Légende de Bibi-Hanum et du Serpent - Turkestan Travel

Légende de Bibi-Hanum et du Serpent

La légende raconte qu’un jour, un derviche vint voir Bibi-Hanum et, au cours d’une conversation, prédit entre autres sa mort par morsure d’araignée. Loin d’être embarrassée par une telle prédiction, Bibi-Hanum se tourna vers Emir Timour et lui expliqua calmement sa mort imminente et son souhait d’être enterrée dans un cercueil, non pas dans la terre comme le veut la coutume musulmane, mais au-dessus.

La tristesse et l’horreur s’emparèrent de l’Emir. Le mari désespéré tenta de toutes ses forces de la détourner de ses pensées mélancoliques sur la mort, mais lorsque Bibi-Hanum, malgré ses supplications et ses exhortations, persista dans sa conviction une fois exprimée et crut de toute son âme à sa justesse, l’Emir Timour ordonna la construction de l’édifice. Il ordonna à ses maîtres qui construisaient les murs du bâtiment de prélever le matériau principal pour le travail – l’argile – sous le bâtiment. Que la construction ait duré plus ou moins longtemps, un immense donjon a été créé sous le bâtiment et les artisans ont finalement invité Bibi-Hanum à le visiter. La belle se rendit avec son mari à l’endroit où son corps devait trouver sa dernière demeure.

Je vais vous dire très franchement qu’un si beau bâtiment n’aurait dû servir qu’à la joie et au plaisir de la vie, et non à être la maison des tristes souvenirs. Emir Timour lui-même était très satisfait du travail des bâtisseurs et espérait que ce magnifique édifice détournerait son épouse bien-aimée de ses sombres pensées. Et comment pourrait-on penser à la mort en contemplant la beauté joyeuse des murs fleuris de ce bâtiment?

Les ouvriers du bâtiment se réjouissaient également de voir leur travail apprécié à sa juste valeur. De plus, un véritable festin leur a été préparé sur le chantier – Emir Timour lui-même a distribué des morceaux de viande cuite aux artisans. Les musiciens et les chanteurs ont essayé de briller dans leur art.

Bibi-Hanum était encore en train de visiter le bâtiment quand soudain, un serpent sortit du cachot et commença à se prélasser au soleil. Les ouvriers voulurent tuer immédiatement le serpent, craignant qu’il ne morde quelqu’un. Mais Bibi-Hanum les arrêta en disant: “Laissez-le tranquille, il ne fera de mal à personne; pourquoi ôter la vie à cette créature dont on ne sait pas d’où elle vient ni où elle va disparaître”?

Après que le serpent se soit prélassé au soleil pendant un certain temps, elle a permis à Bibi-Hanum de s’approcher d’elle et lui a fait un signe de tête affectueux, tandis que la souveraine lui caressait la tête comme un chaton apprivoisé en disant: “Oh, mon fidèle animal! Tu n’as pas peur de moi, et je n’ai pas peur de toi non plus”.

Au plus fort des festivités, lorsque le Muezzin¹ a annoncé l’heure de la prière, le serpent est passé inaperçu et n’a plus jamais été revu. L’incident a été complètement oublié par les habitants de la ville.

Personne ne sait combien de temps s’est écoulé depuis, mais un jour, Bibi-Hanum était assise parmi ses servantes et distribuait des raisins sur une nappe (dostarkhan) étalée sur un tapis. Soudain, elle sentit une vive douleur dans sa main et, en la regardant, elle vit une grande araignée s’enfuir sur le tapis, qui s’était auparavant cachée dans les raisins. La morsure de l’araignée était très dangereuse.

La souveraine ordonna d’en informer Emir Timour et, comme il entrait, craintif et inquiet, elle lui dit en souriant doucement:
-non, n’était-ce pas vrai ce que le derviche errant a dit, que je mourrais d’une morsure d’araignée? Maintenant, ces mots étaient justifiés.
-Non, non! – Emir Timour commença à persuader sa bien-aimée. – Ce n’est qu’une morsure d’araignée et elle n’est pas du tout venimeuse.

Cependant, à la tombée de la nuit, un brouillard fiévreux et douloureux s’était abattu sur la belle. Ses forces l’abandonnèrent en un clin d’œil et la douleur envahit chaque cellule du corps de la souveraine, tel un tremblement de terre qui anéantit tout.

La dernière chose qu’elle demanda fut l’accomplissement de son souhait de ne pas être enterrée dans la terre, mais de déposer son corps dans le très beau bâtiment qui avait été construit en face de la mosquée du vendredi dans la capitale.

Le lendemain matin, l’âme de Bibi-Hanum a été transférée pour toujours dans le royaume du Tout-Puissant.

Allah a répondu à sa demande de manière sacrée. Il ordonna de la vêtir de riches vêtements, de lui mettre autour du cou des colliers précieux faits de doubles brins de corail et de perles, et ses chères bagues et boucles d’oreilles en rubis et diamants devaient orner sa solitude éternelle. Ensuite, le couvercle de la tombe fut cloué avec de l’or et le cercueil fut placé dans une voûte sombre où aucun rayon de soleil ni aucun bruit du monde terrestre ne pouvait pénétrer.

La rumeur de la richesse des personnes enterrées avec Bibi-Hanum se répandit rapidement parmi les gens. Cependant, il y avait dix voleurs parmi le peuple qui décidèrent de voler la tombe. Ils se dirigèrent vers la tombe par une nuit sombre, arrachèrent les colliers, prirent les clous en or et voulurent quitter la tombe. C’est alors qu’un serpent sortit de la chambre funéraire et les tua tous sur le champ avec son venin.

Au matin, les personnes rassemblées étaient d’abord perplexes quant à l’origine des dix hommes morts. Mais en voyant les objets éparpillés, ils ne doutèrent plus que les voleurs morts avaient été punis par une puissance inconnue pour leur crime odieux.

Il fut décidé de remettre les objets dans la tombe, mais personne n’osa les toucher, de peur de subir le même sort que les nombreux morts qui gisaient devant la tombe. Les corps des voleurs furent jetés par les gens du haut des murs de la ville vers une décharge, où ils furent la proie des chiens errants et des charognards.

Finalement, l’un des anciens, après avoir récité une prière, s’empara respectueusement des objets volés, entra avec eux dans le bâtiment et les mit à leur place. Alors qu’il s’apprêtait à rentrer tranquillement, la porte qui menait à la sortie se referma soudain d’elle-même, si fort qu’il ne put plus l’ouvrir. Le pauvre vieil homme resta enterré vivant. On dit qu’il est resté en vie jusqu’à aujourd’hui dans le bâtiment fermé. Les anges l’ont choisi pour faire régner l’ordre. Après toutes ces années, certains d’entre eux s’approchent de la porte du tombeau, tendent l’oreille et entendent les paroles silencieuses de la prière.

Jusqu’à présent, personne n’a visité la tombe dans laquelle Bibi-Hanum est enterré. Et c’est la volonté d’Allah ! Pourquoi troubler la paix des dignes croyants ?


¹Le Muezzin (arabe مؤذّن muʾaḏḏin) est le membre de la mosquée chargé de lancer l’appel à la prière, au moins cinq fois par jour, souvent depuis le sommet d’un des minarets de ladite mosquée. Cet appel est purement vocal, et il se distingue ainsi de l’appel juif au moyen d’une corne ou de l’appel chrétien au moyen d’une cloche. De plus, cette manière de faire ne demande aucun intermédiaire technique (même si aujourd’hui, il est relayé par des haut-parleurs).

Share This Article

Vous pouvez également...