Matmurod Devonbegi de Khanat Khiva - Turkestan Travel

Matmurod Devonbegi de Khanat Khiva

Matmurod Devonbegi (également connu sous le nom de Muhammad-Murod-Devonbegi Sheikh-Nazar-Yasaulbashi-Öghli, Mat-Murad, Mohammed-Murad, Mad-Murad, Mahmud-Murad Sheikhnazar-ogli, Madmurad Sheikhnazar-ogly) est né en 1830 à Khiva, Dishan-Kala, dans la famille d’un haut fonctionnaire du Khanat de Khiva – Sheikh-Nazar-Yasaulbashi Muhammad Murad-Öghli, ministre militaire du Khanat.

Matmurod Devonbegi était également une importante figure politique, sociale et militaire du Khanat de Khiva au 19e siècle et l’un des plus grands propriétaires terriens (il possédait 50 000 tanapas, soit 20 500 hectares de terres) et éleveur de chevaux de Khiva, le plus important dignitaire de l’époque du Khan Feruz Khan (Muhammad- Rahim-khan) en tant que Devonbegi (Premier ministre).

Comme le général M.A. Terentyev l’a noté, “Devonbegi est le commandant en chef, il est également responsable de l’irrigation, des collections de zakat et de la monnaie. À l’époque, Devonbegi était surnommé “Mad-Murad”.

Matmurod Devonbegi est diplômé de la madrasa de Khiva et s’est lié d’amitié avec les poètes de Khiva comme Kazi-Inatullah, Baeni, Mirzo, Tabibi, Kimyab, Mutrib Chokar et d’autres. Il était l’un des peuples les plus instruits du Khanat; il connaissait presque toutes les langues turques (ouzbek, turkmène, turc, tatar, etc.) ainsi que l’arabe, le persan et le russe; il écrivait également de la poésie.

Il a servi dans la garde personnelle du Khan de Khiva, passant par tous les grades, d’officier subalterne à commandant de la garde, ministre militaire et commandant en chef des troupes du Khanat. Il a obtenu le grade de général de l’armée du Khan de Khiva et a reçu de nombreuses récompenses du Khanat de Khiva.

Matmurod Devonbegi a servi successivement sous cinq Khans: Muhammad Amin-khan (1845 – 1855), Abdulla-khan (1855), Kutlug Murad-khan (1855 – 1856), Said Muhammad-khan (1856 – 1864) et Muhammad Rahim Khan Feruz (1864 – 1910).

Sous les deux derniers khans, il a dirigé le Conseil (Devon) sous le khan. Comme le note un chercheur contemporain, N. Polvonov: “Matmurod (Muhammad Murad) Devonbegi a émergé, dans les mains duquel les principales fonctions de direction ont été concentrées.

En 1864, Matmurod a dirigé la construction de la madrasa Sayyid Muhammad-khan. Il se distingue par son courage, sa bravoure, sa forte volonté, sa “vaillance et son énergie” (agakhi) et participe à plusieurs reprises aux combats contre les tribus rebelles turkmènes et kazakhes ainsi que contre les troupes iraniennes et russes. En 1871, il construit à Khiva la madrasa dite “Muhammad Murod Madrasah”.

En 1866, Matmurod Devonbegi à la tête des troupes de Khanat Khiva écrase les rebelles près de la forteresse de Ghaziabad, en 1867 – dans une série de batailles (près du village de Kattabagh, du lac Korp, du canal Ak-yab, de Keneges) mentionnées à Agakhi.

Pour ces victoires et d’autres encore, il a été récompensé à plusieurs reprises (une robe Khan tissée d’or avec ceinture, un poignard avec des pierres précieuses, un étalon arabe pur-sang). En 1869, Matmurod commande les troupes de Khiva envoyées à Tau-Kara (Dau-Kara), ce qui est noté par Bartold: “On a appris que les Russes, qui avaient construit une forteresse à Kazalinsk sur la rive nord du Syr-Darya, prévoyaient de soumettre les Kirghizes, qui avaient des maisons d’été sur la rive sud du fleuve et payaient la zakat et le haraj au gouvernement de Khiva. Le Khan a décidé d’envoyer une députation sous la direction de “Muhammad Murad Devonbegi” dans la région de Tau-Kara. Comme l’a noté V.V.Bartold dans un autre essai, “Devan-begi Mat-Murad était à la tête de la force envoyée dans la steppe en 1869”.

Comme l’a noté le magazine “Niva” de Saint-Pétersbourg: “La première place parmi les conseillers et les ministres du Khan appartient à Mad-Murad Devan-begi, un homme très talentueux, Mad-Murad a acquis une forte influence sur le faible dirigeant”.

Le général Maksud Alikhanov-Avar a noté la même chose : “le principal dignitaire du Khanat, en tant qu’ancien tuteur du Khan et en tant que personne déterminée et énergique, Mat-Murad a eu une grande influence sur lui, et de ce fait il a régné sur l’ensemble du Khanat presque indéfiniment”.

