Alicher Navoi - Personnes célèbres d'Asie Centrale - Turkestan Travel
Alisher Nawoi

Alicher Navoi

Alicher Navoi (1441-1501) était un grand poète et penseur, un homme d’État. Son nom complet était Nizomiddin Mir Álicher. Il a écrit des poèmes sous le pseudonyme de Navoi en chagatai (ancienne langue ouzbèke) et en farsi (dans les ouvrages en persan). Il est la figure marquante de la littérature ouzbèke, connue en Occident sous le nom de littérature chagatai. Dans la littérature des peuples turcs, il n’y a pas de plus grande personnalité que lui.

Enfance et jeunesse

Nizomiddin Mir Álicher est né à Herat le 9 février 1441. À cette époque, Herat était la capitale du Khorasan (aujourd’hui le territoire de l’Ouzbékistan et de l’Iran actuels), une province de l’État de Maverannahr créée par Amir Temur. L’origine d’Alicher Navoi fait encore l’objet de débats académiques. Deux versions sont contestées: selon la première, il est un descendant des Bakhshi (conteurs) ouïgours ; selon la seconde, il appartient à la tribu des Barlas, dont est issu Amir Temur lui-même.

D’où la position privilégiée de son père – Giyasiddin Kichkina, qui a servi comme fonctionnaire à la cour des Temurides et était un homme de la dynastie éclairée et instruite. Un des oncles d’Alicher était poète, un autre était musicien et calligraphe.

Dès son enfance, Navoi était ami avec le futur dirigeant du Khorasan (Transoxiane) Husayn Boyqaro (1469-1506). À l’âge de 10-12 ans, il a commencé à écrire de la poésie. Selon les informations du contemporain de Navoi, l’historien Khandamir (1473 (76) – 1534), le célèbre poète ouzbek Lutfi (1369-1465) a rencontré un enfant nommé Navoi dans sa vieillesse et a beaucoup apprécié son talent poétique.

Au cours de sa vie, Navoi a visité divers pays de l’Orient musulman et a rencontré des personnalités importantes de son époque. Il a développé ses compétences poétiques. En 1464-65, les admirateurs de la créativité de Navoi préparent le premier recueil de ses poèmes (Diwan). Ce fait montre qu’à cette époque, Navoi était déjà devenu célèbre en tant que poète. Jusqu’en 1469 – pendant les troubles internes de Temurid – Alicher Navoi a été forcé de vivre loin de sa ville natale – Herat.

Activité de l’État

En 1469, Husayn Boyqaro conquiert Herat et devient le gouverneur du Khorasan. A partir de ce moment, une nouvelle période de la vie de Navoi commence. Il prend une part active à la vie politique du pays. La même année, le souverain du Khorasan nomme Navoi comme administrateur du sceau de l’État (Muhrdar), et en 1472, il est nommé vasir. Dans sa fonction, il apporte une grande aide aux intellectuels culturels et scientifiques du pays. Il devient propriétaire d’une grande propriété.

Dans les années 1480, il construit à ses frais, à Herat et dans d’autres régions du pays, plusieurs medreses, 40 rabats (lieux de résidence pour les voyageurs), 17 mosquées, 10 huttes soufies (khanakah), 9 bains, 9 ponts…. Et bien d’autres encore pour l’usage public. Mais de telles activités des Navoi au profit du peuple ne plaisent pas à l’entourage du souverain et par le biais d’intrigues, elles réussissent à gâcher la relation entre Alicher Navoi et Husayn Boyqaro.

Ce dernier relève Navoi de sa fonction et l’envoie à la ville d’Astrabad dont il est le chef en 1487. Il y reste deux ans, et ce n’est qu’à la fin de cette période que Husayn Boyqaro lui permet de retourner à Herat et lui offre un poste au gouvernement. Mais Navoi refuse. Malgré son refus, Husayn Boyqaro lui confie le poste de confident le plus proche du dirigeant (“mukarrabi hazrati sultani”). Dans cette position, Alicher Navoi avait le droit de participer à la décision de toutes les affaires de l’État.

Comme cette période marque le début d’une nouvelle ère dans la vie du poète, il est plus occupé par la création. La plupart de ses œuvres ont été écrites durant cette période. Navoi a vécu et créé dans les dernières années de la dynastie des Timurides (1370-1506). C’est pourquoi l’esprit public, les problèmes urgents de l’époque sont forts dans ses œuvres. En 1490-1501, Navoi a créé les œuvres les plus lyriques, les plus philosophiques publiques et les plus scientifiques.

