Légende d'Amir Temur - Turkestan Travel
Ak-Saray Palast in Shahrisabz

Légende d’Amir Temur

Un soir, l’émir de Chakhrisabz Bekbuwa invita un astrologue dans sa maison et lui demanda: “Dis-moi, savant devin, qui m’arrachera le pouvoir sur ce pays? Et le savant astrologue, que Bekbuwa avait spécialement mandaté depuis la Perse, dit, après avoir deviné les étoiles le soir: “Ô Seigneur! Ils périront par la main d’un puissant guerrier nommé Temur. Le souverain demanda alors: “Où vit donc ce guerrier par la main duquel je dois périr?” Ce à quoi l’astrologue répondit: “Ce guerrier n’est pas encore né, il ne viendra au monde que dans deux mois. La mère de l’enfant vit dans le village d’Ilgar, près de la capitale de votre richesse”. Le souverain décida de détruire l’enfant à naître. Des guerriers furent envoyés au village pour capturer la femme enceinte et la détruire dans l’utérus de celui par la main duquel l’enfant devait mourir.

La conversation entre le souverain et l’astrologue fut entendue par une servante. C’était l’amie d’enfance de la mère de Temur. La servante enfourcha son cheval, prit le chemin le plus court vers la maison de Taragan et lui fit part de la menace. Le maître de maison se mit en route pour rejoindre les guerriers du bey et envoya sa femme, accompagnée d’une servante et de deux serviteurs, dont l’un était haqqul, pour un long voyage.

Après plusieurs heures de voyage, la femme enceinte se sentit malade et supplia Batyr Haqqul d’arrêter. Mais il ne voulait rien entendre, car il avait peur qu’ils soient rattrapés par des poursuivants. La jeune femme a commencé à avoir des contractions prématurément, soit à cause de la vitesse du trajet, soit à cause de l’excitation. Batyr Haqqul décida alors d’arrêter sa petite caravane. Au loin, les voyageurs virent une lumière vacillante. Il s’avéra qu’il s’agissait de la maison isolée d’un paysan. C’est là que les fugitifs trouvèrent refuge. Peu après, la jeune femme mit au monde son enfant. Un garçon naquit. Il fut appelé Temur. Et le lieu de naissance fut appelé Chirahchi, ce qui signifie “celui qui brille”.

Lorsque le fermier qui abritait les noctambules vit le garçon, il dit: “Cet enfant est destiné à devenir un grand guerrier et à conquérir de nombreuses terres. Même si, en tant qu’agriculteur et soutien de famille, je ne souhaite pas que des guerres soient menées, le destin l’a voulu ainsi et on ne peut pas y échapper.

Le lendemain, pour préserver le bébé d’un malheur imminent, la femme en travail et ses compagnons ont descendu la rivière Kashkadarya sur un kayuk (un radeau en bois) jusqu’à la ville de Karshi. Là, elle trouva refuge auprès du prince local et vécut avec Tamerlan pendant trois ans. Puis elle est retournée dans son pays d’origine. Le souverain de Bekbuw n’a pas oublié la prédiction de la diseuse de bonne aventure et tente par tous les moyens d’expulser Temur du monde.

Le garçon grandit gaiement, jouant volontiers à des jeux de guerre avec ses pairs et commença à randonner avec son père, le sultan Taragai, à l’âge de dix ans. Le jeune garçon fut formé par Palvan Haqqul à la gigue et au maniement de la lance et du sabre. Le garçon était travailleur, persévérant, pouvait rester toute la journée sans manger, ne quittait pas sa selle pendant longtemps, n’avait rien à envier aux adultes lors de longs voyages et d’opérations militaires.

A l’âge de douze ans, le garçon fit la connaissance de l’émir de Chakhrisabz, qui organisait dans son palais un concours de lutte (kurash). Il était d’usage de l’organiser à la cour les jours de grandes fêtes. Les gens affluaient de partout pour assister à ces compétitions, et le vainqueur recevait un titre honorifique et un prix.

La première manifestation était les concours de dzhigit des plus jeunes. Le fils du Bek de Chakhrisabz, Hüseyin, les remportait généralement tous. Il était physiquement développé, fort et résistant. A cette époque, les souverains essayaient de préparer leurs fils à une vie difficile, car être un souverain signifiait démontrer en permanence non seulement son intelligence et son éducation, mais aussi sa prétention au pouvoir. Comme personne n’était prêt à se battre contre Hüseyin, Temur s’est porté volontaire, bien qu’il ait deux ans de moins que son rival.

Toutes les personnes présentes ont suivi avec une attention particulière le combat entre les deux princes – l’héritier du trône du bey de Chakhrisabz et le fils du sultan Taragai. Temur s’est livré à un duel acharné dont il est sorti vainqueur. Il devait recevoir le titre honorifique de batyr et une peau de léopard en récompense. Mais l’émir Bekbuwa, furieux de l’issue du combat, ordonna à ses guerriers de capturer Temur et de l’exécuter. Le jeune Batyr fut ligoté et amené au trône. Cependant, le peuple s’écria avec indignation: “Ce n’est pas juste! Le vainqueur ne sera pas condamné!” L’émir n’avait pas d’autre choix que de laisser partir Temur.

