La légende de Chah e Zindeh - Lieux mystérieux - Turkestan Travel

La légende de Chah e Zindeh

Samarkand – il n’y a aucune autre ville en Orient qui l’égale en beauté. Le meilleur papier du monde est fabriqué à Samarkand. On produit également un papier non artisanal appelé “Juwaz”, qui est fabriqué dans la rivière Siyob, également appelée Obi Rahmat, dans la boue. Une autre production de Samarkand est le tissu cramoisi, qui est exporté dans tous les pays, car on ne trouve ce matériau nulle part dans le monde. La ville offre aux gens du raisin, des melons, des pommes, des grenades et les pêches qui y poussent sont tout simplement dorées. La halva de Samarkand est d’une qualité telle que vous ne la trouverez pas même à Tachkent. Les smoothies de Samarkand décoraient les tables de tous les souverains, de la Chine à Rome.

Dans cette ville et ses environs, on trouve de nombreux monuments et jardins fondés par Amir Temur et Mirzo Ulugbek. Dans la citadelle de Samarkand, l’émir Temur a construit l’immense palais à quatre étages connu sous le nom de “Kök Saray”. La structure d’une hauteur extraordinaire. En outre, dans la ville, près de la porte de fer, il a construit une mosquée Djuma en marbre, que tout le monde appelle “Bibi Honim”. Il a été construit par des maîtres maçons venus d’Inde. Sur un portail de cette mosquée figurait un verset du Coran, “Et voici qu’Ibrohim (Abraham) a posé la première pierre de cette maison avec Ismoil (Ismaël)”, en lettres si grandes qu’on pouvait le lire à huit mille pas de distance. Le bâtiment est également d’une grande hauteur.

L’émir Temur a fondé deux jardins à l’est de Samarcande : le plus proche – “Dilkusho” et le plus éloigné “Bogh-böldi”, à partir duquel une allée ombragée de peupliers a été plantée sur son ordre jusqu’à la porte Turquoise. Un grand palais a également été construit dans le jardin “Dilkusho”, sur les murs duquel a été placée une peinture représentant l’une des batailles indiennes de l’Amir Temur. Au pied de la colline Kuhak, au-dessus du ruisseau Kanigil, appelé Obi-Rahmat, le même souverain a planté le jardin “Nakshi-Jagan”. Lorsque j’y étais, ce jardin avait déjà été détruit et son nom jeté aux oubliettes. En outre, au sud de Samarkand, près de la ville, il a planté un jardin “Boghi Chanor”, et en bas de la capitale des jardins – “Boghi Shamol” et “Boghi-Begisht”.

Le petit-fils de Amir Temur et le fils de Jahongir Mirzo – Muhammad Sultan Mirzo a fait construire une madrasa à l’intérieur des murs de la ville, où la fille de l’émir et tous ses descendants qui ont gouverné Samarkand ont été enterrés. Cependant, tout ce qui restait de cette madrasa était une tombe voûtée avec des passages enterrés dans le donjon. Ces ruines se trouvent à 50 pas de “Gur-Emir” – la tombe d’Amir, au sud, mais elles sont couvertes de maisons de tous les côtés et peu de gens le savent.

Parmi les bâtiments de Mirzo Ulugbek dans la ville se trouvent la Madrasa et le Khanaka, dont le dôme est si énorme qu’on dit qu’il n’a pas d’égal dans le monde. Près de la Madrasa et de la Khanaka, il avait construit un merveilleux bain connu sous le nom de “Hammam de Mirzo”, dont le sol était constellé de pierres précieuses de différentes sortes. On ne sait pas si de tels bains avaient existé au Khorasan ou même à Babylone. Au sud de la madrasa, Mirzo Ulugbek a construit une mosquée “Masjidi Mukatta”, appelée ainsi parce que tous les murs et le plafond de la mosquée sont couverts de pièces de bois individuelles des plus chères, peintes dans le goût des “Suulsi” et dans le style chinois. La direction de la “Qibla” est calculée à l’aide de l’astronomie. Enfin, Mirzo Ulugbek a construit un immense observatoire à trois étages au pied du Kuhak pour la préparation des “tables astronomiques de Guragani”, qui sont actuellement les plus utilisées dans le monde.