La création

Le travail créatif d’Alicher Navoi est magnifique. Le volume de ses six poèmes est d’environ 60 000 lignes (misra). En 1483-85, Navoi a créé “Khamsa” (“Cinq”, composé de 5 histoires différentes, 50. 000 versets, principalement chagatéiques), qui comprend des poèmes tels que “Hayrat al-abrar” (“Confusion des justes”), “Farkhad va Shirin” (“Farkhad et Shirin”), “Layli va Majnun”, “Sab’ai sayyar” (“Les sept planètes”) et “Saddi Iskandari” (“Le mur d’Iskandar”). Ils étaient basés sur la tradition Khamsa (cinq poèmes).

Le “Khamsa” de Navoi est la première œuvre de ce genre créée en langue turque. Il prouve qu’un ouvrage aussi volumineux peut être écrit en langue turque. En fait, Navoi veut prouver qu’il est possible de créer une œuvre dans le Chagatai (vieil Ouzbek) également, qui peut se comparer aux œuvres de la littérature persane tadjike. Et il le prouve certainement par sa voix à cinq voix (Khamza).

Alicher Navoi aborde presque tous les genres littéraires courants de l’Orient musulman et montre qu’il a sa propre signature et son propre style. Plus de 120 poèmes sur le thème “Layli et Majnun” ont été créés dans la littérature orientale. Navoi crée également un poème sur ce thème avec sa propre approche. Le poème décrit l’amour entre Laili et Majnun. Navoi tente d’exprimer et d’interpréter l’amour humain et soufi à travers leurs descriptions. Navoi exprime également ses opinions soufies dans les poèmes “Farkhad et Shirin” et “Hayrat al-abrar”. Les thèmes soufis de ses poèmes s’élèvent au niveau de la philosophie générale.

En même temps, ces poèmes mettent à l’ordre du jour les problèmes actuels du monde à travers les vues humanistes du poète. Dans deux autres poèmes du “Khamsa” de Navoi – “Sab’ai Sayyar” et “Saddi Iskandari” – les problèmes liés au dirigeant sont mis en avant.

On sait que Alicher Navoi était proche de la cour timuride et qu’il a eu l’occasion d’influencer d’une manière ou d’une autre le souverain et ami Husayn Boyqaro. C’est pourquoi, dans les poèmes ci-dessus, Navoi a exprimé les idées adressées à Husayn Boyqaro: l’impermanence du monde et du trône royal ; la responsabilité d’un souverain envers son peuple…. Le “Khamsa” de Alicher Navoi se distingue dans la tradition de l’écriture Khamsa par son caractère social et politique et son originalité. Abd al-Rahman Jami (1414-1492) le tenait en haute estime après avoir lu “Khamsa” de Navoi.

En termes d’importance publique et artistique, le “Khamsa” de Navoi avait une grande place en Asie centrale. Il a été copié à de très nombreuses reprises. Actuellement, nous disposons de nombreux folios de “Khamsa” ou de poèmes uniques tirés de celui-ci. La collection de l’Institut d’études orientales Abu Rayhan Al-Biruni contient à elle seule 166 manuscrits transcrits du XVe au XXe siècle contenant soit les cinq poèmes du “Khamsa”, soit certains d’entre eux. Parmi ceux-ci, 84 folios contiennent les cinq poèmes. La distribution et le nombre de folios du “Khamsa” de Navoi montrent qu’il a eu une place particulière dans la vie intellectuelle de l’Asie centrale.

Au cours de sa vie, Alicher Navoi a composé un grand nombre d’œuvres lyriques. Il a terminé la compilation de tous ses poèmes en 1498 et a créé quatre recueils de divans sous le titre Khazoin ul-Maoniy (La maison du trésor de la pensée). Tous les poèmes de ce recueil comptent plus de 50 000 lignes. Néanmoins, il a écrit des poèmes dans 16 des 21 genres existants de la littérature musulmane orientale.

Alicher Navoi a compilé ses poèmes écrits en persan sous le titre “Diwani Fani”. Il voulait aussi rivaliser avec les poètes persans. Si l’on ne compte que le nombre de poèmes dans le genre Ghazal provenant des collections ci-dessus, leur volume est de 3 150. On peut dire que Navoi est en tête au moins par le nombre de poèmes qu’il a créés. De plus, Navoi a collectionné ses Qasidas en persan et a créé deux collections: Sittai zaruriya (“Les six nécessités”) et Fusuli arbaa (“Les quatre saisons de l’année”).

