Palais et Forteresses du Khorezm - Turkestan Travel
Toprak Kala

Palais et Forteresses du Khorezm

Situé sur la partie inférieure de l’Amou-Daria, le pays occupait une place particulière dans l’histoire ancienne de l’Asie Centrale. Cette terre, qui s’étend au nord jusqu’aux profondeurs de la steppe, s’est séparée de l’Empire Achéménide au IVe siècle avant J.-C., avant les campagnes d’Alexandre le Grand. Durant l’hiver 329-328 avant J.-C., le roi Farasman de Khorezmia est venu voir Alexandre le Grand pour des négociations et lui a proposé une alliance et une amitié. Avec la Gréco-Bactrien et la Parthie, Khoresm était l’un des plus importants centres culturels d’Asie Centrale. Une culture urbaine particulière s’est développée ici très tôt. Séparés de la Gréco-Bactrien et de la Parthie par les sables du désert, les Khorezm étaient hors de portée de leurs rois guerriers. En même temps, les liens de Khorezm avec les tribus nomades du Kazakhstan et de la Sibérie du Sud étaient assez étroits. Le matériel le plus riche sur l’histoire des anciens palais et forteresses du Khorezm a été fourni par les fouilles de Toprak Qal’a, un site archéologique bien connu sur la rive droite du fleuve Amou-Daria. Les fouilles du Toprak Qal’a, commencées dès la fin des années 1930, ont été menées par des chercheurs soviétiques pendant plusieurs décennies.

Dans la seconde moitié du IIIe – début du IVe siècle, Toprak-Qal’a était la résidence du roi khorezmien. D’une superficie de 500 x 350 m, le vaste château était entouré d’un rempart et d’un mur d’enceinte avec des tours. Un large parcours de parade (jusqu’à 10 m) traversait son territoire. Un réseau de rues longitudinales et transversales bien agencées divisait la ville en quartiers réguliers. Dans l’angle nord-ouest se trouvait un énorme palais royal à trois tours construit sur une plate-forme de briques de 12 mètres de haut. C’était une construction qui n’avait aucun équivalent au Khorezm, ou en Asie Centrale. Selon le plan original des constructeurs, le palais était de plan carré, avec des côtés de 80 mètres de long. Un peu plus tard, trois tours carrées, mesurant chacune 40 mètres par 40 mètres, ont été ajoutées au bâtiment principal. Le résultat est une composition extrêmement majestueuse et originale. Des murs extérieurs hauts et vides donnaient à l’ensemble du palais l’apparence d’une forteresse inaccessible et imprenable. Le bâtiment central du palais Toprak-Qal’a abritait un grand nombre de locaux différents – résidentiels, cérémoniels, économiques et auxiliaires – dont certains étaient disposés sur deux étages. Tous ces locaux étaient clairement divisés en plusieurs complexes indépendants à des fins spécifiques, séparés les uns des autres par des murs massifs. Parmi les ruines, les archéologues ont trouvé plus d’une centaine de documents économiques réalisés en écriture araméenne en langue khorezmienne. De nombreuses salles du palais étaient décorées de peintures murales et de sculptures en argile, mais la salle cérémoniale centrale, la Salle des Rois (280 mètres carrés), se distinguait par sa décoration. Le long de ses murs aux couleurs vives se dressaient des statues en argile des souverains khorezmiens, chacune deux fois plus grande que la taille naturelle.

Malheureusement, seuls des fragments de ces sculptures ont survécu. Pas un seul visage parmi les fragments de torses, de bras, de jambes, de têtes n’a survécu. Le fait que ces statues représentaient des rois est confirmé par la découverte de deux couronnes sculpturales connues grâce à des images sur des pièces de monnaie. Chaque roi assis était entouré de figures debout de femmes-reines et de princesses, d’hommes-princes et de nobles et d’enfants proches. Une véritable “galerie de portraits”! De ces portraits sculpturaux, cependant, seules deux têtes très abîmées ont survécu: celle d’une femme (“l’épouse du roi Vasamar”) et celle d’un jeune prince. Malgré les dégâts, le désir du sculpteur de représenter l’individualité des visages représentés est évident dans leur apparence. Non moins intéressante et riche était la décoration du Hall of Warriors. Cette grande salle (environ 60 mètres carrés) était également décorée de sculptures en argile. Cependant, l’agencement et la structure du Hall des guerriers ont complètement répété l’habituel pour le palais de Toprak-Qal’a: l’agencement et la structure des salles de séjour. Cela a conduit les chercheurs à suggérer que le Hall of Warriors servait de chambre à coucher royale. Près de l’un des murs de la “Salle des Soldats” se trouvait un foyer. Dans des niches le long des murs se trouvaient de grandes statues de rois en argile, et dans les espaces intermédiaires, sur des stands spéciaux, des figures de soldats avec des armes à la main.