Au pied du Kuhak, en direction de l’ouest, Mirzo Ulugbek a aménagé un jardin appelé “Boghi-Maydon”, au milieu duquel il a érigé un bâtiment à deux étages appelé “Chil-Sutun”. Tous les piliers de ce bâtiment sont en pierre et de ses quatre coins s’élèvent des tours avec des passages internes ressemblant à des minarets menant vers le haut. Le dernier étage est un hall ouvert avec une terrasse qui l’entoure.

Sous le règne du sultan Ahmad Mirzo, les jardins ont été aménagés par la noblesse et le jardin du derviche Muhammad Tarkhan a peu d’égaux en matière de pureté de l’air, de décoration intérieure et d’immensité. Il est situé en dessous du jardin Boghi Maydon. Les terrains sont en terrasses et plantés de beaux ormes, cyprès et peupliers.

Au sud de ces fabuleux jardins se trouve le lieu le plus vénéré pour les âmes des défunts. Ce paradis terrestre pour les âmes des défunts est appelé “Chah e Zindeh”, qui signifie “le roi vivant”.

Abbas, qui était l’oncle du Prophète Muhammad (S.A.V) lui-même, a eu des fils de la même femme: Fazil, dont la tombe se trouve à Yarmuk, en Syrie; Abdullah, qui a été enterré à Médine, où le Prophète lui-même s’est rendu pour rencontrer le Tout-Puissant; Qussam, qui a participé aux ablutions du corps du Prophète.

De tous les fils d’Abbas, seul Qussam, tant par son apparence que par son caractère, était très semblable au Prophète de l’Islam. Sous le règne du Khalifa Ali, Qussam fut nommé Hakim dans la ville de Mubarak en Arabie. Sous le règne suivant, il se rendit à Movarounnahr sur ordre du calife Maawiya et succéda au commandant Saghid, le fils du khalife Usman, qui devint le Hakim du Khorasan après Ubaydi Ziya.

Samarcande s’est rendue aux conquérants arabes et ses habitants se sont convertis à l’Islam. Qussam, à la tête d’un petit détachement de soldats arabes, est resté à Samarkand pour renforcer le pouvoir et la foi au sein du peuple conquis.

Il s’installa dans une grotte près de Samarcande, à l’endroit où se trouve aujourd’hui son mazar (tombeau), et commença avec un grand zèle à répandre les vérités d’une nouvelle religion parmi les infidèles. Grâce à la prédication de Qussam, les habitants de Samarkand ont embrassé l’islam et sa grotte est devenue un lieu de rassemblement pour les personnes qui y venaient dans le but de comprendre les vérités divines.

Les sermons de Qussam, le fils d’Abbas, eurent un tel succès qu’il fut bientôt impossible de trouver un seul non-croyant dans tout Movarounnahr. Cette popularité a tellement effrayé les infidèles qu’une nuit, ils se sont aventurés à attaquer Samarkand. En toute discrétion, les Kuffar traversèrent la rivière Kuhak et encerclèrent près de la porte de la ville Ahanin Qussam et un groupe d’orthodoxes qui priaient à ce moment-là à un endroit appelé Banunajiyya.

Une terrible bataille a commencé. Les Kafirs ont attaqué la petite poignée d’orthodoxes comme une tempête de mer. La bataille s’est poursuivie toute la nuit jusqu’au matin. Le sabre de Qussam a brisé les hordes d’ennemis comme un impitoyable coup de foudre. De façon inattendue, Saint Qussam a été renversé en arrière par une flèche tirée d’un arc. La lumière de l’islam est tombée raide morte sur le sol. Les orthodoxes entourèrent le corps de leur maître et combattirent les mécréants jusqu’à ce que Hazrat Jabra’il soulève leurs âmes sur ses ailes et les porte vers les demeures du Prophète (que la paix et la miséricorde soient sur lui à jamais !).

