État de Khwarezm-Chahs - Turkestan Travel
Kunya Urgench - Turkmenistan

État de Khwarezm-Chahs

L’État de Khwarezm-Chahs (Horezm, turc ; Xorazm, ouzbek ; Khwārazm, persan : خوارزم) est le nom de l’État d’Asie centrale de Khwarezm tel qu’il est communément compris dans les études orientales. Il est situé sur le cours inférieur du fleuve Amou-Daria et a été gouverné par la dynastie des Anushteginides, descendant de la tribu turkmène des Oghuz Begdili. Les Khwarezm-Chahs ont régné sur une grande partie de l’Asie centrale et de l’Iran de 1077 à 1231 environ, d’abord en tant que vassaux des Seldjoukides et des Qara Khitais, puis en tant que souverains indépendants, jusqu’à l’invasion mongole du Khwarezm au XIIIe siècle. L’État couvrait 2,3 (ou 3,6) millions de kilomètres carrés.

La dynastie a été fondée par le chef de guerre Anush-Tegin, un ancien esclave turc des sultans Seldjoukides, qui a été nommé gouverneur du Khwarezm. Son fils, Qutb ad-Din Muhammad Ier, devint le premier Chah héréditaire du Khwarezm. Elle atteint son apogée au début du XIIIe siècle sous Ala ad-Din Muhammad II. Les souverains du Khwarezm portaient le titre de Khwarezm-Chah. L’État de Khwarezm-Chahs est tombé aux mains des Mongols sous Genghis Khan.

Histoire

On sait que le titre de Khwarezm-Chah a été établi en 305 après J.-C. par le fondateur de la dynastie des Afrigides et a duré jusqu’en 995. Après une période de temps, le titre a été restauré. Au cours d’une rébellion en 1017, les rebelles de Khwarezm ont tué Abu-l-Abbas Mamun et sa femme Khurrakshi, la sœur du sultan ghasnévide Mahmud. Mahmud a riposté en capturant et en occupant le territoire de Khwarezm, qui comprenait Nasa et Ribat Farawa. En conséquence, le Khwarezm est devenu une province de l’empire ghasnévide de 1017 à 1034. En 1077, le gouvernorat de la province, qui avait appartenu aux Seldjoukides de 1042 à 1043, est passé aux mains d’Anush Tegin, un ancien esclave turc du sultan Seldjoukide. En 1097, le gouverneur turc du Khwarezm, Ekinchi ibn Kochkar, déclare son indépendance vis-à-vis des Seldjoukides et se proclame Chah du Khwarezm. Il est assassiné la même année. Les Seldjoukides conquièrent le Khwarezm et nomment un Turc de la famille oghuzo-turque, Qutb ad-Din Muhammad I, comme Chah du Khwarezm. Tout au long de son règne, il est resté un sujet du sultan seldjoukide Sanjar et lui est resté fidèle.

Khwarezm Chah Atsyz

Son successeur, Ala ad-Din Atsyz, s’efforce constamment de se débarrasser du protectorat du sultan seldjoukide Sanjar. Il se rebelle contre son suzerain en 1138, mais est vaincu par Sanjar et doit fuir. En retour, Ahmed Sandjar place Suleyman Chah, un neveu d’Atsyz, sur le trône du Khwarezm. En 1141, le sultan Sanjar place à nouveau Atsyz sur le trône.

La même année, de nouveaux envahisseurs arrivent en Asie centrale en provenance de l’Est, les Caracites dirigés par Yelü Dashi. Le sultan seldjoukide Sanjar est contraint de venir en aide au Qara Khitai Khan Mahmud, qui est son plus proche parent. La bataille contre le Qara Khitai à Samarkand se solde par une défaite complète de Sanjar. Khorezmshakh Atsyz profite immédiatement de la défaite de Sanjar et conquiert Merv en 1141, et en 1142 il s’approche déjà de Nishapur.

Mais déjà en 1142, le sultan Sanjar a obligé Atsyz à payer un nouveau tribut, et en plus Khwarezm a dû payer un tribut à Qara Khitai.

En outre, le sultan a poursuivi la politique d’accaparement des terres initiée par ses prédécesseurs et a annexé Jend et Mangyshlak au Khwarezm. De nombreuses tribus nomades dépendaient du Chah du Khwarezm. À la fin de sa vie, Atsyz avait assujetti toute la partie nord-ouest de l’Asie centrale au Khwarezm et obtenu son indépendance vis-à-vis de ses voisins.

Khwarezm Chah Il-Arslan

En 1156, Atsyz meurt et son fils Taj ad-Din Il-Arslan lui succède sur le trône du Khwarezm.

Comme son père, il paie un tribut au sultan seldjoukide Sanjar et au Qara Khitai. Quelques mois seulement après l’arrivée au pouvoir d’Il-Arslan, en 1157, Sanjar meurt, libérant complètement le Khwarezm de la tutelle seldjoukide.

