmes routes que les envahisseurs utilisaient pour se rendre ici. Les Mongols belliqueux, déterminés à conquérir les nouvelles terres, ont conquis et détruit de nombreuses villes en Asie centrale.

Au cours du temps, il y a eu une scission entre les conquérants qui a affaibli la Horde d’Or, elle s’est brisée en plusieurs parties qui ont commencé à se battre pour le pouvoir. Amir Temur s’installe à Samarkand et en fait la capitale de son empire. Plus tard, des Ouzbeks nomades sont venus dans ces territoires. Les conquêtes réussies ont conduit à la création de leurs propres États. Parmi eux, les khanats de Khiva et de Boukhara étaient particulièrement importants. Au Moyen Age, la grande route de la soie passait par Khiva et les commerçants faisaient une escale dans la ville. Grâce à cela, la ville est devenue prospère et a acquis un prestige qui l’a fait connaître à d’autres États.

Pierre Ier s’est également intéressé à Khiva et a tenté de persuader le khan d’accepter la citoyenneté russe. Cependant, l’expédition de soldats et de diplomates va subir un triste sort: La plupart des envoyés ont été tués, et le reste a été vendu comme esclave. Ce n’est qu’en 1873 qu’il a été possible de lever une importante armée russe pour prendre la ville. Aucune mesure drastique n’a été prise – le khan n’a pas perdu son pouvoir, mais en contrepartie les conquérants ont reçu la moitié du territoire du khanat et ont reconnu son protectorat.

Il convient de noter que cette dernière condition n’a pas beaucoup affecté les droits du khanat, car l’Empire russe a exercé une participation minimale dans les processus internes du khanat. Isfandiyar khan, qui a régné au début du XXe siècle, était plutôt fidèle à Nicolas II. En conséquence, l’hôpital construit en 1912 dans le quartier de Dishan-Kala à Khiva a été nommé d’après le seul héritier du tsar.

Lieux d’intérêt

Khiva - le palais Nurullabay

Khiva - le palais Nurullabay

Le palais Nurullabay, construit en 1910-1918, est situé dans la rue Mustaqillik (rue de l’Indépendance) de Khiva et se trouve à Dishan-Kala (à l’extérieur de la Kala).

Le Khan de Khiva Muhammad Rahimkhan (Feruz), qui a visité Saint-Pétersbourg à plusieurs reprises et a été accepté par le Tsar russe, a commencé en 1906 la construction du grand palais de style semi-européen pour son fils Isfandiyar Tura sur le territoire du jardin qui porte son nom.

Le palais de Nurullabay se compose de quatre parties ; il y a plus de 100 pièces, des galeries, des salles pour les gardes, des écuries, des salles pour les serviteurs et un harem. Tout le palais est entouré d’un mur de briques avec des murs de défense et des piliers.

Isfandiyar-khan, qui fut au pouvoir de 1910 à 1918 après la mort de Muhammad Rahimkhan (Feruz), donna l’ordre de construire une salle pour les réceptions derrière le palais de Nurullabay à Khiva, mais le vizir en chef était contre cette construction car l’hôpital, le télégraphe et d’autres installations étaient retardés par manque d’argent dans le trésor à cette époque. Néanmoins, le Khan nomma Rahmanbergham Mahram pour superviser la construction et celle-ci fut achevée très rapidement en 1912. 70000 pièces d’or ont été dépensées du trésor public pour les travaux de construction.

La salle de réception d’Isfandiyar Khan se compose de sept pièces : une salle d’attente, une salle de réception, une salle du trône, une salle de banquet et trois salons. Le tsar russe Nicolas II a donné deux lustres et une petite centrale électrique après l’achèvement de la construction.

L’architecture du palais est caractérisée par un mélange de styles européens et nationaux, ce qui s’explique par les tendances à la mode de l’époque en matière d’urbanisme. Le bâtiment comprend une salle de réception, une salle d’audience, des bâtiments résidentiels et une madrasa.

L’exécution des plafonds, des cadres et du parquet a été réalisée par des spécialistes allemands, tandis que les carreaux de céramique décoratifs ont été spécialement commandés à Saint-Pétersbourg. Les célèbres sculptures de Khiva, recouvertes de peintures dorées et colorées, sont particulièrement intéressantes.

Sept cheminées ont été construites pour le chauffage. Les planches de parquet qui recouvrent le sol de la salle de réception ont été fournies par Saint-Pétersbourg. L’Arzkhana était situé dans le coin sud-est du complexe.

Les chambres supplémentaires, pour la plupart à double face, étaient reliées aux couloirs intérieurs et séparées de la rue par des murs aux fenêtres pouvant être ouvertes. Les façades du palais de Nurullabay et la salle de réception donnant sur la cour sont cachées derrière un long aiwan d’angle avec des colonnes sculptées, typique de Khiva.

Les dimensions de la structure sont de 186 m sur 143 m, le hall de réception 27 m sur 32 m, l’Arzkhana 82 m sur 71 m, le palais 87 m sur 65 m, les murs du palais 7,5 m de hauteur.

Lieux d’intérêt

Khiva - Madrasa Arab Muhammad-Khan

Khiva - Madrasa Arab Muhammad-Khan

La Madrasa Arab Muhammad-Khan est l’un des plus anciens monuments architecturaux à Khiva. Il est situé au cœur d’Ichan-Qala, à côté de l’autre, non moins célèbre, mais plus tard Madrasa de Muhammad Aminkhan. La madrasa a été construite sur ordre du souverain shaybanide de Khorezm Arab Muhammad-khan pour commémorer le transfert de la capitale d’Urgench à Khiva.

Arab Muhammad-khan était une personnalité célèbre dans l’histoire de Khorezm. Il a régné de 1603 à 1621, période durant laquelle il a obtenu des succès importants au sein du gouvernement de l’État. Sur son ordre, Khiva devient la nouvelle capitale de l’État du Khorezm. Sous son règne, Khiva est devenue l’une des plus belles villes d’Asie Centrale, non inférieure en beauté à Boukhara et à Samarkand. Il a réalisé un grand nombre de mesures pour l’amélioration de la ville. Sous son commandement, des Madrasas, des mosquées et des institutions civiques ont été construites, mais peu d’entre elles ont survécu jusqu’à aujourd’hui.

En 1616, pour commémorer cet événement important, Arab Muhammad-Khan a ordonné la construction d’une Madrasa pour les habitants à Khiva. A l’origine, il y avait une autre petite medrese sur le site de la structure actuelle, qui a été construite par une femme notable de Khiva. Arab Muhammad-Khan lui a acheté ce bâtiment ainsi que le terrain adjacent.

La Madrasa Arab Muhammad Khan était un bâtiment en brique d’un étage de forme rectangulaire. Une inscription tirée du Coran était traditionnellement gravée sur le portail d’entrée. Il y avait de petits minarets dans les coins du bâtiment. A l’intérieur de la Madrasa, il y a des hujras pour les étudiants et une mosquée pour les prières. Il y a des salles d’étude sur le côté de la mosquée.

Elle a été reconstruite et restaurée à plusieurs reprises. En 1838, la Madrasa Arab Muhammad-Khan a été reconstruite sur ordre du Souverain du Khorezm Allakulikhan en raison d’un délabrement selon les normes caractéristiques de l’architecture tardive à Khiva. Un deuxième étage a été ajouté. Le nombre de hujras et de salles de classe dans la madrasa a été augmenté. Le portail du bâtiment a été partiellement reconstruit. Ainsi, il a survécu jusqu’à aujourd’hui. De nos jours, la Madrasa est l’un des endroits les plus populaires pour les visiteurs du monde entier.

Lieux d’intérêt
Madrasa Atajanbay in Khiva

Khiva - Madrasa Atajanbay

Khiva - Madrasa Atajanbay

La Madrasa Atajanbay est située près de la Madrasa Mazari-Sharif à Khiva. La Madrasa a été construite en 1884 par un riche propriétaire terrien à Khiva, Atajanbay. Vue de dessus, la disposition de la madrasa ressemble à un quadrilatère s’étendant transversalement d’est en ouest, asymétrique par rapport à l’entrée du mur extérieur sud.

Il existe un couloir intérieur entre la Madrasa Atajanbay et la Madrasa Mazari Sharif. Ces deux madrasas apparaissent comme un seul et même complexe.

L’ancienne ville, ou Ichan-kala, est protégée par de puissants murs avec des fortifications militaires et constitue le principal point de vue de Khiva. Les structures de défense de la ville ont été construites pendant des décennies et des siècles, c’est pourquoi vous pouvez trouver les structures construites au XIVe siècle ou à d’autres époques. Il y a des forts historiques, des tombes, des palais et des mosquées, des résidences et des bains. Ichan-Kala est une ville spéciale au sein de la ville car elle vit avec sa culture originale et préserve ses anciennes traditions. Selon la légende, la forteresse a été construite avec le même type de boue que la Médina, qui a été construite par le prophète Muhammad (S.A.V.).

La ville historique d’Ichan-kale compte quatre portes – du nord, du sud, de l’ouest et de l’est. La porte orientale est reliée à la porte occidentale par la rue principale, où se trouvent des chefs-d’œuvre architecturaux. Ce complexe monumental est protégé par l’UNESCO.

Lieux d’intérêt
Bikanjan Bika Madrasa in khiva

Khiva - Madrasa Bikanjan Bika

Khiva - Madrasa Bikanjan Bika

La madrasa Bikanjan Bika a été construite à Khiva en 1894 et est située en face de la place Ata-Darvaz. Le complexe cultuel, composé d’une madrasa, d’une mosquée et d’un minaret, a été construit sur l’ancien territoire à côté du mausolée de Sha-Qalandar Bobo, très vénéré, qui fait partie du complexe.

Selon la légende, Sha-Qalandar Bobo était un Shah et après avoir quitté cette position, il est devenu un derviche errant (Qalandar). Selon la légende, Sha-Qalandar Bobo était un Shah et après avoir quitté cette position, il est devenu un derviche errant (kalandar). Après être venu à Khiva avec deux derviches, il est resté ici pour vivre.

Après la mort de Sha-Qalandar Bobo, ses disciples ont construit un mausolée sur sa tombe, qui est devenu un lieu vénéré. Selon les récits historiques, le mausolée a été construit au 16ème siècle. En 1894, une madrasa, une mosquée et un minaret ont été construits près du mausolée.

Dans la tradition orale des habitants de cette époque, on connaît le nom du maître usta Abdullah, qui a construit les bâtiments du complexe. La construction de la madrasa a été lancée par l’un des fils du khan, mais après la pose des fondations, il est mort et les travaux ont été arrêtés pendant 4 ans.

Bikanjan Bika, la soeur de Muhammad Rahim Khan II, a décidé de terminer cette construction de la madrasa à Khiva. Mais les travaux ont commencé sans la permission du Khan, qui a alors commencé à faire obstruction à la construction et finalement les travaux ont été gelés pendant sept longues années.

Plus tard, lorsqu’il est apparu clairement que la soeur du khan voulait poursuivre la construction, la permission a été accordée et la madrasa a été achevée. Le nom du maître qui a dirigé la construction était Usta Abdullah.

À quatre mètres de l’entrée, presque au milieu de la façade principale, se trouve un minaret. Le complexe, dont la façade principale est orientée vers le nord, se compose d’une madrasa d’un seul étage, de plan général carré mais avec une cour transversale et une composition asymétrique de l’entrée.

On y accède par un vestibule à triple voûte avec un passage coudé à travers une série de compartiments voûtés. Locaux darskhana et mosquée, d’architecture différente : darskhona couverte d’un toit de poutres, la mosquée – un dôme sphéroconique massif.

Les entrées du vestibule sont déplacées vers la façade principale. Les hujras rectangulaires sont recouverts de voûtes en balkhi, les entrées de deux hujras se trouvent dans les coins inclinés des cours avec des niches à facettes – angulaires, élargies en surface et avec des sorbiers.

La façade principale, orientée vers le nord, est architecturalement indépendante de la structure des bâtiments qui se cachent derrière elle : sur les côtés de l’étroit portail chorégraphique, couronné d’un motif de “sharafa”, se trouvent des tours de gulda dans les coins avec des “arcs” verts enchâssés dans leur surface.

Dimensions de la madrasa dans le plan général – 32,0 x 32,0 m, le diamètre du minaret à la base – 6,5 m, hauteur – 18 m. Le mausolée – 6,2 x 6,2 mètres, la chambre – 4,0 x 4,0 mètres.

Lieux d’intérêt

Khiva - Madrasa Chergazi Khan

Khiva - Madrasa Chergazi Khan

La madrasa Chergazi-Khan est située au centre de la ville historique de Ichan Qala à Khiva, devant l’entrée du mausolée Pahlavan Mahmud. La madrasa Chergazi-Khan est l’une des plus anciennes et des plus grandes de Khiva. Son entrée se trouve à 2 mètres en dessous du sol de la rue en raison de l’affaissement naturel et de l’augmentation du nombre de sites funéraires.

Le bâtiment de la madrasa est à un seul étage, à l’exception d’une section d’entrée à deux étages, et comprend une cour avec quatre aïwan, un complexe de vestibules et un auditorium.

La madrasa Chergazi-Khan (1719-1726) est le plus ancien et le plus connu des établissements d’enseignement qui subsistent à Khiva. Les personnes qui sont devenues plus tard des poètes et des scientifiques célèbres ont été éduquées ici.

C’est pourquoi la madrasa était populairement connue sous le nom de “Maskan-i fazilan”, c’est-à-dire “la demeure des gens instruits”. Le talentueux poète ouzbek Pahlavankuli Ravnak (né en 1725) y a été éduqué.

Le classique de la poésie turkmène, Makhtumkuli (1733-1793), a vécu et étudié ici. Le poème du poète consacré à la remise des diplômes de la madrasa Chergazi-Khan à Khiva contient des mots de sincère gratitude:

“Pendant trois ans, tu as partagé le sel avec moi chaque jour,
Je suis désolé, je m’en vais, la belle Chergazi!
Tu étais mon refuge en hiver et au printemps, –
Pardonnez-moi, cher Chergazi!
Je vivrai pour distinguer l’ami de l’ennemi,
La vérité est désormais pour moi un allié sacré;
Un livre d’or a été ouvert pour moi ici.
Pardonnez-moi, je m’en vais, belle Chergazi!”

L’histoire de la construction de la madrasa vit dans la mémoire du peuple. La madrasa Chergazi-Khan a été construite en l’honneur de la conquête de l’état historique de Khorasan par le Khan de Khiva, Chergazi.

Chergazi-Khan est revenu de cette campagne avec un solide trophée, dont 5000 prisonniers de guerre. Le Khan leur a promis, en échange de leur liberté, de construire une belle structure architecturale.

Ayant cru les paroles de Khan, les prisonniers commencèrent à construire la madrasa en trois ans et demi et la terminèrent en 1726, y ayant mis tout leur savoir-faire.

Cependant, les conditions ont été délibérément retardées. La colère des esclaves était impitoyable: Lors d’une des visites de la construction, le khan fut décapité. Et ce n’est pas un hasard si la date d’achèvement de la madrasa a été définie par le poète-historien Muniz avec ces mots: “Ah, sauvez des esclaves!” “Dod, az gulomon!” – 1139 г. (1726 APRÈS J.C.).

Malgré des réparations considérables à la fin du XIXe siècle, l’ensemble de la madrasa était dans un état de détresse et de négligence jusqu’à la Révolution.

La façade de la madrasa fait face au complexe Pahlavan Mahmoud. Le chemin qui descend l’escalier souligne qu’elle a été construite beaucoup plus tôt que les bâtiments environnants.

La composition architecturale de l’ensemble est largement conforme au type traditionnel de madrasa, avec une façade principale à deux étages avec un haut portail au centre et des bâtiments à un étage autour d’une cour carrée.

Il n’y a ici que 55 hujras. Le portail contient une inscription de caractère historique proclamant les conditions de maintien du waqf de la madrasa. L’ecclésiastique Beket Ata est également diplômé de la madrasa Chergazi.

A l’époque, il fallait avoir une certaine connaissance de base avant d’entrer dans cette madrasa, il fallait étudier l’alphabet arabe dans les mosquées locales, apprendre le Haftiyak, qui est un septième du Coran, en 2 – 3 ans.

Lieux d’intérêt
Medrese Dost Alam in Chiwa

Khiva - Madrasa Dost Alam

Khiva - Madrasa Dost Alam

La madrasa Dost Alam (1882) a été construite grâce à l’argent de Dost Alam, qui était avocat au tribunal de Khan à Khiva Muhammad Rahimkhan II. En règle générale, les avocats et les juristes étaient formés dans une madrasa.

La madrasa Dost Alam à Khiva est un petit bâtiment d’un étage qui, vu de dessus, ressemble à un rectangle avec des tours d’angle. Hudaybergan Hajji a supervisé la construction et Kolondar Kochim était le maître d’œuvre.

La plupart des monuments architecturaux de Khiva sont situés dans la partie centrale, qui porte le nom de Ichan-Qala. Ichan-Qala est entouré d’énormes murs de forteresse avec 4 portes – du nord, du sud, de l’ouest et de l’est. La porte orientale est reliée à la porte occidentale par la route principale, où se trouvent des chefs-d’œuvre architecturaux. Ce complexe monumental est protégé par l’UNESCO.

À la fin du XVIe siècle, la ville est devenue le centre du Khiva Khanate et a connu une deuxième phase de développement et de prospérité, devenant l’un des plus importants et des plus grands centres de musulmans en Orient. La ville regorge de magnifiques monuments, parmi lesquels on trouve des édifices tant séculiers que religieux. Au XIXe siècle, lors de l’invasion russe en Asie centrale, la ville a été conquise et partiellement détruite par les troupes russes.

La légende dit que la forteresse a été construite avec la même argile que Médine, qui a été construite par le prophète Muhammad (S.A.V.). Au début de sa formation, la ville a été succédée par différentes dynasties dirigeantes, elle a été conquise à plusieurs reprises par des tribus guerrières, et au début du XIIIe siècle, les troupes de Gengis Khan ont détruit presque toute la ville.

Lieux d’intérêt
Madrasa Islam Khodja in Khiva

Khiva - Madrasa Islam Khodja

Khiva - Madrasa Islam Khodja

Les bâtiments les plus remarquables de la partie historique de Khiva sont le minaret et le madrasa, une partie du complexe immobilier Islam Khodja. Selon l’idée ingénieuse de l’architecte, l’attrait des structures provient de leur contraste inhabituel : le minaret le plus élevé de la ville se trouve à côté de la petite madrasa. Ainsi, le minaret apparaît simplement gigantesque en raison de l’effet visuel d’être à côté l’un de l’autre. Le minaret devait à l’origine servir de point de repère aux voyageurs qui s’approchaient de la ville ; à l’origine, ce point de repère architectural devait servir de phare en quelque sorte.

La Islam Khodja Madrasa à Khiva (1910) est situé derrière le minaret de l’Islam Khodja. Islam Khodja, le Grand Vizir d’Isfandiyar Khan, était un homme très progressiste. En plus du minaret et du madrasa, il a ouvert une école pour les enfants du quartier, un hôpital, un bureau de poste, et a construit des ponts et des routes.

Cependant, l’activité de construction d’Islam Khodja a été interrompue par un meurtre odieux impliquant Isfandiyar-khan. Il a été enterré vivant dans la terre et l’architecte Raimbergen a également été assassiné.

Cette madrasa à Khiva a été construite avec l’argent d’Islam Khodja, le conseiller d’Isfandiyar Khan. Des maîtres du village de Madir Bolta Vaizov et de Madiminov ont réalisé l’achèvement de la madrasa avec des carreaux émaillés selon les dessins de Esh-Muhammad Khudaiberdiev.

La Islam Khodja Madrasa est un complexe architectural unique à Khiva, qui reflète l’influence de l’époque et l’esprit d’inspiration créative des maîtres nationaux. La madrasa se compose de 42 hujshras, d’une grande salle sous coupole et d’un haut minaret.

La maîtrise des architectes est évidente dans les combinaisons contrastées de formes architecturales habilement utilisées dans l’espace limité. La niche du mihrab est décorée de majoliques et de gravures de gangs.

La Madrasa Islam Khodja est considérablement petite, de plan asymétrique, et possède une entrée principale juste à l’extérieur du minaret Islam Khodja à Khiva. Les intérieurs sont représentés par un hall assez spacieux sous le dôme central, quarante-deux hujshras (cellules) le long du périmètre de la cour. Une mosquée jouxte le bâtiment central au sud-est. Le dôme de la structure est profond et massif ; le mihrab (une niche indiquant la direction de la Mecque) et tout l’intérieur sont décorés de majolique et de ganse à motifs élaborés. La partie extérieure de la madrasa à l’entrée est décorée dans le même style que le minaret majestueux adjacent. La structure de la passerelle forme le deuxième étage.

Lieux d’intérêt

Khiva - Madrasa Khodjamberdiboy

Khiva - Madrasa Khodjamberdiboy

La madrasa Khodjamberdiboy (1688 – 1834) a été construite en 1688 à Ichan Kala près de la porte orientale Palvan Darvaza, devant la madrasa d’Allakuli Khan à Khiva. En 1834, Allakuli-khan a construit une nouvelle grande mosquée et a partiellement démoli et reconstruit celle qui existait déjà.

Cela créa deux petites cours séparées l’une de l’autre et la madrasa fut nommée Khurdjun parce qu’elle ressemblait à une sacoche en cuir, Khurdjun. Il y a 16 khujras et une salle quadratique voûtée – Darskhona. Les portes d’entrée sont décorées de sculptures en bois.

La madrasa Khodjamberdiboy est un bâtiment en brique d’un étage construit en 1688, comme le mentionne l’inscription sur les portes sculptées.

La madrasa a apparemment reçu son nom “Khurdjun” après la construction de la madrasa Allakuli-Khan à Khiva, lorsqu’un grand peshtak de Khodjamberdiboy a été démantelé et remplacé par un passage bas. La madrasa semblait divisée en deux parties, comme un Khurdjun (sac à selle).

Nous ne pouvons que deviner les modestes mérites architecturaux de la madrasa Khodjamberdiboy, car la seule chose qui en reste et qui a été intégrée à la nouvelle madrasa est une mosquée située dans la partie sud et des pièces reliées entre elles. En termes de taille et de conception, la mosquée est proche de la houdjra, seuls le plan carré, la niche du mihrab et le dôme rempli de nid d’abeille dans les coins la distinguent des salles ordinaires de la madrasa. Pour créer un passage vers le portail de la madrasa Allakuli Khan, les anciens dômes des hadjras de la madrasa Khodjamberdiboy ont été démontés, les murets ont été remplis de terre et les petites cours ont été aménagées le long d’un chemin nouvellement formé – une rampe. La madrasa a été divisée en deux parties, comme les sacs Kurjun (le nom a été donné plus tard à la madrasa reconstruite). L’ancien portail a été démantelé et la nouvelle entrée a été conçue comme une modeste Darvazakhana à un seul dôme, combinant des entrées dans les cours et une rampe vers le portail de la madrasa Allakuli-khan.

De l’extérieur, la madrasa est construite de telle manière que le toit de ses hudjras bas continue à couvrir le sol de la madrasa Allakuli-khan, et toute la madrasa Khurdjun ressemble à une sorte de plate-forme (sufa) devant la façade principale de la majestueuse madrasa Allakuli-khan.

La disposition intérieure de la madrasa Khurdjun est aléatoire, l’épaisseur des murs varie de 0,5 à 3 mètres, les entrées des hudjras des cours nord et sud n’ont pas de niches voûtées et ne sont pas unies dans un rythme particulier, la taille et les proportions des hudjras sont arbitraires. Tout cela s’explique par les conditions compliquées de la reconstruction des madrasa.

Lieux d’intérêt

Khiva - Madrassa Abdullakhan

Khiva - Madrassa Abdullakhan

La Madrassa Abdullakhan, située au sud de la Madrassa Kutlug Murad Inaka à Khiva, a été construite en 1855 par la mère de Khiva Khan en mémoire de son fils Abdullakhan, après sa mort tragique. Le portail du bâtiment, si l’on fait abstraction de celui-ci, est dépourvu de toute ornementation, sa structure étant très simplifiée.

Au sud, il y a une salle de la mosquée sous forme de coupole, légèrement décalée par rapport à l’axe transversal du vestibule. Dans le coin nord-est de la Madrassa, il n’y a pas de coupole, mais trois hujshras (salles d’étude). La cour rectangulaire de la Madrassa est entourée de hujschras couverts selon la méthode traditionnelle du balkhi et il y a une fontaine au centre de la cour.

Dans le livret de Kamiljon Hudaibergenov “Arbre généalogique de Khiva Khans” (“Khiva khonlari shazharasi”), dans les lignes consacrées à Abdullakhan, il est dit ce qui suit : “Abdullakhan était un homme qui faisait confiance aux paroles de n’importe quel homme. En diffamant Mir Ahmad (le commandant du Khan), il a versé le sang innocent de plusieurs personnes. C’était un homme très imprudent et impatient. Mais il valorisait beaucoup l’amitié, aimait la justice et était courageux. Il n’avait plus de fils, il n’y avait qu’une fille qui était mariée à Abdulaziz Tura. Après la mort d’Abdullakhan, sa mère, afin de préserver le nom de son fils, a construit une Madrassa à Khiva”.

Aujourd’hui, la Madrassa est le lieu d’exposition du musée de la nature de Khorezm, dont le but est de présenter aux visiteurs du musée les beautés naturelles de l’oasis de Khorezm, sa flore et sa faune, son relief, son climat, ainsi que les mesures prises pour les protéger et les préserver, afin de les transmettre aux générations futures dans des conditions sûres et saines. La nature de l’oasis de Choresm est particulière. Le musée fournit des informations utiles sur les montagnes du Sultan Wais, le delta de la rivière Amu Darya, la faune des déserts de Karakum et de Kyzylkum et des espèces de plantes utiles. L’exposition du département de la nature de Choresm. L’exposition a été créée en 1960. La dernière réexposition du département a eu lieu en 2008. La surface utile de l’exposition est de 180 m².

Lieux d’intérêt

Khiva - Madrassa Abdurasulbay

Khiva - Madrassa Abdurasulbay

La madrassa Abdurasulbay à Khiva (1906) est adjacente à l’angle sud-est de la mosquée Yar Muhammad Devon. Il a été construit aux frais d’Abdurasulbay, neveu de Muhammad Niyaz Mirzabashi (Kamil Khwarizmi), grand poète, compositeur et traducteur (Kamil Khwarizmi (1825-1899) était un poète et musicologue ouzbek. Son vrai nom était Muhammad Niyaz Mirzabashi. Il a étudié dans une madrassa à Khiva, de son vrai nom Mukhammad Niyaz Mirazabashi. Il a étudié dans une madrassa à Khiva. Il était élève de l’école Agakhi. Il a été secrétaire et chef de la chancellerie de Muhammad-Rahim-Khan II).

L’entrée est située entre deux cours et se compose de deux sections de dôme interconnectées, dont un côté fait face à la cour de la madrassa. Les deux filles d’Abdurasulbay sont enterrées dans deux hujjas.

La madrassa Abdurasulbay à Khiva a deux cours, le plan de la madrassa est assez grand (surface 30×65 m). Dans celle de l’ouest (6,9х3,6 m ; de forme trapézoïdale), il y a deux salles cruciformes dans les coins, une mosquée couverte d’un dôme au sud, deux hujshras avec deux ouvertures d’entrée au nord. La cour orientale (7,1 m x 5,5 m ; rectangulaire) est également entourée de pièces d’enclos. Les salles du premier étage (au-dessus du couloir) et les autres salles destinées aux étudiants ont des plafonds voûtés. Les façades des murs sont décorées de briques brossées, peintes en vert (glaçure) dans la partie supérieure du portail et des murs.

À l’entrée de la madrassa se trouve un portail composé de deux ailes. La lame droite porte une inscription sur la barre transversale qui porte le nom du maître : “Bogbek. Mais la deuxième ligne de l’inscription, qui porte le nom de son père, n’a pas été conservée.

Aujourd’hui, il s’agit d’un patrimoine culturel en Ouzbékistan. C’est aussi, un objet de service et d’exposition touristique, qui a abrité un atelier de broderie suzane.

Lieux d’intérêt

Khiva - Madrassa Allakuli-Khan

Khiva - Madrassa Allakuli-Khan

La madrassa Allakuli-Khan, ainsi que le caravansérail Allakuli Khan adjacent, font partie du complexe de sites historiques et architecturaux Ichan-Kala à Khiva, qui est un musée en plein air dont les bâtiments remontent au 14e siècle.

Sur le chemin de l’entrée orientale d’Ichan-Kala au bazar couvert, dans l’Antiquité, il y avait la madrassa Allakuli-Khan, l’une des plus célèbres de Khiva et de ses environs. La madrassa a été construite sur les moyens du khan ouzbek Allakuli au milieu du XIXe siècle, les travaux ont été réalisés en deux ans, la construction a commencé en 1833 et s’est achevée en 1835.

Le nom d’Allakuli-Khan, le successeur par intérim de son père Muhammad Rahim-Khan I, est étroitement lié dans l’histoire de Khiva au renforcement du pouvoir de la ville, à la consolidation des frontières du pays et au développement rapide des relations avec de nombreux pays du monde. Pendant son règne, la ville s’est activement construite avec des résidences, des palais, des places de commerce, des mosquées et des caravansérails. Le célèbre Khan de Khiva – Allakulikhan, afin de transformer la ville en l’endroit le plus beau et le plus attrayant d’Asie, a décidé de démanteler l’ancienne madrassa délabrée, qui, le moment venu, a été construite d’un cadre et de briques crues, et à sa place de construire de nouveaux établissements d’enseignement en briques cuites. C’est ainsi que la madrassa Allakuli-khan a vu le jour à Khiva.

La madrassa Allakuli-khan a été construite sur une plate-forme artificielle de trois mètres de haut, qui s’élevait clairement au-dessus des dômes de l’établissement d’enseignement voisin Hojamberdibiya et était incluse dans le territoire de la partie intérieure de la ville de Khiva.

À l’avant-dernier siècle, le rez-de-chaussée abritait une bibliothèque publique accessible aux étudiants de toutes les madrassas de la ville. La bibliothèque était financée par les revenus du caravansérail et de la tema situés à proximité. Le bâtiment sert maintenant de musée d’art médical et d’histoire de la médecine, nommé d’après le célèbre guérisseur Abu Ali Ibn Sina, connu dans le monde de la médecine sous le nom d’Avicenne. Il existe également un centre artisanal restauré au sein de la madrassa.

L’architecture de la madrassa Allakuli-khan ne se démarque pas, pourtant l’imposant bâtiment est considéré comme l’une des plus grandes et des plus belles structures de son époque dans la ville.

La cour de la madrassa Allakuli-khan à Khiva est quelque peu différente des cours traditionnelles des établissements d’enseignement de l’époque. Les rangées de hujshras à deux étages reposent sur les bords des dômes du bazar et s’élèvent au-dessus des dômes de la porte d’entrée de Palvan-darwaza. Le bâtiment de la madrassa lui-même n’est pas rectangulaire mais de forme trapézoïdale avec une cour de quatre étages et deux étages.

Le complexe de la madrassa Allakuli-khan comprend 99 hujrasas (ou cellules), 2 mosquées (mosquées d’hiver et d’été dans l’aiwan occidental), une salle de conférence (darskhana) et un hall d’entrée. Chaque hujra avait une porte et une fenêtre, et sa partie inférieure était décorée de briques brûlées en forme de carré et les murs étaient enduits de ganch. Les voûtes des hujras étaient de style rustique.

L’intérieur des bâtiments de la madrassa, y compris les mosquées, ne présente pas de décorations spéciales et de grandes coupoles. Les murs des bâtiments sont plats, les niches sont profondes et inesthétiques. Tous les ornements se trouvent sur les murs extérieurs du bâtiment. La façade principale de la madrassa, exécutée en forme de majolique de type Choresm aux couleurs graphiques du noir et blanc et du bleu pittoresque, couvrant toutes les surfaces verticales et les demi-voûtes, donne sur la cour d’un autre établissement d’enseignement appelé Khojamberdybiya. La majolique sur les différents murs a un motif différent selon l’endroit.

L’architecture de la fin du Moyen Âge khorezmien est présentée ici dans toute sa gloire. La grande échelle n’enlève rien à l’étonnante proportionnalité, et le décor traditionnel confère au bâtiment à la fois austérité et légèreté céleste. Les niches voûtées et le portail au-dessus de l’entrée, les tympans et les cadres de la double arcade, ainsi que les trois quarts des colonnes du portail sont également décorés de majoliques et de peintures aux contours noirs et de beaux motifs végétaux. Le portail sud du bâtiment attire l’attention avec un ornement en forme de nombreux anneaux entrelacés.

Lieux d’intérêt
Ichan Qala - Khiva

Khiva - Madrassa Mamat Maram

Khiva - Madrassa Mamat Maram

La Madrassa Mamat Maram a été construite à Khiva en 1903. Située à l’intersection des rues Baltayev et Anash Khalfa, la madrassa a été construite par l’un des fonctionnaires et conseillers les plus influents de Muhammad Rahim-khan II.

La madrassa et la mosquée Mamat Maram représentent un complexe typique de Khiva. Le site de la madrassa comprend 7327 tanaps (1 tanap fait 334,4 mètres carrés). Le bâtiment est construit en briques cuites.

La façade est orientée au sud avec un léger décalage à l’ouest. Les trois angles, à l’exception de l’angle sud-ouest, ont de petites tours – guldastas. Dans l’angle sud-ouest, les pièces latérales de la mosquée et le projet de minaret, jouxtent le vestibule droit à deux dômes.

Khudaybergen Ibn Koshmuhammad Khivaki sur Khiva :

“Le Khorezm est un vaste pays situé dans la cinquième zone climatique, avec un temps frais. La capitale était la ville d’Urgench depuis l’époque des anciens rois perses 11 jusqu’à il y a vingt ans. A l’époque moderne, suite à la destitution de Jayhun, la capitale de la région a été déplacée à Khiva, qui est sous son contrôle. Khiva est une ville spacieuse avec un climat sain, le lieu de naissance du cheikh Najm ad-Din Kubra. Aujourd’hui, cette terre n’est plus aussi prospère qu’autrefois. Elle est dirigée par un descendant de Tukai-Timur-khan, un fils de Juchi-khan, et son armée est composée d’Ouzbeks appelés Saka Turkman, qui sont des descendants de la tribu Guz. On dit que l’immensité du Khorezm était telle que les terres sous son contrôle étaient divisées en cent soixante-dix tumans. Aujourd’hui, seuls deux de ces tumans ont été améliorés. Les habitants de Choresm sont courageux, forts, sensibles, intelligents et jamais dépassés en nombre dans la bataille”.

Lieux d’intérêt
Medrese Matniyaz Divan Begi in Chiwa

Khiva - Madrassa Matniyaz Divan Begi

Khiva - Madrassa Matniyaz Divan Begi

La madrassa Matniyaz Divan Begi (1871) est située à Khiva, en face du mur oriental de la madrassa Muhammad Rahimkhan. La madrassa a été construite par le ministre des finances de Muhammad Rahimkhan II (Divan Begi), Muhammad Niyaz.

En tant que ministre des finances de Khiva, Khan Muhammad Niyaz (Matniyaz en dialecte), Divan Begi a construit une madrassa dans la partie centrale d’Ichan-kala et un bazar couvert Chorsu à côté. La madrassa Matniyaz Divan Begi est située près de la madrassa Muhammad Aminkhan.

La façade est orientée vers le centre ouest et la zone devant est aménagée et plantée. La rue centrale de Ichan-Kala court au nord de la madrassa, et le restaurant “Khiva”, récemment construit dans le bâtiment de la madrassa, borde le mausolée de Seyyid Alauddin au sud.

La madrassa est une structure d’un seul étage (à l’exception de la partie du portail), comprend 21 cellules, des locaux pour Darskhona (salle de conférence) et une mosquée d’hiver. Pendant la période où la madrassa était active, la bibliothèque pour les étudiants de la madrassa était située ici.

Sur les 21 hujjras, 19 se trouvaient au rez-de-chaussée et les deux autres hujjras se trouvaient au deuxième étage, derrière le portail d’entrée. L’entrée de la madrassa se faisait par un petit mionsaray (vestibule) à trois ailes.

L’entrée se faisait par un petit minaret à trois étages (vestibule). La madrassa était traditionnellement construite avec des tours de guldasta d’angle flanquant les quatre coins. La façade du côté nord a des arcades peu profondes, le reste des façades, sauf la centrale, sont sans arcades.

La Madrassa a une forme rectangulaire qui s’étend d’ouest en est. La façade principale fait face à la madrassa Muhammad Rahimkhan et possède un haut portail avec des niches à cinq côtés au centre et des tours aux coins.

Le portail est décoré de majoliques, les dômes des tours sont recouverts de tuiles vertes émaillées et les bases présentent un motif géométrique de tuiles bleues, blanches et vertes.

La décoration principale se trouve sur le portail, sur la façade centrale, en carreaux de majolique avec des motifs floraux “islimi” ainsi que des motifs similaires, qui ne sont sculptés que maintenant, sur la porte d’entrée à deux battants.

Sur une dalle de marbre placée dans le cartouche au-dessus de la porte d’entrée se trouve une inscription en caractères arabes. À l’époque où la madrassa était active, 42 étudiants y étudiaient. Depuis 1979, la madrassa Matniyaz Divan Begi est utilisée comme restaurant et forme avec la madrassa Muhammad Aminkhan (en tant qu’hôtel touristique) le complexe touristique “Khiva”, qui convient aux touristes locaux et étrangers.

Les dimensions générales de la madrassa : longueur 36,4 m, largeur 31,8 m. La cour de la madrassa, longueur 21 mètres, largeur 17 mètres.

Lieux d’intérêt
Matpanabay Medrese in Chiwa

Khiva - Madrassa Matpanabay

Khiva - Madrassa Matpanabay

La madrassa Matpanabay (1905) est située au nord de la mosquée Juma à Khiva. Cette madrassa a été construite par l’un des riches marchands du Khanat de la Madrassa Matpanabay en 1905.

La construction de la madrassa Matpanabay a été réalisée par les meilleurs artisans de Khiva, Khudaybergen Hodji et Kalandar Kochum. Le portail de la madrassa est orienté vers l’est et un couloir d’accès à la madrassa se trouve sur le côté sud. Vue de dessus, la madrassa apparaît symétrique le long de son axe central est-ouest, avec un détail: il manque une pièce dans l’angle nord-ouest.

La façade principale présente un petit portail et un relief indistinct qui divise l’arcade en niches. La madrassa compte plus de dix hujrasas pour les étudiants, une darskhona et une mosquée à coupole dans le sud. Les descendants de Matpanabay vivent dans la ville de Tashauz, au Turkménistan.

En 2001, l’exposition du musée de l’histoire de “Avesta” a été ouverte dans les salles de la madrassa, consacrée au 2700ème anniversaire de la création de ce célèbre livre des anciens Khorezmiens. “Avesta” est non seulement un ouvrage historique inestimable qui a enregistré les points de vue et les concepts religieux de nos ancêtres, mais aussi une source historique unique, en même temps qu’elle est vénérée par la communauté scientifique mondiale comme un patrimoine historique inestimable.

C’est pourquoi l’organisation internationale UNESCO a décidé, lors de sa 30e session à Paris en novembre 1999, de célébrer en grand le 2700e anniversaire de l’Avesta.

Les célébrations de cet anniversaire ont eu lieu dans la patrie d’Avesta en Ouzbékistan, plus précisément à Khorezm. En visitant le musée “Avesta”, vous obtiendrez de nombreuses informations sur la plus ancienne histoire, le mode de vie, les rites et les coutumes, la culture spirituelle, la science et d’autres domaines concernant la vie des peuples d’Asie centrale et de l’Orient en général.

Lieux d’intérêt
Medrese Mazari Sharif in Chiwa

Khiva - Madrassa Mazari Sharif

Khiva - Madrassa Mazari Sharif

La madrassa Mazari Sharif (1882) est située à Khiva, au sud-est du complexe Pahlavan Mahmud. Elle a été construite par le maître Qalandar Kachim sur ordre de Muhammad Rahimkhan II. La madrassa Atajanbay est adjacente à la madrassa Mazari Sharif à l’est. L’entrée de la madrassa se trouve dans le mur sud, par une galerie arquée avec une grande arche donnant sur la cour. Seul le portail d’entrée est décoré de briques vertes émaillées. Rahimkulikhan avait un fils nommé Isa Tura, il a été Khokim de Tashauz (ville sur le territoire de la Turkménie) pendant un certain temps et a construit une madrassa à son nom près du mausolée de Pahlavan Mahmoud, qui est appelé “Mazari Sharif” (“Tombeau du Noble”).

Il existe une légende à ce sujet. On raconte qu’Isa Tura est tombé malade dans la ville d’Istanbul au cours d’un pèlerinage à la Mecque, puis qu’il a été placé dans un kajawa (sorte de brancard pour transporter les souverains et les dignitaires de la cour) et ainsi transporté au Hajj et ramené.

A son retour à Khiva, il a raconté au Khan ce qui s’était passé. Muhammad Rahimhan Sani (Feruz), qui était alors sur le trône du Khan, a dit à Isa Tura que “l’on doit supporter des épreuves en chemin lors d’un pèlerinage”. Le temps a passé et Isa Tura, suivant le conseil du Khan, s’est bien préparé et est reparti en pèlerinage (Hajj) à la Mecque. A son retour du Hajj, Isa Tura tombe à nouveau malade, mais déjà dans la ville de Mazari Sharif (ville située dans le territoire du nord de l’Afghanistan). Après sa guérison à Khiva, le fils du Khan a construit une petite madrassa, appelée Mazari Sharif, en l’honneur de cette ville pour ses proches.

Lieux d’intérêt
Muhammad Amin Inaq Medrese in Chiwa

Khiva - Madrassa Muhammad Amin Inaq

Khiva - Madrassa Muhammad Amin Inaq

La madrassa Muhammad Amin Inaq est située en face de l’angle ouest de Tash Hauli à Ichan Qala de Khiva. Elle a été construite en 1785 par Muhammad Amin Inaq, qui a posé les fondations de la dynastie des Kungrat Khans, dont le fils Kutli Murad (Bala Khan) a été tué dans une lutte pour le trône et est enterré ici.

Vue d’en haut, la madrassa a la forme d’un rectangle étiré dans le sens transversal. Le principe principal de la structure a été conservé, à savoir la disposition des hudjras résidentiels autour d’une cour et d’une salle commune à l’entrée.