Les mécréants se réjouirent de leur victoire et entourèrent le corps de Qussam, le fils d’Abbas. Ils ont coupé la tête du Qussam mort, espérant la montrer au monde pour prouver la mortalité d’un musulman. Mais soudain, Qussam s’est levé et a arraché sa tête aux ennemis. Il les pressa contre lui de sa main droite, et de la gauche il brandit un fouet et se dirigea vers une grotte. A chaque coup de fouet, une centaine d’infidèles tombaient morts. Puis il se cacha dans sa grotte, qui avait un puits, et dès lors il n’en sortit plus. Les mécréants se précipitèrent après lui dans la grotte, mais la grotte et le puits étaient bloqués par de grosses pierres.

Au dernier moment, avant de s’enfuir dans la grotte, Qussam lança sa massue contre l’entrée de la grotte, d’où sortit un arbre qui n’a pas été arrosé jusqu’à ce jour. Vous pouvez le voir au bout du couloir ouvert du côté est dans le cimetière de Chah e Zindeh. Tous les pèlerins qui se rendent dans le lieu saint se rendent nécessairement à cet arbre merveilleux qui est appelé “darakhti kamchin” (l’arbre du fouet). Selon la croyance des sages, l’arbre a des pouvoirs miraculeux. Si une femme qui ne donne pas naissance à un enfant avale une seule baie de l’arbre, elle donnera naissance à l’enfant du sexe désiré. Les cheikhs de Mazar récoltent ces baies et traitent les femmes musulmanes qui veulent avoir des enfants avec elles.

Une fois, l’émir Temur est revenu d’une longue campagne dans sa capitale Samarkand. La campagne s’est avérée être un événement heureux: Temur a gagné beaucoup de terres, a apporté beaucoup de biens à la capitale. Le souverain se réjouissait d’une campagne réussie et était heureux, mais avant de commencer à célébrer ses victoires, avant de se livrer aux privations et au travail militaire, il voulait faire des “ziarat” (adorations) sur les tombes des saints, dont beaucoup sont enterrés à Samarcande.

Avec une grande suite, ses fils et divers parents, avec une splendeur et une magnificence royales, il a fait le tour des lieux saints, partout il descendait de son cheval et se prosternait. Enfin, Amir Temur s’approcha du puits (grotte) où Qussam ibn Abbas s’était caché des païens. Ici le doute de Temur s’est attaqué à la question de savoir s’il était vrai que Chah e Zindeh, grand et estimé par tous les saints, était encore en vie ? Il se tourna vers ses serviteurs et dit:

-J’ai lu dans les livres historiques et tous savent que Chah e Zindeh s’est caché dans un puits lorsqu’il était poursuivi par les Samarkanders rebelles qui ont renoncé à l’Islam, qu’il est vivant et qu’il s’attarde dans ce puits-caverne. Je voudrais savoir s’il est vrai que Chah e Zindeh n’est pas déjà mort?

Les opérateurs ont répondu:

-Honoré Monsieur, personne ne peut savoir ce qui est caché sauf Allah. Il est impossible de dire si Chah e Zindeh est vivant ou mort à l’heure actuelle sans le voir de ses propres yeux.
Puis un noble a poursuivi:
-Grand Monsieur, j’ai lu dans un livre que Chah e Zindeh restera en prière dans ce puits jusqu’à ce que le prophète Isa (Jésus) revienne sur terre. Alors Qussam, fils d’Abbas, sortira du puits et se montrera au peuple.

Ces paroles ne dissipèrent pas les doutes de Temur, et il commença à être tourmenté par le désir de connaître les choses cachées.

Amir Temur ne s’est jamais arrêté à rien. Aussitôt, il se mit à convoquer de sa suite celui qui souhaitait descendre dans un puits. Il a promis beaucoup de richesses, beaucoup d’honneurs à quiconque livrerait du puits des nouvelles de Chah e Zindeh. Mais aussi tentantes que soient les promesses, on n’a pu trouver personne qui soit prêt à le faire. Tout le monde avait peur de causer des problèmes au saint. Beaucoup pensaient qu’un dragon cracheur de feu gardait son entrée.

L’Amir Temur fut affligé et lui ordonna de proclamer ce qui suit à son armée: “Braves guerriers, n’y a-t-il pas parmi vous un homme courageux qui descendrait dans le puits de Chah e Zindeh et apporterait la nouvelle que le saint est vivant ou mort. Cet homme sera récompensé de façon innombrable, tant par des richesses que par des honneurs.”