En 1160. Il-Arslan a ajouté le Dehistan avec des territoires à la possession du Khwarezm. Il réussit à conquérir quelques villes du Khorasan et tente de conquérir une partie des villes du sultanat irakien de Maverannahr. En 1172, il reflète avec succès une campagne de Qara Khitai dans le Khwarezm. Peu après, Il-Arslan meurt et ses fils Ala ad-Din Tekesh et Jalal ad-Din Sultan Chah entament une lutte pour le trône.

Khwarezm Chah Sultan Chah et Tekesh

Après la mort d’Il-Arslan, le frère cadet de Tekesh, Sultan Chah, monte sur le trône, mais Tekesh refuse d’accepter le règne de son frère et sollicite l’aide des ennemis autochtones des Khwarezm Chahs, les Qara Khitai, en leur promettant des tributs annuels.

Avec leur aide, Tekesh réussit à renverser son frère et à s’emparer du trône du Khwarezm. Il ordonne ensuite la mort de sa mère, qui soutenait Sultan Chah, et ce dernier parvient à se cacher pendant vingt ans pour contester son droit au pouvoir.

Khwarezm-Chah Tekesh

Ce n’est qu’après la mort du Sultan Chah en 1183 que Tekesh réussit à annexer Merv et Serakhs au Khwarezm (1193). Tekesh fait également plusieurs voyages à Maverannahr pour se libérer de sa dépendance vis-à-vis des Qara Khitais en tant que sujets. En 1176, il conquiert le Khorasan du Sud et fait du souverain d’Horus son lige. En 1187, Tekesh prend Nishapur, en 1192 il conquiert Rey et deux ans plus tard l’Irak.

En 1194, Tekesh défait les forces du sultan seldjoukide occidental Rukn al-Din Togrul III et en 1196, il bat le calife abbasside Nasir.

Le Khwarezm est ainsi devenu l’un des États les plus puissants d’Asie centrale sous le règne de Chah Tekesh. Ses possessions s’étendaient de la mer d’Aral et du bas Syr Darya au nord au golfe Persique au sud, des Pamirs à l’est au plateau iranien à l’ouest, et il parvint à doubler les territoires du Khwarezm pendant son règne. On trouve également des traces d’une bibliothèque fondée par Tekesh à Gurganj, entre autres.

Khwarezm Chah Muhammad II

Son fils cadet Ala ad-Din Muhammad monta sur le trône après la mort de Khwarezm Chah Tekesh et continua à étendre les possessions de Khwarezm.

Le règne de Muhammad II commence par une guerre avec les Gurides, qui s’emparent de la principale ville de Merv, occupent Abiberd, Serakhs et Nisa presque sans combat, prennent Nishapur et capturent le frère du Chah de Khwarezm, qui est envoyé à Herat. Après le siège de Herat, les troupes de Muhammad avaient passé un mois à essayer de percer les défenses. Ce n’est qu’après avoir reçu une rançon que le Chah de Khwarezm a levé le siège. À cette époque, les troupes de son frère Shihab ad-Din étaient arrivées d’Inde pour soutenir le souverain guride Giyas ad-Din. Après une bataille plutôt sanglante, les Khorezmiens sont contraints de battre en retraite. Poursuivant les forces de Muhammad II en retraite, Shihab ad-Din encercle la capitale khoréenne de Gurgandzh, défendue par la mère du Chah, la reine Terken-khatun. Avec le soutien des Qara Khitais, Muhammad réussit à chasser les Gurides du Khwarezm et à faire la paix ; cependant, ils n’abandonnent pas leurs tentatives de déclencher une guerre.

Ce n’est qu’après l’assassinat de Shihab ad-Din en 1206 que ce danger fut écarté. L’État guride se divise en plusieurs parties, qui deviennent rapidement dépendantes de Khwarezm.

Après la victoire sur les Gurides, Muhammad commence à préparer la guerre contre les Qara Khitais. Il était un rival féroce, mais lors de la première bataille, Qara Khitai, qui avait soudoyé les souverains du Khorasan et de Samarkand, défit l’armée du Chah de Khwarezm, après quoi Muhammad disparut de la vue de sa suite pendant quelque temps. Ce n’est qu’au printemps 1208 que Muhammad revint au Khwarezm. Après avoir renforcé son État, il entame une lutte déterminée contre les Qara Khitais, soutenu par les musulmans Qara Khitai qui voient en lui un libérateur. En septembre 1210, les Qara Khitais sont vaincus lors d’une bataille dans les plaines ilamiques au-delà du Syr Darya.