Le portail divise proportionnellement la façade en deux ailes d’un étage avec des niches et des tours (guldasta) inutilisées sur les côtés. Selon la légende, l’une des salles de la madrassa contient le tombeau de Muhammad Amin Inaq lui-même ou de son fils cadet Kutlug Murad Bala khan.

En 1935, certains bâtiments historiques de Khiva sont tombés en ruine. Selon les habitants de Khiva de l’époque, qui travaillaient à la restauration des structures, deux tombes ont été retrouvées dans la madrassa Muhammad Amin Inaq.

Les corps dans la tombe étaient bien conservés, à part les linceuls, ils étaient aussi enveloppés de peau d’animaux. La tombe contient plus de vingt hujjras et possède un haut portail à l’avant sans ornementation.

Le complexe comporte un escalier de tuiles cuites carrées de chaque côté du hall d’entrée menant au toit de la madrassa. En face de cette madrassa à Khiva, la madrassa Fazilbiy a été construite en 1799, avec sa façade centrale qui fait face à la madrassa de Muhammad Amin Inaq, qui formait avec elle le type traditionnel de madrassa Kosh en Orient.

Pendant le règne de Muhammad Amin Inaq, Fazilbiy a servi en tant qu’émir al-Umaro – commandant en chef des troupes du Khiva Khanate, et son salaire annuel était de 500 tilla – pièces d’or.

Le bâtiment de la madrassa a été détruit en 1945 – 1955. La madrassa Muhammad Amin Inaq a été restaurée à la fin des années 1980, son intérieur étant décoré de façon colorée avec les motifs Gansh de Khiva, après que la cour ait été redécorée en une salle de mariage pour les citoyens de Khiva.

L’intérieur du bâtiment est magnifique et unique.

Lieux d’intérêt
Medrese Matrasulboy Mizaboshi in Chiwa

Khiva - Madrassa Muhammad Matrasulboy Mirzaboshi

Khiva - Madrassa Muhammad Matrasulboy Mirzaboshi

La madrassa Muhammad Matrasulboy Mirzaboshi (1905) est située en face des murs occidentaux de la madrassa Sherghazi Khan à Khiva. La madrassa a été construite par Muhammad Matrasulboy Mirzaboshi, le fils du poète et compositeur de Khiva Muhammad Niyaz Mirzaboshi (Komil Khorazmi).

Muhammad Rasul Mirzaboshi a construit sa madrassa en face de l’extrémité du Karikhan, située au sud-ouest du mausolée Pahlavan Mahmud. Elle a été construite sous la forme d’une madrassa traditionnelle, sans aucune ornementation, avec une porte basse orientée vers le nord. En raison de sa petite taille et de son apparence modeste, il fait partie des nombreuses structures qui font partie du complexe du Mausolée Pahlavan Mahmoud.

La madrassa a une structure simple et une forme trapézoïdale. Le vestibule d’entrée consiste en une seule pièce. Le vestibule d’entrée se fait par une ouverture de forme rectangulaire. Dans une pièce à gauche de l’entrée se trouve un tombeau (probablement le lieu de sépulture de Muhammad Rasul Mirzaboshi). Il y a au total trois cellules de tailles différentes dans la madrassa. Dans l’angle sud-ouest de la cour se trouve une petite mosquée en forme de quadrilatère. Entre-temps, un nouvel aiwan y a été construit.

Muhammad Rasul Mirzaboshi est né en 1839. Il a reçu son éducation primaire de son père Komil Khorazmi et a ensuite obtenu un diplôme de la madrassa et de l’école russe. Qazi Abdullah lui a enseigné les langues étrangères. Il parlait parfaitement le persan et l’arabe et connaissait la poésie orientale classique.

En 1906, avec l’aide de son père, il fonde une notation musicale pour les instruments à percussion, la première en Asie centrale.

Khiva porte à juste titre le titre de ville-musée, car tout visiteur est sûr de trouver des monuments intéressants et historiques de la culture de la population musulmane historique et des ensembles architecturaux anciens construits ici à différentes périodes de la formation de la ville.

Lieux d’intérêt
Musa Tura Medrese in Chiwa

Khiva - Madrassa Musa Tura

Khiva - Madrassa Musa Tura

La madrassa Musa Tura est située au centre de Ichan Qala à Khiva, à côté de la madrassa Yusuf Yasaulboshi. La madrassa a été construite en 1841 sur les instructions de Musa Tura, le fils de Rahmankuli Inak, le petit-fils de Muhammad Rahim Khan I et le neveu d’Allahkuli Khan.

Le mot Tura a été ajouté aux noms des descendants de la dynastie Khan. En 1855, Musa Tura a été tué au cours d’une bataille avec les Yomuds turkmènes et enterré à Khiva, dans sa madrassa. La madrassa a une forme trapézoïdale lorsqu’elle est vue de haut. Elle comporte deux cours, un vestibule à deux dômes, des hujshras, une mosquée et une darskhona.

Le bâtiment a été restauré et sert aujourd’hui de boutique d’artisanat.

Selon une ancienne légende, la ville de Khiva a été construite autour d’un puits creusé par l’un des descendants du Noé biblique. Selon la légende, l’eau de ce puits était particulièrement pure et délicieuse. Il se trouve toujours dans la ville et est l’un des monuments de l’Antiquité. Khiva a été fondée il y a plus de 2,5 siècles, après quoi elle est devenue l’un des établissements les plus riches et les plus prospères du Khorezm. Au début de son développement, la ville a été succédée par différentes dynasties dirigeantes, elle a été conquise à plusieurs reprises par des tribus guerrières, et au début du XIIIe siècle, les troupes de Gengis Khan ont détruit presque toute la ville.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la ville est devenue le centre du khanat de Khiva et la seconde période de développement et de prospérité, l’un des centres les plus importants et les plus vastes de l’Islam en Orient. La ville est riche en monuments magnifiques, parmi lesquels on peut découvrir des bâtiments tant séculiers que religieux.

Lieux d’intérêt

Khiva - Madrassa Polvon Qori

Khiva - Madrassa Polvon Qori

La madrassa Polvon Qori a été construite à Khiva en 1905 du XXe siècle. Elle est située à l’intersection des rues Polvon Qori et Karieva. Elle a été construite par un riche marchand de Khiva, Polvon Qori, un des confidents de Mohammed Rahim-khan II.

Il a joué un rôle important dans l’établissement de relations commerciales avec la Russie, Boukhara et la Turquie. Polvon Qori a décidé de construire ce complexe avec les bénéfices du commerce. La madrassa se compose de 17 hujrasas, de mosquées d’été et d’hiver et d’un haut minaret.

Les éléments décoratifs sont concentrés uniquement sur la façade principale. La partie supérieure du portail est ornée de carreaux verts, tandis que les tours d’angle ont de petits dômes verts.

Le minaret de Polvon Qori est situé dans la partie orientale de Dishan-Kala à Khiva, à côté du complexe de Seyid Biya, qui comprend une mosquée, un minaret et une madrassa à deux étages. La structure est intéressante principalement parce qu’elle est étonnamment différente du type traditionnel de minarets de Khiva et qu’elle est beaucoup plus étroite au sommet.

Selon une ancienne légende, la ville de Khiva a été construite autour d’un puits creusé par l’un des descendants du Noé biblique. Selon la légende, l’eau de ce puits était particulièrement pure et délicieuse. Il se trouve toujours dans la ville et est l’un des monuments de l’Antiquité. Khiva a été fondée il y a plus de 2,5 siècles, après quoi elle est devenue l’un des établissements les plus riches et les plus prospères du Khorezm. Au début de son développement, la ville a été succédée par différentes dynasties dirigeantes, elle a été conquise à plusieurs reprises par des tribus guerrières, et au début du XIIIe siècle, les troupes de Gengis Khan ont détruit presque toute la ville.

Lieux d’intérêt

Khiva - Madrassa Sayyid Muhammad Khan

Khiva - Madrassa Sayyid Muhammad Khan

La madrassa Sayyid Muhammad-Khan se trouve dans l’un des lieux pittoresques d’Ichan Kala à Khiva. Le bâtiment a été construit en 1876 après la mort de Khan Sayyid Muhammad de Khiva par son fils Sayyid Muhammad Rahim-khan II sous la direction de Muhammad Murat – le chef de l’armée du Khan.

La madrassa se compose de deux cours : une cour intérieure et une cour extérieure. La cour extérieure est entourée de cellules d’un étage et a une forme rectangulaire. À l’entrée se trouve une façade de deux étages revêtue de tuiles blanches et bleues, flanquée d’inhabituelles tours vertes. La madrassa abrite également une mosquée d’hiver et d’été, une bibliothèque, une darskhona (salle d’étude) et diverses pièces annexes. Sayyid Muhammad-Khan était le dixième souverain de la dynastie des Kungrat de la Khiva Khanate, qui a régné de 1856 à 1864. Sous le règne de Sayyid Muhammad-Khan, un belvédère (kurnishkhona) a été construit à Khiva et le commerce, l’artisanat et la science y étaient bien développés.

Pendant son règne, l’éminent historien Agakhi a vécu à Khiva et a écrit l’histoire de Khorezm. La madrassa Sayyid Muhammad-Khan est une création architecturale et l’une des plus magnifiques madrassa de Khiva.

Saïd Muhammad-khan (1823-1864), qui a régné de 1856 à 1864, était le dixième souverain de la dynastie ouzbèke Kungrat dans le khanat de Khiva.

En 1855, Muhammad Amin-khan, le souverain de Khiva, a été tragiquement tué dans la bataille de Serakhs. Après sa mort, le pouvoir dans le Khorezm passa à Abdulla-khan (1855), mais il mourut également six mois plus tard au cours d’une bataille avec les tribus nomades. Puis Kutlug Murad-khan monta sur le trône. Il a été assassiné lors d’une tentative d’assassinat.

Après sa mort en 1856, le fils de Muhammad Rahim-khan, Sayyid Muhammad-khan (1856-1864), est arrivé au pouvoir dans le Khiva Khanate. Il a ramené l’ordre dans l’État et a empêché les attaques des tribus nomades.

Sous le règne de Sayyid Muhammad-khan, il a maintenu des relations diplomatiques avec la Russie, l’Empire ottoman, l’Iran et l’Afghanistan. En 1858, l’envoyé russe N.P. Ignatiev se rend à Khiva.

En 1863, Sayyid Muhammad-khan reçoit le célèbre voyageur Hermann Wamberi.

En 1864, son fils Muhammad Rahim-khan II (1864-1910) arrive au pouvoir.

Lieux d’intérêt

Khiva - Madrassa Turt Shaffaz

Khiva - Madrassa Turt Shaffaz

La madrassa Turt Shaffaz est située à Dishan-Kala (ville extérieure de Khiva), à l’intersection de la rue Allaberganov et de la rue Turt Shaffaz. La construction de la madrassa Turt Shaffaz à Khiva a commencé en 1875 et s’est achevée en 1885, sous le règne de Muhammad Rahim Khan II.

Il s’agissait d’un mémorial culte. Aujourd’hui, il y a trois madrassas, une mosquée, un étang, un minaret et un mausolée. Les structures sont disposées autour d’un étang carré avec des arbres le long du périmètre.

La partie centrale de l’ensemble est la mosquée, un bâtiment à quatre colonnes en forme de dôme avec des aïwan sur la façade, ses colonnes étant décorées de sculptures sur bois. La mosquée possède un petit minaret.

Le complexe comprend trois madrassa délabrées avec des entrées murées. Elles sont utilisées comme cimetière, tout comme le mausolée de Mazar. Isfandiyar Khan et ses trois commandants militaires y ont été enterrés.

Et c’est pourquoi les gens appellent ce complexe “Turt Shaffaz” (quatre guerriers).

Isfandiyar Khan – Khan de Khiva en 1910-1918, le douzième souverain de la dynastie ouzbèke des Kungrat dans le khanat de Khiva.

Il est né en 1871. En 1910, après la mort de son père – Muhammad Rahim-khan II, Isfandiyar Khan est arrivé au pouvoir à Khorezm. Contrairement à son père, il ne s’est pas distingué par des talents particuliers. Pendant son règne, Islam Hodja, le vizir – premier ministre – à l’esprit ouvert, a joué un rôle majeur dans l’État. Il a financé la construction d’une usine de purification du coton, d’un hôpital, d’une pharmacie, d’un bureau de poste, d’un télégraphe et d’une école laïque à Khiva. En 1908-1910, Islam Hodja a construit une usine de coton, un hôpital, une pharmacie, un bureau de poste et une école laïque. Islam Hodja a construit un ensemble de la plus petite madrassa et du plus haut minaret de Khiva, au sud-est d’Ichan-Qala. Islam Hodja a été assassiné par la suite, non sans qu’Isfandiyar Khan le sache.

Lieux d’intérêt
Abdal Bobo Mausoleum in Khiva

Khiva - Mausolée Abdal Bobo

Khiva - Mausolée Abdal Bobo

Le mausolée Abdal Bobo, construit entre le VIIIe et le XVIIIe siècle à Khiva, est situé dans la partie orientale de Dishan Qala (ville extérieure), au sud de la madrasa Abdullah Nosfurush et à l’est de la madrasa Palvon Qori. Ce mausolée a été construit en l’honneur de Abdal Bobo, dont le vrai nom était Polvon Ahmad Zamchiy.

Après l’invasion arabe, Abdal Bobo est devenu l’un des partisans de la religion islamique à Khiva. Après sa mort, une mosquée d’hiver et d’été, un minaret et un étang ont été construits autour de son lieu de sépulture. Le mausolée d’Abdal Bobo à Khiva a été construit dans le style de Boukhara.

Ahmad Zamchiy est un descendant du prophète Muhammad (s.a.w.) de la part de Hazrat Ali. Ahmad Zamchiy était un contemporain d’Abu Muslim Qutayba – on trouve des informations sur leurs batailles communes dans diverses sources. Il a rendu de grands services à la propagation de l’Islam dans des villes historiques de l’Ouzbékistan actuel telles que Karshi, Boukhara, Miyankol et Samarkand.

Selon les légendes, on sait qu’il (Ahmad Zamchiy) est descendu à la grotte de Shahi Zinda à Samarqand et a participé aux batailles de “Loy” à Boukhara. Après sa mort, de nombreux dirigeants de villes ont rêvé de l’enterrer dans leur ville.

Selon le testament d’Ahmad Zamchiy, sept tobutes (cercueils) ont été préparés et ces tobutes ont été envoyés dans sept villes. Ce qui est intéressant, c’est que lorsque ces tobutes ont été ouverts, il y avait un cadavre dans chacun d’eux.

Lieux d’intérêt
Ichan Qala - Khiva

Khiva - Mausolée Chakhimardon

Khiva - Mausolée Chakhimardon

Le mausolée de Chakhimardon, construit au XVIIIe siècle, est situé à 500 mètres à l’ouest de Dishan-Kala, sur le territoire de la ferme collective Pakhlovon Makhmud du district de Khiva, dans la région de Khorezm. Au XVIIIe siècle, le mausolée de Pakhlovon Siècle, un cimetière a été construit autour du mausolée. Les gens associent ce lieu au nom de Hazrat Ali, le beau-fils du Prophète. En fait, les premiers à être enterrés ici étaient les braves guerriers du Khoresm Shah. Le mausolée Sсhaсhimardon est la partie centrale du complexe commémoratif, qui comprend également une medrese (fin du XIXe siècle) et une karikhona (1908). On y trouve également un Toz Mahram et un Shahsufar Mahram Medrese ainsi qu’un mausolée où sont enterrés les membres de la famille Toz Mahram.

Le mausolée Chakhimardon de Khiva a été fermé pendant la période soviétique dans le cadre de la politique anti-islamique des autorités. Cependant, il a continué à être visité par les fidèles. Le 27 mars 1945, par le décret n° 410, le Conseil des Commissaires du peuple de la RSS d’Ouzbékistan a transféré de la Direction de l’architecture relevant du Conseil des Commissaires du peuple de la RSS d’Ouzbékistan au Conseil spirituel des musulmans d’Asie centrale et du Kazakhstan (SADUM) sept des mazars les plus fréquentés, dont celui de Shakhimardon. Shakhimardon a été officiellement utilisé par le clergé musulman pendant une courte période. Pendant cette période, un hôtel et une station balnéaire ont été construits au Mausolée de SADUM Shaсhimardon. Le décret n° 9363-rs du Conseil des ministres de l’URSS du 18 juin 1950 a permis aux autorités ouzbèkes de retirer Shaсhimardon de SADUM. Cependant, Shakhimardon est resté fermé uniquement sur le papier. Le directeur de l’une des écoles soviétiques et le secrétaire de l’une des organisations du VKP(b) devinrent le cheikh du mausolée Chakhimardon officiellement fermé.

Lieux d’intérêt

Khiva - Mausolée Cheikh Qalandar Bobo

Khiva - Mausolée Cheikh Qalandar Bobo

Le mausolée de Cheikh Qalandar Bobo a été construit au 16ème siècle, il est situé au sud-ouest de la madrasa Bikanjan Bika et a été construit au centre du cimetière du même nom, qui appartient à l’établissement Dishan Qala à Khiva.

Selon la légende, le cheikh Qalandar Bobo était un cheikh soufi qui est venu à Khiva avec ses deux frères darvish. Le mausolée possède un portail à coupole unique et un tombeau ; il a été restauré en 1997.

Khiva est la ville des légendes, des histoires mystérieuses et des mythes. De nombreux grands noms et personnalités semi-mythiques ont vécu, étudié et créé dans cette terre. Ils sont restés dans la mémoire des gens à travers leurs actes et leurs actions et sont devenus une partie inséparable de l’histoire de la région.

Le cheikh Qalandar Bobo était l’une de ces célèbres personnalités du Khorezm. Selon la légende, c’était un cheikh soufi qui a beaucoup voyagé et a visité de nombreux pays. Il s’est finalement installé à Khiva, où il a enseigné les principes du soufisme et renforcé la foi en l’islam. Le cheikh Qalandar Bobo était connu pour sa modestie, son style de vie ascétique et, avec ses deux frères, il aidait les nécessiteux. Après sa mort, le cheikh a été enterré dans le cimetière près de la madrasa Bikanjan Bika, et à la fin du 19e siècle, un complexe commémoratif a été construit ici : une madrasa avec un minaret. Les bâtiments ne se distinguent pas par un style, une conception ou une décoration particulière, car ils conviennent en principe au lieu de sépulture d’un représentant du soufisme.

Le mausolée de Khiva, où est enterré le Cheikh Qalandar Bobo, date du XVIe siècle. À une certaine époque, le mausolée était assez grand et contenait plusieurs tombes. Selon la tradition médiévale, une madrasa et un minaret ont été construits à proximité au XIXe siècle. Du mausolée lui-même, cependant, il reste la structure en forme de coupole avec un portail, la madrasa ultérieure et le minaret. Le minaret a une hauteur de dix-huit mètres et un diamètre de six mètres à la base. La madrasa elle-même est petite et dans la cour se trouvent les cellules où vivaient les étudiants et les professeurs. En visitant les salles de classe, on peut comprendre comment se déroulaient les cours et ce qui était utilisé pour eux. Après la dernière reconstruction en 1997, le complexe est ouvert pour recevoir des visiteurs.

Lieux d’intérêt
Mausoleum Sayid Alauddin in Khiva

Khiva - Mausolée de Sayid Alauddin

Khiva - Mausolée de Sayid Alauddin

Le mausolée Sayid Alauddin est l’un des premiers monuments de la ville de Khiva, qui nous est parvenu sous une forme plutôt déformée et reconstruite et qui appartient au développement d’Ichan-Qala. Le fait même que le mausolée ait été à moitié enterré dans les couches culturelles indique l’ancienneté du monument.

Cependant, la forme originale du mausolée et l’époque de sa construction restent incertaines. Une inscription sur l’une des pierres tombales suggère que Sayid Alauddin est mort en l’an 702 (1303 après J.-C.) de la Hijrah. Le mausolée au-dessus de la tombe du Cheikh n’a pu être construit que dans la seconde moitié du XIVe siècle, car la croyance populaire associe sa construction au nom d’Amir Kulol, mort en 1380.

Plus tard, une pièce carrée (Ziyaratkhona) a été ajoutée au mausolée par l’ouest et l’entrée du complexe a été construite par le côté nord. Tous ces changements radicaux ont été effectués sur l’ordre d’Allakulikhan (1825 – 1842).

En relation avec l’enterrement de Khan Sayid Muhammad-Khan (1819 – 1863), qui était vénéré par le Cheikh, la dakhma (socle surélevé) et deux saganas (tombes) y ont apparemment été construites ensemble pour deux tombes.

L’affrontement du dakhma et des saganas est dans les meilleures traditions de la majolique à Choresm dans le ХIV. Jh. exécuté. Le motif de la majolique est proche des motifs du mausolée de Nadschmiddin Kubro (années 30 du siècle ХIV), qui ont induit les chercheurs en erreur.

En fait, la décoration en majolique de la dakhma et de la sagane du mausolée de Sayid Alauddin a été réalisée dans les années 1960. L’architecture du mausolée est tout à fait ordinaire ; les murs, les coupoles, les trompettes à gradins sont tous en brique et n’ont pas de parement.

Lors des fouilles archéologiques, les restes de céramiques sculptées du bâtiment d’origine ont été découverts. Ainsi, l’aspect actuel du mausolée de Sayid Alauddin peut être attribué à la période de la nouvelle renaissance de l’architecture à Khiva (Khorezm), c’est-à-dire à la première moitié du XIXe siècle.

Le monument a été restauré en 1825. Le bâtiment a grandi dans l’épaisseur des couches archéologiques. Au début, c’était un Gurkhan à portique, où une structure octogonale particulière en sous-dôme avec la stalactite en cantilever remplissait les coins.

Après un certain temps, un dôme de portail plus grand, Ziyaratkhana, a été ajouté. A Gurkhana se trouvent des pierres tombales (XIVe siècle.), des majoliques enduites, avec polychromie et relief se distinguent par une ornementation florale et végétale dense et la reliure d’inscriptions arabes.

Le mausolée de Sayid Alauddin à Khiva se compose de deux salles sous coupole reliées entre elles, dont l’une sert de mausolée à Sayid Alauddin et l’autre de khanaka. Un portail bas, portant les marques distinctes de la reconstruction ultérieure, mène à un grand khanaka carré, qui a ensuite été transformé en mosquée.

Le khanaka a un haut plafond en forme de dôme. La face du mur ouest est couverte de versets persans ; les passages de ces versets qui nous intéressent le plus se lisent comme suit : “Pendant un certain temps, il a habité à Kaba (à la Mecque) et est finalement venu ici. Il s’appelle Sheikh Alauddin – une perle unique de la mer des sciences. Ce gumbaz a été construit dans le passé et rivalise avec les dômes du ciel. Il a été construit par Emir Kulol”.

Il est également indiqué que le Gumbaz a été rénové sous le règne d’Allakuli-Khan (1825-1842). Ici, l’expression sert de date et désigne l’année 1241 (1825), c’est-à-dire l’année des travaux de réparation. À cette époque, le portail effondré a été restauré, les plafonds en dôme ont été réparés et la pierre tombale en albâtre décrite ci-dessous a été restaurée.

Au milieu du mur oriental du Khanaka se trouve une arche large mais basse et pointue qui mène à une petite pièce simple avec une pierre tombale (sagana) de Sayyid Alauddin. La tombe se présente sous la forme d’un parallélépipède de briques cuites et est bordée de carreaux émaillés à faible relief sous glaçure.

Ses coins sont décorés de demi-colonnes sur lesquelles repose une petite corniche et les surfaces murales sont divisées en champs ornementaux par des cadres rectangulaires simples. La tombe fait 1,25 m de haut, 1,20 m de large et 2 m de long.

Au-dessus, deux répliques miniatures identiques de pierres tombales en forme de voûte en lancette de pierres tombales modernes communes des cimetières musulmans d’Asie centrale se dressent parallèlement l’une à l’autre.

Les murs des deux “pierres tombales” sont recouverts de carreaux coulés avec des inscriptions en relief de versets arabes dans une écriture complexe de Khati-Sulus, contenant le nom et l’heure de la mort du cheikh. L’ornementation en relief de l’ensemble de la tombe se compose de branches, de feuillages et de demi-teintes florales entrelacés, exécutés dans des tons blanc-verdâtre qui s’harmonisent étonnamment bien avec la couleur bleue du fond.

Selon l’inscription sur la pierre tombale, Sayid Allaudin est mort en 702, soit en 1303 après J.-C. Il est notamment mentionné par l’imam Yafi et Ahmad Razi, un biographe de la seconde moitié du XIVe siècle, dans son énumération des cheikhs du Khoresm.

L’émir-Kulol, célèbre mystique de l’ordre des Naqshbandi et professeur de Bakhauddin, auquel l’inscription Khanaka du 19e siècle attribue la construction de ce Gumbaz, est mort en 1380 après J.-C. Il était riche et faisait autorité parmi l’élite dirigeante de l’époque.

C’était l’époque du triomphe des ordres réactionnaires des Cheikhs, qui trouvèrent un solide soutien financier et administratif auprès de la noblesse mongole et qui asservirent et exploitèrent avec rage la population des villes et des villages d’Asie centrale.

Cette noblesse avait besoin de l’aide du clergé local pour justifier idéologiquement son règne. Les Mongols et leurs représentants de la noblesse locale ont construit de nombreux khanakas et mausolées pour les morts et les cheikhs vénérés vivants, accompagnés de dons importants de terres, d’aryks (canaux d’eau) et de villages, dont les recettes ont été utilisées pour soutenir toutes sortes de darvish et de cheikhs.

Par exemple, le plus ancien document du Waqf de Khoresm, aujourd’hui conservé dans la bibliothèque du musée de Khiva, informe que Timur Kutluk, vice-roi du Khan de la Horde d’Or, a construit pour le Cheikh Sulayman Haddadi deux grands khanaka, dont l’un était situé au pied de la colline de Mizdahkan et l’autre quelque part près de la ville de Khiva.

Il a fait don de deux parcelles de terre pour l’entretien de ces khanakas, dont les revenus équivalaient à 55 000 cannes de blé par an. Il est possible que le mausolée de Sayid Alauddin ait en fait été construit aux dépens du riche cheikh Emir Kulol, mais rien dans sa biographie plutôt détaillée n’indique qu’il ait visité Khiva ou qu’il ait participé aux travaux de construction à cet endroit.

En tout cas, la période de construction du mausolée indiquée dans l’inscription d’Allakuli-khan trouve une confirmation directe dans le style et la technique de la pierre tombale de Sayid Alauddin. Cette dernière est à cet égard étroitement liée à la pierre tombale de Najmeddin Kubro à Kunya-Urgench.

Un parallèle étroit se retrouve dans la façade de verre de Turkan-Aka, le mausolée de la sœur de Temur à Samarkand, qui est recouverte de carreaux en relief. Il n’y a aucune raison de douter que ces émaux, parmi les meilleurs en termes de qualité et d’exécution artistique, sont apparus à Khorezm pendant la période de la Horde d’or, étaient connus dans d’autres régions d’Asie centrale à l’époque de Timur, et ont disparu au début du XVe siècle.

La tombe de Najmeddin Kubro date des années quarante du XIVe siècle, et le mausolée de Turkan Aka – de la seconde moitié du XIVe siècle. Il est évident que la fabrication de la pierre tombale de Sayid Alauddin et, comme on le verra, la construction du mausolée Sayid Alauddin lui-même peuvent également être attribuées à cette date.

Les principaux détails structurels tels que les tambours, les dômes et la forme des arcs suggèrent que le bâtiment a été construit en même temps que la pierre tombale. Le plan du bâtiment est intéressant, car il s’agit d’un bâtiment à plusieurs dômes du type que nous regroupons traditionnellement sous le terme de “Gumbaz”.

Le gumbaz du cheikh Mukhtar 30 (m. 1288) dans le village d’Astana, dans le district de Yangi-Aryk, dans la région de Khorezm, dont la construction est également attribuée à l’émir Kulol, appartient également à ce type de bâtiment. Il se compose d’une mosquée, d’un khonako et d’un mausolée, et ne diffère du Gumbaz de Sayid Alauddin que par son échelle plus importante.

La même disposition et composition architecturale donne un célèbre gumbaz Sheikh Sayfiddin-Bokharazi (mosquée, khanaka, mausolée) près des montagnes de Boukhara. Il a été construit sur ordre de l’épouse royale mongole Tuli-khan.

D’autres monuments du Khorezm datent de cette époque : le mausolée de Sheikh-Abbas (mosquée, mausolée et khanaka) dans la ville de Shabaza et le mausolée de Narindjan-Bobo (mosquée, mausolée et khanaka) dans le district de Turtkul, Karakalpakstan, qui ont été construits au 14ème siècle après J.-C.

Ces observations indiquent que les bâtiments de culte de ce type de complexe n’étaient pas très répandus jusqu’au XIVe siècle.

Lieux d’intérêt
Pahlavon Mahmud Mausoleum in Khiva

Khiva - Mausolée Pahlavon Mahmud

Khiva - Mausolée Pahlavon Mahmud

Le mausolée Pahlavon Mahmud est le plus grand dôme à Khiva. La structure d’Ichan-Qala est recouverte de tuiles émaillées bleues et possède un dessus doré étincelant. Pahlavon Mahmud (1247 – 1326) est né à Khiva.

De n’importe où à Ichan-Qala, vous pouvez voir le seul dôme turquoise de la ville de Khiva, haut sur un tambour – le dôme Khanaka sur la tombe de Pahlavon Mahmoud – poète et penseur, philosophe et lutteur professionnel.

Le mausolée a été construit en l’honneur du célèbre poète de Khiva et d’un homme connu pour sa force héroïque, Pahlavon Mahmud.

Il existe des légendes sur sa force et son courage. Pahlavan Mahmud, comme tous les philosophes de l’époque, avait une profession qui faisait vivre sa famille. Il était fourreur et cousait des manteaux de fourrure.

Le clergé musulman l’a élevé au rang de saint après sa mort. Au début, le mausolée était modeste et petit, mais il est rapidement devenu un lieu de pèlerinage avec de nombreux hujras, khanakas et mosquées.

Au XVIIe siècle, le portail d’entrée du mausolée a été construit sur le côté sud. Les membres du Khan de la famille de Khiva ont été enterrés dans le tombeau familial rattaché au mausolée Pahlavon Mahmud. Les pierres tombales en marbre d’Abdulaziz-khan (1663) et d’Anush-khan (1681) ont été transférées dans le nouveau bâtiment et placées derrière la niche funéraire de Muhammad Rahim-khan.

En 1719, Shergazi-khan a construit une nouvelle madrasa au sud du cimetière et l’a alignée sur le mausolée de Pahlavon Mahmud.

En 1810, après un raid réussi sur Kungrad, Muhammad Rahim-khan I a décidé de changer radicalement l’ensemble. Plus tard, le bâtiment a été étendu du mausolée original à l’est et en partie au sud.

Dans les œuvres de Shamsiddin Samii “Komus up-apam” de Lutf Alibek Ozar “Otashkada”, ainsi que dans le livre “Manokib”, on apprend qu’il a créé une masnaviy appelée “Konzul hakoyik” (“Trésor de la vérité”). Son rubai est très connu.

La poésie inestimable de Pahlavon Mahmud, qui a éduqué plusieurs générations, nous est parvenue à travers les siècles. Les livres comme “Hazrat Pahlavon Hikoyalari”, “Pahlavon Mahmud Manokiblari” ont été écrits sur la vie de l’ecclésiastique.

Dans le Khorezm, Pahlavon Mahmud était également connu sous le nom de Pahlavon Pir et dans les publications littéraires, il est connu sous le nom de Hazrat Pahlavon et de Mahmud Pirivaliy. Pahlavon Mahmud, serviteur de Tariqat, gagnait sa vie en tant que fourreur, tout comme Hazrat Bahauddin tissait des motifs multicolores sur des tissus. Car les serviteurs du Tariqat vivaient du fruit de leur travail. Ils ont adhéré aux saintes écritures du prophète Muhammad alayhissalom :

“Lisez le Coran et suivez-le.
Ne vous en séparez pas et efforcez-vous de le comprendre plus profondément.
Ne faites pas d’erreurs en vous livrant à vos propres spéculations,
Ne vous enrichissez pas en en faisant un moyen d’existence.

Comme en témoigne la légende, Pahlavon Mahmud a vécu en Iran et en Inde pendant plusieurs années. Selon “Manokib”, Pahlavon Mahmoud a combattu les ennemis de l’Inde et a sauvé de la mort le roi indien Raja Rapoy pendant la bataille.

Lorsque le roi voulut le remercier et lui demanda ce qu’il voulait, Pahlavon Mahmoud exprima sa seule requête, qui était de libérer les compatriotes captifs devenus prisonniers quelques années auparavant.

Le roi fut très surpris par la générosité de Pahlavon Mahmoud, car il était prêt à lui donner la moitié de son royaume et sa fille en mariage. Le roi a laissé partir les captifs et leur a donné de la nourriture et des chevaux pour le voyage. Pahlavon Mahmud et ses compatriotes retournent à Choresm.

Il a construit un mausolée avec son propre argent pour commémorer ses compatriotes morts dans les batailles contre les Tatars mongols et en a fait un lieu de pèlerinage. À la mort de Pahlavon Mahmoud, un mausolée a été construit sur sa tombe à Khiva.

Le parement de majolique qui orne le dôme, le portail d’entrée et la pierre tombale est la principale caractéristique de la structure. Les parements en majolique ont été créés par les maîtres qui étaient imprégnés de l’esprit de la poésie de Pahlavon Mahmud, comme s’ils essayaient de faire correspondre leurs étonnants motifs bleus et blancs aux poèmes du clerc.

Le tombeau de Pahlavon Mahmud a été élevé au rang de saint par le clergé et puisque le poète appartenait à la famille Kungrad. Au XIXe siècle, les Khans de Khiva l’ont élu saint de la dynastie des Kungrad.

Depuis lors, le complexe autour du mausolée est devenu un mémorial aux membres de la famille du Khan – Khans Abdulaziz, Shahniyaz, Muhammad Rahim Khan I, Temurgozi et d’autres souverains des 17 – 18 siècles sont enterrés ici.

Sous le règne d’Allakuli-Khan, le bâtiment a été décoré de lambris en majolique. En 1810, le maître Adina Muhammad Murad de Khozarasp a dirigé la construction.

Les lambris en majolique datent de 1825, lorsque l’autre côté de la galerie a été construit par Nur Muhammad, fils d’Usto Kalandar Khivaki, et par Sufi Muhammad, fils d’Abdal Jabbar.

L’auteur des dessins était Abdullah Jin et Nadir Muhammad a réalisé la porte en bois sculpté en 1893 – 1894. En 1913, un bâtiment de deux étages a été construit dans la cour devant le mausolée.

Dans les pièces de ce bâtiment se trouvent les tombes de la mère et des fils d’Isfandiyar-khan, ainsi qu’une tombe pour Isfandiyar lui-même. Selon la version acceptée, Isfandiyar est mort en dehors d’Ichan-Kala, dans le palais de Nurullabai et n’a pas été enterré dans le lieu préparé pour lui.

Son fils Temur Gazi, qui a été empoisonné, n’a pas non plus été enterré ici, mais dans le mausolée de Sayyid Mahir Jahan, à côté de son grand-père. La construction de ce magnifique complexe architectural a été complétée par l’érection d’aiwans avec des colonnes sculptées dans la partie sud-est de la cour.

Lieux d’intérêt
Mausoleum Said Muhammad Mahir in Khiva

Khiva - Mausolée Sayyid Muhammad Mahir

Khiva - Mausolée Sayyid Muhammad Mahir

Le mausolée Sayyid Muhammad Mahir est situé à Khiva et est considéré comme le tombeau familial des Khiva-Khans. Le complexe commémoratif se compose de trois groupes de structures monumentales, dont les tombes de certains Khiva-Khans. Syed Muhammad-khan, Muhammad Rahim-khan II (Feruz) et son petit-fils Temur Gazi Tura, fils d’Isfandiyar-khan ont été enterrés ici.

Trois années de travaux de restauration ont permis de reconstruire le bâtiment détruit par le temps. Dans ce travail de restaurateurs ont été ajoutés de nouveaux puzzles de décoration. Lors de l’excavation des tombes, on a trouvé ici plusieurs personnes qui ont été enterrées sans rites appropriés. Ces personnes ont peut-être été les premiers prédicateurs de l’Islam dans ces régions. Les scientifiques ne sont pas d’accord, et sur la date de construction de chaque élément du complexe. Ils ont prouvé que la construction a été réalisée en deux étapes. La partie la plus ancienne du complexe est le mausolée et c’est le plus ancien bâtiment religieux conservé en Asie Centrale.

Dans des voûtes spéciales autour du mausolée Sayyid Muhammad Mahir se trouvent les tombes des descendants des Khans de Khiva, de leurs femmes et de leurs enfants. Selon la légende, un cheikh soufi du nom de Chadirli Eshon y a vécu.

Après sa mort, il y a été enterré et le cimetière qui a été construit plus tard près de sa tombe est devenu connu sous le nom de Chadirli Eshon. Presque tous les éléments du mausolée (dômes, murs, trompettes à gradins) sont faits de briques crues sans décoration extérieure et les pierres tombales sont recouvertes de majolique dans le style traditionnel des Khorezm du XIVe siècle.

La façade principale est recouverte de mosaïques et les côtés sont décorés de tourelles guldasta, ce qui donne une impression de monumentalité. Les façades latérales sont agrémentées d’entrées voûtées. Le portail du bâtiment a une forme allongée non traditionnelle. Grâce à son emplacement, ainsi qu’à la présence d’une grande salle avec une bonne acoustique, elle a été le centre de la vie culturelle de Khiva pendant de nombreux siècles.

En 1825, le bâtiment a été restauré de manière drastique sur ordre d’Allakulikhan, de sorte que l’aspect actuel du mausolée fait référence à la période de la nouvelle renaissance de l’architecture au Khorezm (première moitié du XIXe siècle).

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Sayyid Muhammad-khan a ordonné de construire le mausolée sur la tombe du Cheikh. En conséquence, le complexe s’est transformé en tombeau familial des Khiva-Khans.

Lieux d’intérêt

Khiva - Mausolée Tugon Tura

Khiva - Mausolée Tugon Tura

Le mausolée Tugon Tura, construit au XIXe siècle, est situé dans la rue Yusuf Tashpulatov à Ichan-Kala de la ville de Khiva, en face de l’angle nord-ouest du palais Tash Hauli.

Selon les informations disponibles, le mausolée a été construit en l’honneur de Tugon Tura, qui descendait des musulmans turcs et était l’un des envoyés de Khiva de Qutayba ibn Muslim, qui a conquis le Khorezm en 712. Le mausolée a été restauré au XIXe siècle.

Dans la vieille ville, également appelée centre-ville, le nombre d’attractions est tout simplement phénoménal – on ne peut pas faire deux pas ici sans en rencontrer une nouvelle. Ils ont tous une histoire étonnante ainsi qu’un extérieur exquis et luxueux. Cela ne veut pas dire que la périphérie de la ville est inintéressante – il y a aussi beaucoup d’endroits à visiter. Mais si la ville extérieure n’est pas particulièrement bien préservée, le centre-ville se présente presque sous sa forme originale.

Selon une ancienne légende, la ville de Khiva a été construite autour d’un puits creusé par l’un des descendants du Noé biblique. Selon la légende, l’eau de ce puits était particulièrement pure et délicieuse. Il se trouve toujours dans la ville et est l’un des monuments de l’Antiquité. La fondation de Khiva a eu lieu il y a plus de 2,5 siècles, après quoi elle est devenue l’un des établissements les plus riches et les plus prospères du Khorezm. Au début de sa formation, la ville a été succédée par différentes dynasties dirigeantes, elle a été conquise à plusieurs reprises par des tribus guerrières, et au début du XIIIe siècle, les troupes de Gengis Khan ont détruit presque toute la ville.

Lieux d’intérêt

Khiva - Mausolée Yunus Khan

Khiva - Mausolée Yunus Khan

Le mausolée Yunus Khan a été construit à Khiva entre 1558 et 1559. Elle est située au sud de la Khoja Maram Medrese et fait partie du village Ichan-Kala de Khiva.

C’est un mausolée avec un portail à deux dômes et un tombeau. Les deux pièces sont couvertes de dômes coniques.

Il était l’un des prédécesseurs de la dynastie Khorezm-Khan. Yunus-Khan a été enterré dans une des pièces du mausolée de Khiva. On ne sait toujours pas qui est enterré dans la deuxième tombe.

Selon une ancienne légende, la ville de Khiva a été construite autour d’un puits creusé par l’un des descendants du Noé biblique. Selon la légende, l’eau de ce puits était particulièrement pure et délicieuse. Il se trouve toujours dans la ville et est l’un des monuments de l’Antiquité. La fondation de Khiva a eu lieu il y a plus de 2,5 siècles, après quoi elle est devenue l’un des établissements les plus riches et les plus prospères du Khorezm. Au début de son émergence, la ville a été succédée par différentes dynasties dirigeantes, elle a été conquise à plusieurs reprises par des tribus guerrières, et au début du XIIIe siècle, les troupes de Gengis Khan ont détruit presque toute la ville.

Au début du XIIIe siècle, la ville est devenue le centre du Khiva Khanate et la deuxième période de développement et de prospérité, l’un des plus importants et des plus grands centres de l’Islam en Orient. La ville est riche en monuments magnifiques, parmi lesquels vous pouvez découvrir des édifices tant séculaires que religieux.

Lieux d’intérêt
Abdal-Bobo in Chiwa

Khiva - Minaret Abdal-Bobo

Khiva - Minaret Abdal-Bobo

Le minaret Abdal-Bobo à Khiva est petit (hauteur – environ 10 m, diamètre à la base – 3, 2 m), mais impressionnant, avec un diamètre en forte diminution vers le haut : un tronc dodu couronné d’une élégante corniche – Charafa.

Sur la route de Koy-Darwaza se trouve un complexe architectural Abdal-Bobo, construit autour d’un petit cimetière de banlieue. Ici, sur la rive du Khauz, à côté d’une grande mosquée du quartier, se pratiquait la traite des esclaves.

Le minaret Abdal-Bobo du 18ème siècle, est situé dans la rue Ataeva à Dishan-Kala de Khiva. Il a été construit dans le cadre de l’ensemble du même nom après la mort de Pahlavan Ahmad Zamchi (de son vrai nom Abdal-Bobo).