Mais l’émir n’était pas quelqu’un qui laissait simplement partir le casse-cou. Sur ordre du souverain de Chakhrisabz, les jambes de Temur furent brisées, si bien qu’il ne put plus jamais repartir au combat. Depuis, il boitait de la jambe droite. Lui, le futur maître du monde, allait être connu en Europe sous le nom de Tamerlane – du mot turc “Temirlang”, qui signifie “le boiteux de fer”.

Bien qu’il soit devenu boiteux, il ne perdit pas son sang-froid, il n’eut pas peur. Le jeune homme devint plus fort physiquement et mentalement et, avec une persévérance enviable, il commença à s’améliorer, à pratiquer les arts martiaux et à entraîner son corps pour de futures campagnes et batailles. À l’âge de seize ans, Tamerlane était déjà plus fort que quiconque dans les environs.

Un jour, il rassembla une grande suite avec son père, marcha sur l’émir de Chakhrisabz et attaqua son palais. Lors de cette bataille, Bekbuva fut tué par Tamerlane, comme l’avait prédit l’astrologue. Mais dans la même bataille, Temur perdit son père, le sultan Taragai.

Le vainqueur ne punit pas le fils du bey Hüseyin de Chakhrisabz, mais décida de gagner son amitié. En signe d’amitié, il prêta serment à Hüseyin en le garantissant par les liens du sang et épousa la sœur du fils du bey, Uljan Turkan-aga. Le nouveau bey Hüseyin et le jeune sultan Temur régnèrent ensemble à Chakhrisabz. En peu de temps, ils renforcèrent considérablement la ville, rassemblèrent une puissante armée et soumirent toute la région.

À cette époque, Kasangai Khan, un descendant de Gengis Khan, régnait sur Samarcande. Voyant que deux jeunes et puissants souverains arrivaient au pouvoir à Chakhrisabz, il décida d’en faire ses partisans en leur promettant le pouvoir dans tous les ouidahs limitrophes de Chakhrisabz.

Kazangan Khan n’était pas destiné à rester longtemps au pouvoir – il fut vaincu par un autre descendant de Gengis Khan, Tugluk Temur Khan. Il n’aimait pas les deux jeunes souverains de Chakhrisabz. Le nouveau souverain de Samarcande donne à son fils Keles Khan l’ordre écrit de capturer et de tuer Temur. Mais les fidèles guerriers de Temur interceptent le messager porteur de l’ordre. Temur est ainsi averti de la menace qui pèse sur lui. Accompagné de ses fidèles amis, il se met en route vers les montagnes. En chemin, ils sont rattrapés par Kelles-Khan et sa grande armée, puis vaincus par un petit groupe de réfugiés.

Temur emmène le reste du groupe chez son ancien professeur, le Palvan Haqqul. Celui-ci écouta l’histoire du jeune sultan et dit: “Mon fils, je ne pense pas que le moment soit venu pour vous de vous opposer à Kelles Khan. Vous n’avez pas encore acquis le pouvoir, le peuple ne vous a pas encore suivi. Je pense que tu devrais devenir fort et invulnérable, et tu pourras alors conquérir Samarcande. Tu devrais rassembler une bonne suite, la préparer pour le combat, apprendre aux guerriers à maîtriser leurs armes et combattre dans les montagnes et les steppes contre les murs de la ville”.

Temur demande à son maître: “Où puis-je entraîner mes guerriers ? Tout le voisinage sera au courant et en informera le gouverneur de Samarcande, qui sera bien sûr ravi de s’occuper de nous. Haqqul-palvan répondit: “Je connais une très ancienne grotte dans les montagnes où l’on peut loger toute la troupe. Temur suivit le conseil. Après cinq jours de voyage, il était déjà dans les montagnes, en compagnie de jeunes guerriers des environs de Chakhrisabz. C’est là, dans l’un des canyons, que Temur trouva la grotte indiquée par Haqqul-palvan.

Le site s’avérait étonnant. C’était comme s’il avait été spécialement conçu pour se préparer en secret aux futurs combats.

Temur n’avait que 23 ans à l’époque. Après avoir examiné la grotte et l’avoir jugée apte à former de futurs guerriers, il avait envoyé ses guerriers dans la région afin de sélectionner de jeunes hommes pour son entourage. En deux mois, près d’un millier et demi de jeunes hommes s’étaient rassemblés dans la grotte. C’étaient de jeunes hommes forts et courageux. Ils furent répartis en divisions et en groupes, et l’entraînement commença.

Temur campa dans la grotte pendant près d’un an. Le jeune chef prépara son armée, identifia ceux qui étaient le mieux à même de diriger les autres et choisit parmi eux les commandants.

Bientôt, Temur et son armée s’approchèrent des murs de Samarcande. Les forces ennemies étaient plus nombreuses que l’armée qui avançait et la ville était gardée par vingt mille soldats. Temur était cependant confiant dans sa capacité à vaincre l’ennemi. L’habileté militaire du jeune chef et le courage de sa troupe d’un millier et demi d’hommes assurèrent le succès. Temur devint le maître de Samarcande. De bataille en bataille, Temur renforça son armée, écrasa l’ennemi et devint le maître de tout Mawara’unnahr.

Share This Article

Vous pouvez également...