Un homme parmi les guerriers, nommé Hida, s’est porté volontaire pour accepter l’offre d’Amir Temur. C’était le guerrier sans peur qui possédait une force énorme. Il a été tenté par les grandes richesses et les honneurs. Il s’est présenté devant l’État et a déclaré qu’il accomplirait le souhait du Seigneur et qu’il descendrait dans le puits. Amir Temur se réjouit et lui dit:

-Hé, Hida, cette affaire difficile, tu es le seul à pouvoir l’accomplir. Je vous souhaite un retour rapide et sûr afin que mon cœur soit libéré des doutes et des ambiguïtés.

Hida attacha une extrémité de la corde autour de sa taille et les guerriers de Temur prirent l’autre extrémité et commencèrent à descendre le casse-cou dans le puits. Beaucoup de temps a passé et plusieurs autres cordes ont été attachées, mais Hida a continué à descendre. Enfin, il a senti le sol sous ses pieds. Il regarde autour de lui et ne voit rien – l’obscurité totale. Hida était un homme intuitif ; il avait vu et entendu beaucoup de choses dans sa vie et était assez sage. Il s’est assis au fond du puits, a fermé les yeux et les a serrés avec ses paumes. Il resta assis dans cette position pendant un certain temps, puis il ouvrit immédiatement les yeux – et vit que l’intérieur du puits était aussi illuminé que la terre par un jour clair.

Hida a regardé autour de lui et a vu une grotte sur un côté du puits. Il entra hardiment dans la grotte et, après avoir parcouru la distance de la vitesse d’une flèche, vit un palais qui ressemblait au trésor de Firidun. Le palais était orné à l’intérieur et à l’extérieur de pierres précieuses qui brûlaient comme le soleil un jour d’été, projetant des rayons de lumière multicolore dans toutes les directions. Le sufa était attaché sur les quatre côtés, et sa façade était recouverte d’or fondu. De chaque côté de celle-ci se trouvait un trône orné de pierres précieuses. Hida s’émerveilla grandement devant la beauté incomparable du palais. Il a voyagé avec Amir Temur, a vu beaucoup de choses curieuses, a entendu beaucoup de choses merveilleuses, mais il ne rêvait pas de ce palais.

Mais il a eu beau attendre, regarder dans toutes les directions, personne n’est sorti, personne n’a été vu. Hida est entré dans le palais, mais il n’y avait personne non plus. Il a marché et marché autour du palais, et finalement il a ouvert une porte et est sorti dans un immense jardin qui était plus beau que n’importe où ailleurs dans le monde. Dans ce jardin, il y avait de vastes vignobles, composés de vignes de toutes sortes, d’arbres et d’arbustes fruitiers et ornementaux de différentes tailles et de toutes les races existantes, de splendides parterres de fleurs avec les fleurs les plus merveilleuses du monde qui s’épanouissaient dans toute leur beauté et leur parfum, de vastes prairies et clairières avec de l’herbe tendre aux couleurs les plus douces et des points de vue étonnants ; de nombreux ruisseaux d’eau de source brillante coulaient à travers le jardin ; des fossés partaient des ruisseaux dans différentes directions. L’eau, en glougloutant, coulait à travers eux dans toutes les parties du jardin, et remplissait d’elle-même, çà et là, des houzes (étangs) situés, plantés de grands ormes, qui donnaient une ombre épaisse et de la fraîcheur. Le fond et les berges des ruisseaux, des fossés et des houzes étaient couverts de grains de corail, d’émeraudes, de jacchons et de rubis de différentes tailles, au lieu de pierres et de sable. Des fruits mûrs pendaient partout sur les arbres. D’innombrables oiseaux merveilleux aux voix agréables et captivantes, aux plumes semblables à des bijoux, remplissaient le jardin. Seuls ou en troupeaux, ils volaient d’arbre en arbre, chantant haut et fort les louanges de Dieu.

Hida a erré pendant un long moment dans le glorieux jardin, oubliant complètement pourquoi il était venu ici. Mais la vue du fruit était si belle qu’il ne put s’empêcher d’y goûter. Mais au moment où il tendait la main vers la branche, il a entendu une voix terrible et tonitruante:

– Hé toi, le fou! Si tu oses prendre quelque chose d’ici, je t’arrache ta ligne de vie, je te fends la tête avec ce bâton!