Dishan-Kala est le nom de la ville historique “extérieure” de Khiva. La division traditionnelle de la ville en deux parties distinctes : une ville intérieure (Shahristan) – Ichan Kala (littéralement, cercle intérieur de défense) et une ville extérieure (Rabad) – Dishan Kala (cercle extérieur de défense). Contrairement à Ichan-Kala, qui a presque entièrement conservé son aspect extérieur, seules quelques portes des murs de défense extérieurs ont été conservées, en particulier la porte Kozh-Darwasa, à 500 mètres de la porte nord d’Ichan-Kala (Bagcha-Darwasa), ainsi que les portes Khazarasp-Darwasa et Gandimyan-Darwasa. Allakuli-khan a construit le rempart extérieur en 1842 pour se protéger contre les attaques des Yomuds (une des tribus turkmènes).

Selon le poète et traducteur Agahi, Allakuli-khan a construit les murs de Dishan-Kala en 3 ans et a obligé tous ses subordonnés à travailler gratuitement 12 jours par an. Plus de 200 000 personnes ont participé à la construction du mur. Les dimensions du mur extérieur étaient les suivantes : Longueur – 5650 m, hauteur – 6-8 mètres, épaisseur à la base – 4-6 mètres. Il est intéressant de savoir où tant d’argile a été prélevée pour la construction des murs. Les recherches ont révélé que l’argile a été extraite à deux kilomètres au nord de la ville, sur le territoire appelé Govuk-kul ; il y a maintenant un grand lac à cet endroit. Et même aujourd’hui, l’argile locale d’excellente qualité est utilisée par les potiers modernes. La légende veut que l’argile de cette région ait été utilisée dans la construction de Medina par le prophète Muhammad, et le lac qui a été créé plus tard est considéré comme sacré.

Lieux d’intérêt

Khiva - Minaret Chakhimardon

Khiva - Minaret Chakhimardon

Les minarets de Khiva occupent une place unique et très importante dans l’architecture. Ils créent un système clair de points de référence spatiaux dans la perception de la ville et marquent les sites des grandes mosquées, des madrasas et des complexes. Il n’est guère possible de considérer leur objectif direct – fournir une plate-forme surélevée pour la proclamation de l’azan, l’appel à la prière – comme la raison de leur multiplicité. Il est également douteux que les minarets ornés de tuiles à Khiva aient été principalement destinés à remplir la fonction de tour de guet. Le minaret symbolisait la puissance et la dignité de son constructeur – il marquait l’emplacement du bâtiment principal à partir duquel il a été créé, sous la forme d’une ligne verticale visible de loin. Le minaret Chakhimardon a été transformé en mausolée en 1512-1535, construit en l’honneur d’Elbarshahan à Khiva au milieu du 18ème siècle. Le minaret Chakhimardon est situé dans la colonie de Pakhlavan Makhmud dans le district de Khiva de la région de Khorezm. Selon les anciens, les Iraniens qui ont été tués lors de la prise de Khiva par Nodirshok en 1740 ont été enterrés dans ce cimetière. A cette époque, le minaret a été restauré. Ce minaret est l’un des plus petits minarets de Khiva, avec une hauteur de 5 mètres et un diamètre de 1,5 mètre.

Lieux d’intérêt
Khiva - Minareto Chilli Avliya

Khiva - Minaret Chilli Avliya

Khiva - Minaret Chilli Avliya

Le minaret Chilli Avliya a été construit au XIXe siècle dans la périphérie de Dishan-Kala à Khiva. Le minaret est situé à côté de la madrasa Chilli Avliya, à l’intersection de la rue Yakubova et appartient à la ville extérieure de Dishan-Kala.

Le minaret est construit en briques cuites, possède quatre ouvertures en arche avec des escaliers intérieurs et est décoré de ceintures de majolique. Le minaret Chilli Avliya à Khiva mesure 12 m de haut et 3,5 m de diamètre.

Selon une ancienne légende, la ville de Khiva a été construite autour d’un puits creusé par l’un des descendants du Noé biblique. Selon la légende, l’eau de ce puits était particulièrement pure et délicieuse. Il se trouve toujours dans la ville et est l’un des monuments de l’Antiquité. La fondation de Khiva a eu lieu il y a plus de 2,5 siècles, après quoi elle est devenue l’un des établissements les plus riches et les plus prospères du Khorezm. Au début de son émergence, la ville a été succédée par différentes dynasties dirigeantes, elle a été conquise à plusieurs reprises par des tribus guerrières, et au début du XIIIe siècle, les troupes de Gengis Khan ont détruit presque toute la ville.

Au début du XIIIe siècle, la ville est devenue le centre du Khiva Khanate et la deuxième période de développement et de prospérité, l’un des plus importants et des plus grands centres de l’Islam en Orient. La ville est riche en monuments magnifiques, parmi lesquels vous pouvez découvrir des édifices tant séculaires que religieux.

Lieux d’intérêt
Das Minarett der Dschuma-Moschee in Chiwa

Khiva - Minaret de la Mosquée de Juma

Khiva - Minaret de la Mosquée de Juma

Les cinq minarets de Khiva se dressent sur une ligne à une distance d’environ 200 m les uns des autres. Au centre se trouve le minaret de la principale Mosquée de Khiva – la Mosquée Juma.

À l’ouest de celui-ci se trouve Kalta-Minor et plus loin le minaret du complexe de Sha-Qalandar-Bobo. À l’est se trouve le minaret de la mosquée Sayid Biy, puis le minaret de Palvan-Qori. Le diamètre du minaret de la mosquée de Juma est de 6,2 mètres à la base et sa hauteur est de 32,5 mètres.

Le sommet du minaret est couronné par une lanterne à huit arches avec une corniche à stalactites et un dôme. Le Minaret de la Mosquée de Juma a été construit au XVIIIe siècle. Le plus ancien et le deuxième plus grand Minaret de la Mosquée de Juma est situé près de l’ancienne Mosquée de Jome à Khiva.

Il a été construit à la place de la structure détruite par le grand fonctionnaire de la cour Abdurrahman Mihtar. Contrairement aux autres Minarets de Khiva, le Minaret de la Mosquée de Juma n’est presque pas décoré.

Les Minarets de Khiva occupent une place unique et très importante dans le monde de l’architecture. Ils créent un système clair de points de référence spatiaux dans la perception de la ville et marquent les lieux des grandes mosquées, des madrasas, des complexes. Il n’est guère possible de considérer leur objectif direct – fournir une plate-forme élevée pour la proclamation de l’azan, l’appel à la prière – comme la raison de leur multiplicité. Il est également douteux que les minarets ornés de tuiles à Khiva aient été destinés à servir principalement de tour de guet. Le minaret symbolise la puissance et la dignité de son constructeur – il marque l’emplacement du bâtiment principal à partir duquel il a été créé, sous la forme d’une ligne verticale visible de loin.

L’importance d’un minaret en tant que pilier commémoratif, symbole d’une forteresse et du pouvoir de l’autorité, est confirmée par la légende survivante de Khiva qui raconte comment Muhammad Amin-khan avait planifié le plus haut minaret d’Asie centrale “d’où l’on pouvait voir Boukhara”, comment le maître d’œuvre a été débauché par le souverain jaloux de Boukhara qui ne voulait pas laisser Khiva aux commandes, et comment, par conséquent, le Kalta minor, une tour conique d’un diamètre d’empreinte sans précédent, n’a pas été achevé.

Lieux d’intérêt
Residence of Islam Khodja in Khiva

Khiva - Minaret Islam Khodja

Khiva - Minaret Islam Khodja

Le minaret Islam Khodja à Khiva a été construit en 1908. L’ensemble du complexe a été achevé en 1910. Le constructeur de ce complexe, le vizir Islam Khodja, était une personnalité instruite et progressiste.

D’ouest en est, de la porte Ata-Darwaza à la porte Palvan-Darvaza, la ville est traversée par une rue principale d’environ 400 mètres de long. Il est flanqué des façades et des murs latéraux de grands bâtiments.

Le long de son axe se trouvent plusieurs carrés avec des minarets qui s’élèvent vers le ciel. Dans la portée de la porte Koy Darwaza, toute leur chaîne est capturée : Abdal Bobo, Palvan Qori, Sayyid Shelkarbiy, Islam Khodja, Juma, Kalta Minor, Bikajanbika.

Depuis ces minarets de la Khiva historique, les Muazzins appelaient simultanément les fidèles à remplir un devoir sacré – à accomplir une prière.

Le minaret Islam Khodja est appelé le symbole de Khiva et sa forme rétrécie vers le haut remonte aux premiers modèles d’architecture (Kunya-Urgench, XIVe siècle). La maçonnerie de briques alterne avec des bandes de motifs émaillés sur le minaret. Le minaret est haut de 56,6 mètres et a un diamètre de 9,5 mètres.

Le sort d’Islam Khodja, le fondateur de la madrasa et du minaret, a été tragique. Contrairement à la plupart des dignitaires du khan, le beau-père d’Isfandiyar-Khan et le vizir en chef du khanat était un homme éduqué et clairvoyant.

Islam Khodja s’est rendu à plusieurs reprises à Pétersbourg, il s’est intéressé aux événements de l’Empire russe, il a compris la nécessité de mettre en œuvre les réformes qui dictaient l’époque du khanat.

Il a encouragé le développement du commerce, des affaires et des relations culturelles avec la Russie et a soutenu le développement de l’industrie nationale. Sur son insistance, une usine de nettoyage du coton, un hôpital, une pharmacie, un bureau de poste et un télégraphe sont construits à Khiva ; des projets sont envisagés pour la construction d’une voie ferrée pour relier le khanat de Khiva à la Russie.

Aux dépens d’Islam Khodja, la première école de style européen a été construite dans le khanat, où l’on enseignait les mathématiques, la physique, la chimie et d’autres matières scientifiques et humanitaires.

Le clergé et la noblesse à l’esprit réactionnaire étaient hostiles à la politique d’Islam Khodja et ont accueilli toutes ses innovations avec hostilité. Finalement, ils ont réussi à gagner Isfandiyar-khan à leur côté. Ils l’ont convaincu que l’Islam Khodja était une menace pour l’autocratie du Khan.

Le sort du vizir en chef est scellé. Une nuit, alors qu’Islam Khodja rentrait dans sa propriété de campagne en calèche, plusieurs inconnus l’ont poignardé et ont disparu. Cependant, personne ne voulait les chercher. Le Khan était au courant du meurtre et n’est pas intervenu.

Lieux d’intérêt
Ichan Qala - Chiwa

Khiva - Minaret Kaptarkhon

Khiva - Minaret Kaptarkhon

Le minaret Kaptarkhon a été construit au XIXe siècle et se trouve sur le site de la mosquée de quartier du même nom à Khiva. Dans la partie supérieure, il y a quatre ouvertures à partir desquelles le muazzin lit “Azan”.

Le minaret est construit en briques brûlées et décoré de motifs de brique, seule la corniche est ornée d’une bande de tuiles bleues.

Le minaret Kaptarkhon à Khiva mesure 8 mètres de haut et 2 mètres de diamètre.

Les minarets étaient à l’origine des tours de guet et des points de repère pour les voyageurs. Après l’arrivée de l’Islam en Asie centrale, les minarets ont été utilisés pour les appels à la prière. En conséquence, des minarets sont apparus dans toutes les villes autour des mosquées de Jomé. Le nombre de grands et petits minarets à Khiva s’élevait à l’origine à une centaine, aujourd’hui leur nombre ne dépasse pas la vingtaine.

Chaque fois que les anciens parlaient des minarets, la question se posait de savoir quelle était la taille des fondations des monuments, s’il était possible que certains d’entre eux aient une forme conique ? Ce qui est peut-être le plus surprenant dans ces histoires, c’est que les fondations du minaret s’étendent sur une grande distance et sont beaucoup plus grandes que la section transversale de la coque du minaret lui-même.

Les chercheurs de l’Académie Mamun de Khorezm (Ouzbékistan), sous la direction du Dr. Durdiyeva, ont mené une étude (structurelle) complète de l’état technique des structures du minaret de Saidniyaz Shalikarbay. Le complexe (minaret, mosquée et petite madrassa) Saidniyaz Shalikarbay est un exemple de l’architecture féodale tardive du Khorezm et se trouve à l’extérieur du mur de la forteresse, à la porte orientale d’Ichan-Kala. Ce complexe a été construit en 1834-1835 sur les fonds du marchand Saidniyaz Shalikarbay. La construction a été dirigée par Usto Muhammad-Rahim.

Après la tentative réussie de découvrir les fondations du minaret, Saidniyaz Shalikarbay a effectué des travaux de mesure. Il est surprenant que le sous-sol soit de petite taille, composé de 4 marches carrées en briques bien maçonnées sur du mortier de boue, construites sur une plate-forme de fragments de la même brique. Sa taille est de h=1,24 mètres de hauteur, et l’échancrure du niveau du minaret au bord de la fondation est d’environ =1,20 mètres. Par conséquent, nous sommes convaincus que les constructeurs ont anticipé les changements caractéristiques qui ont contribué à la déformation qui s’est produite à la base du monument, car celle-ci peut avoir un effet négatif tant sur la construction des fondations que sur le minaret dans son ensemble.

Lieux d’intérêt
Minaret Murad-Tura in Khiva

Khiva - Minaret Murad Tura

Khiva - Minaret Murad Tura

Le minaret Murad-Tura est situé dans la ville de Khiva, le centre de la région de Khorezm en Ouzbékistan. Le minaret a été construit en 1888, sa hauteur est de 9 mètres, le diamètre du sol est de 3,2 mètres.  Le minaret et la mosquée toute proche ont été nommés en l’honneur de Murad-Tura, le frère de Khan Muhammad Rahimkhan II.

À côté du minaret Murad-Tura se trouve le complexe architectural de Muhammad Rahimkhan II Medrese et de l’Arche Kunya. Le minaret Murad-Tura est l’un des minarets miniatures à Khiva. Le minaret Murad-Tura est construit en briques brûlées et la partie supérieure est décorée d’une bande ornementale, qui est recouverte de tuiles de majolique.

Les tuiles brillent au soleil et complètent l’image du minaret. La mosquée Murad Tura n’a pas été conservée jusqu’à aujourd’hui, et le minaret est aujourd’hui situé entre les blocs d’appartements.

Les minarets ont été construits à l’origine comme tours de guet et points de repère pour les voyageurs. Après l’arrivée de l’Islam en Asie centrale, les minarets ont été utilisés pour les appels à la prière. En conséquence, des minarets sont apparus dans toutes les villes autour des mosquées de Jomé. Le nombre de grands et petits minarets à Khiva s’élevait à l’origine à une centaine, aujourd’hui leur nombre ne dépasse pas la vingtaine.

À juste titre, Khiva porte le titre de ville-musée, car tout visiteur y trouvera certainement des monuments intéressants et historiques de la culture de la population musulmane historique et des ensembles architecturaux anciens, construits ici à différentes périodes de la formation de la ville.

Dans la vieille ville, également appelée la ville intérieure (Ichan-Kala), le nombre d’attractions est tout simplement phénoménal – vous ne pouvez pas faire plus de deux pas sans en rencontrer une nouvelle. Ils ont tous une histoire étonnante et des extérieurs exquis et luxueux. Cela ne veut pas dire que la ville extérieure (Dishan-Kala) est inintéressante – il y a aussi beaucoup d’endroits à visiter. Mais si la ville extérieure n’est pas bien préservée, le centre-ville se présente presque sous sa forme originale.

Lieux d’intérêt

Khiva - Minaret Palvan Kori

Khiva - Minaret Palvan Kori

Le minaret Palvan Kori est situé dans la ville à Khiva, au centre de la région du Khorezm en Ouzbékistan. Il est situé dans la partie orientale du district historique de Dishan-Kala (ville extérieure), près du complexe Sayid Biy, qui comprend une madrasa, une mosquée et un minaret.

La structure a été achevée au début du XXe siècle, en 1905. Le minaret Palvan Kori est intéressant principalement parce qu’il est étonnamment différent des minarets traditionnels de Khiva, qui sont beaucoup plus étroits vers le haut.

Le minaret Palvan Kori est un type rare de minaret cylindrique absolument direct de Khiva. Il est difficile de dire ce qui a provoqué cette architecture. Peut-être les nouvelles tendances, car il a été construit à la fin du XIXe, début XXe siècle.

Il est à noter que la décoration du minaret est également inhabituelle. Une telle modestie dans la décoration n’est pas caractéristique de l’architecture orientale. L’ensemble de la décoration est constitué de bandes de briques, ornées de tuiles vertes émaillées en forme d'”arcs”.

Pour la majorité des minarets de Khiva, le rétrécissement considérable de la partie supérieure de la structure est caractéristique. La particularité du minaret Palvan-Kori est qu’il s’agit d’un cylindre absolument droit sur toute sa hauteur.

Il est aujourd’hui difficile de confirmer ce qui a influencé le choix d’une telle solution architecturale. Elle est probablement liée au désir de l’architecte d’apporter une nouveauté à l’architecture traditionnelle.

L’équipement extérieur avec un minaret est également inhabituel. Contrairement à la plupart des minarets d’Ouzbékistan, qui sont décorés de tuiles de majolique, le minaret Palvan-Kori ne présente qu’une maçonnerie figurative en plusieurs endroits.

Le minaret Palvan-Kori est situé à côté de la medrese du même nom. Il a été construit par un architecte ayant un sens aigu des proportions et un goût artistique exquis.

Le minaret Palvan-Kori est l’un des plus anciens de Khiva. La partie supérieure du minaret comporte quatre grandes ouvertures en arche. Dimensions : Hauteur – 24 m, diamètre de la base – 4 m.

Lieux d’intérêt
Minaret Turt Shaffaz in Khiva

Khiva - Minaret Turt Chaffaz

Khiva - Minaret Turt Chaffaz

Le minaret Turt Chaffaz a été érigé en 1855 à l’entrée du complexe architectural du même nom à Khiva, près de l’intersection des rues Allabergenov et Turt Chaffaz, et fait partie du développement de la ville extérieure de Dishan-Kala.

Il est décoré d'”arcs” verts et possède quatre ceintures de majolique. Les ouvertures cintrées sont recouvertes de panjara. Le minaret a été restauré en 1996.

Les dimensions du minaret Turt Chaffaz à Khiva sont de 12 mètres de haut et ont un diamètre de 2,5 mètres à la base.

Khiva porte à juste titre le titre de musée de la ville, car tout visiteur y trouvera sûrement des monuments intéressants et historiques de la culture de la population musulmane historique, des ensembles architecturaux anciens construits ici à différentes périodes de la formation de la ville.

Selon une ancienne légende, la ville de Khiva a été construite autour d’un puits creusé par l’un des descendants du Noé biblique. Selon la légende, l’eau de ce puits était particulièrement pure et délicieuse. Il se trouve toujours dans la ville et est l’un des monuments de l’Antiquité. La fondation de Khiva a eu lieu il y a plus de 2,5 siècles, après quoi elle est devenue l’un des établissements les plus riches et les plus prospères du Khorezm. Au début de son émergence, la ville a été succédée par différentes dynasties dirigeantes, elle a été conquise à plusieurs reprises par des tribus guerrières, et au début du XIIIe siècle, les troupes de Gengis Khan ont détruit presque toute la ville.

Au milieu du XIIIe siècle, la ville est devenue le centre du Khiva Khanate et la deuxième période de développement et de prospérité, l’un des plus importants et des plus grands centres de l’Islam en Orient. La ville est riche en monuments magnifiques, parmi lesquels vous pouvez découvrir des édifices tant séculaires que religieux.

Lieux d’intérêt
Sheikh Mukhtar Ota Mosque in Khiva

Khiva - Mosquée Cheikh Mukhtar Ota

Khiva - Mosquée Cheikh Mukhtar Ota

Dans la vieille ville, également appelée centre ville, le nombre d’attractions est tout simplement phénoménal – on ne peut pas faire deux pas ici sans en rencontrer une nouvelle. Ils ont tous une histoire étonnante et un extérieur exquis et luxueux. Cela ne veut pas dire que la périphérie de la ville est inintéressante – il y a aussi beaucoup d’endroits à visiter. Mais si la ville extérieure n’est pas particulièrement bien préservée, le centre-ville se présente presque sous sa forme originale. Cheikh Mukhtar Ota est une mosquée de quartier située à côté de la partie nord du mausolée Pahlavan Mahmoud à Khiva, construite entre 1810 et 1838. La mosquée se compose de locaux d’hiver, de taharat khana (où les gens se lavent) et d’aiwan à colonne unique en plein été. La mosquée Cheikh Mukhtar Ota à Khiva a été restaurée en 1997.

Lieux d’intérêt
Hasan Murod Qushbegi Mosque in Khiva

Khiva - Mosquée Hasan Murad Qushbegi

Khiva - Mosquée Hasan Murad Qushbegi

La mosquée Hasan Murad Qushbegi a été construite en 1800 au XIXe siècle et est située derrière la madrasa Musa Tura à Khiva. La mosquée Hasan Murad Qushbegi (le chef de la garde du Khan) a été construite par Hasan Murad Qushbegi avec son parent Shah Niyaz. Cependant, la mosquée ne porte que le nom de Hasan Murad Qushbegi.

La mosquée Hasan Murad Qushbegi est située en face de la madrasa Amir Tura et derrière la madrasa Musa Tura à Khiva. La mosquée est petite, a un plan rectangulaire, un aiwan avec des piliers, deux khanaka avec des piliers et une annexe avec des quartiers d’habitation adjacents au nord. Le complexe comprend une mosquée d’hiver et une d’été. Un minaret a été érigé dans l’angle nord-est. Le minaret de l’angle nord-est a un minaret. Hasan-Murad-Kushbegi a un design modeste: le bâtiment est maçonné sans aucune décoration, l’intérieur est peint de façon uniforme en rouge, noir, blanc et bleu, y compris le plafond.

Un minaret a été construit à l’intérieur de la structure, dans le coin nord-est. La mosquée a été rénovée en 1997.

Lieux d’intérêt
Juma Mosque in Khiva

Khiva - Mosquée Juma

Khiva - Mosquée Juma

Parmi les mosquées bien connues en Asie Centrale, la mosquée Juma à Khiva est remarquable pour sa conception et sa structure spatiale traditionnelles, parfois archaïques. Elle a conservé les caractéristiques des mosquées james millénaires.

La mosquée Juma (Jame) de Khiva, qui signifie jame ou mosquée du vendredi, était l’une des structures les plus remarquables de la ville au Moyen-Âge et se distingue par ses formes et volumes architecturaux originaux.

Il ressemble aux mosquées historiques de Khorezm. Elle occupe une grande surface de 55 m x 46 m et est construite comme une mosquée à plusieurs colonnes. Le bâtiment est situé sur une route principale reliant les portes est et ouest d’Ichan-Kala.

Le voyageur arabe al-Maqdisi (al-Muqaddasi), qui voyageait à Khorezm au Xe siècle, a mentionné pour la première fois la mosquée Juma à Khiva. Mais selon la revendication des anciens habitants de Khiva, l’ancienne mosquée a été détruite et à sa place la mosquée actuelle avec le même plan au sol a été construite en 1788, sa superficie étant quelque peu agrandie.

C’est une immense salle rectangulaire (45m x 55m) couverte d’un toit plat ; elle est entourée d’un mur massif vierge avec trois entrées. Au milieu du mur sud se trouve une niche de mihrab, un endroit qui indique la direction de la prière aux fidèles.

Il faisait semi-obscur dans le hall, car les quelques trappes-fentes sur le toit étaient absolument insuffisantes pour éclairer une grande pièce. La vue extérieure d’une mosquée est quelque peu simplifiée, la hauteur de ses murs est de 4,5 mètres, la hauteur de son minaret est égale à 42 mètres.

La porte de la mosquée est orientée vers le nord, tandis que le vent du nord souffle à travers deux grandes lucarnes au milieu de la mosquée. Dans l’Antiquité, des mûriers de la variété locale “balkhi” poussaient sous les ouvertures qui, à l’époque, permettaient de purifier l’air à l’intérieur de la mosquée, c’est-à-dire que nos pères et nos grands-pères réalisaient une biosynthèse harmonieuse entre la nature et l’homme.

Il convient de noter que la variété de mûrier “balkhi tut” (ou “ak tut” – mûrier blanc) était plantée dans les cours de nombreux bâtiments dans les temps anciens. Comme le disent les experts, le mûrier a besoin de très peu d’eau, car ses racines trouvent de l’eau même sous le sol.

Nos ancêtres ont ainsi réussi à préserver l’intégrité et l’entretien des bâtiments architecturaux et résidentiels, car le mûrier, en recueillant l’humidité autour de lui, a contribué à maintenir l’équilibre de la distribution de l’humidité du sol dans la région et autour du bâtiment.

La mosquée Juma est un bâtiment d’un étage avec un toit à poutres plates soutenu par 213 colonnes disposées en carré de 3,15 x 3,15 mètres. Le mihrab de la mosquée est situé au milieu du mur sud.

Il y a de hautes niches dans le mur des deux côtés du mihrab et le plafond du mihrab est légèrement plus haut que le plafond général de la mosquée. La niche de l’arc du mihrab est peinte en vert et les piliers sont peints en noir et rouge avec des images d’arbres, d’arbustes, de cynorrhodons et d’iris, qui ont été créés à la fin du 18e et au début du 20e siècle.

Des inscriptions sont gravées sur les plaques de marbre placées des deux côtés du mihrab. Dans l’une d’entre elles, datée de l’année 1203 de la Hidzhra (1788 – 1789) est écrite une lettre du Waqf faite en relation avec le don de biens et de fonds pour la mosquée.

Il indique que par ordre du vizir Abdurahman (Mihtar) en 1203, des terres du Waqf ont été attribuées à Hijra dans les villages de Kuyuktam (Goktam, aujourd’hui une colonie dans le district de Kozhkupyr dans la région de Khorezm) et de Bekabad pour la construction d’une mosquée, dont les recettes devaient être consacrées à la charité et aux besoins de la mosquée.

La deuxième plaque de marbre est légèrement plus petite et porte un chronogramme (tarih) indiquant l’année 1080 Hijra (c’est-à-dire 1666). La population locale pense que la mosquée a été restaurée à la fin du XVIIIe siècle.

Ceci est confirmé par les inscriptions sur les portes sculptées de la façade sud de la mosquée. Ils rapportent que la mosquée a été restaurée en 1788 – 1789 sous la direction d’une personne nommée Abdurahman Mihtar.

Selon les études du géographe arabe Muqaddasiy, la mosquée de Juma remonte au 10e siècle. Cette mosquée est unique dans sa structure ; elle n’a pas de portails, de dômes, de galeries ou de cours. La mosquée est accessible de trois côtés.

Sur le côté nord de la mosquée, la rue Palvon Qori s’ouvre avec son minaret de 33 mètres de haut. Le plafond de la grande salle est soutenu par 213 piliers en bois. Le plafond est percé de petits trous pour la lumière et la ventilation. Le mur sud comporte des niches à stalactites et, sur le côté droit, une tablette de marbre indiquant les revenus et les biens.

En 1996 – 1997, la mosquée de Juma a été restaurée et pendant la restauration, de nombreuses colonnes usées ont été remplacées.

Lieux d’intérêt

Khiva - Mosquée Yar Muhammad Devon

Khiva - Mosquée Yar Muhammad Devon

Certains types de mosquées ont été conçus pour la prière d’un grand nombre de musulmans pendant les fêtes musulmanes Kurban Hayit et Ramadan Hayit, qui sont célébrées deux fois par an, où un très grand nombre de résidents de la ville et du village se réunissent. La mosquée Yar Muhammad Devon (Saidata) a été construite à Khiva au 18ème siècle. Il est situé derrière le mausolée de Saïd Allauddin et son mur oriental jouxte l’Abdurasulboy Madrasa. La composition architecturale de la mosquée combine un hall en forme de dôme et un aiwan haut et plat. En plan, la mosquée Yar Muhammad Devon de Khiva ressemble à un rectangle décalé dont les deux côtés se rétrécissent vers l’ouest ; cela peut s’expliquer par le fait que des ajouts ultérieurs ont été faits au bâtiment principal sous la forme d’un cube.

Lieux d’intérêt
Tschodra Hovli in Chiwa

Khiva - Palais d'été de Chodra Hovli

Khiva - Palais d'été de Chodra Hovli

Le palais d’été de Chodra Hovli (1871) est l’un des palais de campagne de Khiva Khan construit près de Khiva. C’est un exemple unique de construction submergée avec des tours faites de briques de boue.

Au rez-de-chaussée se trouvent les écuries et les entrepôts, aux deuxième et troisième étages se trouvent les locaux d’habitation, chacun avec un aiwan (terrasse) séparé, et la moitié féminine détachée se trouvait au quatrième étage.

“Les sections typiques sont regroupées autour d’une cour dans le palais d’été Chodra Hovli de Khiva, formant une variété de compositions. L’organisation de la cour est caractéristique des habitations rurales et urbaines, la différence se situant au niveau des matériaux (les maisons urbaines ont des cadres en bois remplis de mottes de boue, tandis que les maisons rurales ont des blocs de boue), de la composition (les cours rurales comprennent une cour de maison) et de la présentation de l’architecture (les cours sont semblables à des forteresses, entourées de murs vierges avec des tourelles).

La profondeur de la maison dans les deux cas conduit à un passage à toit profond – dolon. La maison est divisée en deux ensembles de cours: la partie avant pour les invités (Dishan-Hovli ou tashqari) et la partie résidentielle privée (Ichan-Hovli ou ichkari).

Dans la moitié avant, la section se compose d’une salle de réception – mehmon-khana avec aiwan et dans la section résidentielle, le nombre de sections résidentielles est multiplié en fonction de la composition de la famille. Les quartiers d’habitation sont divisés en quartiers d’été situés au nord et en quartiers d’hiver situés de l’autre côté de la cour.

Il est très typique des maisons urbaines de contraster le haut öng Aiwan nord et le bas ters Aiwan sud, ce qui améliore la circulation de l’air dans la cour et permet de réduire quelque peu la température dans la chaleur de l’été.

Parfois, il n’y a qu’un seul aiwan dans la cour – mais il ombrage la moitié de la propriété et même toute la cour. Dans les grandes maisons riches, les aiwans peuvent faire le tour de la cour sous la forme d’une légère galerie à colonnes.

Et dans une habitation rurale de type cottage, une kushka, une maison de corvée construite en pakhsa (chodra hovli), prend soudain la forme d’une tour à quatre étages, car la partie composée d’un salon et d’un aiwan s’élève verticalement, passant de deux cellules aveugles au rez-de-chaussée à deux aiwans ouverts au quatrième étage.

Cette maison est unique. De tels monuments n’ont pas survécu en Asie centrale, mais nous pouvons juger de l’existence de bâtiments à plusieurs étages, surtout dans les zones urbaines, à partir de données archéologiques et de peintures miniatures illustrant des manuscrits médiévaux.

L’image d’un pavillon palatial comme Chodra Hovli au milieu d’un jardin oriental (Chorbogh), couronné par des aiwans ouverts”.

Lieux d’intérêt
Ichan Qala - Khiva

Khiva - Palais Tash-Hauli

Khiva - Palais Tash-Hauli

Palais Tash-Hauli (1831-1841) – un exemple exceptionnel d’architecture tardive, incarnant les caractéristiques de l’architecture à Khiva. Tash-Hauli (cour de pierre) consiste en un complexe de palais et de quartiers d’habitation réunis par un haut mur de briques en un seul organisme.

Situé dans la partie orientale à Khiva, le palais Tash-Hauli a été construit par Allakuli-Khan. La construction du palais a duré environ 8 ans, de 1830 à 1838. Les premiers à être construits ont été les quartiers d’habitation du harem, puis le mehmon-khona, le lieu des réceptions officielles, et enfin l’Arzkhona, la salle d’audience.

Les meilleurs architectes de l’époque ont été emmenés sur le lieu d’exécution pour avoir refusé de construire le palais en deux ans. Il a fallu huit ans à Usto Kalandar Khivagi pour y parvenir.

Dans la partie sud de la cour du harem, de petits aïwan ont été construits, dont quatre étaient destinés aux femmes du khan (selon la charia, un homme ne peut pas avoir plus de quatre femmes), le cinquième aïwan, richement décoré, servait de salon au khan.

Chaque aiwan disposait d’un salon pour les employés de maison. Le harem a été meublé selon la tradition khorezm de décoration de la moitié féminine (ichan hauli). Certains détails de la forteresse fortifiée se retrouvent dans la conception du palais, qui est conforme au style de vie retiré des résidentes du harem.

Après le harem, le mehmon-khona (ishrat hauli) a été construit. Une cour carrée avec une élévation circulaire pour la yourte a été entièrement construite avec des chambres et des aiwans. L’aiwan du sud était utilisé pour les cérémonies et les réceptions des envoyés.

Les aiwans du mehmon-khona, décorés de majolique, avec un plafond légèrement peint et de petites tourelles sur les côtés, ressemblent à un théâtre intérieur et sont pleins de solennité.

Arzkhona (salle d’audience) est située dans la partie sud-ouest de Tash-Hauli. Il est deux fois plus grand que le Mehmon-khona. Tout comme la Mehmon-khona, l’Arzkhona est décorée de majolique. L’œuvre est du célèbre maître Abdullah, surnommé “Genius”.

Ce maître a décoré toutes les cours du palais de Tash-Hauli. Le règne du Khan de Khiva Allakuli-Khan est caractérisé par la forte puissance du Khan, une politique internationale réussie et des progrès dans le commerce avec la Russie.

Cela a permis de décorer abondamment les bâtiments. Le palais Tash-Hauli de Khan à Khiva Allakuli-Khan est l’objet architectural le plus important du XIXe siècle. De petits travaux de restauration n’ont pas changé l’originalité du palais et il peut être considéré comme un musée de l’architecture de Khiva de cette époque.

De l’extérieur, le mur est animé par de petites demi-tours avec des lanternes. Le mur est couronné de créneaux. Tout cela rappelle l’architecture des forteresses du Moyen Âge. Au départ, la moitié sud du palais a été construite: la cour d’accueil – Arz-Houli et la cour d’animation – Ishrat-Houli.

Plus tard, une cour familiale séparée, le haram, leur a été ajoutée. En termes de composition, les deux premières ont beaucoup en commun: rectangulaires, légèrement allongées du nord au sud, elles présentent sur leur côté sud la salle principale avec un haut aiwan, au-dessus duquel se trouvent des salles avec des aiwans au deuxième étage.

Le centre de la composition de ces cours est sans aucun doute l’aiwan principal, qui s’étend sur deux étages, avec une colonne traditionnelle au milieu. Les murs de la façade sont sécurisés par des tours décoratives – guldasta.

Les murs de l’aivan sont entièrement recouverts de majolique peinte. La troisième cour – la plus grande – s’étendait dans un rectangle d’est en ouest. Autour de la cour se trouvent des bâtiments résidentiels et agricoles de deux étages.

Il y a cinq salles de séjour “typiques” et trois couloirs d’affilée. Les locaux d’habitation se composent d’un aiwan à une colonne avec une pièce. À l’arrière de la maison se trouve une pièce sombre de service avec un escalier menant à une mezzanine.

La construction du palais a été lancée par Usto Tajiddin, auquel ont succédé l’architecte Kalandar et le carreleur Abdullah.

Lieux d’intérêt
Tor Ata-Darwaza in Chiwa

Khiva - Porte Ata Darvaza

Khiva - Porte Ata Darvaza

La Porte Ata-Darvaza, construite en 1842 et 1975 (restauration), est la porte principale d’Ichan-Qala, située dans la partie ouest de la ville de Khiva. A l’intérieur de la vieille ville, il y avait également une salle pour la collecte des impôts (Bojkhona) et une salle pour l’échange d’argent (Sarrafkhana). Il y avait 43 magasins et un bazar couvert – Chorsu à l’intérieur. Sur le côté droit de la porte se trouve la madrasa Muhammad Aminkhan (1855), et sur le côté gauche se trouve le palais du Khan – Kunya Ark.

La porte Ata-Darwaza a une hauteur de 10 mètres et une largeur de 4 mètres. La taille de la structure et ses dimensions, les constructions en accord avec les possibilités architecturales ont été données dans des normes très acceptables.

Pour rendre la structure très stable, les formes des arcs ont été disposées en fonction de la gravité de la charge qui y tombe. Des poutres en bois ont été insérées dans les rangées de briques empilées et la charge tombant sur les dômes a été répartie sur plusieurs arches.

Dans cette méthode, les briques sont posées sous forme de “davra” et de “balhi” pour la construction de petits dômes. En même temps, l’intérieur du bâtiment est enduit de plâtre.

La Porte Ata-Darvaza comportait quatre pièces principales, qui ont été détruites dans les années 20 du XXe siècle et restaurées dans leur forme originale en 1975 par des maîtres restaurateurs de Khiva.

Les battants de la porte sont décorés de motifs géométriques. Les battants des deux portes de la partie centrale sont décorés de carrés équilatéraux de même taille (85cm x 85cm) et de motifs végétaux “islimi” très finement sculptés dans lesquels s’inscrivent des cercles avec le motif d’étoiles octogonales.

Dans les cercles de la porte de droite se trouve une sourate du Coran écrite en arabe, tandis que dans la porte de gauche se trouve Kalimai Shahadat avec les mots “La ilaha illallohu Muhammadur Rasululloh” qui signifie “Il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah et Muhammad est son prophète”.

Les ailes de cette porte étaient en fait attachées à l’entrée du palais de campagne de Muhammad Aminkhan construit entre 1850 et 1851 dans le village d’Angarik.

Deux documents photographiques confirmant ce fait, c’est-à-dire qu’elles étaient montées dans la maison du palais de Muhammad Aminkhan, sont conservés dans les fonds du musée d’Ichan-Kala à Khiva.

Le premier cameraman et photographe ouzbek de Khoresm, Khudaibergen Divanov, a documenté la vue de la porte qui se trouvait dans le village d’Angarik avant même la destruction de la maison du palais.

Divanov a spécifiquement photographié cette porte de près et a laissé son inscription au bas de la photo : “Le Hauli de Muhammad Aminkhan à Angarik. Comme mentionné ci-dessus, cette porte est actuellement la porte d’entrée principale de la ville”.

Lieux d’intérêt
Bagcha Darwaza in Chiwa

Khiva - Porte Bagcha Darvaza

Khiva - Porte Bagcha Darvaza

La Porte Bagcha-Darvaza, construite au XIXe siècle, est la porte nord d’Ichan-Qala à Khiva, une structure symétrique dans le mur de la forteresse divisée en chambres. Le côté sud, qui fait face à Ichan-Qala, est moins impressionnant.

Contrairement à Tash-Darvaza, les escaliers menant au sommet partent des coins sud des tours et sont situés sur leurs côtés, profondément à l’intérieur des murs d’Ichan-Qala.

Dimensions de la porte, selon le plan: 18,0 x 16,0 mètres, hauteur – 8,5 mètres.

La forteresse d’Ichan-Qala (forteresse intérieure) est située dans le centre historique de la vieille ville de Khiva. Ichan-Qala occupe une superficie d’environ 30 hectares. Les murs de la forteresse s’élèvent à une hauteur de 10 mètres. Il y avait des darvaza (portes) dans chacune des quatre parties des murs d’Ichan-Qala à Khiva : porte ouest – Ata-Darvaza située dans la forteresse Kunya-Ark, porte nord – Bagcha-Darvaza, porte est – Palvan-Darvaza et porte sud – Tash-Darvaza.

Les structures de défense de la ville ont été construites au fil des décennies et des siècles. Vous pouvez donc trouver les structures construites au XIVe siècle ou à d’autres époques. On y trouve des forts historiques, des tombes, des palais et des mosquées, des habitations et des bains. Ichan-Kala est une ville spéciale au sein de la ville car elle vit avec sa culture originale et préserve ses anciennes traditions. Selon la légende, la forteresse a été construite avec le même type de boue que Medina, qui a été construite par le prophète Muhammad (S.A.V.).

La ville historique d’Ichan-Qala compte de nombreux monuments. Ce sont de magnifiques palais et mosquées, des madrasa et des mausolées, mais aussi des caravansérails. Depuis 1990, la mystérieuse et fascinante ville d’Ichan-Qala est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Lieux d’intérêt
Gandim'yan Darwaza in Chiwa

Khiva - Porte Gandimyan Darvaza

Khiva - Porte Gandimyan Darvaza

La Porte Gandimyan-Darvaza a été construite en 1842 et fait partie de la colonie Dishan-Kala de Khiva. La porte Gandimyan-Darvaza tient son nom du village voisin de Kishlak, où le traité de Gandimyan a été signé en août 1873, annexant le khanat de Khiva à la Russie. Le traité est le résultat d’une campagne militaire manifestement agressive, qui est à son tour l’expression de la politique coloniale.

Néanmoins, l’adhésion à la Russie a joué un rôle progressif dans le destin historique du peuple du Khorezm. L’esclavage et la traite des esclaves ont été abolis, le féodalisme et les guerres internes ont été éliminés, et le capital commercial et industriel russe a commencé à pénétrer le khanat, encourageant le développement des forces productives locales.

Les ouvriers et artisans russes qui sont arrivés à Khiva, pour la plupart exilés pour “manque de fiabilité”, ont apporté avec eux la culture russe et les idées révolutionnaires.

Lors de la reconstruction de l’usine de coton, la porte Gandimyan-Darvaza a été démolie, mais elle a été reconstruite dans les années 1970 d’après les croquis et les photographies qui ont survécu.

Lieux d’intérêt
Khazarasp-Darvaza in Khiva

Khiva - porte Khazarasp Darvaza

Khiva - porte Khazarasp Darvaza

La porte Khazarasp-Darvaza a été reconstruite en 1842 en briques brûlées lors de la construction des murs Dishan-Kala à Khiva sous le règne d’Allakuli-Khan.

La porte se compose de deux grandes tours d’observation situées sur les côtés d’un large passage sur la route de Yangiarik. Au-dessus du passage se trouve une galerie voûtée avec une rampe sur les côtés, dont le sommet est décoré de créneaux.

Bien que ce soit le seul détail décoratif de la porte, la construction est impressionnante par ses formes expressives. La porte relie Khiva aux colonies de Yangiarik, Bagat, Khanka et Khazarasp.

Les dimensions de la porte Khazarasp-Darvaza à Khiva selon le plan: 23,5 x 6,5 mètres, hauteur: 12,2 mètres.

