Zahir ud-din Muhammad Babur - Personnes célèbres - Turkestan Travel
Zahiriddin Muhammad Babur

Zahir ud-din Muhammad Babur

Zahir ud-din Muhammad Babur était un grand poète, philosophe, historien et homme d’État ouzbek; le fondateur de la dynastie et de l’empire Baburid. Parmi les travaux scientifiques de Babur, une place particulière est réservée au “Traité sur l’Aruz” (1523-25), qui décrit la théorie de l’Aruz métrique oriental. En 1521, il écrit l’ouvrage philosophique et religieux “Mubayyin”, dans lequel il expose les 5 fondements de la charia islamique.

Zahir ud-din Muhammad Babur est né à Andijan le 14 février 1483, fils du souverain de Ferghana et arrière-petit-fils d’Amir Temur. En 1494, alors qu’il n’avait que 12 ans, Babur est devenu souverain de Fergana. En 1503 – 1504, il conquiert l’Afghanistan. En 1519 – 1525, il tente de conquérir l’Inde à cinq reprises. Il est devenu le fondateur de l’empire de Babur (entré dans l’histoire mondiale sous le nom de “Grand Empire Moghol”), qui a duré plus de trois siècles (1526 – 1858, jusqu’à la conquête de l’Inde par les Britanniques). Il est mort le 26 décembre 1530 dans la ville d’Agra. Sa tombe se trouvait à Agra, mais a ensuite été déplacée à Kaboul.

L’héritage littéraire de Babur est varié et riche. Ses œuvres lyriques sont rassemblées dans le “Kabul Devoni” (1519), puis dans le “Hind Devoni” (1529-30). Il a écrit des poèmes dans plus de 10 genres de poésie orientale. Ses poèmes reflètent sa vie personnelle, son environnement et des événements historiques. Les poèmes d’amour sont au cœur de la poésie de Babur. La maîtrise du poète est évidente dans son style littéraire original et son utilisation habile des dispositifs les plus expressifs de la langue turque.

On sait qu’il a créé le Devon fini. La quantité générale de ses poèmes est de plus de 400. 119 d’entre eux sont écrits dans un style appelé “Ghazal” et 231 d’entre eux sont “Rubai“.

Ses poèmes reflètent de manière réaliste les événements historiques de l’époque, la vie personnelle, l’environnement, l’attitude envers l’homme, la religion, les coutumes et les traditions de l’époque.

On peut dire que les poèmes de Babur sont l’autobiographie du poète, exprimant des sentiments profonds dans un langage poétique qui touche et dépeint magistralement les sentiments découlant de la collision avec les circonstances de la vie.

Le cœur de la poésie de Babur est constitué par les poèmes au contenu lyrique amoureux. L’un des aspects importants de son travail est la glorification d’un amour vraiment humain, terrestre et authentique. Les paroles du poète sont imprégnées de la poésie inspirée d’Alisher Navoi. Dans ses Ghazals et Rubai, il souligne les problèmes des relations humaines tels que l’amour, l’amitié et la recherche de la beauté. Le poète fait l’éloge de l’amour terrestre comme la plus haute dignité humaine.

Babur déclare qu’il est prêt à endurer toutes les difficultés pour rencontrer sa bien-aimée. Il ne peut pas imaginer la vie sans sa bien-aimée. Avec une grande sincérité, il exprime sa volonté de sacrifier tout son être au nom de l’amour.

La lumière du soleil ne brille pas sans le visage de la lune,
Le sucre n’est pas sans elle dont j’ai chanté la douceur.
Sans elle, le cyprès me transperce la poitrine d’une flèche,
Sans Rosette, les roses n’ont ni parfum ni couleur.
Que dois-je faire au paradis? Je veux être avec elle,
Que dois-je faire d’autre dans les jardins d’un autre monde?
Fais-toi couper la tête pour elle, Babur,
Mais il est impossible de l’arracher de mon cœur bien-aimé!