Hida a tremblé de peur et sa main s’est laissée tomber au sol comme si c’était le cas. Il regarda dans la direction d’où venait la voix et vit un vieil homme d’une taille extraordinaire qui se tenait là avec un énorme bâton dans les mains. Au début, Hida voulait lui poser une question, mais quand il a vu ce monstre, son courage l’a quitté et il s’est enfui, horrifié. Il a couru pendant longtemps jusqu’à ce qu’il atteigne le bout du jardin. Une belle, large et verte prairie s’est ouverte devant lui, sans fin en vue. Il y avait mille deux cents chevaux qui paissaient dans cette prairie. Ils étaient tous équipés de selles d’or piquées de pierres précieuses, et aussi de brides ; mais on ne voyait pas de bergers.

Plus loin, Hida a vu un palais avec une haute terrasse, semblable à celui qu’il avait vu auparavant. En s’approchant, il vit devant le palais une foule de milliers d’hommes, certains vêtus de blanc, d’autres de vert. Au cas où vous douteriez de l’exactitude du nombre de chevaux et d’hommes indiqués, il faut savoir que Hida était indubitablement capable d’estimer la quantité d’hommes et de bétail à vue. Grâce à cette capacité, Amir Temur l’envoyait chaque fois avant la bataille pour connaître le nombre de troupes ennemies. Hida grimpait sur n’importe quelle colline d’où l’on pouvait voir toute l’armée ennemie, puis allait rapporter au roi que le nombre d’ennemis était si important.

Alors que Hida regardait le palais, les chevaux et les hommes, il a remarqué du mouvement et de l’agitation parmi ces derniers. Les hommes en robes blanches et vertes ont commencé à converser entre eux:

-Il semble qu’un étranger soit entré dans la prairie ! Comme si un étranger était tout près?

Et à ce moment-là, Hida vit un vieil homme vêtu d’un tissu blanc brillant, assis sur la terrasse du palais; et à sa droite et à sa gauche se trouvaient deux autres vieillards, également vêtus de vêtements blancs. Tous les trois semblaient converser. Prenant courage, Hida s’est approché respectueusement des gens qui se tenaient autour du palais et a dit:

-Assalamu alaykum!

Après avoir reçu la réponse de bons vœux, il s’est tourné vers l’un d’entre eux avec une question comme celle-ci:

-Taqsir! Qui est ce grand homme qui émet de la lumière et quels sont les noms des deux nobles anciens assis à ses côtés?

L’un d’eux a répondu:

-Sache, ô serviteur d’Allah, que celui qui est assis au milieu est Chah e Zindeh Qussam, le fils d’Abbas (que Dieu soit satisfait d’eux deux !); celui qui est assis à droite est le Prophète Khizir et celui qui est à gauche est le Prophète Ilyas. Les personnes que vous voyez ici sont les âmes des personnes futures et les âmes des personnes justes qui sont mortes – les premières en vêtements blancs, les secondes en vert. Elles (les âmes) se rassemblent toutes ici chaque jour sur l’ordre de Dieu pour adorer et servir Hazrat Chah e Zindeh, puis elles se dispersent dans le monde entier sur ces chevaux que vous voyez à droite et à gauche, à l’est et à l’ouest.

Pendant ce temps, les âmes continuaient à être perturbées par la présence d’un intrus entre elles. Remarquant cela, Chah e Zindeh a voulu connaître la raison de leur agitation. Les esprits ont répondu:

-O, Hazrat! Aujourd’hui, un homme qui ne nous appartient pas est monté dans le puits et est entré ici; c’est un étranger.

Chah e Zindeh s’est mis en colère et a immédiatement ordonné que cet homme soit amené. Avant que Hida ne puisse penser à quoi que ce soit, il s’est retrouvé debout devant le trône. Il a croisé ses mains sur son ventre, la main droite sur la gauche, et en pliant la cuisse en avant, il a dit un salut:

-Assalamu alaykum!
Ce à quoi Chah e Zindeh a répondu:
-Walaykum assalaam!