Contrairement à Ichan-Kala, qui a conservé presque entièrement son aspect extérieur, seules certaines des portes des murs de défense extérieurs ont été conservées, notamment la porte Khazarasp-Darvaza, à 500 mètres de la porte nord d’Ichan-Kala (Bagcha-Darvaza), ainsi que la porte Khazarasp-Darvaza et la porte Gandimyan-Darvaza. Allakuli-khan a construit le mur extérieur en 1842 pour se protéger contre les attaques des Yomuds (une des tribus turkmènes). Selon le poète et traducteur Agahi, Allakuli-khan a construit les murs de Dishan-Kala en 3 ans et a obligé tous ses subordonnés à travailler gratuitement 12 jours par an. Plus de 200 000 personnes ont participé à la construction du mur. Les dimensions du mur extérieur étaient les suivantes: Longueur – 5650 m, hauteur – 6-8 mètres, épaisseur au fond – 4-6 mètres.

Il est intéressant de savoir où tant d’argile a été prélevée pour la construction des murs. Les recherches ont révélé que l’argile était extraite à deux kilomètres au nord de la ville, sur le territoire appelé Govuk-kul; aujourd’hui, un grand lac s’y trouve. Et même aujourd’hui, l’argile locale d’excellente qualité est utilisée par les potiers modernes. Selon la légende, lorsque le prophète Muhammad (SAV) a construit Medina, l’argile de cette région a été utilisée, et le lac qui a été créé plus tard est considéré comme sacré.

Lieux d’intérêt
Kosch-Darwaza Tor in chiwa

Khiva - Porte Kosh Darvaza

Khiva - Porte Kosh Darvaza

La porte Kosh-Darvaza a été construite à Khiva au début du 20ème siècle et est la porte nord de Dishan-Kala, à l’entrée de la route d’Urgench.

Il s’agit également d’une structure multichambre, ouverte sur la chaussée, dont les façades sont orientées au sud et au nord.

En plan, la porte Kosh-Darvaza à Khiva est rectangulaire, asymétrique, avec des espaces clos sur les côtés de la double chaussée, disposés en carré et fermés par quatre dômes soutenus par une colonne centrale. Les arcs en plein cintre sont largement ouverts : deux travées vers la chaussée en dessous de celles-ci depuis l’extérieur et deux travées à l’intérieur, communiquant librement entre elles. Les façades des passages sont flanquées de tours massives reliées par une arcature – ravak – au sommet entre les dômes bleus des tours d’angle.

La composition des façades principales est identique, les façades des salles annexes sont vides et architecturalement non développées. Les locaux sont différents : l’aile ouest s’étend le long du côté de la porte, reliée au passage des passages et possède des sorties indépendantes vers les façades principales. L’aile est comporte deux pièces rectangulaires reliées à l’allée, avec des portes sur les façades latérales et principales. Les entrées des salles, qui auraient pu servir de salles de garde, de tribunal et de bureaux de douane, sont décorées de niches en arcs de cercle orientées vers l’ouest des façades principales.

Les baies des coupoles de la chaussée sont recouvertes de coupoles sphériques simples sur des faîteaux de boule artificielle. Les baies latérales ont des plafonds à poutres plates.

Les façades principales de la porte sont décorées de bandes horizontales de mosaïques de briques sur les tours et sur le haut du ravak. Les dômes qui couronnent les tours sont recouverts de tuiles bleues. Les intérieurs sont enduits et blanchis à la chaux. Dimensions : encombrement – 25,0 x 17,0 m ; hauteur – 9,45 m ; portée des arcs de passage – 4,2 m.

Lieux d’intérêt
Polvon Darvoza in Chiwa

Khiva - porte Polvon Darvoza

Khiva - porte Polvon Darvoza

La porte orientale du centre-ville d’Ichan Kala à Khiva est appelée Polvon-Darvoza (du nom du célèbre lutteur et poète, Polvon ou Pahlovon Mahmud) ou Porte des esclaves (il y avait un grand marché aux esclaves à sa droite).

Les habitants de Khiva appelaient également Polvon-Darvoza la Porte de l’Exécution (les décrets du khan et les exécutions d’esclaves en fuite et de rebelles étaient effectués près de la porte). Juste derrière la façade de la porte monumentale se trouve une galerie couverte de six dômes.

La porte orientale d’Ichan-Kala diffère sensiblement des autres portes de Khiva par la taille de sa forme architecturale. Ce n’est pas un hasard si les gens appelaient cette porte “Polvon-Darvoza”. La porte orientale d’Ichan-Kala servait également à abriter les étals de commerce. La porte ressemble à un “dash kutcha” (couloir de pierre) s’étendant d’ouest en est, les façades sont décorées sous forme de portails en arc, l’allée est bloquée par une chaîne de six dômes et il y a des boutiques dans les arcs latéraux, deux chacun.

Au-dessus de la porte, une dalle de marbre avec une inscription historique a été préservée, indiquant l’année de construction en lettres et la ville de Khiva (Shahri Kheyvak – 1221 (1806 AD)). C’est sans doute l’année de construction de la porte originale, qui se trouve sur le tracé du mur de la forteresse.

Après l’achèvement de la monumentale madrasa Allakulikhan en 1835, une galerie couverte à six dômes – le passage du marché – a été ajoutée au sud de celle-ci, avançant le début de la porte Polvon-Darvoza.

À l’entrée, en provenance d’Ichan Kala, il y a une inscription “Shahri Khiva” (Ville de Khiva), les lettres arrangées pour lire la date de construction – 1221, soit 1806 après J.-C. C’est la partie la plus ancienne du bâtiment associée aux bains d’Anush Khan.

La construction de la porte a été achevée par Allakuli-Khan en 1835. Sur le côté droit de la porte, à la sortie d’Ichan-Kala, il y avait un bazar d’esclaves jusqu’en 1873 et dans les niches de la porte, les esclaves en fuite et les rebelles attendaient leur châtiment.

La porte actuelle date de la fin des années 1830 du XIXe siècle. Dans la zone de Polvon-Darvoza, sous Allakulikhan, les transformations urbaines les plus importantes ont été réalisées : la madrasa avec 99 hujshras, le caravansérail et le Tim ont été construits, et la construction du palais Tashkhauli avec son agencement complexe et sa composition à plusieurs portes a été achevée.

C’est également là que les décrets du khan ont été promulgués et que la punition des criminels a été exécutée. D’où les noms populaires de ces portes : Pashshab-Darvoza (la porte de l’exécution), Qul-Darvoza (la porte des esclaves).

Les dimensions prévues sont de 51,76 m x 17,5 m ; les grandes coupoles ont un diamètre de 5,2 m ; deux petites coupoles font 4,5 m ; les bancs font 2,8 m x 4,4 m. Avec le transfert de la résidence du khan à Tash-Khauli, la place est devenue un centre public de Khiva, les décrets du khan sont affichés aux portes de la ville et les exécutions ont lieu à côté.

Lieux d’intérêt
Tash Darwaza Tor in Chiwa

Khiva - Porte Tash Darvaza

Khiva - Porte Tash Darvaza

Porte Tash Darvaza – la porte sud de Ichan-Kala à Khiva, construite dans les années 30-40 du XIXe siècle sous le règne d’Allakuli-Khan. Les portes étaient utilisées par les caravanes venant de la mer Caspienne. La façade sud principale possède deux tours massives.

Le portail est un bâtiment volumétrique à six chambres de composition longitudinale, symétrique par rapport à l’axe central, sud-nord, qui, bloquant la section allongée de la rue, est suivi de deux salles voûtées reliées par des ouvertures en arche avec les salles latérales fermées de plus petites dimensions (servant aux gardes de douane, aux gardiens et aux magasins). Les chambres du côté sud sont reliées par le passage à de petites chambres rondes à deux étages dans des tours cylindriques sur les côtés des couloirs. Les pylônes nord avaient deux escaliers en colimaçon menant au toit.

Les façades de la porte Tash-Darvaza impressionnent par la simplicité et la monumentalité des formes. Arcs de façade à profil plat en U, flanqués de tours massives sur la façade sud et de goulottes décoratives – sur la façade nord. Au sommet de la façade sud se trouvaient, jusqu’à récemment, des créneaux en briques flanqués de flèches.

La couche supérieure dans la zone du passage n’a pas été soulevée, mais les structures de la coupole ont été préservées. Les quatre arcs de soutien sous les quadrangles du dôme étaient reliés par des paliers et bordés de fausses voiles sphériques entre les deux. Les pièces latérales avaient également des plafonds en dôme.

Les façades et l’intérieur de la porte Tash-Darvaza ne sont pas décorés, laissés dans la texture de la maçonnerie de la cavité.

Les dimensions de la porte Tash-Darvaza à Khiva : générale dans le plan – 19,7×17,0 m ; hauteur – 10,0 m ; la portée des arcs du passage – 4,83 m ; espaces latéraux – 3,2×3,2 m ; hauteur générale – 9,3 m.

Lieux d’intérêt
Qozi Kalon Medrese in Chiwa

Khiva - Qozi Kalon Madrasa

Khiva - Qozi Kalon Madrasa

Le Qozi Kalon Madrasa, construit en 1905, est situé devant l’angle nord-ouest de la mosquée Juma à Khiva. La madrasa a été construite par le juge en chef Salim Akhun-khan. Bien que cette madrasa ne soit pas aussi grande et belle que les autres, diverses sciences y étaient enseignées.

Outre les disciplines religieuses, les bases du droit et de la fiscalité y étaient également enseignées. La madrasa a un portail bas à l’avant, avec la façade centrale orientée vers le nord.

Le portail a une entrée à trois ailes, et les portes sont décorées de motifs sculptés. Sur les côtés droit et gauche du vestibule tripartite se trouvent les salles sous coupole de la mosquée d’hiver et les salles de conférence de la madrasa.

La voûte des Balkhi couvre 15 hujras. Le madrasa a été co-construit par Khudaibergen Hajji, Kalandar Kochum, Bagbek Abdurakhmanov, Matchan Kulimov, Vais kulyal et d’autres.

Selon Abdulla Baltayev, un maître national de l’ornementation, 35 étudiants ont étudié à la madrasa. Le fils de Qozi-Kalon Salim akhun Babaakhun Salimov est devenu le premier ministre de la justice (nazir) du KhNSR.

Aujourd’hui, sur le territoire de Qozi Kalon madrasa à Khiva se trouve le Musée des arts musicaux de Khorezm. La superficie de l’exposition est de 125 mètres carrés. Au total, 352 objets sont exposés dans l’exposition, reflétant l’histoire du développement de la musique au Khorezm depuis les temps les plus anciens jusqu’à nos jours.

Il est possible d’y écouter les mélodies des anciens maqoms khorezm. Les dimensions globales de la madrasa sont de 32,5 m x 23,4 m.

Lieux d’intérêt
Residence of Islam Khodja in Khiva

Khiva - Résidence de Islam Khodja

Khiva - Résidence de Islam Khodja

La résidence de Islam Khodja, le conseiller spirituel d’Isfandiyar Khan, se compose de la plus petite madrasa à Khiva (42 hujjras – chambres pour les étudiants) et du plus haut minaret (57 mètres).

Ensemble, les structures forment un ensemble architectural inhabituel mais harmonieux. Les maîtres les plus célèbres de l’époque ont participé à sa construction. Le minaret de Islam Khodja* est appelé le symbole de Ichan-Qala.

À une hauteur de 45 mètres, il y a une terrasse d’où l’on peut voir toute la ville. La finition du minaret avec des carreaux émaillés confère à la structure imposante une certaine légèreté et élégance.

Pour les amateurs d’architecture, la salle à coupole et la majolique de l’entrée et des murs de la madrasa sont intéressantes. Ceux qui ne sont pas indifférents à l’histoire seront intéressés par le destin tragique de Islam Khodja*, dont les idées progressistes n’ont pas trouvé grâce auprès de ses contemporains, ce qui a entraîné sa mort.

*Said Islam Khodja s’est distingué en tant que dignitaire pendant le règne de Khan Said Muhammad Rahim II, qui a régné de 1863 à 1910. Sous son successeur Khan Isfandiyar (qui a régné de 1910 à 1920), il s’est élevé au rang de vizir ou de premier ministre. Il a reçu un mandat du souverain pour mener des réformes profondes dans le khanat. C’est ainsi qu’il s’est efforcé d’obtenir une réforme de l’école. Parmi les autres mesures, citons la construction de la poste et du télégraphe et d’une usine de coton.

En 1911, d’autres dignitaires du khanat ont protesté par écrit contre ces innovations, en raison des inquiétudes suscitées par les actions progressistes. En réponse, le vizir a accusé ses adversaires de conspiration et a obtenu leur arrestation. Durant l’été 1913, il est tué par un tueur à gages.

Entre 1908 et 1910, Said Islam Khodja a fait construire sa résidence – la madrasa Islam Khodja – à l’est de la vieille ville à Khiva. De plus, il a fait construire le minaret Islam Khodja, le plus haut de la ville.

Une fille de Said Islam Khodja était l’épouse de Khan Isfandiyar (source: Wikipedia).

Lieux d’intérêt

Khiva - résidence Kibla Tozabog

Khiva - résidence Kibla Tozabog

La résidence Kibla Tozabog est l’une des résidences d’été des souverains de Khiva. Elle est située au sud-ouest de la ville, à une distance relativement courte de deux kilomètres. La superficie du palais est d’un demi-hectare et il a été construit sous le règne de la dynastie Kungrat de Khiva.

La résidence d’été a été construite pour le onzième représentant de la dynastie, Muhammad Rahim-khan II. Le khan lui-même à cette époque avait 52 ans, il a hérité du trône au jeune âge de 19 ans et pendant de longues années de règne a eu le temps de construire les considérables institutions éducatives spirituelles, les mosquées, les diverses constructions de la nomination civile. En particulier, le souverain de Khiva a créé la plus grande madrasa d’Asie centrale, d’une ampleur inégalée, qui porte son nom jusqu’à aujourd’hui.

Le nom de la résidence Kibla Tozabog est traduit par “pur jardin” et en effet, il y a tant de verdure sur son territoire, créant une fraîcheur, des parterres de fleurs qui décorent vraiment cet endroit. Dans l’architecture des bâtiments et des intérieurs, vous pouvez sentir l’influence de la civilisation occidentale. Selon la mode de l’époque, le souverain de Khiva a fait participer les architectes de Russie et d’autres pays à la construction. Cependant, les styles orientaux ont également été préservés. La résidence est entourée d’un mur de forteresse, renforcé par des tours de guet. L’entrée de la résidence se fait par une porte qui présente des décorations sculptées ornées.

Kibla Tozabog – une résidence de banlieue du Khan à Khiva, dont la construction a commencé en 1897, réunit dans un même complexe trois cours de superficie inégale. Chaque cour a été construite avec de spacieuses maisons à deux étages, les façades ont été décorées de colonnes en bois, traditionnellement ornées de sculptures complexes. Impressionnant chevauchement – les Aiwans avaient également des rampes et des colonnes ornées. Les jours ensoleillés et chauds, il aimait lui-même se promener sur les plafonds rationnellement conçus du Khiva Khan, accompagné de son entourage. Tout le périmètre des bâtiments du palais était densément occupé par divers services.

Les trois cours de Kibla Tozabog ne se ressemblent pas. La place centrale dans la première est occupée par la fontaine avec l’étang artificiel qui l’entoure, lui-même encadré par des parterres de fleurs. On y trouve également un grand hall pour recevoir les invités et les ambassadeurs, dont l’intérieur est conçu strictement selon le style européen (en particulier, la salle a de grandes fenêtres lumineuses, qui ne sont pas typiques de l’Orient).

Lieux d’intérêt
Tim Allakuli Khan in Khiva

Khiva - Tim Allakuli Khan

Khiva - Tim Allakuli Khan

Après qu’Allakuli-Khan ait construit un caravansérail à Khiva en 1832-1833, qui comportait une auberge, un entrepôt et des étals de marché, il est devenu évident qu’il fallait un bazar couvert – Tim, qui a été ajouté au caravansérail en 1836-1838. Il combinait avec succès les fonctions de porte de la ville, de bazar et de “hall” du caravansérail. Aujourd’hui, le caravansérail et le Tim ressemblent à une seule et même structure.

Le commerce dans le Tim se faisait dans les boutiques latérales, où les marchands se tenaient avec leurs marchandises. On pouvait y acheter non seulement des produits locaux, mais aussi des tissus russes ou anglais, des foulards en soie, des bottes de Boukhara, de la vaisselle de Chine, etc. Le rais (président) vérifiait l’exactitude des balances et supervisait la commande. Il était habilité à régler les différends sur place par des taxes et des coups. Une taxe était perçue à la porte pour l’importation et l’exportation de marchandises. Les dimensions de Tim Allakuli-Khan à Khiva sont : 74 x 26,5 mètres, diamètre des dômes de 9,5 à 6 mètres.

Allakuli-Khan (1794-1842), a régné de 1825 à 1842 et a été le cinquième souverain de la dynastie ouzbèke des Kungrat dans le khanat de Khiva. Il est arrivé au pouvoir après la mort de son père Muhammad Rahim-Khan I (1806-1825).

Sous le règne d’Allakuli Khan à Khiva, le palais Tash-Hovli (1830-1832), le Medrese (1834-1835), le Caravanserai (1832-1833), le Tim (dôme du commerce), les mosquées Saitbay, la mosquée Ak et d’autres ont été construits.

En 1842, Khiva a été entourée d’un mur extérieur de six kilomètres de long (Dishan-kala), qui a été construit en 30 jours.

Pendant le règne d’Allakuli Khan à Khiva, les poètes comme Muniz Khorezmi, Rojih, Dilavar, Syed Mirza Junaid, Mirza Masiho ont créé de l’art. Les historiens Muniz Khorezmi et Agakhi ont écrit l’histoire de Khorezm.

Après la mort d’Allakuli Khan, le pouvoir au Khoresm passe à son fils, Rahimkuli Khan (1842-1845).

Lieux d’intérêt
Uch-Awliyo Mausoleum

Khiva - Uch Avliyo Mausolée

Khiva - Uch Avliyo Mausolée

Le mausolée Uch-Avliyo est situé à Khiva, près des murs occidentaux du palais Tash Hauli. Il a été construit en mémoire de trois saints et appartient au développement Ichan-Kala. L’immense salle du mausolée est couverte d’une coupole avec une voûte cellulaire.

Les fouilles archéologiques ont permis de libérer le mausolée des couches de terre. Il y a de nombreuses sépultures dans le mausolée. La date la plus ancienne est 1561, elle est visible sur le panneau de la porte sculptée. Au début des années 80 du XXe siècle, le portail d’entrée a été endommagé par de fortes pluies, de plus, les piliers aiwan de la mosquée ont été gravement endommagés.

Après la restauration et la reconstruction des environs, le mausolée de Uch-Avliyo est devenu un lieu fréquemment visité à Khiva. Une niche hors-jeu plus profonde dans l’axe de la salle couronnait une voûte en treillis “kolab-kari”, commémorant le travail des maîtres de Boukhara qui ont probablement participé à sa construction. Les noms des sculpteurs sur bois de Khiva sur la porte d’entrée du mausolée : Abdurahman, Abdullah ibn Sayyid Asad Hussein, fils d’Ahmad Samarkandi, et l’année 969 après J.-C. Les dimensions du mausolée : 16×10 m, hall – 6×6 m, hauteur du portail 12 m.

Lieux d’intérêt
Yakubbay Chodscha Medrese in Chiwa

Khiva - Yakubbay Khoja madrasa

Khiva - Yakubbay Khoja madrasa

Le complexe historique de Khiva “Ichan-Kala” possède de nombreux monuments archéologiques des XIXe et XXe siècles. Quand vous venez ici, vous pouvez sentir le lien entre les différentes époques et les différents peuples. Comme dans le conte d’Aladin, il y a de nombreux mausolées et madrasahs historiques dans les rues de cette vieille ville, menant de l’un à l’autre. L’un de ces monuments archéologiques de Khiva est la madrasa Yakubbay Khoja, qui se trouve à l’ouest de l’ancien mausolée de culte Pahlavan Mahmud. La madrasa a été construite en 1873 par le riche marchand Yakubbay Khoja de Khiva.

Vue de dessus, la madrasa ressemble à un rectangle s’étendant le long de l’axe longitudinal d’ouest en est. Le groupe de vestibules se termine par une salle sous coupole, traditionnelle pour l’architecture musulmane, qui mène à la cour intérieure par une porte en arche. Dans l’angle nord-est de la madrasa se trouve une petite mosquée à coupole en brique. Les portes en bois sont décorées de riches tuiles par les maîtres de Khiva.

Lieux d’intérêt
issyk Kol - Kyrgyzstan

Le Lac Issyk Kul

Le Lac Issyk Kul

Le lac Issyk-Kul (également Yssyk-Köl) est sans aucun doute la principale attraction du pays. Issyk-Kul est unique à tous égards. Le lac se trouve au milieu de l’immense bassin d’Issyk-Kul, qui est situé entre deux immenses crêtes montagneuses : Kyungey-Ala-Too et Terskei-Ala-Too, qui occupent presque toute la zone. À 1700 m au-dessus du niveau de la mer, Issyk Kul est le deuxième plus grand lac alpin du monde après le lac Titicaca en Amérique du Sud. La profondeur maximale du lac est de 702 mètres, ce qui en fait l’un des lacs les plus profonds du monde. Le littoral du lac s’étend sur près de 700 km, ce qui témoigne de sa taille. L’abondance du lac est alimentée par de nombreuses rivières glaciaires qui descendent des pentes du Tien Shan – il y en a plus de 80.

L’eau d’Issyk-Kul est salée et ne gèle pas, même en hiver. C’est là que le lac a pris son nom : Issyk-Kul signifie “lac chaud” en kirghize. Le lac procure à la vallée un climat maritime particulier, très inhabituel en haute montagne et dans toute l’Asie centrale. Par exemple, les hivers y sont beaucoup plus doux que dans d’autres régions du pays, tandis que les étés, en revanche, ne sont pas aussi chauds. Les eaux de l’Issyk-Kul se réchauffent jusqu’à 20-25 degrés Celsius en été, faisant du lac un lieu de baignade populaire pour les Kirghizes et les touristes d’autres pays.

Les rives du lac sont géographiquement très diverses. La partie occidentale de la rivière est constituée de terrains secs et sablonneux, avec peu de végétation et un faible niveau d’eau. Plus près du centre, le lac devient beaucoup plus large et les parties les plus profondes de l’Issyk-Kul se trouvent ici. Dans cette section, la rive opposée est à peine visible et le lac ressemble davantage à une véritable mer. Dans la partie orientale, en revanche, le lac est un peu plus frais en raison des nombreux affluents. Les rives du lac sont ici marécageuses et herbeuses, avec de nombreuses petites îles, criques, etc. Le niveau de l’eau est le plus bas ici.

Les rives d’Issyk-Kul sont non seulement géographiquement mais aussi culturellement très différentes. La rive nord du lac est traditionnellement plus visitée et développée pour le tourisme, car elle possède un rivage lisse et de bonnes plages, ce qui n’est pas le cas de la rive sud. Sur la rive nord de l’Issyk-Kul, de nombreuses pensions, hôtels et maisons de loisirs accueillent les visiteurs toute l’année. Les endroits proches de la ville de Cholpon-Ata et du village de Bosteri sont particulièrement populaires. La côte nord, en revanche, est plus adaptée à des vacances relativement passives. Les attractions géographiques ne sont pas très nombreuses, mais toutes les conditions sont réunies pour une détente complète sur les rives du lac. Les familles et les groupes d’amis s’y sentiront comme chez eux.

La rive sud d’Issyk-Kul, en revanche, est plus déserte et plus calme. Bien qu’il n’y ait pas autant de plages, il y a beaucoup de sites différents qui n’ont pas été touchés par l’homme. La raison en est que la rive sud est proche des montagnes Terskey Ala-Too. Par conséquent, le littoral est très accidenté et le fond est très rocheux. La partie occidentale de la rive sud est dominée par des gorges argileuses et des montagnes et collines desséchées. Le paysage ne change qu’au milieu, lorsque les montagnes se rapprochent le plus possible de la côte. La rive sud convient à ceux qui recherchent la solitude, les expériences de la nature et les loisirs “sauvages”, loin de la civilisation et du bruit.

Issyk Kul a une histoire ancienne et riche. La première mention écrite du lac remonte au IIe siècle avant J.-C. Les peuples primitifs vivaient sur ses rives. Les peuples préhistoriques vivaient sur ses rives et ont laissé de nombreuses gravures rupestres que l’on peut encore voir aujourd’hui. D’anciennes tribus scythes, dont le village principal de Chigu se trouve aujourd’hui sous le lac, y vivaient également. Les moines nestoriens qui ont apporté les reliques de saint Matthieu sur les rives du lac ont trouvé refuge ici (leur emplacement exact reste l’un des plus grands mystères d’Issyk-Kul). Parmi les attractions plus modernes, citons la ville de Karakol, connue pour son architecture, et le centre culturel Rukh-Ordo à Cholpon-Ata. Tous les deux ans, les Jeux mondiaux des nomades, la plus importante compétition sportive ethnique au monde, se déroulent également sur les rives du lac.

Lieux d’intérêt

Nour Soultan - Astana Bayterek

Nour Soultan - Astana Bayterek

En 2002, le monument “Astana Bayterek” a été érigé au centre de la ville de Nour Soultan. Ce monument prouve que l’histoire du peuple kazakh est comme un arbre puissant avec une couronne très étendue et des racines fortes et longues qui atteignent sept couches profondes dans la terre. Les racines vont loin et les feuilles sont hautes ; nous allons grandir et nous développer, c’est le sens de l’objet.

Le Astana Bayterek au centre de la ville soutient le ciel. Le bâtiment, d’une hauteur de 97 mètres, symbolise l’année de la proclamation de la nouvelle capitale. Selon la conception architecturale, le Bayterek se compose de trois parties :

– La première partie, le niveau inférieur, descend de 4 à 5 mètres. On y trouve une petite maquette d’un royaume sous-marin – un aquarium de 7 mètres dans lequel nagent des poissons.

– La seconde partie est le Bayterek, une structure métallique sur laquelle circulent deux ascenseurs à grande vitesse MITSUBISHI à faible niveau sonore.

– La troisième partie est une sphère de 22 m de diamètre et d’un poids de 300 tonnes, réalisée en verre caméléon SUN GLASS, qui change de couleur en fonction de la lumière du soleil et symbolise l’œuf d’or de l’oiseau magique Samruk.

Pour visiter la sphère de verre, vous devez prendre l’ascenseur panoramique jusqu’au sommet du Bayterek. Vous atteindrez d’abord une plate-forme d’où vous pourrez admirer la ville à 93 mètres de hauteur. D’ici, vous pouvez voir le nouveau centre administratif comme s’il tenait dans la paume de votre main. L’Akorda, le bâtiment du gouvernement, l’avenue Fountain, le Sénat, le Majilis, la Cour suprême, les bâtiments des ministères des affaires étrangères, de la défense, des transports et des communications, les bâtiments de KazMunayGas, KazTransOil – tout fleurit sous vos yeux.

Depuis la haute tour, la vaste steppe a un effet magique, et vous fixez l’immense horizon pendant un long moment jusqu’à ce qu’il disparaisse dans la nuit. Au niveau le plus élevé, à 97 mètres du sol, se trouve l’empreinte de la paume du premier président du Kazakhstan, Ayaly-Alakan. Lorsque l’on pose la main dessus, on entend la chanson “Menin Elim”, et il semble que tout le Kazakhstan chante en même temps.

Si vous admirez la tour la nuit, l’éclairage nocturne spécialement installé colore Bayterek jusqu’à cinq cents nuances, car l’éclairage est réalisé par des moyens informatiques spéciaux.

Aujourd’hui, “Astana Bayterek” est un lieu populaire non seulement pour les habitants de Nour Soultan et de la République, mais aussi pour tous les visiteurs venus de près ou de loin. En 2002, le Grand Prix a remporté le 10e concours international de l’Union internationale des associations d’architectes des pays de la CEI et des villes de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Moscou et Saint-Pétersbourg ont remporté le Grand Prix et la médaille d’or. En 2003, Nour Soultan a reçu la médaille d’argent pour l’architecture de la ville nouvelle lors de la Triennale mondiale d’architecture à Sofia, en Bulgarie. La même année, il a reçu à l’unanimité le Grand Prix et la Médaille d’or au Festival des architectes de Bishkek.

Lieux d’intérêt
Muslim Tour in Usbekistan

Samarcand - Complexe de l'Imam al-Bukhari

Samarcand - Complexe de l'Imam al-Bukhari

Dans le village de Khartang, dans le district de Payaryk, 25 km de Samarcand, se trouve l’un des sites de pèlerinage les plus vénérés de l’Islam – le Complexe de l’Imam al-Bukhari.

Abu Abdullah Muhammad ibn Ismail al-Bukhari est un célèbre théologien et spécialiste des hadiths (la hadithologie est la science du Hadith, elle rend compte des paroles et des actes du prophète Muhammad) et l’auteur du deuxième livre musulman le plus important après le Coran, “Al-Jomiy al-Sahih” (“Une collection de confiance”).

L’imam Al-Bukhari est né à Boukhara en 810. On sait que son arrière-grand-père a été l’un des premiers à adopter l’islam. Son père était l’un des conteurs des légendes sacrées. Son père est mort alors qu’Al-Bukhari était encore un enfant. Al-Bukhari est resté avec sa mère, qui l’a élevé. C’est une femme instruite qui a formé le garçon dans diverses sciences. Muhammad était un homme sensible, intelligent et avait une mémoire extraordinaire pour son âge. A l’âge de 7 ans, il a appris tout le Coran par cœur, à l’âge de 10 ans, il connaissait plusieurs milliers de hadiths par cœur. En 825, alors qu’il avait 16 ans, al-Bukhari est allé avec sa mère et son frère aîné Ahmad au Hajj à la Mecque et à Médine. Après le pèlerinage, sa mère et son frère sont retournés à Boukhara et il a voyagé pendant de nombreuses années dans différents pays musulmans, où il a étudié avec de célèbres érudits islamiques de l’époque.

Selon une légende, il aurait collectionné des centaines de milliers de hadiths, dont il connaissait 300 000 par cœur. Il a passé 42 ans de sa vie à les étudier. Il a commencé à écrire son livre à Bassorah et a continué à le rédiger pendant de nombreuses années, y compris, selon lui, des hadiths de 1080 experts. Son livre contient 7275 Hadiths authentiques. La preuve de l’authenticité du Hadith est la fiabilité de la voie de transmission et de chacune de ses connexions, qui donne une image morale de l’émetteur sur laquelle il peut compter. Al-Bukhari a mis un accent particulier sur l’identification des personnes qui ont servi de source de transmission. Il n’a inséré que les hadiths qui ont été faits dans des déclarations “crédibles” par des personnes qui étaient des témoins directs de l’acte du Prophète. L’imam al-Bukhari travaillait sur son livre depuis 16 ans.

On sait de source sûre qu’il a écrit de nombreux autres livres, dont “Ta’rihih Kabir” (“La grande histoire”). Après avoir écrit “As-Sakhih”, il est retourné à Boukhara et a commencé à enseigner à tous ceux qui voulaient apprendre, car il croyait qu’apprendre ensemble apporterait de grands avantages à la société grâce à l’alphabétisation. Son autorité était si grande qu’un hadith inconnu de lui était considéré comme indigne de confiance par le peuple.

Indépendamment de sa volonté, il s’est heurté au souverain de Boukhara, Tahiridd Holid ibn Ahmad, et a été forcé de déménager dans le village de Khartoang près de Samarkand, où il est mort en 870. Le cimetière du village de Khartang, dans le district de Payarik, dans la région de Samarkand, est devenu le lieu de pèlerinage le plus vénéré et le plus sacré. Au XVIe siècle, une petite mosquée a été construite près du mausolée de l’Imam-al-Bukhari et des arbres chinar ont été plantés.

Au temps de l’Union soviétique, ce lieu saint musulman était oublié et aucune cérémonie religieuse n’y était organisée. La mosquée se délabre peu à peu, mais elle sera remise en état en 1954 grâce à la visite du président indonésien Sukarno. Après sa visite à Moscou, le président Sukarno est arrivé à Tachkent et a demandé à être autorisé à vénérer la dépouille de St. Imam al-Bukhari. Les autorités de la république, ayant entendu cela, étaient même confuses au début car elles avaient déjà oublié qui était l’imam al-Boukhari et où se trouvait sa tombe. Dans la précipitation, l’ordre est donné d’envoyer immédiatement la commission à Samarkand. Les autorités ne pouvaient pas refuser le président Sukarno, car à cette époque, l’Union soviétique, à l’initiative de Khrouchtchev, commençait à établir des relations internationales avec de nombreux pays, y compris des pays de l’Est islamique, et ce refus risquait donc de provoquer un scandale international. Mais lorsque les autorités sont arrivées sur place, elles ont vu une image extrêmement désagréable : la mosquée était complètement abandonnée et il n’y avait même pas une pierre tombale sur la tombe d’Al Bukhari. Et sur ordre du haut commandement, la mosquée et ses environs ont été nettoyés autant que possible en un jour et même une route goudronnée menant à la mosquée a été posée en très peu de temps. En bref, la mosquée Al Bukhari a accueilli le président Sukarno. Il s’est incliné devant la tombe du grand savant et a honoré sa mémoire. Le président Sukarno a été suivi par le président somalien Madiba Keita, qui s’est également rendu à Tachkent et a demandé à se rendre sur la tombe de Saint Ismail al-Bukhari. La mosquée Ismail al-Bukhari a ensuite été remise au Conseil islamique des musulmans d’Asie centrale et du Kazakhstan, apparemment sur ordre du Centre (Moscou). Depuis lors, la mosquée est à nouveau visitée par des prières.

Après l’indépendance de l’Ouzbékistan, la Complexe de l’imam Muhammad ibn Ismail al-Bukhari a été restaurée. En 1998, un majestueux complexe commémoratif a été construit dans le village de Khartoum, qui comprend un mausolée, une mosquée, une bibliothèque et une école coranique. Cette même année 1998, les célébrations du 1225e anniversaire du célèbre scientifique ont eu lieu à Samarkand le 23 octobre.

L’accès au complexe se fait par un portail d’entrée avec des portes sculptées. Au centre du complexe se trouve le mausolée de l’Imam Ismail al-Bukhari en forme de prisme rectangulaire, carré à la base, mesurant 9×9 m et 17 m de haut. Le dôme du mausolée est double, nervuré et décoré de tuiles bleues. Les murs sont décorés de mosaïques, de majoliques, de ganche, d’onyx et de granit avec des ornements végétaux et géométriques. Au milieu, il y a une pierre tombale en onyx vert clair.

Sur le côté gauche de la cour se trouvent une mosquée, une khonaqo et une salle de 786 mètres carrés, où 1500 croyants peuvent prier en même temps. Sur le côté droit se trouvent une bibliothèque et un musée avec de rares exemplaires de livres manuscrits et lithographiques sur la religion islamique, des cadeaux d’hommes d’État de différents États, dont une partie de la “Kiswah” – une pièce de plafond de la Kaaba à La Mecque, qui a été offerte au mémorial par le roi d’Arabie saoudite.

Dans la partie arrière du tribunal, il y a un centre de formation des hadiths. Au milieu de la cour, il y a un bassin d’eau – “Khauz” avec d’anciens arbres Chinar, à côté duquel se trouve une source d’eau médicinale.

Afin d’effectuer des recherches approfondies sur l’héritage spirituel de l’imam al-Boukhari et de le diffuser largement, une fondation internationale a été créée, qui publie sa propre revue spirituelle et éducative depuis 2000. Les livres d’Al-Bukhari sont utilisés dans les madrassas et les universités islamiques comme principal manuel pour l’étude de la Sunna (tradition sacrée) sur le prophète Muhammad.

Lieux d’intérêt
Basar Chorsu Samarkand

Samarcande - Dôme Bazar Chorsu

Samarcande - Dôme Bazar Chorsu

Derrière la madrasa Sher Dor à Samarcande se trouve le Dôme Bazar historique Chorsu. Entre-temps, le bazar a été restauré. Le Chorsu (le marché couvert, littéralement – quatre coins) est un bâtiment qui se trouve à côté de la madrasa Sher Dor. Le Dôme Bazar Chorsu est situé dans le centre historique de Samarkand et fait partie de l’ensemble architectural de la Place du Régistan.

Les sites historiques tels que le complexe de pierres tombales de Shaybanid, la Madrasa Sher Dor, la Madrasa Tilla Kori et la Madrasa Ulugbek sont à proximité immédiate.

Dans la traduction, “Chorsu” signifie également “carrefour”. C’est le nom commun des bazars historiques d’Asie Centrale, qui a également été conservé d’un des bazars historiques de Tachkent. Le bâtiment est un pavillon hexagonal couronné par un grand dôme au milieu et six dômes plus petits dans l’axe de chacune des surfaces murales.Le Chorsu a été construit au XVe siècle au carrefour des routes reliant Samarcande à Shakhrisabz, Boukhara et Tachkent.

Au début du XVIIIe siècle, le bâtiment a été reconstruit et transformé en magasin de coiffure. Le bâtiment a servi de centre d’affaires et de commerce. Non seulement divers biens ont été vendus ici, mais des accords ont également été conclus.

Au XVIIIe siècle, le bâtiment a été utilisé comme centre de vente de couvre-chefs. En 2005, le bazar sous dôme a été restauré et afin de restituer toute la hauteur du bâtiment, une couche de terre de trois mètres d’épaisseur a été mise à nu depuis la surface.

Aujourd’hui, dans le bazar du dôme, Chorsu se trouve la galerie d’art de Samarcande, qui expose des œuvres d’artistes et des sculptures ouzbeks, ainsi que des œuvres inestimables du passé. En 2005, le bâtiment a été remis à l’Académie des arts locale en tant que galerie d’exposition.

Aujourd’hui, vous pouvez également voir les œuvres d’auteurs ouzbeks contemporains.

Lieux d’intérêt

Samarcande - Ishrat Khana Mausolée

Samarcande - Ishrat Khana Mausolée

Ishrat Khana Mausolée à Samarcande remonte au règne du Temuride Abu Said (1451 – 1469), dont les ruines portent un nom quelque peu inattendu: “Ishrat Khana” – “Maison de la joie”, apparemment en raison d’une conception architecturale très riche.

Il existe des légendes qui relient ce bâtiment à Temur, mais en 1896, l’archéologue Vyatkin a trouvé un document qui dit qu’une femme noble, Habiba-Sultan, épouse du Sultan Temurid Ahmad Mirza, a construit un bâtiment en forme de dôme sur la tombe de sa belle-sœur, la princesse Hawend Sultan biki, fille du souverain de l’époque, Abu Said.

Ce Bâtiment, qui date de 1464, était un mausolée dynastique pour une femme et des enfants de la maison des Témourides. Selon des documents écrits datant de 1464, le bâtiment a été commandé par l’épouse du Sultan Abu Said Habiba Sultan Begim en mémoire de sa fille décédée, le Sultan Hawend biki.

Lors de fouilles archéologiques en 1940, jusqu’à trente enterrements de femmes et d’enfants ont été découverts. Le bâtiment décrit représentait tout un ensemble de bâtiments.

La place centrale était occupée par le caveau funéraire, qui était décoré d’un haut portail venant de l’ouest. Du côté sud, le bâtiment était attenant à une galerie en forme de dôme arqué, qui offrait une entrée supplémentaire à la tombe.

Du côté nord, il y avait une mosquée. Dans les coins du bâtiment, il y avait des salles voûtées pour les personnes qui servaient le mausolée. Seules les ruines de ce bâtiment ont été conservées.

En 1903, le dôme s’est effondré avec le haut tambour lors d’un tremblement de terre. Dans les années 1940, des travaux de restauration ont été effectués pour préserver le monument. La place centrale était occupée par le tombeau, qui était décoré d’un haut portail venant de l’ouest.

Du sud, la galerie en forme de dôme arqué jouxte le bâtiment, par laquelle une entrée supplémentaire au tombeau a été créée. Du côté nord, il y avait une mosquée. Dans les coins du bâtiment, il y avait des salles voûtées pour les personnes qui servaient le mausolée.

Ishrat Khana Mausolée est situé au nord du mazar d’Abdi-Darun. C’est un bâtiment de la seconde moitié du XVe siècle avec un grand portail et une haute salle centrale, au-dessus de laquelle le dôme était encore conservé au XXe siècle. Sous le hall, il y a une chambre funéraire avec 23 enterrements de femmes et d’enfants.

À l’intérieur du mausolée, des panneaux, des peintures murales et des plaques ont été utilisés. La signification de Ishrat-khana “maison de la joie” est de transmettre l’idée de “maison éternelle pour la vie paradisiaque”.

Lieux d’intérêt
Shohi Zinda - Samarkand

Samarcande - l'ensemble Shahi Zinda

Samarcande - l'ensemble Shahi Zinda

L’ensemble Shahi Zinda à Samarcande – une ville complète qui peut rivaliser en beauté avec des tombes de renommée mondiale comme les pyramides égyptiennes, le Taj Mahal en Inde. C’est un lieu de pèlerinage du monde, où les gens sont attirés par un esprit spécial, un pouvoir magique.

“Les vénérables et humbles femmes et sœurs de l’émir Temur ont voulu être enterrées sur le seuil de ce lieu, protégées par les anges, – écrit Abu Tahir Khoja, – et ont construit ici de tels bâtiments que le ciel azur détournait l’œil du temps – elles ne voyaient pas de bâtiments aussi beaux et élégants, de sorte que le dôme turquoise du ciel leur ouvrait les yeux – la lune et le soleil – il n’admirait pas de carreaux de cette couleur.

Une série d’élégantes voûtes funéraires d’un bleu éclatant s’étendaient le long des anciennes pentes d’Afrasiab. Shahi-Zinda – un des sanctuaires de l’Orient musulman – est un complexe monumental de tombes qui a été construit aux X – XI siècles et qui comprend aujourd’hui quarante-quatre tombes dans plus de vingt mausolées.

Le sanctuaire le plus important au sommet de la colline est le Mazar, attribué à Kusam, fils d’Abbas, cousin du prophète Muhammad, selon les légendes et les sagas. Le rituel d’adoration de sa tombe a été introduit dans le passé.

Une légende le décrit comme le Shahi-Zinda, le “roi vivant”. Cette apparition est connue depuis longtemps en Asie centrale et est associée à l’image de Siyavush, la “divinité souffrante”. Les racines de cette histoire remontent à un ancien culte de la souffrance et des divinités mourantes.

Cette image a été très populaire auprès des femmes depuis l’Antiquité. C’est évidemment grâce au culte des “saints disparus” que cette célèbre nécropole est devenue le lieu de sépulture des femmes de l’Amir Temur.

Selon les fouilles archéologiques, la zone de la nécropole était une zone résidentielle de la ville ancienne jusqu’au XIe siècle. Les fondations et les cryptes des premiers bâtiments de l’ensemble remontent au XIIe siècle. siècle. Au XIIIe siècle, après la conquête par les Mongols, les habitants ont quitté l’ancienne forteresse et Shahi-Zinda a été longtemps dans la désolation.