Pour Babur, l’amour, c’est la loyauté, le dévouement, la noblesse et l’humanité. Il le place au-dessus de tout: la richesse, le statut social et tous les biens terrestres. Dans ses Ghazals accomplis, le poète crée une image de la belle aimée en la dotant d’une beauté inégalée, d’un riche contenu intérieur et d’une perfection spirituelle. Pour ce faire, il utilise habilement des procédés artistiques originaux.

Cette beauté, dont le corps est si délicat, j’en ai besoin,
Comme le soleil dont la lumière illumine l’âme, j’ai besoin.
Moi qui suis tombé, et non la voûte sacrée du mihrab.
Le front que la femme rusée a sillonné, j’en ai besoin.
“Oublie ta tête, ô cœur, la voie des amoureux” ….
Veux-tu, fuis-la.
Quiconque est tombé à ses pieds peut tomber à ses lèvres,
S’il n’a besoin que d’une tombe pour un sommeil éternel.
Qu’y a-t-il, Babur, quand tout le monde est méchant avec toi?
Tout ce qu’il te faut, c’est le sourire de ton ami.

En louant les sentiments sincères d’amour et en affirmant l’amour humain terrestre, Babur critique vivement l’hypocrisie des cheikhs et des ascètes fanatiques, il se retourne même contre les dogmatiques lugubres. Les flammes de l’enfer ressemblent à une étincelle comparée au feu de la séparation:

Si j’avais su que la séparation me tuerait brutalement,
J’aurais pu vivre avec ma bien-aimée jusqu’à la mort sans peine.
Ça me fait peur… Mais du feu de la séparation.
La flamme de l’enfer n’est qu’une simple étincelle.

Le thème de la mère patrie occupe une place particulière dans la poésie de Babur. Ses poèmes, surtout les quatrains, expriment avec une grande force le désir de la patrie et l’amour sans limite pour elle.

Vous êtes dans un pays étranger – et oublié, bien sûr, l’homme!
Vous ne ressentez de la pitié pour vous-même que du fond du cœur, humain.
Dans mes voyages, je n’ai jamais connu une heure de joie!
On pleure toujours pour la patrie bien-aimée, humain.

La poésie de Zahir ud-din Muhammad Babur traite également des questions de moralité et de perfection spirituelle de l’homme. Le poète élève l’homme, le traite avec un grand respect et valorise la dignité humaine. Il rejette les choses qui contredisent cela. L’égoïsme, la vanité, l’avidité, la vanité sont des qualités inutiles qui ruinent l’être humain. Le poète donne des conseils sincères aux gens. Dans ses colonnes, il parle de la façon dont on doit cultiver les meilleures qualités morales en soi-même.

En abordant ce sujet, il décrit la bonté, la magnanimité, la noblesse et l’honnêteté comme les sens les plus importants de la vie humaine. Il considère l’amitié comme l’aspect le plus important de la qualité humaine et comme une force puissante dans la lutte contre l’ennemi.

En ce qui concerne le langage artistique des œuvres de Babur, il faut noter leur simplicité, leur accessibilité, leur clarté et leur concision. Le poète n’est pas un ami des phrases fortes et des expressions compliquées. La simplicité du langage de Babur aide ses œuvres à être clairement perçues par les lecteurs et à contenir une riche palette de sentiments et d’émotions.

Zahir ud-din Muhammad Babur demande d’éviter les bavardages inutiles, d’exprimer ses pensées brièvement, clairement et simplement, de ne pas utiliser des mots tels que l’on ne se comprend pas soi-même. Il remarque en particulier: “Écrivez plus simplement, avec des syllabes claires et pures, cela vous causera moins de problèmes, à vous et à celui qui lit”.

Sans aucun doute, ces lignes de “Baburnoma” témoignent du fait que la maîtrise poétique de Babur a eu une influence profonde et palpable sur l’imagerie de son œuvre en prose, lui conférant une grande beauté artistique et une large renommée.

Le talent poétique de Babur s’exprime dans le style artistique-littéraire et l’utilisation habile des moyens les plus expressifs de la langue maternelle, ainsi que dans la transformation créative des sources de l’art populaire.