Chah e Zindeh a lancé un regard furieux à Hida. C’était un homme courageux et intrépide, mais son visage a changé à ce regard, il a tremblé comme une feuille fondue et est tombé à genoux. Chah e Zindeh a incliné sa tête et a pensé. Mais Hida était déjà tombé au sol, tremblant pour sa vie, ni vivant ni mort. Enfin, Hazret releva la tête et s’adressa à lui en ces termes:

-L’esclave d’Allah, tu as commis une impertinence en descendant dans le puits sans invitation et en apparaissant parmi les âmes des hommes vertueux. N’avez-vous pas eu peur de me provoquer avec votre demande? Ne saviez-vous pas que, sur mon ordre, vous pouviez devenir un membre du monde permanent, réduit à une forme primitive, pré-terrestre? – Puis Chah e Zindeh a réfléchi un peu et a ajouté:

Si je fais cela, je me débarrasserai ainsi d’autres casse-cou comme toi, qui pourraient aussi vouloir descendre dans le puits et visiter le royaume des âmes pures par curiosité.

Hida, dans son anxiété, a commencé à s’excuser:
-O, Hazrat ! Ne me punissez pas, je ne suis pas entré dans le puits de mon plein gré. Un grand souverain, Amir Temur, est venu au monde. Il a déjà conquis la moitié de l’univers et veut s’emparer de la terre entière. Il m’a envoyé ici par la force. Comment pourrais-je lui désobéir?

Sur ce, Chah e Zindeh a dit:
-Tu mens, misérable, et tu ne crains pas Dieu. Amir Temur n’a pas ordonné de force que tu sois descendu dans un puits. Votre cupidité vous a amené ici. Vous êtes descendu volontairement dans l’espoir des richesses et des honneurs qu’Amir Temur vous a promis,’ continua Chah e Zindeh après un silence. – Cette fois, je t’accorde la vie et te pardonne ton acte, mais à condition que tu ne révèles rien de ce que tu as vu ici à ton roi ou à quiconque, que tu gardes tout cela secret. Mais si vous ne gardez pas le secret lorsque vous le prononcez, vous serez dans la détresse et la misère, et vous perdrez le plus important des cinq sens de l’homme.

En entendant ces paroles de Chah e Zindeh, Hida pleura amèrement. Ses sanglots et ses gémissements étaient si forts qu’ils faisaient trembler les murs du palais:

Amir Temur me croira-t-il si je ne lui dis pas le secret?” s’écria Hida en désespoir de cause. -Il ordonnera que je sois torturé et tourmenté. Quel sera mon châtiment, ô Hazrat, si je ne parviens pas à supporter la torture et à sauver ma vie en révélant ce que j’ai vu et entendu ici?

-Si tu trahis le secret, si tu n’accomplis pas mon souhait, tu deviendras toi-même aveugle, et tous tes descendants naîtront aveugles. Pensez à la punition et ne trahissez pas le secret.

-O, sage Hazrat! – Hida a prié. – Est-il juste que moi, un pauvre serviteur, j’exécute les ordres du hautain émir et que je sois puni pour cela?

Tais-toi, ingrat! – Chah e Zindeh a crié. – Ce n’est pas à toi, humble esclave, de juger la justice de Dieu. Partez d’ici immédiatement, et pour Amir Temur, pour qu’il ait osé douter que je sois vivant, une telle punition est définie: toutes les terres et les terrains qu’il a gagnés resteront avec lui jusqu’au jour de sa mort, mais il ne sera pas gouverné par la Chine. S’il marche vers la Chine, sa race sera coupée de ceux qui l’accompagnent dans sa dernière campagne de sa vie ! Partez et n’ayez pas peur de me déranger la prochaine fois!

Hida se leva de ses genoux et commença à s’éloigner du palais, courbé, la posture inclinée et les mains jointes devant son ventre, en marmonnant ses remerciements. Puis, sans sentir son corps, il traversa rapidement la pelouse, le jardin, le palais, atteignit la grotte et se retrouva au fond du puits. Il a rapidement noué l’extrémité endommagée de la corde et a commencé à tirer dessus rapidement et avec force, ce qui lui a donné le signal pour être sorti. Il y avait des hommes debout au fond du puits qui attendaient le signal.