Au début du XIVe siècle, des bâtiments colorés de mausolées sont apparus les uns après les autres sur le site de la ville morte. Au moment de la mort de Temur, les bâtiments de Shah-i-Zinda ne se trouvaient que dans les murs du vieux Samarcande. Derrière l’arrière du mur de la forteresse, il y avait un grand fossé et un précipice.

Au fil du temps, les murs détachés ont été rasés et les bâtiments du groupe inférieur ont été érigés au pied d’Afrasiab pendant le règne d’Oulougbek. Au début, un mausolée détaché avec deux dômes et un portail vers le sud est apparu.

Pour la montée à Afrasiab, un large escalier a été construit. Les bâtiments du groupe inférieur ont été achevés entre 1434 et 1435. L’inscription sur le portail d’entrée informe : “Cette majestueuse structure a été fondée en 838 après J.-C. (1434-1435 après J.-C.) par Abdulaziz-khan, le fils d’Ulugbek Guragan, le fils de Shahrukh, le fils de l’émir Temur Guragan.

La Mazarishah est très populaire parmi la population. Des témoins oculaires ont rapporté que les derviches de l’ordre du cadmium passaient par ici tous les jeudis des années 1920. Le rituel de la Jahriya, développé par le grand soufi Ahmad Yassavi (Radia fort), a commencé dans la mosquée supérieure, puis les participants, sans s’arrêter pour dire “ho” ou “huh”, ont descendu les nombreuses marches de l’escalier de la mosquée inférieure en faisant des mouvements circulaires.

Avant la fin de la cérémonie, les participants ont chanté des versets religieux (hoviz). On pensait que la représentation de Ziarat sur les Mazars de Saint-Kusam avait une influence étonnante sur l’humeur esthétique des “gens de coeur” (les mystiques).

En 2005, l’ensemble Shahi Zinda à Samarcande a fait l’objet d’une vaste restauration, au cours de laquelle la clôture des rues du mausolée, qui s’élevait sur le côté droit du chemin, a été enlevée pour ouvrir l’espace où ont été trouvés la mosquée, les madrasas du début du Moyen Âge (XIe siècle) et les traces des mausolées précédents.

Lieux d’intérêt
Afrasiyab

Samarcande - la Forteresse Afrasiyab

Samarcande - la Forteresse Afrasiyab

Afrasiyab est le nom du légendaire et mythique roi de Turan et l’un des héros légendaires “Shahname”, poèmes du grand poète persan Ferdowsi. Sous le même nom est connu l’endroit où se trouvait l’ancien Samarcande – son noyau d’origine – la forteresse Afrasiyab.

Elle a été l’une des premières implantations sur le territoire de la ville moderne, appelée Marakanda, et a été fondée au milieu du premier millénaire avant J.-C., lorsqu’elle était entourée de murs de forteresse.

Turan, à son tour, est le nom d’un vaste territoire qui occupe presque toute l’Asie Centrale. Au début du VIII. J.-C., elle a été conquise par les Arabes et est rapidement devenue un centre important de la culture musulmane.

En 1220, il a été presque entièrement détruit par le souverain mongol Gengis Khan. Afrasiyab a été conquise par Alexandre le Grand en 329 av. Les fouilles menées (avec des interruptions) depuis 1874 ont montré que la vie à Afrasiyab a été presque ininterrompue du VIe siècle avant J.-C. jusqu’à sa destruction par les Mongols en 1220.

La forteresse d’Afrasiyab se compose d’une citadelle, d’un centre ville et d’une banlieue. Des quartiers résidentiels et artisanaux, une mosquée, les vestiges d’un palais des VII-VIIIe siècles, où des peintures murales polychromes ont été découvertes en 1965, ont été ouverts.

La forteresse d’Afrasiyab est maintenant une énorme accumulation de collines inhabitées qui bordent la ville moderne du côté nord. Dans un passé lointain, la vie était bouillante ici. C’est pourquoi nos scientifiques sont très intéressés par Afrasiyab.

Les recherches archéologiques sur la forteresse d’Afrasiyab ont commencé à la fin du XVIIIe siècle. Siècle, peu après l’annexion de l’Asie centrale par la Russie, avec des fouilles menées par Borzenkov en 1874 et Krestovsky en 1883.

Les premières fouilles amateurs n’avaient pas une grande importance scientifique, mais elles ont apporté de précieuses découvertes. Les recherches archéologiques ultérieures menées ici ont pleinement confirmé que Samarkand était l’un des plus grands centres commerciaux et culturels d’Asie centrale bien avant notre époque.

Dans la forteresse d’Afrasiyab, on a trouvé de belles pièces de vaisselle en argile coulée et sans eau, de nombreuses statuettes en terre cuite, des fragments d’ossuaire, de la verrerie, divers outils, des bijoux de femmes, des pièces de monnaie, etc.

Les découvertes archéologiques donnent un compte rendu impressionnant de la vie dans l’ancienne Samarcande au cours des nombreux siècles de son existence. Il est maintenant prouvé que le peuplement de l’urbanité à Afrasiyab existait il y a deux mille cinq cents ans.

La ville était entourée de puissants murs de forteresse, à l’intérieur desquels se trouvaient déjà à l’époque la citadelle du Shakhristan, une mosquée de la confiture, des habitations et des ateliers. Le territoire de la ville était traversé par des rues de pierre directes et divisé en quartiers – Guzar.

Le tumulus découvert lors de fouilles en 1965 dans le centre d’Afrasiyab avait une valeur archéologique exceptionnelle. Ce qui a été trouvé ici a dépassé toutes les attentes des scientifiques.

Des bâtiments en briques crues creusés dans les profondeurs du monticule, des peintures murales colorées, des inscriptions en sogdian, de nombreux articles ménagers, de la verrerie – des verres miniatures aux encriers – ont révélé aux archéologues et aux historiens la riche culture originale de la ville ancienne.

Ainsi, le voile du mystère d’Afrasiyab a été levé. Plusieurs bâtiments des VIe au VIIe siècles ont été mis au jour. Leurs murs sont décorés de peintures très artistiques, peintes avec des couleurs à la colle sur du plâtre d’argile.

Dans une des salles où l’archéologue Warhotowa a effectué des fouilles, d’étranges peintures de genre ont été trouvées, qui se trouvent sur les murs de trois étages. Les anciens peintres ont représenté dans des couleurs vives un majestueux cortège d’hommes et de femmes portant de riches cadeaux et habillés de costumes de fête. Des animaux réels et fantastiques participent à la procession.

Ces peintures de genre, caractérisées par la vivacité des couleurs, témoignent du haut niveau artistique de leurs créateurs et fournissent un riche matériel pour l’étude de l’histoire culturelle de l’Asie Centrale avant la conquête islamique.

Sur les murs du palais, qui appartenait au souverain Samarkand Ishkhid, un artiste talentueux a écrit une grande composition. Un éléphant blanc avec une clochette sur le cou et dans une collection de glands se déplace avant la procession.

La figure principale de l’éléphant représente apparemment une princesse ou une reine. L’éléphant est suivi par trois femmes à cheval. L’image d’une des figures féminines est relativement bien conservée.

Elle porte une robe rouge courte, un pantalon jaune et des bottes noires. Ses mains sont décorées de bracelets, et une écharpe est jetée sur son épaule. Derrière les femmes, deux hommes sont représentés sur des chameaux.

Les cavaliers sont armés de longues épées droites et de poignards courts suspendus à leur ceinture. A leur droite, ils voient une volée d’oiseaux ressemblant à des oies ou des cygnes. Les oiseaux sont accompagnés par des guerriers barbus en vêtements blancs, qui sont conduits sur leurs chevaux, et par un jeune homme qui marche derrière le cheval.

Derrière lui, sur un cheval jaune, est assis un cavalier vêtu d’un caftan rouge en tissu richement décoré. L’artiste représente le cavalier dans une taille disproportionnée par rapport aux autres figures.

Selon toute vraisemblance, le tableau représente un cortège de mariage. L’éléphant est amené au palais pour rencontrer le marié de la princesse Chaganyan. Elle est accompagnée de ses amis et d’honorables dignitaires.

La grande figure d’un cavalier sur un grand cheval jaune semble être le marié ou le roi de Samarkand ou l’un de ses fils.

Il y a des inscriptions sogdiennes sur les visages, les mains et surtout sur les vêtements représentés dans les peintures des personnages mentionnés ci-dessus. Une grande salle décorée de sculptures en bois a également été fouillée.

Ils ont été carbonisés dans l’incendie qui a détruit ce bâtiment il y a treize siècles. Cela a contribué à la préservation et à la conservation des sculptures. Des bas-reliefs paysagers ont été trouvés dans d’autres pièces du palais.

La combinaison de couleurs qui ont conservé leur éclat et leur jutosité est fascinante: des nuances de bleu, de blanc, de jaune, de rouge et de brun. Leur combinaison ne donne pas l’impression d’être colorée. Les tons des peintures murales sont harmonieusement combinés et caressent l’œil comme un bouquet de fleurs printanières éclatantes.

La subtilité du dessin, l’élaboration minutieuse de tous les détails, le dessin expressif des visages et des figures sont étonnants. Tout indique que les traditions séculaires de l’art sont bien présentes. La force et la durabilité de la composition chimique des couleurs qui ont survécu à l’épreuve du temps sont particulièrement frappantes.

Les nouveaux motifs artistiques brillants des anciens maîtres de Samarkand, qui surpassent tout ce que l’on connaît jusqu’à présent par leur exécution soignée et leurs couleurs, ont déjà pris leur place honorable dans l’histoire de l’art des peuples d’Orient.

Lieux d’intérêt
Tilla Kori - Samarkand

Samarcande - la Madrasa Tilla Kori

Samarcande - la Madrasa Tilla Kori

La Madrasa Tilla Kori à Samarcande a été construite dans la partie nord de la place dix ans après la Madrasa Sherdor sur le site du caravansérail de 1420. La façade principale de la place par rapport au bâtiment est symétrique et se compose d’un portail central et d’ailes avant à deux étages avec des niches voûtées et des tours d’angle. La cour spacieuse est construite autour du périmètre avec de petites cellules vivantes, les hudjras. Sur le côté ouest de la cour se trouve un bâtiment à dôme de mosquée avec deux galeries adjacentes sur des colonnes.

Le bâtiment de la Madrasa est richement décoré de mosaïques et de majoliques avec des ornements géométriques et végétaux. La décoration intérieure est richement dorée, ce qui a donné son nom à la Madrasa, signifiant “décorée d’or”. Dans le mihrab et le minbar dorés de la Mosquée, la surface des murs et des voûtes avec le kundal peint est recouverte d’un riche or.

Tout au long de son histoire, la Madrasa Tilla Kori à Samarcande a non seulement été un centre de formation pour les étudiants, mais a également servi de Mosquée Jome.

Lieux d’intérêt
Sher Dor Madrasa - Samarkand

Samarcande - le Sherdor Médersa

Samarcande - le Sherdor Médersa

Le Sherdor Médersa a été construit sur le site de l’Ulugbek-Khanaka à Samarcande, qui a été construit en 1424 dans la partie orientale de la place en face de l’Ulugbek Médersa. Au début du XVIIe siècle, le Khanaka, ainsi que d’autres bâtiments de la place, était délabré et délabré. Sur ordre du dirigeant de Samarkand Jalangtush Bahadur, la construction des adresses de Sherdor et de Tilla-Kari a été lancée. La Médersa Sherdor (“avec les tigres”, “la maison des lions”) a été construite par un architecte nommé Abdul-Jabbar, le maître décorateur Muhammad Abbas.

Le Sherdor Médersa à Samarcande reflète presque la Médersa Ulugbek qui se tient devant lui, bien que dans des proportions inverses. Il se caractérise par son dôme surdimensionné, qui a pu causer la destruction progressive du bâtiment quelques décennies après sa construction. Les murs de la madrasa sont couverts de citations du Coran, le portail d’entrée montre les armoiries de Samarkand – des léopards avec le soleil sur le dos, au milieu de l’arche il y a une croix gammée, et au-dessus il y a une écriture arabe spéciale sur laquelle est écrit “Le Dieu est tout-puissant”. Les façades extérieures et intérieures sont décorées de briques vitrifiées, de mosaïques et de peintures aux riches dorures. La décoration de Médersa Sherdor est nettement inférieure au raffinement de l’Ulugbek Médersa construit au XVe siècle, qui est tombé dans “l’âge d’or” de l’architecture de Samarkand. Néanmoins, l’harmonie des grandes et des petites formes, la grâce du motif en mosaïque, la monumentalité, la netteté de la symétrie – tout cela met la Médersa en rang avec les meilleurs monuments architecturaux de la ville.

Lieux d’intérêt

Samarcande - Mausolée Ak Saray

Samarcande - Mausolée Ak Saray

À Samarcande, du côté opposé au mausolée de l’émir Gur, se trouve le mausolée d’Ak-Saray, qui est considéré comme le lieu de sépulture des représentants masculins de la famille Temurid dans la seconde moitié du XVe siècle. Le bâtiment à moitié détruit a conservé un noyau de composition – la salle cruciforme au-dessus d’une crypte octogonale.

Le Mausolée est célèbre pour la peinture monumentale de l’intérieur, qui le recouvrait entièrement. C’est l’un des meilleurs exemples de la fusion organique de la construction et de la plasticité architecturale du dôme sur les arcs croisés et les voiles en forme de maille.

Les murs et les plafonds ont été recouverts de peinture en relief dorée “kundal” avec l’ornement stylisé sur fond bleu. L’intérieur de la salle était entouré d’un panneau de mosaïque avec un élégant motif de vases à fleurs sur un fond de grille diagonale de carreaux bleus et blancs.

La dalle de la crypte était recouverte de marbre gris. Les travaux de restauration du mausolée sont en cours. Il existe une légende sur le mausolée d’Ak-Saray à Samarcande, qui dit qu’un homme décapité est enterré dans la niche construite près du mur oriental. Selon l’une des versions, il s’agit du lieu de sépulture du fils d’Ullugbek, Abdullatif, qui a été exécuté après la chute de son père.

Lieux d’intérêt
Abu Mansur al-Maturidi Mausoleum

Samarcande - Mausolée d'Abu Mansur al-Maturidi

Samarcande - Mausolée d'Abu Mansur al-Maturidi

Le Mausolée d’Abu Mansur al-Maturidi – est situé à Samarcande, près de la célèbre place du Registan. Le mausolée a été construit sur la tombe d’Abu Mansur al-Maturidi (870 – 944), un célèbre théologien islamique, expert en Fiqh (loi islamique) et interprète du Coran (Mufassir).

Le scientifique a été enterré au cimetière de Khokarditsa à Samarkand, où, selon la légende, plus de 3000 scientifiques théologiens ont été enterrés. Un mausolée a été construit sur la tombe, qui a été détruite dans les années 1930.

Abu Mansur al-Maturidi est né dans la ville de Maturid près de Samarkand et y a étudié les disciplines religieuses. Il a ensuite enseigné le Fiqh et le Kalam. Maturidi croit que l’homme a la liberté de choix et que la foi consiste en la reconnaissance verbale d’Allah et non en des rites religieux.

En 2000, à l’occasion du 1130e anniversaire de la naissance de Muhammad Abu Mansur al-Maturidi, un complexe architectural conçu par les architectes Salakhutdinov et Nurullaev a été construit sur le site du mausolée détruit.

L’intérieur a été décoré par Najmiddinov, l’extérieur par Asadov. Les dimensions du mausolée sont de 12 × 12 × 17,5 mètres. Le bâtiment est couronné d’un double dôme, l’extérieur – nervuré – est décoré de majolique bleue, le tambour est orné de 24 arcs.

Sur la pierre tombale en marbre blanc sont gravées les paroles d’un scientifique et vous pouvez lire les paroles de l’imam al-Maturidi. A l’ouest du mausolée se trouve un petit bâtiment avec une coupole, sur le côté nord il y a une colline (Sufa) avec des pierres tombales du IX-XVIIIème siècle. Dans le jardin, il y a un pavillon – une rotonde avec la tombe du juriste Burhaniddin Al-Margiloni.

L’imam Abu Mansur al-Maturidi avait de grandes connaissances théologiques et était connu et très respecté non seulement parmi ses nombreux étudiants mais aussi dans le monde scientifique de l’Orient musulman.

Lieux d’intérêt

Samarcande - Mausolée de Saint Daniel

Samarcande - Mausolée de Saint Daniel

Le Mausolée de Saint Daniel (Daniyar) à Samarcande est un lieu de sépulture unique du saint, qui est vénéré dans trois religions mondiales: Le Judaïsme, l’Islam et le Christianisme. Il est situé sur la haute colline d’Afrosiab, à la périphérie de Samarkand, au large de la côte de la rivière Siab. Les musulmans l’appellent le prophète Khodja Daniyar, les juifs l’appellent le prophète Daniel, et dans le christianisme il est connu comme le prophète Daniel.

Dans la religion Juive, le prophète Daniel était un associé proche du roi Babylonien Nebuchadnezzar pour ses succès dans la science, l’art et l’interprétation sage des rêves, qui lui ont apporté la gloire. Dans sa vieillesse, le prophète s’est installé dans l’ancienne ville de Suse, où il est mort et a été enterré dans le mausolée royal.

L’Islam a sa propre version. Le prophète Hoja Daniyar est considéré comme un associé de Kusam ibn Abbas, connu comme le cousin du prophète Muhammad. Pendant la campagne militaire de l’émir Temur en Asie Mineure, l’armée qui arrivait ne pouvait pas conquérir la ville de Suza. Les sages locaux ont dit à l’envahisseur surprise que la ville était protégée par les restes de Saint Daniel. Amir Temur s’est rendu sur la tombe du saint pour prendre une poignée de terre sainte et l’apporter à Samarkand. Sur le chemin du retour, cependant, une caravane de chameaux s’est soudainement arrêtée près de la ville. C’était un signe venu d’en haut et là, ils ont décidé de construire un mausolée.

Après la construction du mausolée, le tombeau a commencé à se développer au fil des ans et a atteint une longueur de plus de 17 mètres (environ 18 mètres), selon la légende. Le mausolée de Saint-Daniel a été régulièrement complété et agrandi, et dès le début du XXe siècle, un bâtiment rectangulaire long du mausolée avec une chaîne de cinq coupoles basses a été construit sur la tombe du prophète.

A l’intérieur du mausolée, il y a une longue dakhma dans laquelle le prophète est enterré. Sur le terrain du complexe du mausolée se trouve une source, qui est considérée comme curative et sainte. De nombreux pèlerins boivent de l’eau de cette source dans l’espoir de guérir leurs maladies ou simplement d’être sanctifiés. De plus, un aywan (terrasse d’été) pour la prière a été construit sur le territoire du complexe.

En 2001, la ville de Samarcande et ses monuments historiques, architecturaux et archéologiques, dont le mausolée et le complexe Khoja Doniyor, ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO sous le nom de “Samarkand – Carrefour des cultures”.

Lieux d’intérêt
Gur Emir Mausoleum - Samarkand

Samarcande - Mausolée du Gur Emir

Samarcande - Mausolée du Gur Emir

L’inscription à l’entrée du Mausolée du Gur Emir à Samarcande.

“Allah, le Tout Puissant, a dit: “Quiconque entre ici trouvera le salut!
“C’est le paradis qui nous a été promis – entrez et restez-y pour toujours!
Allah a dit: “Bienheureux et Allah Tout-Puissant, conduisez les justes au Paradis et aux fleuves du Paradis, en toute sécurité. Que la vérité soit au-dessus d’Allah le Tout-Puissant!”
“Le prophète a dit que la paix soit sur lui: la mort est le pont qui unit les amis entre eux.
“Le Prophète a dit que la paix soit sur lui: heureux celui qui lâche le monde avant que le monde ne le lâche; prépare sa propre tombe avant d’y entrer; fais plaisir à son Seigneur avant qu’il n’aille vers lui.

Gur Emir signifie “tombeau du roi” en tadjik. Cet ensemble architectural au dôme bleu comprend les tombes de l’émir Temur (Tamerlan), de ses fils Shokhrukh et Miranshah, des petits-fils Ulugbek et du Sultan Muhammad.

Gur Emir est le Mausolée du célèbre commandant, souverain et fondateur de la dynastie des Timourides – Amir Temur (Tamerlan) à Samarcande (Ouzbékistan).

Ce Mausolée occupe une place importante dans l’histoire de l’architecture islamique, car il est un prototype des Mausolées ultérieurs des Grands Moghols (le Grand Empire Moghol en Inde), notamment le Mausolée Humayun à Delhi et le Taj Mahal à Agra, construits par les descendants de Temur, qui ont régné sur le nord de l’Inde pendant plusieurs siècles.

Une partie du complexe a été construite à la fin du XIVe siècle sur ordre du sultan Muhammad. Seules les fondations de la Madrassa et du Khanaka, la porte d’entrée et une partie de l’un des quatre minarets ont été conservées jusqu’à aujourd’hui.

La construction du Mausolée lui-même a commencé en 1403 après la mort soudaine du Sultan Muhammad, l’héritier direct de l’émir Temur (Tamerlan) et de son petit-fils bien-aimé. En fait, seul l’autre petit-fils d’Amir Temur (Tamerlan), Ulugbek, a terminé le Mausolée.

Pendant son règne, le Mausolée est devenu le tombeau familial de la dynastie des Timurides. L’entrée de l’ensemble du Sultan Muhammad est richement décorée de briques sculptées et de diverses mosaïques. La porte a été décorée artistiquement par un maître expérimenté (ustad) Muhammad bin Mahmud Isfahani.

A l’extérieur, le mausolée de Gur Emir à Samarcande est un bâtiment à dôme unique. Il est connu pour ses formes simples et son aspect monumental. Il s’agit d’un bâtiment octogonal, qui est couronné par un dôme bleu cannelé.

La décoration extérieure des murs est faite de carreaux bleus et bleu-blanc disposés de telle sorte que l’ornementation géométrique et épigraphique sur le fond de carreaux de terre cuite peut être vue de loin.

Le dôme, d’un diamètre de 15 mètres et d’une hauteur de 12,5 mètres, est peint de rosettes profondes et de carreaux blancs en bleu vif. Les décorations à nervures donnent au dôme une expressivité étonnante.

Sous le règne d’Oulougbek, le passage a été créé pour permettre l’accès au mausolée. À l’intérieur du mausolée, il y a une chambre haute et spacieuse avec des niches profondes sur les côtés et une variété de décorations. La partie inférieure des murs est recouverte de panneaux d’onyx.

Chacun de ces panneaux est décoré de peintures. Au-dessus du groupe de briques se trouve une corniche de marbre en forme de stalactite. De grandes surfaces des murs sont décorées de motifs variés; les arcs et le dôme intérieur sont décorés de boîtes en papier mâché, dorées et décorées de motifs variés.

Les pierres tombales décoratives sculptées dans la salle intérieure du mausolée indiquent uniquement l’emplacement des tombes réelles dans la crypte située directement sous la salle principale.

Amir Temur s’est également fait construire une tombe à Shakhrisabz, mais lorsqu’il est mort en 1405 au cours de sa campagne de conquête de la Chine, les routes de Shakhrisabz étaient couvertes de neige et il a donc été enterré à Samarcande.

Sous le règne d’Oulougbek, une pierre de néphrite vert foncé a été posée sur la tombe d’Amir Temur. Cette pierre était autrefois utilisée dans le temple du palais de l’empereur chinois, puis comme trône de Khan Kabek (descendant de Gengis Khan) à Karshi.

En 1740, le roi de Perse – Nadir Shah – a volé la pierre, et on pense qu’à partir de ce moment, elle a apporté l’échec à ses maîtres successifs. Ses conseillers l’ont convaincu de remettre la pierre à sa place.

La deuxième fois que la pierre a été volée, c’était en 1941, lorsque les archéologues soviétiques ont découvert la chambre funéraire. Au cours de ces recherches, le sculpteur Gerasimov a restauré les traits du visage d’Amir Temur à partir de son crâne et il a également été confirmé qu’il était un géant pour son époque, haut de plus de 1,80 m et paralysé.

Le meurtre d’Oulougbek et l’authenticité d’autres tombes ont également été confirmés. À côté de la tombe d’Amir Temur se trouvent les pierres tombales en marbre de ses fils, Shokhrukh et Miran Shoh et de ses petits-fils, le Sultan Muhammad et Ulugbek.

Les restes de Mir Saïd Baraka, le maître spirituel de l’émir Temur, sont également trouvés dans ce Mausolée. Certains architectes considèrent le Mausolée de Gur Emir, le Mausolée de Rukhabad et le Mausolée d’Aksaray comme un ensemble unifié de mausolées en raison de leur proximité les uns des autres.

Lieux d’intérêt
Ruhabad Mausoleum

Samarcande - Mausolée Ruhabad

Samarcande - Mausolée Ruhabad

Au nord du Mausolée de Gur Emir se trouve un Mazar (mausolée) construit sur la tombe du mystique Burhaniddin Sagarji, mort au XIVe siècle. La date exacte de la construction de ce Mausolée à Samarcande, qui est connu sous le nom de Ruhabad (“demeure de l’esprit”), n’a pas été déterminée.

En raison de la nature des ornements de carreaux en relief autour de la porte nord déplacée, certains chercheurs datent ce Mazar de la seconde moitié du XIVe siècle, tandis que d’autres considèrent qu’il s’agit d’une construction de Temur des années 1980 du XIVe siècle.

Bâtiment monumental en brique avec un dôme de composition centrale: un cube, octogone avec des fenêtres sur les axes principaux, dôme sphérique. La façade principale est soulignée par des entrées voûtées encadrées de tuiles en terre cuite sculptée.

En 1952, des ancrages annulaires ont été installés ici pour renforcer le Mausolée Ruhabad et le plafond a été réparé. Les fils du Cheikh Abu Sa’id, du Cheikh Isom al-Din et d’autres membres de la famille Sagarji, en particulier la “princesse de Chine” de la femme du Cheikh Sagarji, y sont enterrés.

Abu Sa’id, le Cheikh Isom al-Din était (selon le voyageur arabe Ibn Batuta) le Cheikh (chef) des musulmans d’Asie Centrale à Pékin. À sa mort, son fils l’a amené à Samarcande et, selon la volonté de son père, il a été enterré près de la tombe du Cheikh de Samarkand Sheikh Basir.

Selon une légende, il existe une cachette sous le dôme du mausolée avec sept cheveux du prophète Muhammad. À côté du Mausolée Ruhabad à Samarcande se trouve une mosquée d’été, dont la décoration a été influencée par les traditions du Turkestan oriental ou de la Chine.

Lieux d’intérêt
Mausoleum Shaybanids

Samarcande - Mausolée Shaybanides

Samarcande - Mausolée Shaybanides

À l’est de la Madrasa Tilla-Kari à Samarcande se trouve le Mausolée Shaybanides, un empilement de pierres tombales dont la plus ancienne date du XVIe siècle. Le Fondateur de la Dynastie Shaybanid était le petit-fils d’Abul Khair, Muhammad Shaybani, qui s’est installé à Tachkent en 1500 avec le soutien du Chagatai Khanate, a conquis Samarkand et Boukhara et a renversé les derniers dirigeants de la Dynastie Timurid qui y régnaient. Shaybani a ensuite tenu tête à ses partisans et a conquis Tachkent en 1503. En 1506, il a pris Khiva et en 1507, il a attaqué Merv (Turkménistan), la Perse orientale et l’Afghanistan occidental. Les Shaybanides ont empêché l’attaque des Safavides, qui ont conquis Akkoyunlu (Iran) en 1502. Le Shah Persan Ismail I de la Dynastie des Safavides s’est alarmé du succès du Shaybani Khan. Les Shaybani-Khan ont été confrontés non seulement à des intérêts politiques mais aussi à la politique religieuse. Le fait est que le Shah Ismail a déclaré que le chiisme était l’idéologie d’État et que Shaybani-Khan a défendu les sunnites. En décembre 1510, lors de la bataille de Merv, où 30 000 hommes attendaient des renforts, Muhammad Shaybani-Khan est sorti de la ville avec l’armée de 5 000 hommes et a été pris en embuscade. Elle a été encerclée par l’armée de 17 000 hommes du Shah Ismail et a été vaincue malgré la résistance acharnée. Le corps décapité de Shaybani-Khan a été enterré à Samarkand, la capitale de son empire. Aujourd’hui, la pierre tombale de Shaybani-Khan est exposée au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Le Mausolée Shaybanides à Samarcande a été détruit dans les années 1870 par les forces d’occupation (de la Russie tsariste). Après la mort de Shaybani-Khan, son fils unique, Muhammad Temur Sultan (mort en 1514), est resté. De la soeur (Khanzad) du Fondateur du grand Empire Moghol Babur, Shaybani Khan a eu un fils, Khurram, qui est mort quelque temps après la mort de son père. Au printemps 1511, son oncle, Coutchkundzhi-Khan (1511-1530), a été élu Khan de tous les Ouzbeks. Il était le fils d’Abulkhayir-Khan (1428-1468) et la fille de Mirzo Ulugbek (1409-1449) Rabiya Sultan Begim (mort en 1485, enterré au Turkestan). Toutefois, il convient de noter que le véritable pouvoir dans le pays appartient à Ubaidullah Khan, qui a réussi à vaincre les Safavids et à maintenir son indépendance vis-à-vis de l’Iran. Grâce à cela, la population a conservé sa foi sunnite. Sous le règne du Kuchkundzhi Khan, Samarkand reste la capitale de l’Empire Shaybanide.  L’invasion ouzbèke du XVIe siècle a été la dernière étape de l’histoire populaire de la nation ouzbèke moderne.

Lieux d’intérêt
Medrese Ulugbek

Samarcande - Médersa d'Ulugh Beg

Samarcande - Médersa d'Ulugh Beg

La Médersa d’Ulugh Beg est la plus ancienne des Médersa sur la place du Registan à Samarcande. Elle a été construite en 1417-1420 par le souverain et astronome temuride Ulugh Beg. La construction de cette structure et, plus tard, de l’observatoire a fait connaître Samarcande comme l’un des centres scientifiques les plus importants de l’Orient médiéval.

La Médersa a été construite dans la partie ouest de la place du Registan, quelques années plus tard Ulugh Beg Khanaka a été construit devant et le côté nord a été occupé par un caravansérail. Les deux derniers bâtiments ont existé pendant environ deux siècles, puis au début du XVIIe siècle, le Médersa Sherdor et le Médersa Tilla-Kari sont apparus à leur place.

La Médersa rectangulaire avait quatre Aywan et une cour carrée avec des niches profondes sur son périmètre menant aux pièces où vivaient les étudiants. L’arrière de la cour était occupé par une mosquée et au-dessus des salles de classe d’angle de la Médersa, il y avait quatre dômes et quatre minarets aux coins du bâtiment. Le bâtiment fait face à la place avec un majestueux portail oriental à arc brisé élevé, au-dessus duquel se trouve un panneau en mosaïque avec des ornements géométriques faits de briques colorées, d’irrigation et de céramique sculptée.

La Médersa d’Ulugh Beg à Samarcande était l’une des meilleures universités spirituelles de l’Orient musulman au XVe siècle. Selon la légende, le célèbre poète, scientifique et philosophe Abdurakhman Jami y a étudié. Des conférences sur les mathématiques, la géométrie, la logique, les sciences naturelles, les enseignements sur l’homme et la vision du monde et la théologie ont été données par de célèbres scientifiques de l’époque: Kazizade ar-Rumi, Jemshid Giyas ad-Din al-Kashi, al-Kushchi et Ulugh Beg lui-même.

Lieux d’intérêt
Bibi Khanum

Samarcande - Mosquée Bibi Khanum

Samarcande - Mosquée Bibi Khanum

Seuls quatre des grands bâtiments de cette époque ont été préservés: les vestiges du palais Ak-Saray et le tombeau de l’Amir Temur, le Mausolée du complexe Dorusiadat à Shakhrisabz, le Mausolée mystique du Soufi-Hoja Ahmad Yassawi au Turkestan et les ruines d’une Mosquée de Jome dans la Capitale de l’époque, Samarcande, connue sous le nom de Mosquée Bibi Khanum, qui allait devenir la plus magnifique Mosquée de l’Orient musulman.

Depuis la colline Afrosiab, le voyageur peut apprécier le panorama d’une ville ancienne avec un immense bazar, derrière lequel se trouve le bâtiment du XIV-XVe siècle – la Mosquée Bibi Khanum. La Mosquée de Jome occupait une place particulière dans la vie de la ville médiévale. C’était un bâtiment d’une grande importance publique, incarnant le pouvoir féodal de l’État et de la religion.

La Mosquée Bibi Khanum à Samarcande (Bibi Khanum se traduit par “épouse aînée”, selon l’une des légendes, elle a été construite par la femme la plus âgée de Temur, Saray Mulk Khanum) a été appelée différemment – la Mosquée du vendredi de Samarcande, où des milliers d’hommes musulmans sont venus. En fait, la Mosquée a été construite en 1399-1404 sur ordre de l’Amir Temur après son retour de la campagne d’Inde. C’était une époque où l’architecture de l’Asie Centrale a développé un style monumental de construction de façades, dont les directions correspondent à la célèbre déclaration de l’Amir Temur: “Si vous doutez de notre pouvoir, regardez nos bâtiments”. La Mosquée a été construite en peu de temps – cinq ans. Des maîtres locaux talentueux ainsi que des maçons d’Azerbaïdjan, de Perse, du Khorasan et d’Inde ont participé à la construction. Pour faciliter le travail, 99 éléphants d’Inde ont été utilisés.

À ce jour, 5 structures ont été conservées: un portail; au fond d’une cour, de grandes Mosquées; sur les côtés – de petites Mosquées; un minaret. L’énorme travail des historiens, des archéologues et des historiens de l’art nous donne l’occasion de présenter l’aspect original de la Mosquée. L’un des traits caractéristiques des ensembles architecturaux de cette période est la taille énorme et la proportionnalité des parties composant l’ensemble, dont un bel exemple est Bibi-Khanum.

C’est un bâtiment grandiose, situé sur la surface d’un portail élancé de 167 x 109 m, haut de 36 m et large de 46 m, une cour spacieuse de 54 x 76 m, une Mosquée principale monumentale, qui se dresse sur l’axe central du complexe. La hauteur et la largeur du hall principal de la Mosquée sont de 41 m. Avec une portée de 18 m. La cour intérieure était bordée d’une galerie avec 480 colonnes et piliers en marbre et de petites Mosquées lumineuses. Les bâtiments ont été construits en briques de 27x27x5 cm sur une passerelle. L’entrée de la Mosquée était décorée de deux portes en aile faites de plaques de marbre sculptées en alliage de sept éléments et de la plus riche décoration.

Au milieu de la cour se trouve encore un bureau en marbre, qui a été fabriqué pour le Saint Coran en dimensions gigantesques par Ulugbek. Sur les bords de la cour se trouvaient des minarets, au sujet desquels l’un des historiens de Temur a écrit: “Le minaret a élevé son chapiteau vers le ciel et a pleuré: ‘En vérité, nos actes nous montrent du doigt. À propos du dôme de la mosquée, il était déjà écrit à l’époque: “Son dôme serait le seul, si la Voie lactée ne faisait pas la paire avec lui”.

Il est remarquable que le dôme de la Mosquée, qui pouvait être vu à plusieurs kilomètres de l’entrée principale en approchant de Samarcande, ne soit pas visible, car la hauteur du dôme correspondait à la hauteur du portail.

La construction de la grande Mosquée est exécutée en technique de majolique en combinaison avec des briques non rigides et des mosaïques sculptées et encadrées, décorées des plus beaux ornements végétaux, géométriques et épigraphiques. L’intérieur de la Mosquée était décoré de peintures en plâtre sur les murs et de papier mâché doré à l’intérieur du dôme. La décoration extérieure des petites Mosquées est inférieure à celle de la grande Mosquée. Il s’agit d’une technique architecturale dont le but est de souligner l’importance dominante du bâtiment principal.

La décoration de l’édifice a concentré tout le meilleur de ce que les maîtres ont réalisé jusqu’au début du XVe siècle : Majolique et mosaïques sculptées, marbre sculpté, bois sculpté, peinture sur le plâtre et décoration en papier mâché. C’était une nouvelle étape dans le développement des mosquées médiévales traditionnelles. L’innovation des maîtres constructeurs se reflète également dans la recherche d’une esthétique maximale de la forme. Étonnamment beaucoup de choses – doubles, surélevées sur les tambours des coupoles, pointes acérées des minarets, hauts portails, tours, élégantes colonnes de marbre de la galerie avec un plafond voûté. On y introduit la verticalité comme l’élément le plus important de l’architecture.

La Mosquée a été construite sur une grande échelle, mais sans tenir compte des tremblements de terre avec une telle augmentation de taille. Malgré les profondes fondations de la pierre brisée, d’énormes masses de maçonnerie de briques dans les murs, dont l’épaisseur atteint cinq mètres, ont commencé à tomber des pierres du dôme fissuré déjà du vivant de Timur.

À l’est de la Mosquée, de l’autre côté de la rue, se trouve un monument original – une octaédrale, le Mausolée à colonnes Bibi Khanum avec une crypte. Ce bâtiment n’a pas de façade principale ; il a probablement été ajouté à la Mosquée Bibi Khanum à Samarcande.

La décoration du Mausolée montre qu’il a été construit en même temps que la Mosquée. Dans une crypte spacieuse au sol se trouvent des sarcophages en marbre. Lors de son ouverture en 1941, les restes de deux autres femmes d’âge moyen, richement vêtues, ont été retrouvés. Il est possible que l’un d’entre eux soit le Sarai Mul Khanim. Une légende poétique sur la construction de la mosquée Bibi Khanum a été conservée jusqu’à aujourd’hui.

La belle Bibi-Khanum, épouse de Temur, devait surprendre et ravir son mari. Lorsque le souverain était absent lors d’une des nombreuses campagnes militaires, elle appela les meilleurs constructeurs et maîtres de Samarcande au palais et leur proposa de construire la structure. Le travail a commencé immédiatement. Les murs se sont développés rapidement.

Entre-temps, Samarcande a reçu des nouvelles du retour imminent de Timur. Bibi Khanum a constamment réagi de façon excessive. “La Mosquée sera construite à temps, mais… Vous, Votre Majesté, me donnerez un baiser.”
Le Souverain était indigné : “Je vous donnerai n’importe quel esclave de votre choix. Pourquoi ne regardez-vous que moi? Regardez les œufs peints, ils sont de couleurs différentes et ne se ressemblent pas du tout, mais quand vous les cassez, est-ce qu’ils diffèrent d’une quelconque manière? C’est ainsi que nous, les femmes, sommes”.

Mais le maître d’œuvre a insisté: “Je veux vous répondre. Voici deux verres identiques. Je remplis l’un d’eux avec de l’eau claire, l’autre avec du vin blanc. Et maintenant ils se ressemblent, mais quand je les touche avec mes lèvres, l’un d’eux me brûle avec un feu liquide et l’autre je ne le sens pas. C’est l’amour”.

Temur s’est approché à Samarcande. La colère de Bibi Khanum n’avait pas de limites. Pendant si longtemps, la précieuse surprise pour le souverain était en danger. De plus, selon la légende, le maître d’œuvre était jeune et beau. Et elle est d’accord. Au dernier moment, elle a essayé de se couvrir avec sa paume. Mais le baiser était si passionné que sa chaleur a pénétré la main de la beauté et a laissé une tache écarlate sur sa joue.

Quelques jours plus tard seulement, Temur était venu en ville. Des dômes et des minarets s’élevaient devant ses yeux et l’émerveillaient par leur splendeur. Mais sa joie était éclipsée. Lorsqu’il a vu le signe du baiser sur le visage de Bibi Khanum, il est entré en rage. Bibi Khanum a tout avoué. Sur ordre du “Iron Lame”, les gardes se dépêchent de retrouver l’architecte. Fuyant les persécutions, il a escaladé avec son disciple le minaret de la Mosquée.

Et quand les gardes ont couru sur les innombrables marches derrière eux, ils n’ont trouvé qu’un seul écolier. “Où est le Maître?” – Le Maître s’est fait des ailes et a volé jusqu’à Meshhed”, a-t-il répondu. C’est une légende.

Au début du XXe siècle, la mosquée Bibi Khanum était une destruction et une ruine majestueuse, le temps était difficile pour la Mosquée du vendredi. Mais même ces ruines laissent une impression indélébile. À partir des années 1960 jusqu’à aujourd’hui, grâce à des restaurations et des travaux grandioses, les coupoles intérieures et extérieures ont été construites, la voûte du portail et la base des murs ont été renforcées, l’intérieur des petites Mosquées a été restauré et les minarets ont été nouvellement créés. Les travaux sont en cours. La Mosquée Bibi Khanum est un chef-d’œuvre immortel de l’architecture de l’Orient musulman.

Lieux d’intérêt

Samarcande - Mosquée Hazrat Khizr

Samarcande - Mosquée Hazrat Khizr

La Mosquée Hazrat Khizr à Samarcande est mentionnée pour la première fois à l’époque de la conquête arabe de Sogd (début du VIIIe siècle). Selon la légende, après la prise de Samarcande par les troupes de Qutaiba ibn Muslim en 712, les Arabes ont tenté d’inonder la forteresse de la ville (Kala) en bloquant le canal d’Arzis avec un barrage. Cependant, un énorme oiseau blanc est descendu du ciel et a détruit le barrage. En mémoire de cet événement, un des confidents de Qutaiba ibn Muslims, Muhammad ibn Vasi, a construit la Mosquée Hazrat Khizr sur le site du temple zoroastrien vénéré par les Sogdiens à la pointe sud d’Afrasiab. La Mosquée a été complètement détruite lors de la conquête mongole en 1220.

La Mosquée actuelle a été construite sur une ancienne fondation en 1854. En 1884, des travaux d’extension et de reconstruction ont été réalisés dans le bâtiment. En 1899, l’Aywan (terrasse d’été) de la Mosquée a été reconstruit et la Darvazahana (porte d’entrée) a été ajoutée. Les travaux ont été achevés en 1919, lorsque le portail d’entrée et le minaret oriental ont été construits par le célèbre maître de Samarcande Abduqadir bin Baqi (Abduqadir Baqiyev) et que la Darvazahana (porte d’entrée) a été recouverte d’un dôme nervuré.