Ce fait a également été noté par l’Américain J.A.Mak-Gahan : “Jusqu’à présent, il (khan. – R.N.) a confié toute l’administration de l’État à son ministre, Mat-Murad Devon-begi.

Il a également réussi à gagner la faveur du jeune Khan et ce dernier en a fait son principal conseiller après son accession au trône”. Il a également réussi à gagner la faveur du jeune Khan, qui en a fait son conseiller principal après son accession au trône. Il a dirigé l’armée de Khiva au Cheikh-aryk et a ensuite accompagné le Khan”. Il a dirigé l’armée de Khiva à Cheikh-aryk et a ensuite accompagné le Khan, c’est-à-dire lors de l’attaque des troupes impériales russes sur Khiva en 1873. Les tableaux du peintre N. N. Karazin intitulés La campagne de Khiva 1873.

Passage du commando du Turkestan à travers le sable mort jusqu’aux puits “Adam-Krilgan”, “La première apparition des troupes russes à l’Amou-Daria. La traversée du commando turc à Sheikh Aryk”. N.Polvonov appelle Matmurad “le héros de la lutte contre les envahisseurs russes”.

Matmurod Devonbegi a eu 6 fils (Kutlug Murad, Sheikh Nazar, Husain Muhammad, Amankeldi, Kutlugkadam, Khudaibergan), tous hauts responsables militaires et civils du Khanat de Khiva.

En 1904 – 1905, les fils de Matmurod Devonbegi ont activement collecté des dons pour la guerre russo-japonaise dans le Khanat de Khiva. En 1873, Matmurod commande les troupes de Khiva, perdant son fils aîné Kutlug Murad dans les combats.

Contrairement à un certain nombre d’autres dignitaires du Khanat de Khiva (tels que Mat-Niyaz, Said-Amir-ul-Umar, Yusuf-Maksum et d’autres) qui étaient partisans du premier traité de paix avec l’Empire russe, Matmurod Devonbegi était partisan de la lutte armée contre les envahisseurs.

Comme l’a déclaré Mak-Gahan: “Quand Khan s’est rendu aux Russes, Matmurod Devonbegi a été capturé. Grâce à Matmurod Devonbegi et à un certain nombre d’autres patriotes (Rahmatulla-Bek Yasaulbashi, Abdulla-Bek) qui ont mené la résistance anti-impériale, le Khiva Khanat n’a pas été complètement liquidé (cela était prévu dans les plans initiaux).

Après la défaite du Khiva Khanate et la signature d’un accord avec l’Empire russe, les membres les plus actifs de la résistance contre les troupes tsaristes ont été supprimés. Matmurod subit également la répression – il est exilé avec sa famille d’abord à Kazalinsk (1873 – 1874), puis – à Kaluga, où il vit jusqu’en 1880, ses 2 fils cadettes y naissent.

Comme le note Bartold: “Après la capture de Khiva, ses biens ont été confisqués et il a été exilé à Kaluga, où il a vécu pendant 6 ans”. Avec lui, ses deux plus proches collaborateurs, Rakhmatulla-Yasaulbashi et Abdulla-Bek, ont été exilés.

Selon certaines informations, Matmurod Devonbegi aurait eu des contacts avec des parents et des compagnons de l’imam Shamil en exil qui vivaient à Kaluga. Une des particularités de Kalouga était qu’elle était pratiquement la seule ville du centre de la Russie (à part Moscou) à posséder une mosquée.

C’est probablement pour cette raison que les musulmans désobéissants y étaient souvent exilés. Le dernier Khan de Crimée Shagin-Giray, le dernier Khan du jeune Kazakh Zhuz Aryngazy-khan, le leader du soulèvement turkmène Cherkez-khan, le soufi tchétchène Kunta-Khadji, l’imam Shamil et enfin les résidents exilés de Khiva Matmurod Devonbegi, Rakhmatulla-Bek-Yasaulbashi, Abdulla-Bek ont été envoyés ici à diverses reprises.

À la fin des années 1870 et au début des années 1880, le gouvernement tsariste a commencé à passer d’une politique de confrontation brutale et de pression sur les élites des peuples musulmans à une autre tactique de rapprochement avec elles.

Cela s’est traduit par l’admission des membres des familles nobles dans les écoles militaires russes et dans les unités d’élite de l’armée et des gardes du corps russes (y compris la propre suite du tsar).

Pendant la période d’exil à Kalouga, les deux fils de Matmurod, Cheikh Nazar (futur Yasaulbashi) et Husain Muhammad, étudient dans la section musulmane du corps de cadets de Voronej (1878-1880).