Ils ont sorti Hida, ne le reconnaissant pas immédiatement dans le vieil homme décharné, hirsute, aux cheveux gris. Ils l’emmenèrent immédiatement chez Amir Temur, qui attendait anxieusement des nouvelles de Chah e Zindeh. Hida se jeta à terre devant le roi et l’embrassa. Le roi vit sur son visage qu’il lui était arrivé quelque chose d’extraordinaire, et il dit:

-Dis-moi, Hida, qu’as-tu vu dans le puits? Chah e Zindeh est-il vivant ou non?

-Grand monsieur, je suis descendu au fond du puits, mais je n’y ai rien vu,” commença Hida en mentant et en tournant. – Car il n’y a rien là et Chah e Zindeh n’est pas là.

Amir Temur s’est mis très en colère à ces mots et a commencé à crier fort sur Hida:
-Toi, vermisseau mortel, tu es couché devant ton souverain! Tous les hommes savent que Chah e Zindeh est dans le puits; c’est écrit à ce sujet dans les livres les plus sages, et vous dites qu’il n’y est pas ! Dis-moi vite ce que tu as vu, ou je te torturerai et ordonnerai ensuite que tu sois tué.

-Que puis-je vous dire, monsieur, si je n’ai rien vu? – Hida a poursuivi son argumentation.

Puis l’Amir Temur a fait signe à ses serviteurs d’appeler les bourreaux. En un instant, ils arrivèrent, se prosternèrent devant le trône du roi et déclarèrent respectueusement qu’ils étaient prêts à servir le roi et à faire tout ce qu’il ordonnait. Un Temur enragé a ordonné l’exécution de Hida. L’un des bourreaux est sorti, a saisi la poignée de son épée, l’a rapidement dégainée, a baissé la tête de Hida et a fait pivoter l’épée en grand pour un seul coup afin de séparer l’âme du corps. Alors Hida a su combien la vie était douce:

-Arrête, bourreau! J’ai un mot à dire au roi ! – a-t-il crié en désespoir de cause.

Le bourreau s’est arrêté.
-Grand monsieur, si je trahis le secret de Chah e Zindeh, je vais sûrement perdre la vue. De plus, tous mes descendants naîtront aveugles. – O Seigneur, je vous ai servi longtemps et avec diligence. J’espère que vous ne me souhaiterez pas ce terrible malheur, ni que je sois aveugle et que ma progéniture le soit, car je connais le secret du Chah e Zindeh.

Mais Temur a répondu:
– Mes décisions ne seront pas annulées. Je désire tellement connaître le secret de Chah e Zindeh que vos craintes ne m’arrêteront pas. Mais si vous devenez aveugle et que votre progéniture naît aveugle, je subviendrai à vos besoins : je vous construirai à Samarcande une madrasa dans les cellules de laquelle vous vivrez et étudierez le Coran. J’appellerai cette Madrasah “Madrasah des aveugles”, je vous ferai un jardin que j’appellerai “Jardin de Hida”, je vous doterai d’un riche Waqf. Vous montez sur un cheval et vous vous rendez à l’endroit que vous préférez. Quelle que soit la quantité de terre que vous arpenterez là-bas, en un jour, elle sera entièrement défrichée pour vous et vos descendants. En outre, je vais convertir en waqf douze rangées de magasins dans le bazar de Samarkand.

Volontairement, Hida a dû accepter l’offre de Temur. Une fois rentré chez lui, il commença à réfléchir à l’endroit qu’il devrait choisir le plus avantageusement pour sa prochaine excursion. De toutes les possessions de Temur, il aimait la terre de Samarkand plus que toute autre. S’arrêtant à Samarkand Viloyat, il se mit à réfléchir : “Il n’y a pas assez d’eau dans la brume d’Angora parce que le Dargom aryk érode souvent le barrage de Zaravshan et qu’il n’y a pas assez d’eau au bon moment. Ce n’est pas pour rien qu’il existe un dicton : “Si tu ne veux pas te faire du mal, ne passe pas par Dargom”. Avec une telle terre, ce sera difficile pour mes descendants. La terre de Sugud est fertile, mais la rivière Zarafshan est parfois en crue – il est difficile de se déplacer, de plus, cette région est connue pour sa boue – c’est un supplice de marcher et de voyager dessus. De plus, cette zone est caractérisée par la boue – c’est un calvaire de marcher et de voyager dessus.