La Mosquée Hazrat Khizr à Samarcande est un exemple exceptionnel de l’architecture traditionnelle de l’école de Samarcande. Il s’agit d’une structure rectangulaire de 30×16 mètres. La composition de la Mosquée est asymétrique. Ses principaux éléments sont une khanaqa d’hiver couverte d’un dôme et une colonne ayvan (terrasse d’été). Dans la partie centrale de son côté ouest, il y a un mihrab avec des hujras des deux côtés. Sur le côté de la Mosquée se trouve un hall d’entrée carré avec une coupole nervurée sur un tambour à multiples facettes (darvazahana) et un portail flanqué de tours de guldasta avec une porte en bois sculpté du XIXe siècle. Un élégant minaret oriental est séparé du bâtiment. Sur le côté ouest de la façade de la Mosquée se trouve une tour Guldasta qui équilibre le minaret. La Mosquée est décorée de peintures au plafond, de kirma sur des assiettes, de ganse sculptée dans des ornements et des médaillons, de ganse moulée dans des cadres et de corniche à stalactites.

Lieux d’intérêt

Samarcande - Observatoire d'Ulugbek

Samarcande - Observatoire d'Ulugbek

Un site approprié pour la construction d’un observatoire a été choisi au nord-est de Samarcande. Par la sélection d’astrologues célèbres, une bonne étoile porte-bonheur a été déterminée pour le Observatoire d’Ulugbek de Samarcande.

Le bâtiment a été construit aussi solidement que le fondement du pouvoir et la base de la grandeur.

La présentation des neuf cieux et l’image des sept cercles célestes avec les degrés, minutes, secondes et dixièmes de secondes, l’arc céleste avec les cercles des sept corps célestes en mouvement, les images des étoiles en mouvement, les climats, les montagnes, les mers, les déserts et tout ce qui s’y rapporte ont été présentés dans les délicieux dessins et représentations de l’intérieur incomparable des pièces du bâtiment élevé.

C’est ce que l’historien Abd al-Razzaq a écrit sur cet observatoire en 1428-1429. L’observatoire était équipé des meilleurs et des plus parfaits instruments de l’époque.

C’était un immense bâtiment de trois étages, de forme cylindrique, d’un diamètre d’environ 50 mètres et à toit plat, qui abritait quelques instruments astronomiques.

Le plan du bâtiment était assez complexe : il y avait de grandes salles, des pièces, des couloirs, des couloirs reliant ces pièces, etc. Au centre de l’observatoire se trouvait l’instrument principal – un magnifique sextant en marbre (peut-être un quadrant) d’un rayon de 40,2 mètres, monté dans le plan méridien.

Seule la partie inférieure de l’arche de l’instrument, divisée en degrés, a été conservée. L’instrument est installé dans une tranchée creusée dans la roche, d’environ 2 m de large et 11 m de profondeur. Une partie a été soulevée au-dessus de la surface du sol.

Elle se composait de deux arcs parallèles en pierre, bordés de plaques de marbre de courbure appropriée. L’Observatoire d’Ulugbek de Samarcande a déterminé les valeurs constantes les plus importantes en astronomie: inclinaisons écliptiques, points d’équinoxe, durée de l’année sidérale et autres valeurs dérivées des observations du Soleil, des planètes et de la Lune.

Très probablement, Ulugbek a fait des observations d’étoiles avec de petites sphères armillaires, qui n’ont pas été conservées. La taille énorme du sextant, sa construction réussie et les compétences inégalées des astronomes de Samarkand ont permis d’obtenir des observations très précises.

Par exemple, la durée de l’année stellaire de l’Ulugbeg a été déterminée en 365 jours 6 heures 10 minutes 8 secondes. La valeur réelle est de 365 jours 6 heures 9 minutes 6 secondes, c’est-à-dire qu’Oulbek ne s’est trompé que de 62 secondes ou 0,0002% !

L’ouvrage le plus important de l’observatoire, les “Nouvelles Tables Astronomiques” (Sidge et Jedi et Guragoni), contient un aperçu théorique de l’astronomie et un catalogue des positions de 1018 étoiles (publié à Oxford en 1665).

Parmi les nombreuses le Observatoire d’Ulugbek, le tableau des coordonnées géographiques de 683 différentes localités dans le monde est d’un grand intérêt.

Après l’assassinat d’Oulougbek, l’observatoire, incarnation de son règne et de son illumination, a été impitoyablement détruit par des fanatiques religieux. Déjà au XVIe siècle, il a été complètement transformé en un tas de décombres. Pendant longtemps, l’emplacement exact de l’observatoire est resté inconnu.

Ce n’est qu’en 1908 que Vyatkin a réussi à retrouver ses restes grâce à un document du XVIIe siècle, qui donnait certaines indications sur l’emplacement de l’observatoire. Au cours de ces fouilles, des traces d’un mur rond en brique et d’une partie de l’outil principal ont été trouvées.

Aucun autre instrument astronomique n’a été trouvé. En 1915, un plafond voûté a été construit au-dessus de la tranchée creusée avec une partie du sextant pour préserver les trouvailles. L’étude de l’observatoire n’a pas eu une grande portée jusqu’à la période soviétique.

Grâce aux fouilles de Sucharev en 1941 et surtout à celles de Chichkine en 1948, ce qui restait du célèbre observatoire arabe a été ouvert au public.

Le poète Alisher Navoi a écrit à propos d’Oulougbek
“Tous ses proches ont été oubliés ; qui s’en souvient aujourd’hui ?
Mais lui, Ulugbeg, a tendu la main pour les sciences et a accompli beaucoup de choses”.

À côté des vestiges de l’observatoire, il y a un petit musée avec des extraits des célèbres “plaques de Gurgan” – des plaques avec des informations sur les étoiles promues par Ulugbek et ses compagnons d’armes, des gravures qui témoignent de la haute autorité d’Ulugbek parmi les scientifiques européens, une petite collection d’instruments astronomiques où vous pouvez en apprendre plus sur Ulugbek et les méthodes scientifiques qu’il a utilisées.

Lieux d’intérêt
Registan

Samarcande - Registan place

Samarcande - Registan place

Registan place signifie “clay court”. La place du Registan est un centre administratif, commercial et artisanal de la ville en Orient. La place du Registan à Samarcande est l’un des exemples les plus remarquables d’urbanisme en Asie centrale. Elle a été construite entre le XVe et le XVIIe siècle et se compose de trois écoles coraniques: Ulugbek Medresse (1417-1420), Sher-Dor Medresse (1619-1636) et Tilla-Kari Medresse (1647-1660). Avec Registan Square, vous pouvez “tourner les pages” de l’histoire de Samarcande, longue de plusieurs milliers d’années. Toute l’histoire de la ville médiévale est également reflétée ici. Sur le côté nord-est se trouve la place du marché Chorsu, construite au XVIIIe siècle.

On dit que tous les chemins mènent à Rome. Il ne fait aucun doute que toutes les routes mènent de Samarcande au Registan. Six routes radiales convergeaient vers la place, au croisement de laquelle le bazar Telpak-Furushon a été construit au début du XVe siècle. Sur le côté nord de la place, un caravansérail a été construit par Oulougbek sous son nom. Toutes les rues qui le bordent sont remplies de petits ateliers et de bancs. Quatre ans après la construction du caravansérail, Ulugbek a construit un khanaka sur le site où se trouve aujourd’hui Sher-Dor Medresse. C’est pourquoi la place de marché a dû être démantelée. Tous ceux qui entrent sur cette place sont d’une humeur particulière: il semble que des siècles plus tard, les cris des artisans, le murmure du bazar oriental, les voix des hérauts annonçant les décrets des souverains viennent ici… Au temps de l’Amir Timur, Registan était la plus importante place de marché de la ville. Sous le règne de Mirzo Ulugbek, il prend un caractère de parade et d’officiel. Cependant, Registan n’a pas perdu son importance en tant que centre de la vie publique, du commerce et des activités artisanales de la ville. Les ensembles architecturaux sont des réalisations remarquables de la pensée artistique du XVe siècle. La tâche d’urbanisme la plus importante à l’heure actuelle est la conception architecturale de la place du Registan à Samarcande.

Lieux d’intérêt
Bibi-Khanum-Mausoleum

Samarkand - Mausolée de Bibi Khanum

Samarkand - Mausolée de Bibi Khanum

L’inscription au Mausolée de Bibi Khanum à Samarkand.

“Au Nom d’Allah miséricordieux et compatissant. Il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah, et Muhammad est son Prophète. Je témoigne qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah, et je témoigne que Muhammad est son Serviteur et Messager. Il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah, le seul Dieu qui n’a pas d’égal, le monde lui appartient, la louange lui appartient. Il donne la vie et la reprend. Il est éternel et immortel ; dans les mains de sa bonté, il est le Seigneur de toutes choses. Tout vous reviendra”.

La Mausolée de Bibi Khanum à Samarkand (début du XVe siècle) située en face de la Mosquée Jame de Bibi Khanum, a été construite en l’honneur de la mère de son épouse et a été l’une des premières à être construite à Samarkand sous Temur.

Les restes d’un octaèdre extérieur et d’un cruciforme à l’intérieur du Mausolée de Bibi-Khanum en sont les composantes. La Madrasa Bibi Khanum existait également au XVIIe siècle.

Il n’est pas clair dans quelle mesure les paroles de Malikho sur la construction de la Madrasa (a été détruite par A’Bdullahan (XVIe siècle) de telle sorte qu'”il n’en reste rien, sauf le Mausolée de Bibi Khanum”.

Le Mausolée de Bibi-Khanum aurait servi de lieu de sépulture pour les Femmes de la Dynastie des Temurides (il est associé comme une Mosquée au légendaire souverain Bibi-Khanum). Selon Clavijo, la mère de Bibi-Khanum a été la première à y être enterrée.

Il n’existe aucune information sur l’enterrement de Bibi-Khanum lui-même (Sarai Mulk-Khanum), bien que la tradition populaire désigne ce bâtiment comme le Mausolée de Bibi-Khanum. C’est une structure octaédrique haute avec un tambour cylindrique entouré d’une grande inscription kufi et un dôme extérieur non sauvé.

A l’intérieur, sous le plan en forme de croix de la Gurkhana, se trouve un tombeau en marbre avec trois tombes de femmes en sarcophages. L’intérieur du mausolée est décoré d’une tablette en mosaïque et de peintures sur le plafond et les murs, où sont présentés des motifs ornementaux et des paysages de style.

En 1941, des fouilles archéologiques du squelette et des tombes ont été effectuées ici. Dans les années 1956 – 1957, les travaux de recherche historico-architecturale et archéologique des monuments ont été réalisés.

Toutes les pierres tombales sont entourées d’une grille de marbre posée par Ulugbek. La sépulture dans la partie occidentale de Gur-i Emir, qui était considérée comme la tombe de Saïd Omar, doit être appelée “la tombe d’un inconnu”, comme le souligne l’inscription sur la pierre tombale elle-même.

La pierre tombale supérieure de Temur est faite de néphrite vert foncé, qui a été livrée par Ulugbek depuis le cours supérieur de la rivière Ili en 1425. Une inscription en arabe est gravée dans cette pierre, qui affirme que Tamerlane descendrait d’un ancêtre commun avec Gengis Khan.

À la fin de l’inscription se trouve le récit légendaire du témoignage immaculé d’un des ancêtres de Gengis Khan par une femme nommée Alunkuva, “qui l’a reçu de la lumière qui a percé la porte de la montagne et est apparue devant elle comme l’image d’un homme parfait”, l’une des descendantes du calife Aliya.

Cette relation inventée avec Gengis Khan a été écrite après la mort de Temur. Sur ordre de Nadir Shah, après la prise de Samarkand en 1740, la pierre tombale en néphrite de Temur et les portes métalliques à deux battants ont été livrées de la Mosquée de Bibi-Khanum à Mashhad.

Après les avoir vérifiés, Nadirshah ordonna de rendre la pierre et la porte à Samarkand et de les remettre “à leur place”. Les pierres tombales des autres membres de la famille Temur remplissent les pièces suivantes du bâtiment.

Pendant la période du pouvoir soviétique à partir de 1924, d’importants travaux de rénovation et de restauration ont été effectués sur le territoire du Mausolée : le plafond du Mausolée a été fixé aux poutres en treillis de la voûte, ce qui a permis de supprimer la pression des pierres tombales sur le Mausolée.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Bazar Chorsu

Tachkent - Bazar Chorsu

Le Bazar Chorsu de Tachkent est l’un des plus grands d’Asie Centrale. Sous sept énormes dômes tapissés de carreaux de céramique émaillée colorée se trouvent des pavillons où les agriculteurs vendent le fruit de leur travail. L’abondance et la variété des produits proposés dans les étalages de fruits et légumes étonnent l’œil à tout moment de l’année. Des montagnes de pommes rouges et de poires au miel, des grappes de raisins noirs, roses et ambrés, des pêches au duvet délicat, des prunes et d’énormes coings s’entassent sur les stands. Figues jaunes soigneusement recouvertes de feuilles vertes. Des grenades aux graines rouge rubis et des kakis rouge orangé sont placés dans des paniers. D’énormes pastèques et des melons parfumés à l’ananas s’empilent comme des pics montagneux.

Le Bazar Chorsu est non seulement le plus grand Bazar de Tachkent, mais aussi le plus ancien. Il y a plus de deux millénaires, il y avait une banlieue de Tachkent – Rabad Chach. Ici, à la frontière entre les nomades des steppes et les tribus sédentaires, il y avait autrefois une foire spéciale, où les agriculteurs et les nomades locaux, ainsi que les marchands étrangers, échangeaient leurs marchandises et faisaient du commerce. Et au début du Moyen Age, ce bazar se trouvait à la jonction des centres-villes de Shahristan et de Rabad, habité par des artisans, et est devenu un véritable centre urbain. Les routes commerciales issues de la Grande Route de la Soie menaient ici depuis toutes les portes de la ville. Le bazar n’était pas seulement un lieu de commerce, mais aussi une sorte de club où les gens apprenaient les nouvelles de la ville, et où les hérauts – jarchi – annonçaient les décrets du Khan.

De nos jours, le Bazar de Chorsu conserve toujours son importance. Il est équipé selon toutes les exigences modernes. Presque tous les moyens de transport y mènent, les communications fonctionnent parfaitement ici, les locaux ont été réparés et rénovés, et de nombreuses rangées de commerces et de magasins ont été construits.

Dans l’un des pavillons, un nuage d’arômes épicés enveloppe les clients. Il y a beaucoup à voir et à faire! Safran et cannelle, poivre rouge et noir, clous de girofle, noix de muscade et cardamome, cumin et graines de zira, sans lesquels on ne peut pas cuisiner un vrai pilaf ouzbek. L’agneau frais et le bœuf de choix se trouvent sous un autre dôme. Des sacs de riz s’empilent, des cristaux de sucre navat scintillent. Les vendeurs rivalisent d’imagination pour offrir des raisins secs et des abricots, des amandes et des pistaches, des noix et des arachides.

Comme dans les temps anciens, le Bazar Chorsu de Tachkent est entouré d’ateliers d’artisans qui fabriquent et vendent des bijoux et des robes brodées d’or, des suzans brodés et des couteaux nationaux ouzbeks, des paniers en osier et des plateaux gaufrés de différentes tailles et configurations, ainsi que des instruments de musique nationaux. Dans la rangée de tapis se trouvent des tapis et des palais de Khiva, Samarkand et Boukhara.

L’architecture du bâtiment est soigneusement préservée et malgré les restaurations, un immense dôme vitré de tuiles bleues et couvert d’ornements traditionnels porte l’empreinte de l’antiquité et de la culture nationale. Le dôme a un diamètre d’environ 300-350 mètres. Cette structure est un marché d’hiver, composé de trois étages équipés d’ascenseurs.

Au niveau le plus bas, il y a des pièces en sous-sol, des couloirs et diverses pièces de service. Aux niveaux intermédiaire et supérieur se trouvent les stands de marchandises. Les rangées du marché sont divisées selon le type de biens vendus: Les fruits, les légumes, les noix, les sucreries orientales, les épices, les céréales, les vêtements et les articles ménagers sont vendus dans des pavillons séparés.

L’attraction principale du marché est, bien sûr, les rangées d’étals. Vous pouvez trouver des produits pour tous les goûts: tapis, souvenirs, articles ménagers, artisanat, épices, sucreries et tout cela avec une touche de flair oriental.

L’assortiment traditionnel de tout bazar, y compris le Chorsu, comprend également des fruits et légumes locaux de saison, des légumes verts, de la viande et des produits laitiers (katyk – lait aigre, kéfir, fromage blanc et kurt (boules de caillé), des épices (poivre rouge et noir, cumin, cannelle, noix de muscade, safran, cardamome, clous de girofle, zira, coriandre, curcuma et tomates séchées moulues). Selon les habitants, le marché du Chorsu vend toujours les produits les plus frais et les plus savoureux.

Le deuxième niveau du bazar du Chorsu vend des fruits secs (abricots, raisins secs, prunes), différentes sortes de noix et, bien sûr, des sucreries orientales traditionnelles (navat, parvarda, cacahuètes en sucre, raisins secs colorés, noix dans les abricots, noyaux d’abricots salés).

Dans la partie ouverte du marché, vous trouverez les étals où vous pourrez déguster divers plats de la cuisine ouzbèke: Naryn, shashlik de foie de mouton à la broche, véritable pilaf ouzbek, samsa.

Il y a également divers ateliers où les visiteurs peuvent observer des artisans fabriquer des bols, divers instruments de musique et de beaux cercueils. Vous pouvez également y acheter des souvenirs: chapan ouzbek, tyubeteykas (calottes crâniennes), sacs brodés à la main et sacs à cosmétiques, ainsi que des bijoux fantaisie faits à la main et des produits en or et en argent.

Au Chorsu Bazaar, comme dans tout autre marché, vous devrez marchander. Chaque vendeur aura son propre produit disponible pour l’échantillonnage, ce que vous ne devez pas négliger. Vous pouvez essayer d’acheter n’importe quoi après avoir parcouru toutes les lignes.

Le fait qu’il y ait toujours quelque chose à manger ici est un bon point positif : Des lepeshkas chaudes, du pilaf et de nombreux autres plats et boissons orientaux se trouvent près des rangées de magasins.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Cathédrale catholique romaine

Tachkent - Cathédrale catholique romaine

De hautes tours, des détails ajourés, des éléments en arc, des vitraux et une structure allongée jusqu’au sommet – voilà comment on peut décrire l’architecture de la cathédrale catholique romaine du Sacré-Cœur de Jésus à Tachkent. Le deuxième nom du bâtiment sacré – l’église polonaise – est devenu plus populaire que le premier.

La construction de la cathédrale a commencé en 1912, et l’architecte qui a conçu le bâtiment à cette époque était un Polonais nommé Ludwig Panchakiewicz. La main-d’œuvre pour la construction était constituée de soldats catholiques qui avaient servi dans l’armée en Orient. La plupart d’entre eux étaient des spécialistes hautement qualifiés. En outre, des prisonniers du camp situé près de Tachkent ont participé à la construction. Parmi eux, ils ont sélectionné les spécialistes en sculpture et en ingénierie.

Pendant les années de la révolution, l’architecte et le principal initiateur de la construction de l’église, le père Pranaitis, est décédé. La direction de la poursuite de l’œuvre a été reprise par un autre abbé. Mais avec l’arrivée du gouvernement bolchevique, la construction a été gelée. La principale raison était le manque de parrainage.

Sous le régime soviétique, le bâtiment inachevé de la cathédrale catholique romaine du Sacré-Cœur de Jésus n’a pas été utilisé aux fins prévues. L’église n’était pas seulement un camp, mais aussi un dortoir et même un hôpital. Cette exploitation impitoyable a laissé une triste trace : certaines sculptures ont été volées, d’autres ont été détruites et endommagées.

Ce n’est qu’à la fin des années 1970 que les autorités ont commencé à restaurer l’édifice sacré. Grâce aux efforts conjoints des architectes et des ingénieurs, la restauration n’a pas été si longue. Après son achèvement, l’église a été confiée aux soins du ministère de la Culture local. Et dans les années 80, le bâtiment a été officiellement reconnu comme un monument d’architecture et d’histoire.

En 1992, le gouvernement de la république indépendante a décidé de donner la cathédrale aux catholiques de la ville. Un an plus tard, la cathédrale catholique romaine du Sacré-Cœur de Jésus à Tachkent a fait l’objet d’une autre restauration. L’ingénieur Aleksandr Ponomarev et l’architecte Sergei Adamov ont dirigé l’ensemble du processus.

Le mois d’octobre 2000 a été important pour la communauté catholique de la capitale ouzbèke, puisque l’église a été consacrée par l’archevêque Marian Oles.

La cathédrale catholique romaine du Sacré-Cœur de Jésus à Tachkent est impressionnante non seulement par son architecture mais aussi par sa décoration intérieure. Le visiteur franchit le seuil et pénètre dans une pièce spacieuse revêtue de carreaux de marbre et de granit. Un tel travail crée une atmosphère de grandeur et de triomphe.

Le bâtiment de deux étages est composé de plusieurs pièces :

  • La plus ancienne est la chapelle de la crypte, dont la construction date d’avant 1916. La salle est utilisée pour la Sainte Messe (uniquement en semaine).
  • La salle St. John Paul II est utilisée pour les réunions et les conférences de l’église. Il porte le nom du pape.
  • La plus grande surface est occupée par la salle de Saint Antoine de Padoue. Vous pouvez y voir un énorme panneau de mosaïque et une sculpture de Saint Antoine, réalisée par le maître Adamov.
  • Cependant, la pièce maîtresse de la cathédrale catholique romaine du Sacré-Cœur de Jésus de Tachkent est le hall du deuxième étage. La pièce impressionne avec une statue de bronze de Jésus-Christ de 2 mètres de haut flottant au-dessus du sol. Sur le côté droit de la sculpture se trouve un confessionnal. Au-dessus de l’autel se trouve un orgue à 26 voix. La salle est utilisée pour les concerts de la chorale et les services du dimanche.

Si vous examinez attentivement le terrain entourant l’église catholique romaine, vous trouverez une plaque commémorative énumérant les noms de ceux qui sont morts pendant la Seconde Guerre mondiale.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Cathédrale de l'Assomption

Tachkent - Cathédrale de l'Assomption

La Cathédrale de l’Assomption est la cathédrale orthodoxe du diocèse de l’Église orthodoxe russe de Tachkent. Le chef de la cathédrale est l’archevêque Vikenty de Tachkent et d’Ouzbékistan. À côté de la cathédrale se trouvent l’administration diocésaine et le centre orthodoxe.

Dans les années 60 du XIXe siècle, une campagne militaire a eu lieu en Asie centrale, ce qui a entraîné la nécessité d’un hôpital militaire. A proximité a été construit un cimetière avec une petite église temporaire, qui a été consacrée au nom du grand martyr et guérisseur Panteleimon.

Sur le site de cette église dans le cimetière, la construction de la cathédrale a commencé en 1877. Le directeur de l’hôpital a demandé un agrandissement de l’église, car la congrégation grandissait et le petit bâtiment ne pouvait pas accueillir tous les paroissiens. La somme nécessaire à la construction a été réunie grâce aux efforts des citoyens. Les fonds les plus importants provenaient du gouverneur général et du riche marchand Dmitry Zoho. C’est lui qui a occupé le poste de surveillant dans le temple construit pendant plus de 10 ans.

L’église a été consacrée après son achèvement en janvier 1879. Saint Panteleimon, le grand martyr, a été déclaré le saint patron de l’église. Le clocher en pierre de trois étages est situé près du nouveau bâtiment.

Comme l’église a été construite à l’origine sur le site de la cathédrale de l’hôpital militaire de Tachkent, les habitants l’appellent encore “l’église de l’hôpital”.

Les années vingt ont apporté un renouveau dans la vie du temple, il est passé en possession du synode renouvelé de l’Église orthodoxe. Dans les années 1930, l’église est fermée et les services sont annulés. Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a été utilisé comme base pour le camp médical du district militaire local. Après la guerre, il a été décidé de rouvrir l’église aux fidèles pour qu’ils puissent la visiter, et la nouvelle dédicace a eu lieu en 1958. Après la consécration, toutes les églises du diocèse ont fait sonner solennellement les cloches pendant cinq minutes. L’église renaissante a été appelée la cathédrale de l’Assomption de la Sainte Vierge Marie. En même temps, la cathédrale est devenue une cathédrale. Pendant son mandat, l’évêque Yermogen de Tachkent et d’Asie centrale a introduit quelques changements architecturaux – la cathédrale a été considérablement agrandie.

Dans les années d’indépendance de la république, des travaux ont été réalisés pour remodeler la coupole et une partie du clocher de la cathédrale. La région a commencé à se raffiner et à s’étendre. De nombreux moyens et efforts ont été déployés pour décorer l’intérieur du temple. La Divine Liturgie a été célébrée dans cette cathédrale par le Patriarche de Moscou et de toute la Russie Alexy II lors de sa visite à Tashkent. La Divine Liturgie de ce jour mémorable s’est terminée par une procession religieuse.

Le développement et la modernisation du temple ne s’arrête pas – en 2014, un autre bâtiment a été érigé pour le service funéraire du défunt – le temple de Saint Luc de Crimée. Ce célèbre saint et chirurgien a vécu et servi à Tachkent en 1917-1938.

En 2016, d’importants travaux de rénovation ont été menés sur le complexe de la cathédrale. L’ensemble des bâtiments de Tachkent comprend la cathédrale de l’Assomption, l’usine hydraulique, le baptistère et le séminaire théologique. Le territoire est verdoyant et dispose d’une fontaine – vous pouvez faire une promenade agréable dans un petit jardin. Sur le côté sud de la cathédrale, en l’honneur du centenaire du diocèse de Tachkent, une plaque de marbre énumère tous les prélats qui ont dirigé le diocèse.

La beauté de la cathédrale de l’Assomption, qui est une combinaison de couleurs bleu et or, a été remarquée par les voyageurs de Tachkent. Le bâtiment est dans le style du classicisme, décoré de blanc, à l’intérieur il y a un lustre d’une taille inhabituelle. Le clocher, reconstruit à la fin du siècle dernier, compte désormais 5 étages et impressionne par son architecture ajourée. Devant l’entrée du site se trouve un triple arc avec des décorations et un dôme doré.

Les voyageurs doivent garder à l’esprit que les photographies sont interdites à l’intérieur de la cathédrale de l’Assomption de la Mère de Dieu.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Cirque

Tachkent - Cirque

Comme toutes les grandes villes, Tachkent possède son propre cirque, dont l’histoire remonte à une centaine d’années. Il remonte à l’époque où des artistes de divers pays européens et de Russie se produisaient en Asie centrale. À cette époque, des cirques semi-permanents étaient organisés par Shapito dans la capitale de l’Ouzbékistan et dans d’autres villes.

La date d’apparition du véritable cirque entièrement fonctionnel est considérée comme étant de 1914. Il a existé à Tachkent jusqu’en 1966, année au cours de laquelle un terrible tremblement de terre a détruit complètement le cirque.

Après 10 ans, il a été reconstruit, le cirque était situé sur Khadra et en 1999, il a été entièrement rénové. Le dôme du cirque, peint de la couleur du ciel, est visible de loin. Le bâtiment lui-même a été construit selon les traditions de la culture orientale avec des sculptures en bois, des vitraux aux motifs intéressants et des mosaïques en céramique.

Pendant longtemps, avant même la construction du cirque, des artistes de différents pays ont parcouru le parc. Avec l’apparition de son propre cirque, elle a commencé à remplir son objectif principal, à savoir la popularisation de l’art du cirque national. Au cours de son existence, une vingtaine de productions, plus de 100 numéros de cirque, se distinguant par leur originalité, y ont été présentés.

En outre, des jongleurs, des acrobates et des animaux dressés s’y produisaient. Aujourd’hui, les artistes d’Ouzbékistan font le tour du monde avec leur programme. Ils se sont déjà produits dans 30 pays d’Asie et d’Afrique, ainsi que dans des pays européens.

Les artistes du Tashkent Circus sont devenus les lauréats de divers festivals en Fédération de Russie, en Allemagne, en Chine, en France et aux Émirats arabes unis. Chaque représentation des artistes de cirque de Tachkent fait sensation et inspire le public. Pour cette raison, les scènes de cirque ne sont jamais vides et les spectateurs reconnaissants applaudissent les chefs-d’œuvre des artistes de cirque à chaque représentation. Vous pouvez réserver un hôtel à Tachkent sur notre site en quelques minutes seulement.

Lieux d’intérêt
Komplex Hast Imam in Taschkent

Tachkent - Complexe Khast Imam

Tachkent - Complexe Khast Imam

Le complexe a été construit sur la tombe d’un des premiers imams de Tachkent, le célèbre savant, expert du Coran et des Hadith, poète, artisan Abubakr Muhammad Kaffali Chachi (mort au Xe siècle) ou Hazrati Imam (Khast Imam en abrégé). Selon la légende, il était surnommé “Kaffal” (“le maître des clés”) pour avoir fabriqué une serrure étonnante dont la clé pesait un kilo et demi. Sa tombe était très vénérée. Toute la zone de cette partie de la vieille ville a été nommée Imam en l’honneur de Sheikh Hazrati. Au XVIe siècle, un mausolée a été construit sur la tombe du cheikh. Bien que la construction du mausolée ait été réparée à plusieurs reprises, les murs de la vieille partie du mausolée sont restés en briques cuites et constituent une décoration unique pour Tachkent – majolique du XVIe siècle avec une inscription historique portant les noms de l’architecte et du calligraphe, ainsi que la date de construction – 1541-1542. Ce monument est d’une grande valeur historique et artistique.

Au XVIe siècle, la base de l’ensemble était la madrasa Barak-khan. Il y a une riche bibliothèque de manuscrits orientaux. En face de la madrasa Barak-khan se trouve la mosquée Tilla Sheikh (XIXe siècle).

Le complexe Khast Imam comprend également la madrasa Muyi Muborak de Tachkent, qui signifie “cheveux bénis”. Selon la légende, un cheveu du prophète Muhammad (s.a.w.) – une relique sacrée des musulmans – est conservé dans la madrasa. Le bâtiment date du XVIe siècle et a été restauré à plusieurs reprises. La madrasa Muyi-Mubarak abrite le célèbre Coran du calife Osman, le plus ancien du monde. Ce Coran est la première source du livre saint, écrit sur la peau d’un cerf au milieu du VIIe siècle. Seuls 6 corans de ce type ont été écrits. Il n’en reste que 4 exemplaires dans le monde et le mieux conservé se trouve en Ouzbékistan. Il existe des pages éparses des 4 corans restants en Angleterre, en Turquie et en Égypte. La version officiellement acceptée de la manière dont le Coran est arrivé en Ouzbékistan depuis Osman est la suivante: Lorsque Amir Temur a vaincu le souverain turc Bayazid en 1402, le grand général est passé par la ville irakienne de Bassora, d’où il a pris le Coran et l’a apporté à Samarkand, où il était conservé dans une madrasa. En 1869, le général russe von Kaufman a conquis la ville de Samarkand et a apporté le Coran d’Osman à la bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg. En 1917, une lettre est écrite au gouvernement de l’Ouzbékistan pour demander que le Coran d’Osman soit rendu à son véritable propriétaire. En 1924, le Coran d’Osman est amené à Tachkent dans un wagon spécial, où il est conservé au Musée de l’histoire des peuples d’Ouzbékistan. En 1989, le Coran a été remis à l’Administration spirituelle des musulmans de la République d’Ouzbékistan pour être conservé en permanence. Aujourd’hui, il est conservé dans un sarcophage en provenance d’Allemagne, qui maintient automatiquement une humidité et une température optimales.

Le bâtiment de l’Administration spirituelle des musulmans d’Ouzbékistan, qui abrite plus de 22 000 livres religieux, a été construit en 2007 à côté de la madrasa Muyi Muborak.

La même année 2007, un nouveau bâtiment de la mosquée “Hazrati Imam” a été construit selon les règles de l’architecture du XVIe siècle avec deux minarets, dont la galerie “Aiwan” représente le beau travail des sculpteurs sur bois de différentes écoles (de Kokand, Samarkand et Boukhara). Des arbres, des arbustes et des fleurs exotiques de différents pays ont été apportés pour ce complexe. Grâce à l’éclairage réussi, le complexe architectural rappelle un tableau de “1000 et une nuit”.

Lieux d’intérêt
Zangiota-Komplex in Tashkent

Tachkent - Complexe Zangiota

Tachkent - Complexe Zangiota

Le complexe Zangiota (Zangi-ata, Zangi-ota) est l’une des plus anciennes structures de Tachkent. Le complexe est situé à 15 km de Tachkent, dans la petite ville de Zangiota. Le complexe a été construit aux siècles XIV-XIX. Pendant plusieurs siècles, l’ensemble a été reconstruit et agrandi par de nouveaux bâtiments.

Le mausolée contient les restes du grand Cheikh Oy-Khodja Zangi-Ota. Ce surnom se traduit par “père sombre”, qu’il a reçu en raison de son teint terreux. Zangiota était un grand soufi qui était connu et vénéré par le peuple, de son vivant et après sa mort. Le cheikh est né dans une noble famille arabe à la fin du 12e siècle et a prêché la foi islamique jusqu’à ses derniers jours. Oy-Khodja a été amené à former le cheikh soufi Ahmad Yassawi, qui était reconnu comme le chef spirituel de toutes les tribus turques d’Asie centrale. Au cours de sa vie, Zangiota a fait beaucoup pour l’éducation et le développement de l’Islam parmi les gens, et a gagné le respect des croyants. C’est pourquoi, après sa mort, le souverain Amir Temur a décidé de construire un complexe commémoratif pour le grand cheikh.

Le mausolée de Zangiota est un lieu de pèlerinage populaire non seulement pour les musulmans ouzbeks, mais aussi pour les croyants d’autres pays.

Il est de coutume dans les familles de Tachkent d’apporter un cadeau de bienfaisance au complexe Zangiota pour toutes les douze années de vie (à l’âge de 12, 24, 36 et plus). Il contient généralement: 2 mètres de tissu blanc, un paquet de thé, un foulard blanc, un kilo de sucre et les ingrédients nécessaires à la cuisson du pilaf.

Dans les années 1990, le nombre de personnes souhaitant visiter le mausolée a considérablement augmenté. Il a donc été décidé de procéder à une reconstruction majeure du complexe délabré.

Le complexe commémoratif est divisé en trois zones territoriales. La première zone comprend des bâtiments construits aux XIVe-XIXe siècles, la deuxième zone abrite le cimetière avec le mausolée d’Anbar-ona, l’épouse du grand soufi, tandis que la troisième zone est destinée à l’ajout d’un vaste jardin. Dans la zone principale se trouvent les bâtiments tels que le mausolée de Zangiota, la mosquée, le minaret et la cour associée.

Vous pouvez entrer dans le complexe par la porte, qui se trouve dans un grand portail décoré de mosaïques colorées. Elle est disposée sous forme de motifs et complétée par la ligature arabe. Le portail a été construit sous le règne de Mirzo Ulugbek, le petit-fils de Temur. En outre, l’entrée est ornée de deux tours à droite et à gauche de celle-ci. Dans la partie sud du complexe se trouve une mosquée, construite au XIXe siècle par un juge local.

Aux XVIIIe-XIXe siècles, l’ensemble des bâtiments a été agrandi par un nouveau bâtiment de l’école théologique musulmane, appelé madrasa. Il a un périmètre carré et a utilisé des briques brûlées comme matériau de construction. Le bâtiment possède une cour trapézoïdale où se trouvaient les fenêtres des cellules des étudiants.

L’attraction principale du complexe est le mausolée Zangiota lui-même, il se compose de plusieurs chambres. L’aspect de la pierre tombale, ornée de magnifiques sculptures artistiques, a été préservé depuis sa construction. Elle comporte des inscriptions en arabe, notamment des citations du Coran et des souhaits traditionnels musulmans. Depuis le mémorial de Zangiota, un chemin asphalté mène au mausolée de sa femme. Le deuxième complexe funéraire a été construit à la fin du XIVe-début du XVe siècle. Il s’agit d’un bâtiment à une seule chambre, en briques.

L’épouse du vénérable Cheikh Anbar-ona est considérée comme la patronne des femmes et des mères. Les femmes musulmanes viennent sur sa tombe et demandent des enfants ou la prospérité dans la famille. Pour que leurs souhaits se réalisent, ils doivent faire 3 fois le tour du mausolée dans le sens des aiguilles d’une montre (rien à voir avec l’Islam, dans l’Islam de tels rituels sont interdits).

Sur le territoire du complexe règne une atmosphère de triomphe et de sérénité. Grâce aux nombreuses fontaines, sources artificielles et arbres, il fait toujours frais, les chemins et les pelouses sont bien entretenus et l’herbe est tondue régulièrement. Pour le séjour confortable des pèlerins, il y a des lieux de repos sous forme de bancs et de pavillons confortables, un parking, un salon de thé. Vous devriez venir ici au moins pour quelques heures afin de regarder calmement toutes les structures, de ressentir l’atmosphère du lieu saint et d’en apprendre davantage sur les traditions et la culture de l’Ouzbékistan.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Ensemble Cheikhantahur

Tachkent - Ensemble Cheikhantahur

Le quartier de l’ensemble Cheikhantahur est situé à Tachkent, entre les rues Abdullah Kadiri et Alisher Navoi. L’ensemble se compose de trois mausolées: le mausolée de Sheikh Khovendi at-Takhur, le mausolée de Kaldirgachbai et le mausolée de Yunus-Khan.

Cheikhantahur est né à la fin du XIIIe siècle dans la famille de Khojjah, dans le village de montagne de Bogustan, où les vagues du réservoir de Charvak se précipitent aujourd’hui. Son père, Sheikh Omar, était un descendant du second calife vertueux Omar. Les gens croyaient que le Cheikh Omar était capable de faire des miracles et de dominer les éléments. C’était comme si la grâce suprême était passée de lui à son fils aussi. Le jeune Cheikhantahur comprenait les vérités des soufis. Selon les biographes, le soufi de Tachkent était particulièrement impressionné par la vérité: “Les hautes qualités spirituelles et les connaissances scientifiques sont directement proportionnelles à la patience et à la douceur d’un sage par rapport à la grossièreté des ignorants”. Le cheikh a vécu et prêché à Tachkent et est mort entre 1355 et 1360. Selon la légende, le mausolée qui surmonte sa tombe a été construit à l’initiative d’Amir Temur. Il s’agit d’un bâtiment bas à deux chambres sous deux dômes de hauteurs différentes. Le bâtiment a obtenu son apparence moderne après de nombreuses restaurations et reconstructions au début du XIXe siècle. À l’intérieur, il y a trois pierres tombales, une sous le grand dôme et deux sous le petit dôme. Le mausolée conserve la seule des quarante-huit Saurus d’Iskander plantés par Alexandre le Grand. Le conifère pétrifié se trouve à l’intérieur du mausolée, juste à côté de la majestueuse pierre tombale du Cheikh.

Il convient de noter que la famille Cheikhantahur comprenait de nombreux résidents éminents de Tachkent, dont le célèbre prédicateur de la période temouride, Ubaidullah Hodja Akhror (1404-1490) et un dirigeant indépendant de Tachkent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Yunus Hoedja. Près du mausolée de Cheikhantahur, un autre mausolée a survécu jusqu’à nos jours – Mazar Kaldyrgach-bay. Ce monument architectural du XVe siècle se distingue nettement des autres bâtiments du complexe par la forme caractéristique d’un dôme pyramidal et rappelle les mazars des steppes kazakhes. En effet, sous les voûtes de ce mausolée reposent les restes de Tole-bai, un homme d’État d’origine kazakhe. Avec les habitants de Tachkent, Tole-bai a réussi à chasser l’envahisseur Changar-Malmyk d’Asie centrale. Tole-bai a nommé comme confident à Tachkent Yunus-khojah, le Chokim de Shaikhantakhur, qui est devenu un dirigeant indépendant de l’État de Tachkent après sa mort.

Un autre mausolée du complexe a été conservé à partir de la fin du XVe siècle. Le mausolée de Yunus-khan, poète et guerrier moghol, grand-père maternel de Bobur, a été conservé au XVe siècle. Le bâtiment a été restauré plusieurs fois, c’est un type rare de khanaka en forme de T avec un haut revak sur la façade.

Aujourd’hui, l’ensemble Cheikhantahur de Tachkent conserve sa valeur en tant que monument architectural et de pèlerinage exceptionnel. La beauté et la beauté des paysages de ce coin de la ville ont inspiré poètes et peintres.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Madrasa Barak khan

Tachkent - Madrasa Barak khan

La madrasa Barak-khan a été construite au XVIe siècle sur ordre du souverain de Tachkent Navruz Ahmadkhan – petit-fils de Mirzo Ulugbek.

La construction de la madrasa s’est déroulée par étapes et a été achevée en 1532.

Le bâtiment de la madrasa Barak-khan est situé en face du Mahalla de l’imam Hazrati. À l’époque, cette mahalla était considérée comme un centre d’érudits, de philosophes et de connaisseurs de l’Islam. Depuis cinq siècles, la madrasa Barak-khan est un symbole de la grandeur de l’histoire de la ville de Tachkent. Jusqu’en 2007, elle abritait l’Administration spirituelle des musulmans d’Ouzbékistan.

En face de la madrasa, dans le musée situé dans le bâtiment de la madrasa Mui Muborak, est conservée une célèbre relique musulmane – le Coran du calife Osman, ou le Coran d’Osman, qui est considéré comme le plus ancien manuscrit du Livre Saint ayant survécu jusqu’à nos jours. Selon la légende, le Coran d’Osman a été apporté à Maverannahr par Amir Timur lui-même ; en tout cas, on sait avec certitude qu’il se trouvait à la cour de Mirzo Ulugh Beg à Samarkand au 15e siècle.

La madrasa Barak-khan comprend également deux mausolées encastrés qui ont été construits avant la construction de la madrasa. À l’extrémité orientale du complexe se trouve le mausolée sans nom, construit à l’origine pour Barak Khan (Nowruz Ahmad Khan) lui-même, mais qui est mort à Samarkand, où ses cendres sont conservées. Le second mausolée – Khanaka avec deux coupoles – a été construit sur le lieu de sépulture d’un des souverains de Tachkent, Suyundsh Khan, un descendant de Mirzo Ulugbek.

La madrasa est construite en briques et est couronnée par trois dômes bleus. Le portail principal de la madrasa est décoré d’une mosaïque et de peintures uniques. Les portes des cellules (hujras) et le portail de la madrasa Barak-Khan sont incrustés d’ivoire et de métaux non ferreux.