Parmi les œuvres scientifiques, la place particulière dans le développement de la philologie orientale appartient à son “Traité sur Aruz” – résultat d’une étude attentive et professionnelle des fondements poétiques de la poésie, d’une maîtrise critique de ses réalisations. Babur a enrichi la théorie de la prosodie (le système de prononciation des syllabes accentuées et non accentuées, longues et courtes dans le discours) de nouveaux phénomènes, positions et généralisations qu’il avait absorbés, a développé la classification de leurs types et variantes.

Il argumente ses vues avec des matériaux de la poésie arabe, perso-tadjike et turque. Cette bourse ne montre pas seulement la parenté et l’influence mutuelle de la poésie, mais démontre également le large éventail et le potentiel poétique inépuisable de la poésie des peuples de langue turque. Poursuivant la tradition d’Alisher Navoi, il a mis l’accent sur la poésie populaire. Son œuvre contient de précieuses données sur les genres de chants folkloriques et du matériel ethnographique intéressant.

Le célèbre “Baburnoma” montre l’histoire des grands Temurides, la lutte pour l’établissement de la grande puissance (événements de 1494-1529). L’Institut d’études orientales de l’Académie des sciences conserve plus de 10 versions manuscrites de “Baburnoma”. Sur cette base, le savant baburien Porso Shamsiev a publié un texte critique (1960) de l’œuvre ingénieuse en comparant plusieurs manuscrits. Plus tard, le savant japonais I. Mano a également publié un texte critique “Baburnoma” (1994). Le texte de “Baburnoma” a également été publié par N. Ilminsky (1847), Beverige (1905), Fitrat (Fragments, 1928) et P. Shamsiev (1960).

Il a été traduit en persan (1586), néerlandais (1705), anglais (1826), français (1871), turc (1940) et russe (1942). Le thème de “Baburnome” est traité par des romans d’auteurs étrangers: F.A.Style (Paris, 1940), F.Grenard (Paris, 1930), G.Lemb (New York, 1961), V.Gasconi (New York, 1980), Munilayl (6 romans) et autres. Les écrivains ouzbeks ont écrit des poèmes (Oybek, Baikabulov, Khurshid Davron), un roman (Pirimqul Qodirov) et une nouvelle (H. Sultanov) à son sujet.

En 1521, il a écrit un ouvrage philosophique et religieux “Mubayyin”, dans lequel sont exposés 5 principes fondamentaux de la charia islamique, il a également écrit un livre sur la fiscalité “Mubayyinu-l-zakot” la même année. Ses ouvrages scientifiques “Harb ishi” (“Guerre”), “Musika ilmi” (“Science de la musique”) n’ont pas encore été retrouvés.

Zahir ud-din Muhammad Babur a écrit sur la base de l’écriture arabe “Khatti Boburiy” (“l’écriture de Babur”) pour s’adapter à la phonétique turque. Il a transcrit le Coran et certaines œuvres de Babur lui-même en utilisant cette écriture.

Il a également effectué des traductions littéraires, traduisant en vers l’œuvre philosophico-religieuse “Volidia” (“Traité Parenthetique”) du plus grand maître du soufisme – Khoja Ahror Vali, le disciple de Bahouddin Naqshbandi.

Les membres de l’expédition scientifique internationale pour étudier l’œuvre de Babur ont organisé des voyages scientifiques sur les “traces” du poète à plusieurs reprises, ils ont trouvé plus de 500 livres et documents, qui sont conservés dans le musée mémorial “Babur et sa place dans le monde civilisé”. Le parc de Babur avec sa tombe symbolique et le complexe commémoratif “Ark Ichi” sont situés à Andijan.

Zahir ud-din Muhammad Babur n’était pas un observateur superficiel de la vie publique et de l’histoire, il essayait d’analyser les événements et les phénomènes, d’exprimer ses opinions, d’exprimer ses pensées et ses sentiments. Et ces pensées et sentiments visaient à servir les principes de bonté et de justice, de vérité et de beauté.

Share This Article

Vous pouvez également...