Une autre antichambre du palais Toprak-Qal’a est appelée par les archéologues la “Salle des masques dansants”. La décoration de cette salle a été consacrée au culte de Dionysos – le dieu grec du vin et du plaisir, populaire non seulement dans l’Antiquité. Les bas-reliefs qui décoraient les murs de la salle représentaient des danses bacchiques. Les danseurs portaient peut-être des masques dionysiaques – lors des fouilles, les archéologues ont trouvé la tête d’une des figures avec une longue barbe noire et des oreilles de chèvre. La Salle des cerfs, relativement petite mais richement décorée, doit son nom aux reliefs en argile avec des figures de daims en train de brouter, qui existaient presque en taille réelle. À en juger par les restes du tableau, les daims étaient bruns et le fond était bleu. Les images de daims ont été complétées par des arbres enveloppés de vigne, les branches de grenadiers. Les plus petites pièces – probablement des salons – étaient décorées de fresques murales colorées. L’une de ces salles a été baptisée “Salle de la harpe” – d’après la photo de la jeune femme à la harpe trouvée là. L’autre salle, le Hall des dames noires et chaudes, appartenait probablement au complexe du harem et était décorée de photos de femmes sur un fond clair, recouvert de cœurs rouges.

Si le palais Toprak-Qal’a peut être considéré avec confiance comme une résidence royale, la raison d’être de l’ancien complexe de corvées de Qoy Qırılg’an Qala n’est pas encore totalement comprise. Ce vaste établissement sur la rive droite de l’Amou-Daria, à 22 km au nord-est de la ville de Karakalpak, à Turtkul, a attiré l’attention des archéologues en 1938. Les premières fouilles à Qoy-Qırılg’an-Qala ont été effectuées par l’expédition à Khorezm. Après la Seconde Guerre mondiale, les fouilles des palais et des forteresses de Khorezm se sont poursuivies et en 1951-1957, le monument a été entièrement fouillé. La structure énigmatique de Qoy Qırılg’an Qala a été construite au IV-IIIe siècle avant J.-C. La première phase d’existence et de fonctionnement a été suivie d’une longue période de désolation jusqu’au début du siècle. Puis la structure a “revécu” et a existé jusqu’au IVe siècle après J.-C. Dans la première phase, l’ensemble de Qoy Qırılg’an Qala était un bâtiment circulaire de deux étages d’un diamètre de 44,4 mètres. Elle était entourée d’un mur de défense avec neuf tours équidistantes les unes des autres. Une des tours avait une entrée avec un système complexe de couloirs menant au deuxième étage du bâtiment central avec la zone ouverte circulaire. Au rez-de-chaussée se trouvaient deux groupes de pièces isolées, chacune comportant quatre pièces. Il est probable que le complexe de Qoy Qırılg’an Qala était associé à des rites funéraires: les pièces du rez-de-chaussée étaient destinées à l’enterrement des restes du roi khorezmien et de sa femme, et le premier étage aux outils funéraires, qui étaient destinés à la crémation. Certains chercheurs pensent que le bâtiment de Qoy Qırılg’an Qala était non seulement une tombe mais aussi un temple dédié au culte d’un roi déifié. Des observations astronomiques ont probablement été faites ici aussi. Les remarquables réalisations de l’astronomie médiévale d’Asie Centrale ont probablement eu leurs origines lointaines dans les observations faites dans des structures telles que le khorezmien Qoy Qırılg’an Qala.

Share This Article

Vous pouvez également...