La madrasa Barak-Khan a été gravement endommagée par un tremblement de terre en 1868, et de nombreuses structures ont été restaurées. Aujourd’hui, la madrasa abrite les ateliers où travaillent les écrivains et les artisans du Coran, tels que les graveurs de cuivre et de laiton et les sculpteurs sur bois.

Lieux d’intérêt
Medrese Kukeldash in Taschkent

Tachkent - Madrasa Kukeldash

Tachkent - Madrasa Kukeldash

Tachkent est une ville qui a plus de deux mille ans d’histoire et a conservé de nombreux monuments historiques qui sont d’excellents exemples de l’architecture de l’Asie centrale. Parmi eux, la madrasa Kukeldash, construite à Tachkent, occupe sans aucun doute une place particulière.

L’une des plus grandes madrasas d’Asie centrale, Kukeldash est située dans le cœur historique de la ville – dans le “Registan de Tachkent” (qui est l’ensemble architectural central qui existait dans chaque grande ville). La madrasa se dresse sur une petite colline près du célèbre bazar Chorsu, qui a été pendant des siècles un carrefour pour les caravanes voyageant le long de la Grande Route de la Soie.

La madrasa a été construite en 1591 aux frais du célèbre homme d’État de l’époque chaibanide, Kul-Bobo Kukeldash (“kukeldash” signifie “le frère de lait du Khan”). Selon des documents historiques, Kul-Bobo était non seulement un haut fonctionnaire, mais aussi un scientifique et un poète à la cour du souverain Abdullakhan.
 L’architecture du bâtiment, construit en briques cuites, est exécutée dans les meilleures traditions de l’architecture orientale. La façade de la madrasa, avec son entrée haute et arquée, est décorée de mosaïques et de majoliques colorées. La cour rectangulaire est divisée en hujshras (cellules où vivaient les étudiants), une petite mosquée et une salle d’étude (darskhona).

Pendant de nombreux siècles, la madrasa Kukeldash a été le centre de la vie urbaine de Tachkent. Au XVIIIe siècle. Siècle, il y avait un caravansérail où les voyageurs et les marchands de passage séjournaient. Plus tard, au XIXe siècle, la madrasa a servi de forteresse aux dirigeants du khanat de Kokand. Dans les années 1930, les dômes bleus de la mosquée, les darskhonas (salles d’étude) et le deuxième étage des cellules ont été démontés pour la construction d’autres bâtiments, puis restaurés par les artisans de Tachkent.
 Au XIXe siècle, la madrasa Kukeldash a souffert de deux tremblements de terre en 1868 et 1886 et a ensuite été reconstruite en 1902-1903. La voûte détruite du portail d’entrée a été partiellement restaurée dans les années 1960.

Au XXe siècle, le bâtiment de la madrasa abritait un musée de l’athéisme, puis un musée des instruments nationaux ouzbeks.

Au cours des années d’indépendance, le bâtiment de la madrasa Kukeldash a été restauré sur la base des photographies conservées des années 1980. Après la restauration en 1999, il a été décidé de redonner à la madrasa son rôle d’école islamique.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Mausolée Kaffal Chachi

Tachkent - Mausolée Kaffal Chachi

Le mausolée d’Abubakr Kaffal ach-Chachi (également Abou Bakr al-Kaffal al-Chachi) est l’un des plus importants monuments culturels et architecturaux de Tachkent et de tout l’Ouzbékistan. Il fait partie du complexe Hazrat Imam, situé dans le quartier historique de la capitale.

En raison de certains événements, l’ensemble Khazrat Imam a été construit près de ce mausolée, autour duquel d’autres bâtiments ont été construits, pour finalement devenir un complexe à part entière. Le nom du complexe est celui du philosophe et grand érudit Abubakr Chachi, qui était un digne représentant de son époque. Il est né dans la capitale au XVIIe siècle, son père était un maître serrurier. Il a reçu une excellente éducation dans les madrasas des différentes grandes villes. En raison de sa profonde dévotion à l’islam, il a effectué de nombreux pèlerinages à La Mecque, visité de grandes villes et discuté avec les meilleurs érudits de l’époque. Il avait de si grandes connaissances en théologie et une autorité si incontestable qu’on lui a donné le nom de Grand Imam. La plupart de ses contemporains pensaient également qu’il n’avait pas d’égal dans tout le Mawaraunnahr. Ayant reçu un grand nombre de titres honorifiques et d’épithètes, il restait un habitant de Tachkent dans la mémoire des contemporains, si bien qu’on le surnommait “le serrurier de Tachkent”. À propos, une légende raconte qu’il a reçu le nom de “serrurier (Kaffal)” parce qu’il a fabriqué une très belle serrure, dont la clé pesait plus d’un kilogramme.

Comme la plupart des personnes éclairées de son époque, Abubakr Kaffal n’était pas seulement un théologien. Il y a un soupçon qu’il était un excellent poète et philosophe. Seule une petite partie des œuvres qu’il a produites a survécu jusqu’à notre époque. Il a passé beaucoup de temps à étudier les courants philosophiques et à diffuser ses propres enseignements, tout en consacrant une partie de ses œuvres à la poésie.

Abubakr ach-Chachi a passé toute sa vie à répandre l’islam et l’illumination. Par conséquent, après sa mort, son lieu de sépulture était considéré comme sacré. Le premier mausolée, construit presque immédiatement après sa mort, n’a pas survécu jusqu’à ce jour. C’est pourquoi, six siècles plus tard, un nouveau mausolée a été construit, qui a été conservé jusqu’à ce jour.

Si vous regardez attentivement la façade du mausolée, vous pouvez lire les noms des architectes qui ont participé à sa construction, ainsi que la date d’achèvement de la construction.

Le mausolée a été construit dans un style inhabituel pour ce type de bâtiment, le khanaka. À l’origine, les khanakas étaient construits comme abris temporaires pour les vagabonds et les pèlerins. C’est là leur similitude avec les monastères. Toutefois, la principale différence entre les khanakas était qu’on pouvait y entrer et en sortir facilement, ce qui n’est pas caractéristique des monastères.

La tombe d’Abubakr Kaffal ach-Chachi étant devenue un lieu de pèlerinage pour un grand nombre de musulmans du monde entier, il a été décidé de construire ce mausolée à Tachkent dans ce style. Il est quadrangulaire et a un plan asymétrique. De plus, elle est située sur un terrain surélevé qui élève le bâtiment au-dessus des autres maisons. Bien que le mausolée de Kaffal soit très massif, il semble étonnamment mince car il est surmonté d’un dôme. Contrairement à presque tous les mausolées, son entrée est orientée vers le nord (il est d’usage de faire face à la Mecque). En plus de la grande salle, le bâtiment comporte trois étages de cellules de pèlerins.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Mausolée Qaldirgochbiy

Tachkent - Mausolée Qaldirgochbiy

Le mausolée Qaldirgochbiy (ou mausolée Tölabiy) de Tachkent est l’un des sites les plus célèbres d’Ouzbékistan. Le bâtiment du mausolée se distingue par son dôme, qui est en forme de cône, ce qui n’est pas typique des bâtiments en Ouzbékistan.

La période de construction de ce bâtiment remonte au début du XVe siècle. Ce mausolée historique est particulièrement vénéré par les Kazakhs qui vivent dans la capitale de l’Ouzbékistan, dans sa banlieue et sur le territoire du sud du Kazakhstan. Selon la légende, le bâtiment a été nommé d’après Tölabiy, un dirigeant kazakh. Il a régné sur la Horde des Anciens dans la première moitié du XVIIIe siècle. Il a régné sur la Horde des Anciens dans la première moitié du XVIIIe siècle et était populairement surnommé “Qaldirgoch”, ce qui signifie “Sainte hirondelle”, de sorte que le deuxième nom de ce bâtiment à Tachkent est “Qaldirgochbiy Mausolée”. Selon une légende, lors de la conquête de ces terres, lorsque tous les habitants ont quitté leurs maisons, le célèbre Kazakh Tölabiy, qui vivait ici, a refusé de partir. Lorsque les soldats lui ont posé une question légitime, à savoir pourquoi il ne s’était pas enfui avec tous les autres, il a répondu qu’une hirondelle avait construit un nid sous le porche de sa maison et qu’il ne pouvait pas le laisser à une mort certaine. Les envahisseurs ont été très surpris par son courage et ont laissé Tölabiy et sa famille en vie.

Dans la première moitié du XXe siècle, des doutes sont apparus au sein de la population quant au fait qu’un homme de confession musulmane ait été enterré dans le mausolée de Tölyabiy sans violer les rituels traditionnels et que, selon beaucoup, il ne soit pas un véritable adepte de l’islam. Afin de vérifier ces rumeurs, le gouverneur de la ville de Kokand est entré de nuit dans le mausolée, en concertation avec le gardien de l’Eshon Kuli-Datha Medrese (qui se trouvait dans le cimetière de Sheikhantahur). Ainsi, à la lumière de bougies vacillantes tenues par un garçon de 12 ans, ils ont réussi à ouvrir l’une des sagas. Puis un poignard décoré de pierres semi-précieuses a été découvert sous l’oreiller. Ceci est inacceptable selon la tradition musulmane. Il a été décidé de laisser l’objet trouvé là où il a été trouvé et il a été strictement interdit à toutes les personnes concernées de parler de ce qui s’était passé.

Quelques décennies plus tard, lors de travaux de réparation, un garçon qui était présent lors de l’ouverture de la sagana, devenu déjà un vieil homme, a voulu retrouver la dague avec les pierres précieuses, mais ne l’a pas trouvée à son ancienne place. Peu avant sa mort, il a fait part de ce fait à son fils. Ainsi, le secret a été déclassifié.

Aujourd’hui, on ne sait pas exactement qui est enterré dans le mausolée. Mais le bâtiment a été reconnu comme un monument historique de l’architecture et soigneusement protégé par la ville.

Le bâtiment du mausolée Qaldirgochbiy à Tachkent a une forme rectangulaire régulière avec un dôme pyramidal inhabituel et frappant. Les chercheurs affirment que cette forme de dôme est typique des constructions des nomades des steppes locales, car elle leur rappelle les sommets de leurs montagnes natales, les monts Tien Shan et Alatau. Pendant l’existence du mausolée, son dôme a été gravement endommagé. Il n’a été restauré que dans les années soixante-dix du XXe siècle.

Le hall du mausolée a une forme cruciforme et se compose de quatre niches, aux angles desquelles se trouve un ancien escalier circulaire en briques et des hujshras (salles spéciales pour les étudiants). La crypte elle-même, qui a une forme carrée, est située au-dessus de la salle principale.

Les fondations de la structure de base sont posées à une profondeur d’environ un mètre et demi et consistent en des fortifications spéciales en bois, grâce auxquelles les murs du mausolée sont restés sûrs jusqu’à ce jour. La façade de la structure est pratiquement à découvert, seule la base de la coupole a conservé des stalactites ganchées du XVe siècle. La décoration de la structure, l’aménagement décoratif du territoire et de la cour adjacente n’ont pu être préservés.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Mausolée Yunus Khan

Tachkent - Mausolée Yunus Khan

Non loin de l’une des plus importantes curiosités de Tachkent, le mausolée de Sheikhantahur, se trouve le mausolée de Yunus-Khan et peu de gens savent quelle était la personnalité étonnante et extraordinaire de l’homme en l’honneur duquel cette structure a été construite au XVe siècle. Il est intéressant de noter que Yunus-Khan le Moghol (1415-1485) était lié à deux personnages importants qui ont laissé une marque indélébile dans l’histoire de l’Asie centrale. Cet homme politique respecté et influent était un descendant de Gengis Khan, le conquérant mongol qui dirigeait Mawara’unnahr. Le petit-fils de Yunus-Khan était Zahiriddin Babur, le descendant direct d’Amir Temur, le chef militaire qui a passé de nombreuses années de sa vie à libérer Mawara’unnahr de la domination mongole. De plus, une parente de Yunus-Khan est devenue l’épouse d’un autre descendant exceptionnel de la dynastie des Timurides – Mirzo Ulugbek.

Yunus-Khan a perdu son père à l’âge de 13 ans, ce qui a radicalement changé son futur destin. Le garçon a été envoyé à Herat et plus tard à Yazd, où il a passé son enfance sous la tutelle de Sharafiddin al-Yazdi, le célèbre auteur du “Livre des victoires” (“Zafarnoma”) et historien de la cour de l’émir Temur. Sous la direction sensible de son sage professeur, le jeune Yunus-Khan reçoit la meilleure éducation: il apprend les sciences naturelles, la théologie, la littérature, les langues arabe et persane, joue des instruments de musique et commence à écrire de la poésie. Après vingt ans d'”exil honorable” loin de chez lui, Yunus-Khan revient en 1456 et est nommé Khan de la Mongolie-Ulus. Ayant gagné le soutien des Témourides, il devient gouverneur de plusieurs parties de Fergana, et plus tard, grâce à l’influence du cheikh Khodja Akhrar, il ajoute Tachkent à ses possessions. Le succès accompagne Yunus-Khan dans toutes ses entreprises, mais en 1485, il est contraint d’abandonner le rôle de gouverneur et de transférer le pouvoir à ses fils, car une maladie – la paralysie – l’a frappé. Il a passé deux ans avant sa mort dans un monastère soufi de derviches près de la tombe de Havendi at-Takhur, où il a été enterré. En signe de respect, les fils de Yunus-Khan ont construit un mausolée.

Le mausolée de Yunus-Khan est un bâtiment unique du XVe siècle. Ce monument, l’un des rares conservés à Tachkent de la période témouride, ne possède pratiquement pas de structures similaires en Asie centrale (sauf en Iran), car il est construit sous la forme d’un khanaka en forme de T – lieu d’habitation des derviches et des pèlerins avec des cellules résidentielles – des hujshras, situés sur deux étages. Le mausolée de Yunus Khan, une structure plutôt massive avec un double dôme et un portail, se distingue par sa taille. L’entrée est décorée d’un arc pointu et haut. À l’extérieur, le mausolée est décoré dans un style ascétique strict: la façade est uniquement ornée de treillis en bois, d’une écriture arabe calligraphique et de l’ornement “girikh”. La porte d’entrée en bois sculpté a été transférée au mausolée Yunus-Khan dans les années 1930 à partir d’une mosquée de quartier démolie. L’intérieur du mausolée est décoré de colonnes de pierre. Sous la voûte, on peut voir un mukarnas, une voûte pliée en forme de stalactites. La salle du mausolée est ouverte sur trois côtés par des ouvertures et le dôme extérieur est construit sur un tambour cylindrique. Le plafond en dôme de la salle principale se présente sous la forme d’arcs et de voiles entrecroisés. Le mausolée de Yunus-Khan est plein de mystère : un instrument oriental ancien, le chang, a été ingénieusement installé entre les panneaux de porte, rendant les portes musicales. De plus, la tombe elle-même n’a pas été retrouvée, et son véritable emplacement reste un mystère à ce jour.

Actuellement, le mausolée de Yunus-Khan fait partie du complexe de l’Université islamique de Tachkent.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Mausolée Zayniddin Bobo

Tachkent - Mausolée Zayniddin Bobo

Ce mausolée de Tachkent est dédié au Cheikh Zayniddin Bobo (Zaynid-Din-bobo) – le fils du Cheikh Shahobiddin Abu Khavs, le chef des soufis à Bagdad, “le Cheikh des Cheikhs” – le fondateur de l’école, qui a ensuite inclus Shamsiddin Kulol, le conseiller spirituel de l’Emir Taraghai – le père de Temur et Temur lui-même.

Le Cheikh Zayniddin est né en l’an 1214. La légende écrite à partir des paroles du gardien du mausolée dit qu’il y a 600 ans, le Cheikh Shahobiddin Zayniddin Bobo est venu de Bagdad à Tachkent sur les instructions de son père et a vécu à Chillakhona. Après sa mort, ses disciples ont construit un petit mausolée (Chortak) sur sa tombe.

Plus tard, Amir Temur a reconstruit le Chortak, il y a eu 3 ou 4 autres réparations. À l’emplacement du bâtiment existant, il y avait une ancienne ruine de Chortak datant de la fin du XIVe siècle, dont les vestiges se trouvent sous le bâtiment existant. Les murs en dessous datent du XVIe siècle. La partie supérieure du bâtiment à partir des voiles et au-dessus, ainsi que le portail, ont été largement reconstruits à la fin du XIXe siècle.
Le mausolée est un bâtiment à quatre portails, à plusieurs chambres et à axe longitudinal, avec un peschtak très développé, qui met en valeur la façade sud-est comme façade principale.

Une grande salle carrée enfermée dans le prisme rectangulaire du bâtiment principal, de plan cruciforme par les quatre profondes niches au centre des murs. La salle est bloquée par le double dôme. Avec un haut tambour cylindrique intérieur.

Les fins détails sont décorés avec les motifs de l’artisanat: porte en bois sculpté à deux battants recouverte d’ornements végétaux. Au-dessus, une fenêtre avec un treillis en bois (panjara): un large cadre avec un treillis fin, dans la plaque centrale – une étoile ronde girikh, construite sur un triangle équilatéral.

Le treillis de Ganch (Panjara), une variété de dessins décorent les grandes et petites ouvertures des fenêtres des façades secondaires.

Les dimensions du bâtiment: le plan d’ensemble de 16 x 18 m, la hauteur au sommet du dôme – 20,7 m, la hauteur du portail – 14,5 m.

Les inscriptions du mausolée datent d’époques plus tardives et font référence à ses réparations. Sur le cadre de la porte en bois est gravé : “Le maître Mir Sharab Abdu Mumin Öghli”, la date est coupée.

Dans l’inscription au-dessus du coin sud-ouest de la porte se trouve la date des principales réparations – 1339 AH (1920-1921). Cette réparation et celle de 1927 qui a suivi ont défiguré l’apparence du monument. Le peshtak était autrefois recouvert de tuiles vernissées. Les fragments de tuiles de majolique ont été trouvés dans les décombres lors des fouilles.

Le plus ancien élément du mausolée est le chillakhona, qui a été construit en briques des XI-XII siècles. Le fait que les briques aient été utilisées aux XI-XIIe siècles indique qu’elles ont été utilisées au début du XIIIe siècle.

Les parties inférieures du Chillakhona ont survécu à notre époque, tandis que le Chortak au-dessus de la tombe du Cheikh s’est apparemment effondré et a probablement été reconstruit plus tard sur ordre de Temur, selon la légende.

Le Chillakhona est la salle du jeûne de quarante jours. Il était tellement “encastré” dans le sol que seul le dôme avec la lanterne de lumière restait à la surface.

Le Chillakhona se compose de deux salles disposées horizontalement : la salle supérieure est octogonale avec une niche pour le mihrab sur l’un de ses côtés sud-ouest, tandis que la salle inférieure est également octogonale mais de dimensions beaucoup plus petites.

On accède à la salle inférieure par un escalier spécial et un couloir disposé à angle droit.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Mémorial Chahidlar Khotirasi

Tachkent - Mémorial Chahidlar Khotirasi

Le Mémorial Chahidlar Khotirasi a été inauguré à Tachkent en mai 2002. Il est dédié aux habitants de l’Ouzbékistan qui ont été opprimés dans les années 1920-1940 du XXe siècle. À cette époque, plus de 100 000 personnes étaient soumises à la répression, plus de 13 000 étaient fusillées. Parmi eux se trouvaient de grands écrivains et poètes tels que Abdullah Qodiriy, Fitrat, Chulpon et d’autres. De nombreux hommes politiques et scientifiques célèbres ont également été exécutés. Le bâtiment a été construit dans la partie même de la ville où avaient lieu les exécutions massives de condamnés.

Pour que la mémoire bénie de ces personnes ne soit pas oubliée, le complexe commémoratif a été construit, qui est devenu l’un des points de repère les plus populaires et les plus connus de la capitale. Un décret présidentiel a déclaré le 31 août Journée de commémoration des victimes de la répression.

Le Mémorial Chahidlar Khotirasi à Tachkent couvre une superficie de 17 hectares et comprend un parc, une rotonde et le musée “En mémoire des victimes de la répression”. Ce dernier a été construit dans un style classique pour l’Orient, avec des sculptures en bois d’une étonnante beauté ornant les murs et surmonté d’un dôme aux couleurs célestes. Le musée possède des photographies et des documents uniques contenant des informations sur la terrible époque de terreur sanglante, sur la lutte du peuple ouzbek pour l’indépendance et sur les camps du Goulag. Lors de la dernière reconstruction pour agrandir les expositions, une salle a été ajoutée pour présenter les réalisations de l’Ouzbékistan pendant les années d’indépendance. Le musée est équipé d’un matériel multimédia moderne qui permet de diffuser sur un grand écran de la musique, des vidéos documentaires et d’autres documents précieux. Le personnel de l’institution mène des activités scientifiques et éducatives : Ils étudient des documents d’archives, collectent des faits historiques et créent du matériel pour des publications artistiques.

La rotonde honorant les victimes des répressions est un énorme dôme turquoise soutenu par huit colonnes de marbre. Sur chacun des quatre côtés, il y en a deux. La hauteur de la structure est de 27 mètres.

Des escaliers en granit mènent à la rotonde de différents côtés. Lorsque les visiteurs les escaladent, ils atteignent le côté recouvert de dalles brillantes. Dans la partie centrale de la rotonde se trouve un jade symbolique avec une inscription gravée en arabe, en ouzbek et en anglais qui se traduit par “La mémoire des défunts qui ont combattu pour leur patrie vit à jamais.” Si vous levez la tête, vous pouvez voir le magnifique plafond bleu foncé du dôme peint avec des motifs ouzbeks. Sa partie extérieure présente une bordure en relief, aux arêtes vives, qui souligne une fois de plus le style national de la structure.

L’espace autour de la rotonde est conçu sous la forme d’une composition d’allées et de parterres de fleurs. Ils ont tous la forme d’anneaux et de demi-anneaux, au milieu desquels se trouve une rotonde. Les fleurs des parterres sont plantées dans des motifs multicolores intéressants.

Ce magnifique parc symbolise la force d’esprit et la persévérance dans les croyances de ceux qui ont été victimes des répressions de Staline. Le parc est aménagé sur la rive de l’étroit canal de Bozsu. Il peut être traversé par un pont pittoresque qui commence près de la rotonde. Il y a également des fontaines à étages qui créent un environnement frais. Des épicéas, thuyas, pins et bouleaux ornementaux sont plantés sur le terrain. Tous les arbustes et arbres bas sont taillés régulièrement.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Mosquée Khodja Akhrar Vali

Tachkent - Mosquée Khodja Akhrar Vali

La mosquée Khodja Akhrar Vali Djuma (Mosquée du vendredi) est la fondation de l’ensemble Registan, situé dans le quartier de la place du bazar Chorsu à Tachkent. C’est le seul exemple de mosquée de type tribunal du vendredi pratiqué en Asie centrale à la fin du Moyen Âge.

Le bâtiment principal est une structure cubique, couverte d’un dôme avec quatre fenêtres dans un tambour bas. Le mur est qui fait face à la cour est traversé par un grand arc. Le dôme de la structure est sphéroconique, sans ornementation. Le dôme est basé sur des voiles sphéroconiques. L’arc de la niche du portail d’entrée est en forme de lancette, non pas d’Asie centrale, mais plutôt gothique abîmé. La mosquée a un plan rectangulaire allongé avec un grand volume de construction à l’extrémité de l’axe longitudinal est-ouest.

Les fondations de la mosquée ont été posées au IXe siècle, après la conquête arabe de l’ancienne Tachkent zoroastrienne, alors appelée Chach.

En 819, le jeune émir Yahya ibn Asad, qui venait de recevoir une lettre du vice-roi arabe dans la partie orientale du califat pour gouverner toutes les terres de l’actuelle province de Tachkent, arrêta son cheval sur les collines qui sont encore bien visibles entre les trois places de la ville – Chorsu, Chodra et Eski-Juwa. “Ici nous construirons notre capitale”, dit Yahya à son entourage, qui se déplaça respectueusement derrière lui, “sur cette colline se dressera Médine Ash-Shash, l’avant-poste nord de Mawara’unnahr ! Dans son sillage se trouvaient des gardes turcs qui répétèrent à l’unanimité les mots du commandant : “Oui, oui, ici la ville de Shash se lèvera !” Dans la langue des Turcs, “Madina ash-Shash” sonne comme “Shashkent”. Et sur le point le plus élevé de la colline choisie, Yahya ibn Asad a ordonné la pose de la première pierre de la mosquée du vendredi à Tachkent.

En 1432, Ubaydullah Khodja Akhrar, l’une des figures les plus célèbres de la vie sociale de la dynastie des Temurides, né en 1404 dans le village de montagne de Boghistan près de Tachkent, s’est rendu à Tachkent. Lors de son départ, Khodja Akhrar Vali a ordonné la construction d’une grande mosquée et d’une madrasa du vendredi dans l’ancien Gulbazar Mahalla de Tachkent. La légende veut qu’Ubaydullah ait gagné l’argent nécessaire à la construction en vendant des bouts de fil qui se formaient sur les bords de rouleaux de tissu coupés en morceaux standard. Mais que ce soit vrai ou non, sur les anciennes fondations laissées par la première mosquée de Tachkent à l’époque de Yahya ibn Asad, une pierre de taille caractéristique avec un dôme et un plafond voûté ouvert à l’est s’est élevée au milieu du XVe siècle.

En face de l’ancienne entrée principale de la mosquée, qui se trouvait autrefois du côté nord, une modeste medrese d’un étage a été construite en 1451. Aujourd’hui, elle n’existe plus, car l’administration de la ville a décidé en 1954 de la démanteler pour en faire des briques nécessaires à la restauration des bâtiments voisins.

Tachkent, comme la ville est appelée, est située près des montagnes, dans la zone du tremblement de terre. C’est pourquoi de nombreux bâtiments monumentaux médiévaux ont souvent souffert des tremblements de terre, parfois même se sont effondrés. La mosquée du vendredi n’a pas été épargnée par les fréquentes restaurations. Au XIXe siècle, à l’apogée de l’État indépendant de Tachkent sous l’administration du hokim (maire) de Sheikhantahur Yunus Khodja, le dôme principal a été entièrement réparé et les galeries voûtées avec des cellules autour d’une longue cour intérieure ont été complètement reconstruites.

La mosquée principale a été gravement endommagée par un fort tremblement de terre en 1868, qui a visiblement endommagé la plupart des monuments de l’architecture médiévale de Tachkent. La mosquée a été inutilisée pendant près de deux décennies. Ce n’est qu’en 1888 qu’elle a finalement été restaurée aux frais du tsar russe Alexandre III, ce qui lui a valu le nom de “Mosquée du tsar”. Et bien que l’apparence du bâtiment ait dû être légèrement modifiée pendant la reconstruction, il a quand même fait une très bonne impression. Il suffit de dire que c’est la troisième plus grande mosquée du vendredi en Ouzbékistan. Seuls deux bâtiments de ce type – Bibi-Khanum à Samarkand et la mosquée Kalon à Boukhara – sont meilleurs.

Dans le passé, lorsqu’il n’y avait pas de grands bâtiments, le dôme de la mosquée Khodja Akhrar Vali Juma pouvait être vu de tous les côtés, en particulier depuis le bazar Chorsu, le plus ancien de Tachkent, qui s’agite au même endroit depuis plus de mille ans. L’ensemble architectural autour de la mosquée Khodja Akhrar Vali Juma est aujourd’hui presque entièrement détruit, à l’exception d’un bâtiment fortement restauré de la Kukaldash Medrese et du dôme de la mosquée Gulbazar Mahalla. De nos jours, l’aspect original de ce remarquable coin de Tachkent historique ne peut être imaginé qu’à travers de rares photographies anciennes.

À l’époque où la photographie n’en était qu’à ses débuts, les photographes aimaient escalader le dôme de 15 mètres de haut du bâtiment principal de la mosquée Khodja Akhrar Vali pour prendre des vues à vol d’oiseau du panorama du vieux Tachkent avec leur équipement alors imparfait.

La mosquée a été reconstruite en 2003, en utilisant des méthodes modernes de construction et de décoration. Aujourd’hui, ce n’est plus un, mais trois grands dômes qui couronnent la colline historique de la vieille ville. La mosquée a un aspect chic et festif et de nombreuses personnes y viennent. Et l’emplacement pratique – à proximité se trouve l’un des plus anciens bazars de Tachkent.

Lieux d’intérêt
Minor Moschee in Taschkent

Tachkent - Mosquée Minor

Tachkent - Mosquée Minor

L’un des bâtiments religieux les plus récents de Tachkent est la Mosquée Minor. La mosquée se trouve sur la rive rénovée de l’Ankhor (canal), qui est très aménagée et propice aux loisirs.

Bien que la mosquée ne soit pas associée à des événements historiques, qu’elle ne soit pas entourée de légendes mystérieuses, elle mérite d’être visitée pour admirer sa beauté et son intérieur ajouré. Il est considéré à juste titre comme l’un des plus beaux bâtiments de la capitale ouzbèke. Il vaut également la peine de regarder la mosquée de loin, depuis la rive de l’Ankhor (canal) – le bâtiment blanc comme neige avec son dôme bleu vif semble incroyablement majestueux et en même temps fragile, comme un mirage dans le désert.

L’entrée pour les visiteurs est gratuite. Toutefois, les codes vestimentaires islamiques s’appliquent. Les jambes et les épaules doivent être couvertes, et les femmes reçoivent un foulard à l’entrée. La cour est ouverte au public, mais seuls les hommes sont autorisés à entrer dans la mosquée elle-même. Pour les femmes, il y a une petite pièce clôturée par des barreaux.

La construction a commencé à l’été 2013 et un an plus tard, à la veille de l’une des fêtes les plus sacrées pour le peuple musulman, le Kurban Bairam, les portes de la nouvelle Mosquée Minor ont été ouvertes au peuple ouzbek le 1er octobre 2014.

Les fonds pour la construction de la principale mosquée de la capitale ont été fournis par le budget de l’État ouzbek et l’administration spirituelle des musulmans ouzbeks. La mosquée a été équipée des dernières technologies, ce qui s’est traduit par des toilettes séparées avec toutes les commodités pour les fidèles.

Décoré de marbre blanc, le bâtiment de la Mosquée Minor est conçu pour accueillir 2 400 visiteurs à la fois. Cela fait de la Mosquée Minor l’un des plus grands centres musulmans de Tachkent. Le bâtiment est de style religieux ouzbek, avec des dômes azur qui rappellent le Registan de Samarkand.

À l’intérieur, la mosquée a l’air traditionnelle pour un lieu de culte d’Asie centrale : un mihrab (une niche dans le lieu de culte musulman qui fait face à la Mecque) avec des lignes du Coran et des citations du prophète Mahomet (S.A.V), des murs en plâtre de boue avec des sculptures et des fresques complexes. Le mihrab local a été créé comme une copie exacte du mihrab de Samarkand.

En plus de la salle de prière à deux étages, le bâtiment de la mosquée comprend : les salles d’ablutions et les terrasses menant à la cour avec des colonnes en bois sculpté.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Mosquée Namozgoh

Tachkent - Mosquée Namozgoh

La mosquée Namozgoh fait partie du célèbre centre islamique de Tachkent, la place Hast Imam, qui servait autrefois de terrain où les gens se rassemblaient lors des grandes fêtes religieuses.

La construction de l’ensemble du complexe religieux a commencé au XVIe siècle. Sa partie actuelle est le mausolée d’Abubakr Muhammad Kaffal Shashi, l’imam le plus vénéré de Tachkent. Le lieu saint a également été nommé d’après lui.

La mosquée Namozgoh a été construite en 1865 et est depuis lors la plus grande mosquée de Tachkent, où des prières sont organisées lors des fêtes du Ramadan et de Kurban Hayit. Depuis 1971, il abrite l’Institut islamique de Tachkent. Ces dernières années, ce monument architectural a subi quelques changements mineurs.

La mosquée Namozgoh de Tachkent a été reconstruite plus tard pour devenir le mausolée de l’imam Hazrati, le Muyi-Muborak Medrese et le Barakkhan Medrese, qui ont été construits au XVIe siècle. La construction de la mosquée a duré de 1845 à 1865 avant que Tachkent ne soit conquise par la Russie. Elle a été construite pour les Khans de Kokand qui ont conquis la ville au cours du même siècle.

Le souverain du khanat de Kokand au milieu du 19e siècle était Khudoyar Khan, dont la lignée remonte à la dynastie ouzbèke de la dynastie Ming. Son règne a connu des hauts et des bas, la perte et la restauration du pouvoir. Tachkent a rejoint le khanat de Kokand en 1807-1808, des années avant que Hudojar-khan ne monte sur le trône, mais c’est exactement à ce moment-là que la construction du sanctuaire de Namozgoh a commencé, en 1845, après sa première accession.

La construction du lieu de culte a duré jusqu’en 1865, date à laquelle la guerre entre la Russie et Kokand a éclaté et la ville a été capturée par les troupes russes dirigées par le lieutenant-colonel Mikhail Chernyaev. La mosquée n’a pas été détruite malgré les hostilités et on pouvait toujours venir ici pour assister aux prières du vendredi ou des jours fériés.

La mosquée est restée un lieu de culte jusqu’à la révolution de 1917, où elle a été détruite et pillée. La restauration de la mosquée n’a commencé que dans les années 1970 et le cheikh Ziauddinhan ibn Eshon Babahan, qui était à l’époque président de l’administration spirituelle des musulmans d’Asie centrale et du Kazakhstan, a pris le contrôle du processus.

En 1971, le cheikh a demandé aux autorités soviétiques l’autorisation d’ouvrir un collège sur le site du sanctuaire ; celui-ci a immédiatement été baptisé du nom de l’imam al-Bukhari, célèbre théologien islamique.

L’institut a été créé sur la base des cours ouverts en 1970 pour la formation avancée des Imam-Khatibs. Pendant la période soviétique, l’Institut était le seul établissement d’enseignement supérieur islamique en Union soviétique à former des clercs musulmans pour la partie européenne du pays, l’Asie centrale, la Sibérie, le Kazakhstan et le Caucase.

Après l’effondrement de l’Union soviétique, l’établissement d’enseignement situé sur le site du sanctuaire a été rebaptisé Institut islamique de Tachkent et est désormais sous l’administration des musulmans d’Ouzbékistan. Depuis les années 2000, les diplômés de l’institut obtiennent des diplômes de bachelor.

L’institut forme des Imame-Khatibs, des érudits islamiques et des professeurs de langue arabe. On y enseigne les sciences religieuses, les sciences politiques, l’histoire des religions et l’histoire de l’Ouzbékistan, l’écologie, un certain nombre de sciences théologiques, diverses langues, l’éloquence, la littérature et la calligraphie. L’arabe et l’ouzbek sont utilisés dans l’enseignement.

La mosquée est une structure allongée, elle fait actuellement face à la cour de l’institut, ses dimensions sont de 56 par 15 mètres, pour sa conception le style oriental traditionnel a été utilisé. Le sanctuaire est couronné par un dôme bleu, qui s’étend jusqu’au ciel et est décoré de grilles de fenêtres à motifs en ganch et de peintures ornementales. La prémisse hivernale du sanctuaire est la salle cruciforme chevauchant de part et d’autre une haute coupole, d’où émanent deux rangées de galeries en arc à quatre baies. Parallèlement à eux, la colonne aivan est enjambée par un arbre.

Les bâtisseurs ont utilisé des briques brûlées pour construire les murs de la mosquée. Les décorations des intérieurs sont absentes, le seul détail est la niche du mihrab de la salle principale, elle est plate et de petites dimensions, et des stalactites mukarnas dans l’arc. La voûte elle-même est décorée d’un panjara sculpté.

Depuis de nombreuses années, les habitants ont transmis la légende selon laquelle les cheveux d’or du prophète Mahomet se trouveraient à l’intérieur des murs du lieu saint. Cette histoire jouit d’une grande popularité et attire des foules de touristes venus de loin à la mosquée, ainsi que des pèlerins de toutes les régions du monde. Chaque année, le sanctuaire est visité par des milliers de religieux qui veulent entendre en personne les hadiths sacrés, mais aussi commémorer de grands penseurs et toucher à l’histoire ancienne.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Musée de l'histoire de l'Ouzbékistan

Tachkent - Musée de l'histoire de l'Ouzbékistan

Le Musée d’État de l’histoire de l’Ouzbékistan à Tachkent est l’un des plus anciens musées de la capitale et de toute l’Asie centrale. L’ancien musée Lénine remonte à la fondation du Musée du peuple du Turkestan.

Le Musée d’État de l’histoire de l’Ouzbékistan a été ouvert le 12 juillet 1876 sous son nom original – Musée populaire du Turkestan, fondé à la demande de scientifiques russes et d’amateurs d’histoire naturelle, d’anthropologie et d’ethnographie. Au fil du temps, le musée a régulièrement augmenté son exposition principale et a participé à de nombreuses expositions internationales : Paris (1900), Milan (1906) et bien d’autres. Le Musée historique d’Ouzbékistan a contribué à l’ouverture de musées historiques à Samarkand en 1896 et à Fergana en 1899.

En février 1919, le musée a été rebaptisé “Musée d’État du Turkestan”, puis a de nouveau changé de nom pour devenir le “Musée principal d’Asie centrale”.

Au XXe siècle, le musée a changé de nom et d’emplacement quelques fois encore. Aujourd’hui, le Musée national de l’histoire de l’Ouzbékistan est situé sur l’avenue Rashidov à Tachkent, dans un bâtiment construit en 1970 spécialement pour le Musée Lénine.

L’exposition du Musée de l’histoire de l’Ouzbékistan couvre l’histoire du pays depuis les temps anciens jusqu’à nos jours. La structure de l’exposition du musée a été créée sur le principe de la continuité et de la progression de l’histoire et de la culture sur le territoire de l’Ouzbékistan depuis les temps anciens jusqu’à nos jours. Les expositions racontent le rôle et la place du patrimoine culturel créé ici dans l’histoire de la civilisation mondiale.

L’objectif de l’exposition du musée est de montrer aux visiteurs les régularités et les particularités du développement historique de l’Ouzbékistan, la grandeur de l’histoire du pays à travers des objets de culture matérielle, artistique et spirituelle : outils divers, vaisselle, miroirs en cuivre, bijoux et cosmétiques. L’exposition a été créée sur la base de critères globaux de la science historique, mais en tenant compte des régularités et des particularités de l’histoire de l’Ouzbékistan elle-même.

Au rez-de-chaussée du musée se trouvent un bureau administratif, une salle de cinéma et une salle de conférence pouvant accueillir 50 personnes, où se tiennent diverses conférences et séminaires scientifiques. Les pièces du musée occupent les troisième et quatrième étages du bâtiment. La surface totale de l’exposition est de 2500 mètres carrés. Le nombre d’objets exposés dépasse 10 000 et le nombre d’objets jusqu’à 250 000.

Parmi les pièces les plus célèbres du Musée d’histoire de l’Ouzbékistan figurent l’impressionnante bouilloire Sak en bronze, fabriquée au IV-Ve siècle avant J.-C. et la sculpture de Bouddha avec deux moines, appelée “Triade”, réalisée environ au Ier siècle après J.-C. et découverte par des archéologues lors de fouilles dans la région de Surkhandarya en Ouzbékistan. Le musée expose également des échantillons de céramiques et de tissus anciens, et une collection assez importante de pièces de monnaie anciennes, ainsi que des documents d’archives rares et des documents manuscrits, des papiers historiques et des photographies.

Outre les divers trésors historiques de l’Ouzbékistan, le musée est également fier des héros modernes du pays – champions de lutte libre, Kurash, tennis et détenteurs de records en alpinisme, qui ont conquis le mont Everest en 1998.

Pour concevoir l’exposition, on a fait un usage large et diversifié de complexes de découvertes archéologiques, de matériel ethnographique, de pièces de monnaie, de sources écrites, de photographies. L’exposition du Musée d’État de l’histoire de l’Ouzbékistan est en constante évolution. Elle est améliorée et complétée par de nouvelles pièces, créant souvent de nouveaux départements et de nouvelles expositions.

En août 2011, pour la première fois dans l’histoire de tous les musées d’Ouzbékistan, le Musée d’État de l’histoire de l’Académie des sciences de l’Ouzbékistan a ouvert un musée pour enfants sous le nom “Dans le monde des merveilles”. Ce musée est destiné aux enfants âgés de 4 à 14 ans.

L’objectif principal du Musée des enfants est d’aider les enfants à développer et à enrichir leurs connaissances de l’histoire par le biais de programmes et d’expositions non traditionnels, intéressants et adaptés aux enfants, ainsi que de montrer et de démontrer leurs compétences et leurs capacités dans la pratique.

En archéologie, ils ont la possibilité de mener des fouilles archéologiques en prenant l’exemple du monument antique “Kampirtepa sur un petit sol argileux”. Dans la section “Numismatique”, vous étudierez l’histoire et la valeur des pièces de monnaie de différentes périodes historiques. Dans la section “Poterie”, vous pouvez vous renseigner sur l’histoire et les méthodes de fabrication de la poterie nationale. Dans la section “Broderie”, vous apprendrez à broder des calottes. Dans la section “Beaux-Arts”, ils peuvent non seulement s’informer sur la création de peintures, mais aussi essayer de créer des tableaux, des miniatures, etc. Dans la section “Les dons de l’Ouzbékistan”, les enfants découvrent la culture de divers légumes et fruits, du maïs, du coton et des vers à soie dans le pays.

Le musée des enfants dispose également d’un “Théâtre de marionnettes” qui présente une collection de costumes traditionnels et de marionnettes ouzbèkes traditionnelles anciennes recueillies sur plus de 110 ans, permettant aux enfants de mettre en scène eux-mêmes des pièces de théâtre en choisissant leur personnage de marionnette préféré.

Cette partie du musée est très importante pour permettre aux enfants d’acquérir des connaissances et des compétences pratiques dans divers aspects de la vie scientifique, culturelle et économique, et favorise un grand amour et un grand respect pour le savoir, pour le travail et pour leur patrie.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Musée de l'histoire des Temurides

Tachkent - Musée de l'histoire des Temurides

Le musée d’État ouzbek de l’histoire des Temurides (ou, comme il est populairement appelé, le musée Amir Temur) est situé dans la capitale de l’Ouzbékistan – au cœur de la ville de Tachkent. Il a été ouvert en 1996 et est dédié au puissant dirigeant, le chef mongol Amir Temur (ou Tamerlane) et à l’histoire du développement de toute la région d’Asie centrale pendant son règne et sa dynastie.