En 1212, une rébellion éclate à Samarkand sous la direction du Khanid Kara-Khan Osman. Elle est brutalement réprimée par Muhammad et le khanat kara-khanide occidental est dissous, après quoi il décide de faire de Samarcande sa capitale. En 1212, il déplace sa capitale de Gurgandsch à Samarcande, incorporant la quasi-totalité du Maverannahr et de l’Afghanistan actuel dans son empire qui, après de nouvelles conquêtes dans l’ouest de l’Iran (en 1217), s’étend du Syr Darya aux monts Zagros et du nord de l’Hindu Kush à la mer Caspienne. En 1218, l’empire comptait 5 millions d’habitants. En 1217, Muhammad part en campagne vers Bagdad, l’un des centres spirituels du monde musulman, dans l’intention de devenir un souverain non seulement temporel mais aussi spirituel. Cependant, alors qu’il traversait un col de montagne, ses troupes ont été prises dans une tempête de neige et ont subi de lourdes pertes. Muhammad doit abandonner ses plans et retourner à Samarkand.

En 1215, le pouvoir du Chah du Khwarezm s’étendait au Khwarezm lui-même, au Maverannahr, au Turkménistan, à l’Afghanistan, à l’Iran, à l’Atrpatakan, au Khorasan, au sud du Kazakhstan et à d’autres régions.

Mais de l’est viennent les Mongols dirigés par Gengis Khan.

Guerre avec les Mongols

Au début du XIIIe siècle, le Khwarezm était à l’apogée de sa puissance, réunissant les territoires du Khwarezm lui-même, du Maverannahr, de l’Iran, du Khorasan et de ce qui est aujourd’hui le Kazakhstan du Sud.

Un point vulnérable de l’empire de Muhammad II était cependant la toute puissante noblesse Kanglai, qui occupait des positions de premier plan dans l’appareil administratif et militaire.

La mère du Khwarezm Chah de Muhammad, Terken-khatun, était issue d’un clan turc kangla et exerçait une énorme influence à la cour, nommant elle-même ses proches à tous les postes importants du gouvernement. Avec son soutien, elle a effectivement mené l’opposition contre son fils. Leurs relations étaient particulièrement tendues avant l’invasion mongole.

En 1218, Gengis Khan envoie un message à Muhammad pour lui proposer une alliance afin de lutter ensemble contre les rivaux de l’est et de commercer entre eux. Horezmshah refuse de négocier avec les “infidèles” et, sur le conseil du souverain d’Otrar, Kayir Khan, fait exécuter les ambassadeurs-acheteurs et envoyer leurs têtes au Khan. Gengis Khan exigea l’extradition de Kaiyr Khan, mais Khorezmshakh refusa par crainte de la colère de la noblesse, et Mahomet fit à nouveau exécuter l’un des participants à l’ambassade mongole suivante.

Malgré la supériorité plus que triplée de son armée sur l’armée mongole, Khwarezm Chah, craignant une conspiration parmi ses commandants, divisa son armée en plusieurs unités et garnisons, la condamnant de fait à la défaite.

Après la victoire sur Kuchluk, l’armée mongole dirigée par Subedei-Baghatur et Tohuchar-neon s’est approchée des frontières de Khwarezm et a rencontré les troupes du Chah de Khwarezm. L’aile droite de l’armée du Khwarezm, sous le commandement de Jalal al-Din Menguberdi, fils de Muhammad, pousse sur son flanc et soutient le centre et l’aile gauche de son armée. À la tombée de la nuit, aucun des deux camps n’avait obtenu de résultats décisifs. Pendant la nuit, les Mongols allumèrent des feux et quittèrent le site de la bataille. Au printemps 1219, alors que la conquête de la Chine n’était pas encore achevée, Gengis Khan envoya la 50 000e armée au Khwarezm.

Lorsque les forces de Gengis Khan attaquent le Khwarezm en 1219, Muhammad II n’ose pas livrer une bataille générale et laisse son armée dispersée en détachements séparés dans les villes et les forts de tout l’État. L’une après l’autre, Otrar, Hojent, Tashkent (Khach), Bukhara, Samarkand, Balkh, Merv, Nishapur, Herat, Urgench et d’autres grandes villes du Khwarezm tombèrent sous les assauts des Mongols. Les Mongols ont exterminé des millions de citoyens, plus de 500 000 dans la seule ville de Merv, et ont vendu les autres en esclavage.

Le Chah de Khwarezm se retire d’abord avec les restes de son armée dans ses possessions perses, puis s’enfuit avec un petit groupe dans la région de la Caspienne et meurt d’une pneumonie sur l’île d’Abeskun dans la mer Caspienne. L’État des Khwarezm-Chahs a cessé d’exister, bien que le fils et successeur de Muhammad, Jelal al-Din Menguberdi, ait continué à résister aux Mongols pendant une dizaine d’années tout en résidant à Delhi et en Asie Mineure.

Le dernier membre de la dynastie Khwarezm-Chahs-Anushteginid fut le futur sultan d’Égypte, Qutuz, qui parvint à arrêter les Mongols et à sauver le monde musulman occidental de leurs campagnes barbares.

Share This Article

Vous pouvez également...