En 1879, à la demande personnelle du Khan de Khiva, Matmurod est gracié par l’empereur Alexandre II et autorisé à retourner à Khiva. En décembre 1879, le gouverneur général du Turkistan, l’adjudant général von Kaufman, écrit au Khan de Khiva: “Conformément à ma soumission à la pétition de Votre Excellence concernant le retour au pays des dignitaires de Khiva Devonbegi Magamed Murad et Yasaulbashi Rakhmatulla qui ont été exilés en 1873, l’empereur, le roi blanc miséricordieux, a décrété le 27 septembre de cette année que ledit peuple de Khiva retourne dans sa patrie.

J’informe Votre Altesse de cet ordre impérial et vous demande d’exercer une surveillance stricte sur Magamed-Murad et Rakhmatulla après leur retour au pays”.

De retour chez lui en 1880, Matmurad est de nouveau nommé Devonbegi. Comme le note Bartold, “à son retour à Khiva, il a été réintégré et en 1883, il était ministre en chef”.

Il faut noter que bien souvent Matmurod n’a pas exécuté beaucoup d’ordres des autorités tsaristes, ce qui est mentionné dans les documents. Par exemple, dans la lettre du gouverneur général du Turkestan, Dukhovsky, à Khan Khiva, datée du 17 juin 1898, il est dit : “Muhammad Murad ne pouvait pas ne pas apprendre le concept selon lequel les ordres du Lord gouverneur général du Turkestan, en tant que personne bénéficiant de la pleine confiance de sa Majesté impériale, sont communiqués aux autorités de Khiva pour être exécutés avec exactitude, et par conséquent je ne comprends absolument pas quelles considérations pourraient pousser Muhammad Murad Devonbegi à ne pas exécuter mon ordre.

Sous le nouvel empereur Alexandre III, Matmurod a reçu un certain nombre d’ordres russes (St Stanislav, St Anna, St Vladimir) et le rang de colonel dans l’armée russe (le Khan de Khiva lui-même avait le rang de général de division). Matmurod Devonbegi a également reçu les décorations du Khanat de Khiva, de l’émirat de Boukhara et de la Perse (en particulier, l’Ordre de l’étoile montante du noble Boukhara et l’Ordre persan du lion et du soleil).

Beaucoup ont noté le désir de Matmurod (surtout après son retour d’exil) d’avoir des formes européennes d’organisation de la vie. Comme l’a noté V. Bartold, “à Khiva, il avait une maison de style européen, avec des meubles et des fenêtres européens; il n’y avait pas d’autre maison avec des équipements aussi habituels pour les Européens dans la capitale du Khan à cette époque”.

En tant que membre des ambassades de Khiva et en privé, Matmurod a visité plusieurs fois différentes villes russes (Moscou, Saint-Pétersbourg, etc.). Il est mort à Khiva en 1901 et a été enterré à Khiva dans le tombeau familial.

Parmi les descendants de Matmurod, on compte de nombreux hommes d’État et personnalités publiques célèbres, des scientifiques et des écrivains, dont les plus éminents:

  • Le fils du Cheikh Nazar Yasaulbashi (1869 – 1918) – Yasaulbashi (ministre militaire et commandant de la garde de la vie) de Mukhammad-Rahimkhan Feruz et Isfayandiyar-khan. Il s’était rendu plus d’une fois à Saint-Pétersbourg, Moscou, etc.
  • Le fils Husayin-bek Matmurodov (1871 – 1918) – un des leaders du mouvement “Young Khivaans”
  • Le petit-fils Islam-khoja (18…-1913) – fils de la fille de Matmurad et Ibrahim-khoja, vizir en 1899 -1910, grand vizir du Khanat sous Isfandiyar-khan en 1910 – 1913
  • Petit-fils Sayid Nazar (1909 – 1959), fils de Sheikh-Nazar-Yasaulbashi, poète, prosateur, dramaturge et journaliste, en 1942-1952 chef de la branche de Samarkand de l’Union des écrivains ouzbeks
  • Le petit-fils Davlat Nazarov (1913 – 1988) était le fils du cheikh Nazar Yasaulbashi, un héros de la Seconde Guerre mondiale, une victime des répressions de Staline, un homme d’État et une figure importante
  • L’arrière-petit-fils Renat Saidovich Nazarov (né en 1936) – le fils de Said Nazar, l’ouvrier agricole méritant de l’Ouzbékistan, docteur en sciences agricoles, professeur, expert principal de l’Ouzbékistan dans le domaine de la culture du coton
  • L’arrière-petite-fille Rakhima Saidovna Nazarova (née en 1946) est la fille de Said Nazar. Un éminent professionnel de la médecine, un spécialiste de premier plan des examens par ultrasons
  • L’arrière-petit-fils Nazarov Nodir Saidovich (né en 1952) – le fils de Said Nazar, enseignant, diplomate, personnage public
  • L’arrière-arrière-petit-fils Ravshan Rinatovich Nazarov (né en 1966) est le fils de R. S. Nazarov, diplômé de l’Université d’État de Moscou, docteur en philosophie, scientifique – ethnologue, historien, politologue
Share This Article

Vous pouvez également...