Le musée participe souvent à diverses expositions internationales, il a donc fait connaître ses valeurs matérielles et spirituelles dans le monde entier. Certains objets rares de la collection ont même été exposés dans diverses expositions étrangères : le “Timurid Revival” français, l'”Expo-2000″ allemand, le “Colours of Fabrics and Ceramics” australien au Power House Museum. Diverses expositions sont constamment organisées au musée Temurid : “Manuscrits rares” en coopération avec l’ambassade de l’Inde, “Peinture miniature” avec l’ambassade d’Iran, et “Oman lointain et proche” avec le département national du Sultanat d’Oman.

Lorsque le pays a été reconnu comme indépendant en 1991, une grande attention a commencé à être accordée à la restauration de la culture ouzbèke et à la reconnaissance de la valeur de diverses personnalités de l’histoire qui avaient joué un rôle important dans le développement de la société civilisée. Amir Temur est une telle personnalité, un leader politique et militaire, créateur de nouvelles réformes culturelles, scientifiques et éducatives et créateur de relations commerciales. Ayant créé un grand pays, il a consolidé son pouvoir en unissant les peuples d’Ouzbékistan. Le règne d’Amir Temur a contribué au développement des arts scientifiques et culturels, éducatifs et architecturaux, musicaux et visuels.

L’année 1996 a été déclarée “Année de l’émir Temur”, son 660e anniversaire a été largement célébré dans le pays, et l’Ouzbékistan a décidé de construire un musée d’État dans le centre de la ville de Tachkent, retraçant l’histoire des Temurides. La cérémonie d’ouverture du musée a eu lieu à l’automne 1996, en présence d’invités locaux et étrangers.

Le dôme bleu du musée évoque le mausolée de Gur-Emir à Samarkand. Bien que le musée ait été construit selon les traditions de l’architecture médiévale, il répond à toutes les exigences modernes.

Le bâtiment du musée lui-même est un bâtiment rond avec un dôme standard de style oriental. Ce musée de Tachkent s’étend sur trois étages qui, à l’exception du rez-de-chaussée, racontent l’histoire des Temurides. Les intérieurs du musée sont décorés de marbre et de peintures, de colonnes et de miniatures, et aussi d’or, qui a été utilisé pour la décoration de plus de 20 kg. Sur les murs des salles se trouvent des fresques décrivant la vie de l’Amir Temur. Le musée abrite également un lustre en cristal d’une hauteur de 8,5 mètres, composé de 106 000 pendentifs.

Le musée de l’histoire tempuride compte environ 5 000 objets exposés, tous liés à l’époque de l’émir Temur et de la dynastie tempuride. Environ 2 000 de ces objets sont exposés dans les salles d’exposition du musée. Le musée présente la généalogie de l’émir Temur, son accession au pouvoir, ses campagnes militaires, ses relations diplomatiques et commerciales, les principales étapes du développement de la ville, l’éducation et la science. On y trouve également des objets liés aux membres de la dynastie des Témurides : armes, cartes, pièces de monnaie, miniatures, manuscrits, poteries et bijoux.

Les expositions :

  • Vêtements de guerriers (XIVe-XVe siècles)
  • Vêtements et coiffes pour femmes
  • Panneaux et lustres en cristal
  • Poterie du XIIe siècle
  • Une maquette du mausolée de Gur-Emir (15e siècle, Samarkand)
  • Culture et histoire de l’écriture en Ouzbékistan
  • La ville-forteresse de Shakhrukhia
  • Notre patrimoine à l’étranger
  • Amir Temur-Klavikho-Samarkand
  • Épisodes de la vie d’Amir Temur
  • Amir Temur et les Timourides à travers les yeux des artistes
  • L’ère d’Amir Temur et des Timourides à travers les yeux des érudits et des écrivains

Les principales expositions du musée comprennent également une copie du Coran d’Usman et un impressionnant panneau consacré à la vie d’Amir Temur. Elle est exécutée dans le style de la peinture miniature et divisée en 3 parties décrivant la vie du souverain de la naissance à la mort.

L’exposition intitulée “Dons” présente diverses peintures d’Amir Temur de différentes époques, les dons du musée du Louvre en France et la correspondance entre Amir Temur et la dynastie des Temurides avec d’autres pays, notamment le Pakistan et l’Iran, la Malaisie et la Chine, la Russie et le Kazakhstan, la Turquie et la Géorgie.

Lieux d’intérêt
Museum in Tashkent

Tachkent - Musée des Arts Appliqués

Tachkent - Musée des Arts Appliqués

Le Musée des Arts Appliqués de l’Ouzbékistan est situé à Tachkent, dans l’ancien palais du diplomate russe Alexandre Polovtsov Junior. L’histoire de la création du futur musée commence en 1927 avec l’organisation de l’exposition, où les meilleurs maîtres de l’Ouzbékistan ont présenté leurs œuvres, au fil du temps il est devenu une institution permanente. Les œuvres qui se sont accumulées au fil des ans ont servi de base à l’exposition du Musée des arts et de l’artisanat de Tachkent, fondé en 1937, qui a ensuite été rebaptisé Musée des arts appliqués de l’Ouzbékistan.

Dans les voûtes du musée se trouvent plusieurs milliers d’objets qui révèlent pleinement l’histoire du développement des arts et métiers en Ouzbékistan, tels que le gaufrage, les bijoux, la sculpture sur bois et la céramique, ainsi que la technique originale de la broderie d’or.

Tous les objets stockés dans le musée sont répartis en trois départements. Ce sont des objets d’art appliqué, créés selon les règles des anciennes traditions et écoles, des œuvres d’art de la seconde moitié du siècle dernier, créées selon les canons des maîtres populaires. Le dernier et troisième groupe sont les œuvres d’artisans modernes, utilisant des produits d’ornementation traditionnels, en tenant compte du développement des branches modernes de l’activité créative.

Non moins intéressant pour les visiteurs est le bâtiment du musée, qui est un spécimen d’art architectural et décoratif de la fin du XIXe siècle. Des maîtres sculpteurs talentueux ont travaillé sur les intérieurs.

Le cœur de la collection du musée est constitué d’œuvres créées pendant la période soviétique, mais vous pouvez également trouver des œuvres antérieures et des œuvres contemporaines d’art appliqué. Les visiteurs peuvent également voir des poteries – cruches, vases, services, récipients et autres objets créés par des centres nationaux de céramique reconnus. Les pièces de porcelaine captivent par leurs ornements et l’habileté des artistes, qui ont souvent utilisé des motifs issus de la poésie dans leurs œuvres.

La broderie à la main captive également de nombreux visiteurs du musée. Elle se caractérise par la diversité des techniques, car presque chaque région possède son propre style de broderie. L’exposition présente des échantillons de sculpture sur bois, ici vous pouvez voir des portes et des colonnes sculptées, des meubles, des cercueils, des plats, décorés avec ce type d’artisanat. Les femmes devraient s’intéresser tout particulièrement aux bijoux – bijoux de tête, de poitrine, d’épaule et de cheveux, ainsi que bagues et bracelets.

La collection est décorée de broderies en or, d’instruments de musique, de miniatures en laque et de peintures sur bois, cristal et verre, de tapis et de palais, de calottes, de costumes traditionnels.

De temps en temps, des spectacles de groupes de danse nationaux et des démonstrations de costumes traditionnels sont organisés pour les visiteurs. Dans la cour du musée, il y a des boutiques de souvenirs où vous pouvez acheter divers produits artisanaux en souvenir de votre visite dans ce pays original.

Les visiteurs de nombreux pays reconnaissent la popularité de l’artisanat ouzbek, car chaque objet est unique à sa manière. Personne ne peut rester indifférent aux beaux objets de la création humaine. Les arts appliqués et l’artisanat des artisans ouzbeks contribuent au trésor de la culture traditionnelle non seulement de leur propre pays, mais aussi du patrimoine culturel mondial. Le tapis original de Boukhara ou le tissu national en soie représentent l’esprit distinctif de ces terres orientales. Les œuvres en bois et en céramique, les gravures et les bijoux portent la chaleur des mains de leurs créateurs et leur vision esthétique de la beauté.

En tant que fonctionnaire du ministère de l’intérieur, M. Polovtsov a été envoyé à Tachkent pour enquêter sur les questions de réinstallation en Asie centrale. Son secrétaire Andreïev lui a trouvé et acheté une maison en ville, qui a ensuite été reconstruite dans le style oriental. Les meilleurs maîtres de la peinture, de la sculpture sur bois et de la ganache ont été amenés pour décorer les intérieurs du palais. L’une des pièces les plus lumineuses du bâtiment est le hall central, qui était destiné à recevoir les hôtes nobles. Ses murs sont ornés de sculptures de gunch richement décorées et étaient également décorés de peintures à la détrempe.

Le plafond en bois de trois étages de la pièce est recouvert de peintures ornées ; des colonnes décorées de sculptures et de peintures ont été érigées pour le soutenir. Les cheminées, qui sont un exemple de l’habileté des sculpteurs, entrent avec succès à l’intérieur. Quand on entre dans le hall, on veut s’attarder à la porte pour étudier ses gracieuses sculptures ajourées. D’autres salles, bien que moins riches, sont également décorées avec goût de sculptures et de peintures murales en bois et en plâtre. En 1970, des salles supplémentaires ont été ajoutées au bâtiment principal historique pour augmenter l’espace d’exposition.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Musée Islam Karimov

Tachkent - Musée Islam Karimov

Le nom complet de ce musée de Tachkent est très long et luxuriant, de style oriental: le Musée du complexe mémorial scientifique et éducatif portant le nom du premier président de la République d’Ouzbékistan Islam Karimov, sous la présidence de la République d’Ouzbékistan. Jusqu’à récemment, le bâtiment dans lequel il se trouve était l’un des plus fermés et des plus inaccessibles à la visite pour la population. Elle est située dans la rue Afrosiab à Tachkent et est plus connue sous le nom de “résidence Oqsaroy”. Le musée, dont la mission est de préserver la mémoire d’Islam Karimov, a été ouvert en 2017. Le choix du lieu pour l’organisation du musée n’est pas fortuit. Du vivant de Karimov, le palais Oqsaroy (traduction: palais blanc) lui servait de résidence de travail.

Le luxueux palais de 5 460 mètres carrés est devenu un monument à la mémoire du dirigeant autoritaire qui a dirigé l’Ouzbékistan sans interruption pendant 27 ans, d’abord en tant que premier secrétaire du comité central du parti communiste de la RSS d’Ouzbékistan, puis de 1991 à 2016 en tant que premier président de l’Ouzbékistan indépendant.

L’organisation à partir du Musée d’Islam Karimov à Tachkent a été initiée après le décret du président de la République d’Ouzbékistan du 25 avril 2017. La structure du complexe commémoratif comprend, outre le musée : un centre scientifique et éducatif, une bibliothèque avec une salle de lecture et une salle de conférence. Le complexe muséal d’Oqsaroy a été créé avec le soutien de la fondation caritative républicaine Islam Karimov, dirigée par sa femme Tatyana Karimova et sa fille Lola Karimova-Tilliyeva.

Aujourd’hui, l’exposition se trouve dans deux salles du palais. L’une des salles est consacrée aux documents photographiques provenant des archives personnelles de Karimov, la seconde contient sa collection d’art. Des tableaux représentant le portrait du président à différentes périodes de sa vie sont exposés ici. Il est intéressant de noter qu’Islam Karimov n’a jamais posé pour les peintres, ceux-ci ont réalisé des portraits de lui à partir de ses photos. Il y a des photos du premier président s’adressant à l’ONU, parlant aux enfants et récitant des prières avec les anciens. Dans d’autres tableaux, il apparaît comme un bogatyr mythologique, terrassant un tigre à mains nues ou combattant des vautours et des faucons – symboles du terrorisme et de l’extrémisme.

Outre les peintures, les photographies rares et les effets personnels du premier président de l’Ouzbékistan, le musée dispose de moniteurs interactifs où vous pourrez trouver toutes les informations sur la vie et l’œuvre d’Islam Karimov.

Les visiteurs peuvent se promener dans le palais accompagnés d’un guide et voir les pièces où se tenaient les réceptions, les réunions et les célébrations de l’ambassade pendant la vie du premier président. Dans les halls de la résidence, les parquets en bois fin, le style sobre et en même temps luxueux de la décoration intérieure avec la prédominance de la couleur blanche, conformément au nom de la résidence – Oqsaroy – Palais blanc.

La construction du complexe muséal dans l’ancienne résidence du premier président de l’Ouzbékistan a nécessité une réorganisation de l’espace autour du musée. Du vivant de Karimov, l’ensemble du territoire de l’Oqsaroy était entouré d’une clôture en béton et soigneusement surveillé : les citoyens n’avaient pas le droit de traverser le territoire, le passage des voitures était restreint et l’escalier menant à la rive de l’Ankhor était recouvert de terre. Le long de la rue Afrosiab, le palais était bloqué par de hauts boucliers et tous les passages étaient surveillés par des gardes.

Après la décision d’ouvrir le musée Islam Karimov, les clôtures de protection ont été démontées, des trottoirs ont été aménagés le long du front de mer et autour du palais, des bancs ont été installés et des parterres de fleurs ont été plantés.

Un monument – une figure d’Islam Karimov coulée en bronze sur un haut piédestal – a été placé devant l’entrée principale du musée. Le monument a été inauguré en août 2017 en présence du président Shavkat Mirziyoyev et de Tatyana Karimova. Son créateur – le sculpteur Ilham Zhabbarov – a remporté un concours international parmi 68 projets pour le monument. Le célèbre sculpteur est également l’auteur du monument à Amir Temur sur la place du même nom au centre de Tachkent.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Place Amir Temur

Tachkent - Place Amir Temur

La Place Amir Temur est une place avec un petit parc dans la partie centrale de Tachkent en Ouzbékistan. L’histoire de la place commence dans la 2e moitié du ⅩⅨ siècle, lorsque la région du Turkestan, appelée plus tard Gouvernement général du Turkestan, est incorporée à l’Empire russe. Tachkent devient la résidence des gouverneurs généraux russes. Dans les années 60-80 ⅩⅨ siècle, un parc a été aménagé au centre de la ville, autour duquel ont été construits des gymnases féminins et masculins, une banque d’État et un séminaire d’enseignants. Le bâtiment du gymnase des filles abrite aujourd’hui l’Institut de droit de Tachkent. L’ensemble des bâtiments historiques qui entourent la place est soigneusement préservé. L’église Saint Alexandre Nevsky du séminaire des enseignants, construite en 1898 par l’architecte A. Benua, n’a pas été conservée.

Après la mort du gouverneur général Konstantin Kaufman, sa tombe a été placée dans le parc, et pendant longtemps, la place a été appelée Konstantinovsky. En 1913, grâce à des dons, un monument à plusieurs figures avec un aigle bicéphale et l’inscription : “Pour Constantin Petrovitch de Kaufman et ses troupes qui ont conquis l’Asie centrale” a été érigé au centre du parc. Le monument a été détruit après la révolution de 1917 et le piédestal avait une riche histoire. Pendant la période soviétique, il y avait de nombreux monuments : la bannière et les canons, le marteau et la faucille, la colonne avec l’écriture arabe, Lénine, Staline, une stèle avec le programme du PCUS, Karl Marx. Et le parc, qui a été pendant une courte période un jardin public portant le nom de Maria Spiridonova, a été appelé le jardin public de la révolution. Le parc a été utilisé pour des rassemblements à différentes époques : le parti communiste dans les années 20-30, et à partir des années 60 – des rassemblements de Tatars de Crimée, qui demandaient à retourner en Crimée après avoir été déportés. A partir des années 60 ⅩⅩ siècle, ici a ouvert un restaurant et un glacier, a commencé à rassembler la “jeunesse dorée”. L’endroit est devenu un lieu populaire pour les réunions et les loisirs.

Le nom de Temur a été donné à la place un an après la déclaration d’indépendance de l’Ouzbékistan en 1994, et depuis lors, elle est ornée d’une statue équestre du grand conquérant Amir Temur, créée par le sculpteur Ilhom Jabbarov. Amir Temur est un symbole pour consolider le peuple ouzbek sur la base de la mémoire des grandes actions de ses prédécesseurs. Le conquérant et général, qui a créé un puissant empire au XIVe siècle, subjugué les États d’Asie centrale et mineure, du Caucase, de l’Inde et de la Turquie, apparaît assis sur un cheval en tenue impériale. La devise du célèbre Temur – “La force dans la justice” – est inscrite sur le piédestal en quatre langues.

Au fil des ans, de nombreuses attractions ont vu le jour autour de la place, formant le visage moderne de Tachkent : l’hôtel Uzbekistan, le musée de l’histoire timouride, le célèbre carillon de Tachkent et le grandiose palais des forums, couronné d’un dôme de 48 mètres de haut. À côté du parc se trouve Arbat Tachkent – une rue piétonne Sailgoh, où des artistes de rue dessinent des portraits de passants, vendent des souvenirs, de l’artisanat et des peintures. Vous pouvez choisir parmi des paysages orientaux, des kippas et des turbans, des chaussures orientales en textile, des céramiques et des bijoux ouzbeks.

En 2009, la Place Amir Temur, où se trouve le parc à Tachkent, a fait l’objet d’une importante reconstruction. Au lieu de l’ancien parc, on a créé une place ouverte avec des fontaines, des chemins, des pelouses et des arbres nouvellement plantés.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Place de l'Indépendance

Tachkent - Place de l'Indépendance

La Place de l’Indépendance (Mustaqillik Maydoni en ouzbek) est la place principale de l’Ouzbékistan et se trouve au cœur de Tachkent, la capitale de ce pays d’Asie Centrale. Les citoyens s’y réunissent souvent pour célébrer les fêtes nationales. En semaine et en week-end, on peut y rencontrer des couples en lune de miel et, en général, il y a toujours de l’agitation et une atmosphère agréable.

La zone du parc est située près du canal de la rivière Ankhor – ville, au bord de laquelle on peut souvent voir les habitants de Tachkent se détendre. Le long de la place, vous pouvez vous promener tranquillement et agréablement sous le murmure et le clapotis des magnifiques fontaines, hautes de sept mètres. Les majestueuses allées de cyprès méritent également une attention particulière – vous devez simplement les voir de vos propres yeux.

La Place de l’Indépendance est l’attraction touristique centrale de Tachkent, avec une histoire compliquée qui remonte au XIXe siècle.

En 1865, le khanat de Kokand a cessé d’exister et Tachkent a été annexée à l’Empire russe. Il a été décidé de reconstruire la ville à l’européenne selon le plan général, qui prescrivait la disposition des territoires et des rues selon un certain plan de base (central-radial). Le palais du Khan de Kokand, qui se trouvait non loin du site actuel de Mustaqillik Maydoni, a été détruit, et à sa place, la construction d’une résidence pour le gouverneur général du Turkestan (le bâtiment s’appelait la Maison Blanche) a commencé. Bientôt, la place devant ce palais fut appelée place Sobornaya, car la cathédrale de la Transfiguration (militaire) fut construite de l’autre côté. Dans les années 1930, la cathédrale a été démolie et la place a été rebaptisée Place Rouge.

En 1956, la place a été rebaptisée en l’honneur de Lénine. En avril 1966, Tachkent a été frappée par un grave tremblement de terre, qui a entraîné la destruction presque totale du centre de la ville. Cette catastrophe a forcé une reconstruction radicale, qui a été achevée en 1974. Il en a résulté une zone 3,5 fois plus grande. Son nom actuel “Place de l’Indépendance” cette place à Tachkent a reçu en 1992 après l’effondrement de l’URSS et la sécession de l’Ouzbékistan de sa structure.

Le monument à Lénine (réalisé par le sculpteur N. Tomski lors de la reconstruction de la place) a été démantelé en 1991 et à sa place, sur un ancien piédestal, a été érigé le Monument à l’indépendance de l’Ouzbékistan. Il représente un globe terrestre coulé en bronze aux contours hypertrophiés des frontières de l’Ouzbékistan et symbolise la reconnaissance de l’ex-Union soviétique en tant qu’État indépendant et membre égal de la communauté internationale.

La reconstruction générale a donné à la place un aspect moderne, et les bâtiments ont été restaurés et raffinés. La première chose que les gens voient à l’entrée de la place est l’Arc des “Bonnes et Nobles Intentions”, qui porte le nom officiel “Ezgulik”. La structure se compose de seize colonnes en marbre clair, reliées par le chevauchement, sur lesquelles ont été placées des figures de cigognes, symbole de paix et de sérénité.

De l’ensemble des colonnes part une ruelle, de part et d’autre de laquelle se trouvent les fontaines et les parcs les plus impressionnants. La ruelle mène au Monument de l’Indépendance et au Monument de la Mère Heureuse. La figure d’une femme tenant un bébé a été installée au pied du monument en 2006. Le monument de la Mère Heureuse représente la Patrie et ses soins pour les “enfants” – le peuple ouzbek.

Sur le côté gauche de la place se trouvent le Sénat (jusqu’en 2003, il a été remplacé par la bibliothèque Alisher Novoi), le Cabinet des ministres de la République d’Ouzbékistan, divers ministères et d’autres bâtiments administratifs. En face des bureaux du gouvernement se trouve un parc avec une avenue de la mémoire et de la gloire en hommage aux morts de la Grande Guerre Patriotique.

Sur les côtés gauche et droit de l’allée se trouvent des galeries avec des colonnes de granit et de bois sculptées. Quatorze stèles représentent quatorze régions du pays. Sur ces dalles se trouvent des livres commémoratifs dans lesquels sont inscrits en or tous les noms des braves Ouzbeks qui ont donné leur vie pour défendre leur patrie contre les envahisseurs fascistes. Au bout de l’allée se trouve le Monument de l’Indépendance et de l’Humanisme. Les gens se souviennent encore du prix sanglant que leurs ancêtres ont payé pour la liberté de leurs enfants. Vous pouvez donc voir des fleurs déposées devant le monument toute l’année.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Tour de télévision

Tachkent - Tour de télévision

Chaque ville a sa propre carte de visite et Tachkent ne fait pas exception. On peut l’apercevoir de loin, et pour voir la création de l’homme, il suffit de lever les yeux depuis le bas. Voici la Tour de télévision de Tachkent, l’une des plus belles et des plus hautes tours de télévision d’Asie centrale.

Dans les années 1960, la télévision et la radio ont pris une place importante dans la vie culturelle de l’Ouzbékistan. Le premier centre de télévision ouzbèke de 180 mètres de haut, construit en 1957, ne pouvait plus couvrir entièrement les quatre millions d’habitants de la capitale et de la région de Tachkent. En outre, il était nécessaire d’étendre les émissions de radio et de télévision aux régions montagneuses éloignées.

Le 1er septembre 1971, le département pour la construction du centre de radio et de télévision de Tachkent a été créé sous l’égide du ministère des communications de la République d’Ouzbékistan (aujourd’hui l’agence républicaine pour les communications et l’information). Les préparatifs d’un nouveau projet de tour de télévision ont débuté en peu de temps. Le projet a été minutieusement étudié et testé, car la construction d’un tel gratte-ciel était sans précédent.

Enfin, en 1978, la construction de la nouvelle tour de télévision de Tachkent a été lancée. Tous les matériaux nécessaires ont été soigneusement étudiés, les exigences technologiques et les normes ont été respectées. L’équipement en acier a été livré à Tachkent depuis l’Allemagne.

Bien entendu, la durabilité de toute construction dépend des fondations. Les quatre colonnes de la tour de télévision et les trois pylônes attenants ont été soulevés à partir d’une profondeur de 11 mètres et reposent sur des fondations en béton armé non liées, créant ainsi un système classique capable de maintenir un équilibre très élevé.

La construction de la tour de télévision a été réalisée par les constructeurs du département “11-Balandqurilish”. Les auteurs du projet étaient Y.P. Semashko, N.G. Terziev-Tsarukov, et ses concepteurs étaient E.P. Morozov et M.D. Musheev. Il a fallu six ans pour construire la tour. La tâche des spécialistes était de construire le plus haut bâtiment de toute l’Asie centrale et de résoudre en même temps tous les problèmes.

Les conditions hivernales sévères de 1984-85, 480 mètres au-dessus du niveau de la mer, les vents réguliers et l’ascension de l’équipement ont rendu difficile la mesure précise de la pente. Néanmoins, les bâtisseurs ont réussi.

La tour a été construite avec une grue spéciale qui peut soulever 25 tonnes de marchandises à une hauteur de 240 mètres. La tour de télévision est également équipée de trois ascenseurs rapides suisses Shindler, qui n’ont pas encore été utilisés dans notre pays et qui peuvent atteindre une hauteur de 220 mètres.

Le 15 janvier 1985, le drapeau s’est mis à flotter au point le plus élevé du bâtiment. L’activité de la tour de télévision de Tachkent est impensable sans ses départements et ateliers spéciaux. Le centre dispose de plus d’une douzaine d’ateliers et de stations de télévision et de radio dans la région de Tachkent.

La hauteur de la tour de télévision de Tachkent est de 375 mètres, elle est équipée des technologies et des équipements les plus modernes pour la radiodiffusion et la télévision. Le poids total de la construction est supérieur à 6 000 tonnes.

Le hall de la tour de télévision est décoré de panneaux de mosaïque richement décorés et de maquettes des plus hautes tours du monde. La tour de télévision de Tachkent occupe la dixième place parmi eux.

Tout le monde peut monter sur le pont d’observation et visiter le restaurant “Koinot” à une hauteur de 110 mètres. Le restaurant dispose de deux salles : “Bleu” dans le style national et “Rouge” dans le style européen. Vous pourrez vous asseoir à une table sur une plateforme rotative spéciale et admirer des vues à couper le souffle de Tachkent à vol d’oiseau. La nuit, la tour scintille de milliers de lumières et fascine par sa beauté et sa grandeur – le symbole du travail humain et du progrès technique.

Lieux d’intérêt

Tachkent - Zoo

Tachkent - Zoo

Le Zoo de Tachkent est l’un des endroits les plus populaires pour les voyages avec des enfants dans la capitale de l’Ouzbékistan. Le Zoo de Tachkent a été fondé en 1924 sur le territoire de l’ancienne ménagerie de 3 hectares sur la maison de campagne de l’une des autorités. Malgré son petit territoire, le parc s’est développé et amélioré, et en 1940, sa collection d’animaux comptait environ 200 espèces. Un demi-siècle plus tard, en 1994, la construction d’un nouveau zoo a commencé, dont le territoire était situé à côté du jardin botanique. En 1997, le zoo a déménagé dans un nouvel emplacement et a ouvert ses nouvelles zones au public.

Aujourd’hui, la superficie du Zoo de Tachkent est de 21,5 hectares et abrite 373 espèces d’animaux. Pour les visiteurs, il y a 12 expositions d’animaux et un zoo de contact. Sur le nouveau territoire, il y a de grands enclos pour les animaux, y compris de grands enclos d’hiver. On y trouve des lacs artificiels et des fontaines, des cascades et un canal d’eau, un grand étang avec un beau pont, ainsi que de nombreuses aires de repos et des sculptures d’animaux dans un agréable espace vert.

Le parc zoologique de Tachkent compte plus de 10 expositions d’animaux – “Aquarium”, “Terrarium”, “Primates”, “Perroquets”, “Oiseaux”, “Oiseaux de proie”, “Oiseaux aquatiques”, “Ongulés”, “Invertébrés”, “Petits mammifères”, “Vivarium”, “Station d’élevage”, “Zoo de contact”, “Maison des papillons”. Près de l’entrée se trouve le “coin des enfants”, où de petits oiseaux et animaux sont gardés.

L’un des bâtiments “Climatron” réunit 4 expositions, où règne un climat confortable pour les animaux – l’aquarium, le terrarium, les primates et le département des oiseaux exotiques. L’aquarium du zoo contient environ 100 mètres cubes d’eau de mer et environ 200 mètres cubes d’eau douce. Des habitants d’eau douce et d’eau salée y nagent, notamment des poissons éléphants, des perches tigrées, des pacus noirs et des martins-pêcheurs de Nyasa. Le nombre total d’espèces d’oiseaux aquatiques est d’environ 165 espèces. Il y a également beaucoup à admirer parmi les plus de 50 espèces d’habitants du terrarium, dont une variété de serpents, de tortues, de geckos, d’eulypharas, d’iguanes, d’agames, de scinques et de crocodiles.

Les espèces de primates du zoo sont représentées par des macaques et des gibbons, des mandrills et des lapwings, ainsi que par le lémurien chat. Si les visiteurs aiment les observer, il y a aussi la réaction inverse – ils aiment aussi observer les visiteurs. Les oiseaux exotiques comprennent un grand nombre de perroquets de différentes couleurs et espèces.

Les prédateurs sont parmi les résidents les plus populaires du zoo. Le parc zoologique de Tachkent abrite diverses espèces d’ours, de loups, de chacals, de renards, de tigres et de lions. Parmi les oiseaux qui y vivent, on compte plus de 30 espèces différentes – des oiseaux de proie tels que les buses, les vautours, les vautours fauves, les condors, les faucons sacrés, les faucons, les aigles, les aigles royaux, ainsi que les mignonnes autruches, les paons et les émeus. Les petits mammifères font l’objet d’une exposition séparée. On y trouve des hérissons, des ragondins, des hamsters, des marmottes, des maras, des écureuils, des lapins, des porcs-épics, des souris, des cochons d’Inde, des blaireaux et un petit lori gras.

Le groupe des ongulés est également très mignon et très apprécié des visiteurs : kangourous étonnants, grands éléphants, daims et lamas, yaks et cerfs, béliers et chèvres, hippopotames et chameaux et une longue et humble girafe.

Les enclos d’oiseaux aquatiques, avec cygnes, oies, hérons, pélicans, crocodiles et autres oiseaux, sont clôturés et ombragés par de grands arbres. La maison des papillons est l’un des endroits les plus visités du zoo. Les grands et petits résidents, avec leurs belles ailes, volent ici parmi la verdure, les chutes d’eau et les visiteurs. Dans la maison des papillons, il y a aussi un petit étang avec des poissons colorés.

Sur le territoire du zoo, il existe un grand nombre de services supplémentaires et de divertissements pour les enfants et les adultes:

  • Café et divers points de vente de boissons, de glaces et autres friandises
  • Boutique de jouets et de souvenirs
  • Aires de jeux pour enfants
  • Une grande zone de divertissement et des attractions pour les enfants à proximité de la étang (location de voitures électriques, trampolines, manège)
  • Location de catamarans
  • Champ de tir
  • Promenades à poney, à cheval et à dos de chameau
  • Promenade en calèche
  • Promenade en train à vapeur à travers le zoo
  • Excursions
  • Séances de photos avec des animaux
  • Location de poussettes

Lieux d’intérêt

Théâtre Bolchoï de l'Opéra et du Ballet Alicher Nawoi

Théâtre Bolchoï de l'Opéra et du Ballet Alicher Nawoi

Le Théâtre de Bolchoï de l’Opéra et du Ballet académique d’État Alicher Nawoi est considéré à juste titre comme le principal théâtre de l’Ouzbékistan, sa fierté nationale et un centre attractif de la culture musicale et théâtrale. Elle a une histoire glorieuse, riche de merveilleuses traditions. Cette histoire constitue une base solide de haute culture et de maîtrise, qui a rendu le théâtre d’opéra et de ballet célèbre dans le monde entier. Depuis près de neuf décennies, le théâtre accumule les réalisations, aiguise ses expressions, améliore ses expériences et développe ses principes humanistes. Le théâtre a absorbé toute la richesse du patrimoine classique national et mondial et a créé des exemples uniques d’art musical et scénique ouzbek.

L’histoire du théâtre Bolchoï, qui doit son nom à Alisher Navoi, remonte aux années 1920. C’est à cette époque qu’a été fondé le théâtre dramatique musical, sur la base duquel a été créé le théâtre Bolchoï, qui est aujourd’hui le principal théâtre du pays.

Le théâtre musical et dramatique ne disposait pas de son propre bâtiment pour les représentations, les artistes devaient donc se produire dans le théâtre du cirque “Coliseum”. C’est le seul bâtiment artistique construit dans la première moitié du XXe siècle. La construction du “Colisée” s’est déroulée sur dix ans, et la construction a été dirigée par Tsintsadze, un migrant de Tbilissi. Quelques années après l’ouverture, le théâtre a été nationalisé. Un peu plus tard, dans les années trente du XXe siècle, des théâtres musicaux russes et ouzbeks s’y sont produits. Même après sa reconstruction, le bâtiment du “Colisée” ne pouvait pas supporter entièrement les représentations prévues, notamment les spectacles nationaux et les grands spectacles classiques. La nécessité de construire un bâtiment spécial pour le théâtre s’est accrue, puis un concours national a été annoncé pour préparer le meilleur projet. Les modèles développés ont été publiés dans la presse et le public a eu l’occasion d’en discuter. Selon le résumé du concours, le gagnant est l’académicien Alexey Shusev, qui a préparé le projet du nouveau bâtiment du théâtre et a également conçu de nombreux autres projets pour les structures de Moscou, notamment le Mausolée de la Place Rouge.

La construction a commencé en 1939, mais le nouveau bâtiment a été interrompu en 1942-1944 pour la période de guerre. Des peintres ouzbeks ont été invités à décorer et à orner les salles. En 1945, les derniers travaux de construction d’un bâtiment ont été réalisés avec la participation de prisonniers de guerre japonais.

L’éminent architecte a planifié six foyers latéraux dans un style individuel et original, en tenant compte des traditions architecturales des régions du pays. Des salles ont été prévues à Tashkent, Khorezm, Fergana, Bukhara, Termez et Samarkand. La salle de Boukhara se distingue par l’utilisation de sculptures de ganche en miroir. La salle Samarkand se distingue par sa sculpture originale à deux couches. La salle Khorezm se distingue par la présence de panneaux de ganche sculptés semblables aux sculptures en bois du Khorezm. La salle Termez est décorée dans le style du palais du prince de Termez. Les galeries et autres salles de théâtre sont décorées de peintures murales.

Après la construction du théâtre, il a été proposé de construire une fontaine devant l’entrée principale. C’est Aleksey Shusev, l’auteur du projet, qui a fait cette proposition. Il y a quelques années, la fontaine a été rénovée et aujourd’hui elle est décorée avec l’éclairage original accompagné de musique. Les résidents et les invités de la capitale de l’Ouzbékistan viennent au bâtiment du théâtre pour admirer la nouvelle fontaine “chantante”.

En 2012-2015, le bâtiment du théâtre lui-même a été reconstruit et la cérémonie d’ouverture du bâtiment rénové a été suivie par le Premier ministre du Japon.

Étiquette et règles pour visiter le théâtre

  • Depuis l’Antiquité, il est de coutume de s’habiller élégamment pour aller au théâtre.
  • Les jeans, les vêtements de sport et les chaussures de sport sont inacceptables dans le théâtre.
  • L’entrée au théâtre se fait uniquement par billet. Un billet sera également acheté pour les enfants âgés de 5 ans et plus. Les enfants de moins de cinq ans ne sont pas admis aux spectacles du soir.
  • Après la troisième sonnerie, les portes de l’auditorium sont fermées et le spectacle commence.
  • Une fois le spectacle commencé, il est strictement interdit de pénétrer dans l’auditorium.
  • Si vous êtes en retard, vous devez demander aux contrôleurs de vous aider à entrer dans l’auditorium par le balcon du 1er ou du 2e étage. Selon votre billet ou votre invitation, vous ne pouvez prendre place dans l’auditorium que pendant l’entracte.
  • Si votre siège est occupé, demandez à l’examinateur de vous aider.
  • Il est inacceptable d’entrer dans la salle en vêtements d’extérieur et de se présenter à l’événement avec un couvre-chef.
  • Il est permis de passer la rangée qui fait face à la personne assise.
  • Il est interdit d’apporter de la nourriture, de l’eau et d’autres boissons dans la salle.
  • Les téléphones portables et autres appareils bruyants doivent être éteints.
  • Les photographies et les enregistrements vidéo ne sont autorisés pendant la représentation qu’avec l’autorisation de la direction du théâtre.
  • Il n’est permis de fumer que dans des zones spécialement désignées.
  • Il est interdit de parler à haute voix pendant la représentation.
  • Il est d’usage de ne remettre des fleurs aux artistes qu’après la fin de la représentation ou du concert.
  • À la fin de la représentation, vous devez attendre que le rideau se ferme et que les artistes sortent pour saluer le public.
  • Vous pouvez quitter la salle pendant l’entracte ou à la fin de la représentation.
  • Pendant la représentation, il est possible de quitter la salle uniquement par la porte de l’amphithéâtre.

Le répertoire du Théâtre Bolchoï de l’Opéra et du Ballet Alicher Nawoi de Tachkent comprend des représentations d’opéra et de ballet ainsi que des spectacles pour enfants.

Les Opéras:

  1. G.Verdi: “Aida”
  2. G. Verdi: “Rigoletto”
  3. G. Verdi: “La Traviata”
  4. G.Verdi: “Il Trovatore” (en anglais)
  5. S. Rachmaninov: “Aleko”
  6. G.Puccini: “La Bohème”
  7. V.A. Mozart “L’Imresario” comédie singspiel en 2 actes
  8. Rubinstein: Le Démon.
  9. P.Chaikovsky: “Iolanta”
  10. G. Bizet: “Les pêcheurs de perles” (Pearl Seekers)
  11. G. Bizet: “Carmen”
  12. Сoncert des maîtres du Théâtre Bolchoï. Clôture de la 89e saison théâtrale
  13. M. Makhmudov: “Kumush”
  14. G. Donizetti: “L’elisir d’amore”
  15. G. Donizetti: “Lucia di Lammermoor”
  16. M.Bafoev: “L’HEAVEN DE MON AMOUR”
  17. Parade des ténors
  18. S.Yudakov: “Les astuces de Maysara”
  19. R.Abdullaev: “Sadokat”
  20. J. Rossini: “Il Barbiere di Siviglia” (Le Barbier de Séville)
  21. P. Mascagni: “Cavalleria rusticana”
  22. T. Jalilov et B. Brovtsyn: “Tahir et Zuhra”
  23. Ch.Gounod: “Faust
  24. G.Puccini: “Tosca”
  25. M.Bafoev: “Hamsa”
  26. N.A. Rimski-Korsakov: “La fiancée du Tsar”

Les ballets:

  1. Les Danses polovtsiennes, Acte 2 de l’opéra “Prince Igor” de A. Borodine
  2. M.Ashrafi: “Amulette d’amour”
  3. B. Asafiev: “La fontaine de Bakhchisarai”
  4. L.Minkus: “La Bayadère”
  5. K.Khachaturian: “Blanche-Neige et les sept nains”
  6. G. Verdi, P. Mascagni: “La Dame aux Camélias”
  7. L.Minkus: “Don Quixote”
  8. I. Stravinsky, N. Rimsky-Korsakov: “Oiseau de feu, Schéhérazade”
  9. A. Adan: “Giselle”
  10. I.Stravinsky, N. Rimski-Korsakov: “L’Oiseau de feu, Schéhérazade”
  11. A.Adan: “Le Corsaire”
  12. P.I. Tchaikovsky: “Le Lac des cygnes”
  13. A. Melikov: “Le poème des deux cœurs”
  14. S. Prokofiev: “Roméo et Juliette”
  15. P. Tchaïkovski: “La Belle au Bois Dormant”
  16. U.Musaev: “Tomiris”
  17. F.Amirov: “Les Mille et Une Nuits”
  18. P.Chaikovsky: “Francesca da Rimini”
  19. A. Ergashev: “L’Humo”
  20. F.Chopin: “Chopiniana”
  21. A. Borodin: “Danses polovtsiennes”
  22. N.Rimski-Korsakov: “Shéhérazade”
  23. P.Tchaikovsky: “Casse-Noisette”

Pour les enfants:

  1. G.Gladkov: “Les musiciens de la ville de Brême”
  2. P. Tchaïkovski: “Le retour de Casse-Noisette”
  3. S. Varelas: “La lampe magique d’Aladin”
  4. M.Maksudi, A.Danielyan: “Conte de fée mégaoctet au Bolchoï”
  5. S.Prokofiev: “Pierre et le Loup”. Conte de fées symphonique”
  6. A. Ergashev: “La Reine des Neiges”
  7. E.Komarova, R.Sherezdanov: “Les super-héros au Bolchoï”
  8. K.Khatchatourian: “Cipollino”

Musical:

  1. R.Sherazdanov: “Mascarade du Nouvel An”

Lieux d’intérêt
Minarett in Vabkent

Vabkent - le Minaret

Vabkent - le Minaret

Le minaret de Vabkent est situé dans la ville de Vabkent, district de Vabkent, région de Boukhara. La littérature spécialisée mentionne sa similarité avec le minaret de Kalon à Boukhara, mais la taille est plus petite et la décoration du minaret de Vabkent est pire.

De l’extérieur, le minaret est recouvert de briques polies, disposées en quinconce. Sous la lanterne du minaret se trouve une inscription faite de terre cuite sculptée recouverte de glaçure.

L’inscription indique que le minaret a été construit par Boukhara Sadr Burkhan ad-Din Abd-al Aziz II en 595 de l’hégire (1198 – 1199). Le grand minaret est visible de loin sur le chemin de la ville.

Le minaret de Vabkent est l’une des créations architecturales les plus raffinées de l’Ouzbékistan de la fin du XIIe siècle. Siècle. La date du début de la construction (1196 – 1197) peut être lue sous les inscriptions Kufi dans la marche décorative inférieure entourant la tour.

Et sur le niveau supérieur, il est écrit en écriture “Diwani” : “Ce minaret a été construit dans les mois de 595”. Le minaret de Vabkent a une décoration inférieure et est plus bas de 7 mètres que le minaret de Kalon à Boukhara.

Cependant, en raison des proportions plus fines du tronc, le minaret de Vabkent semble plus haut et plus gracieux que celui de Kalon. Le minaret est décalé à l’extérieur et recouvert de briques taillées.

Sous la lanterne se trouve une inscription vitrée en terre cuite sculptée. Le minaret mesure près de 39 m de haut, 6,2 m de diamètre dans sa partie inférieure et 2,8 m dans sa partie supérieure. Le tronc élancé et ascendant de l’immense colonne est couronné par une lanterne à plusieurs arches avec une magnifique corniche de stalactites à la base et au sommet.

On ne peut accéder à cette rotonde que par l’escalier en colimaçon. La coque du minaret est décorée de ceintures ornementales (maçonnerie figurative, terre cuite sculptée avec des ornements épigraphiques et géométriques), entre lesquelles s’étendent des champs de parement lisses.

Elle est disposée par paires de briques avec des inserts entre elles de “voûtes” verticales et de briques punctiformes, différentes à tous les étages. Chacun est agréable à l’œil à sa manière.

La remarquable uniformité de la composition est ici obtenue par des interprétations ingénieuses de la méthode de base.