Alicher Navoi a élevé la littérature ouzbek (Chagatai) à un niveau supérieur grâce à sa poésie. Sa poésie est de loin supérieure à la littérature ouzbèke avant lui en termes d’immensité des thèmes et de variété des genres. Tant dans ses poèmes que dans ses écrits, il a exprimé les thèmes soufis actuels, séculiers et spirituels. Des ouvrages religieux de Navoi ont également été publiés: “Arbain” (“Quarante Quatrains”), “Munajat” (“Un appel à Allah”).

Un texte plus complet de l’ouvrage en prose soufi “Nasaim al-muhabbat” (“Coups d’amour”) a été publié, qui contient les informations sur 750 cheikhs soufis. Navoi a également créé des œuvres scientifiques. Parmi les ouvrages sur la comparaison des langues persane et turque, on peut citer “Mukhamat al-lugatayn” (“La dispute des deux langues”, 1499), la science littéraire – “Majalis al-nafais” (“La collection des raffinés”), la théorie de l’aruz (grandeur de la composition des vers) – “Mezan al-avzan” (“La balance des tailles”), la théorie du genre mu’amma – “Mufradat” (Charade).

En outre, il a créé un traité sur des sujets historiques intitulé “Tarikhi muluki Ajam” (“Histoire des rois iraniens”), dans lequel il décrit l’histoire des rois iraniens, et “Tarikhi Anbiya va Hukama” (“L’histoire des prophètes et des sages”). Il a rassemblé ses lettres dans sa collection “Munsha’at”. Ses mémoires comprennent “Khamsat al-mutahayyirin” (“La quintuple controverse”, 1494), “Khalati Sayyid Hasan Ardasher” (“La vie de Sayyid Hasan Ardasher”), “Khalati Pahlavan Muhammad” (“La vie de Pahlavan Muhammad”).

Le travail le plus récent de Navoi est “Mahbub al-Qulub” (1500). Il exprime ses dernières vues sur la société et la politique.

Alicher Navoi a combiné des actes littéraires et politiques tout au long de sa vie. Homme de grande réputation, il a beaucoup contribué à l’amélioration de la vie sociale et économique du pays ; il a promu la science, l’art et la littérature, et s’est toujours efforcé d’établir la paix et l’harmonie.

Comme on peut le voir, l’héritage de Navoi est varié en termes de thèmes et de genres. Ses œuvres du XVe siècle à nos jours servent le développement de la littérature ouzbèke. Pendant des siècles, ses œuvres ont fait l’objet d’imitation et d’inspiration.

Vie privée

Alicher Navoi appartenait à l’ordre soufi de Naqshbandiya, était un homme pieux et s’est volontairement astreint à l’ascèse – il n’était pas marié, ne connaissait aucun plaisir à avoir des enfants. Comme l’a dit le poète et dirigeant Temurid Zahiriddin Muhammad Babur dans son poème épique “Baburname”:

“Sans fils, sans fille, sans femme, il a fait son chemin dans le monde, beau, solitaire et facile”.

Cependant, il existe une légende sur la vie privée du poète, qui dit que Alicher Navoi et Husayn Boyqaro sont tombés amoureux de la même fille – Guli – dans sa jeunesse. Le noble Navoi ne pouvait pas faire de mal à son ami et persuada la beauté de devenir l’épouse de Husayn. On dit que le poète a porté son amour pour Guli tout au long de sa vie.

Dans ses propres poèmes, le poète condamne la solitude et a même écrit des vers merveilleux :

“Celui qui a choisi la solitude comme destin
Aucun homme: il a volé son destin.
Il est seul avec les hommes, ses jours sont amers:
Quelqu’un a-t-il entendu le claquement d’une seule main?

Alicher Navoi a été décrit par ses contemporains comme un homme au caractère troublé, au tempérament court et même arrogant.

“C’était un homme d’une grande intelligence et d’une excellente éducation”, Zahiriddin Muhammad Babur caractérise Alicher Navoi, “il exigeait que tous les gens se comportent de la même façon et il avait donc du mal à s’entendre avec eux.

Sa mort

Alicher Navoi meurt à Herat le 3 janvier 1501, affaibli par une longue maladie. Avant sa mort, il se retira des affaires du monde et vécut seul dans une cellule près du mausolée de son professeur soufi.

L’homme a laissé un riche héritage littéraire: une trentaine d’œuvres – poèmes, poésies, écrits. Ses œuvres ont été traduites dans des dizaines de langues, ses livres et manuscrits sont conservés dans les plus grandes bibliothèques du monde.

Share This Article

Vous pouvez également...