Finalement, il a trouvé que les terres du Shaudor étaient les meilleures et les plus favorables: Ils étaient proches de la ville, le terrain était sec et plat, les cultures étaient bonnes et l’eau ne manquait pas.

Le Muazzin n’avait pas encore appelé l’invocation pour Bam-dood, mais Hida avait déjà sellé son cheval à Ak-tepe, d’où il avait l’intention de commencer son circuit. Il avait un cheval de course qui était toujours gagnant dans le Köpkari et la Poyga. Dès que le soleil s’est levé derrière les montagnes de Penjikent, Hida se précipitait déjà comme un faucon vers les montagnes de Kara-Tube, élargissant le cercle. Son cheval galopait légèrement, sautant par-dessus les fossés d’irrigation et les nids de poule, puis bondissant ou se cachant un instant dans la gorge. Le vent siffle à ses oreilles, joue avec son manteau de soie, et Hida continue de regarder le soleil. Chose étonnante : il lui semble que le soleil se lève vite aujourd’hui, mais que le cheval ne roule pas assez vite. Chagrin mène Hida au cheval. De toute sa force, il le fouette, avec de larges balayages de ses jambes, il lui bat le ventre.

Ce n’est qu’à midi que Hida galope vers Kara-tepe, ayant déjà conquis une bonne partie du terrain. Son cheval courait déjà par bonds brusques et sporadiques, comme une outarde en pleine ascension, puis s’en allait, se balançant d’un côté à l’autre, couvert d’écume, respirant lourdement….. Hida avait mis trop de foi dans la puissance du cheval et était trop gourmand. Greed a fermé les yeux et a assombri son esprit. Hida a atteint Agalyk et a remis le cheval à Chungul. C’était à peu près l’heure du Namaz “Asr”. Le cheval épuisé pouvait à peine bouger ses jambes et n’augmentait pas son allure à cause des coups de fouet cruels. Finalement, le cheval a titubé, n’a plus pu se tenir sur ses pieds, est tombé et n’a pas pu se relever.

Hida regarda le soleil – il avait déjà commencé à prendre une couleur ardente et il n’était plus douloureux de le regarder. Il a jeté son cheval et s’est mis à courir. Il a couru et couru, traversant le pont Chor-Minor sur Dargom, commençant à haleter de fatigue et passant de la course à la marche. Il a jeté sa robe et sa chemise, ses bottes sont parties depuis longtemps. Haletant, il regarda une fois de plus le soleil – il était sur le point de disparaître…..

D’où vient cet élan – il s’est remis à courir, et a couru jusqu’à ce qu’il tombe. Mais l’avidité ne l’a pas quitté: il a plongé, balançant aussi loin qu’il le pouvait un fouet qu’il avait par hasard à la main, et l’a lancé en avant pour saisir un autre morceau de terre. Le village de Kamchinon a été fondé à l’endroit où le fouet est tombé, et son nom est dérivé du mot “kamchin” (le fouet).

Hida apparut alors à l’émir Temur, qui lui ordonna de commencer immédiatement une histoire. Hida a raconté en détail tout ce qu’il a vu et entendu, n’ajoutant rien de lui-même et ne cachant rien. Il termine son récit au moment où deux grosses larmes noires s’échappent de ses yeux et qu’il devient immédiatement aveugle. Tous ont été étonnés de ce miracle.

Depuis lors, les descendants de Hida sont nés aveugles – cela est connu à Samarkand. Amir Temur a tenu sa promesse: Il a construit une madrasa à Samarkand où vivent encore aujourd’hui des aveugles, pour la plupart des descendants de Hida. Aucune trace du jardin de Hida n’est restée de nos jours, et les sakufs légués par Temur en faveur des descendants de Hida ont été perdus en majorité, car depuis lors il y a eu de nombreuses invasions désagréables de Samarcande, de nombreuses générations de personnes y ont été remplacées, et même plusieurs révoltes internes se sont produites.

La punition prédite à l’Amir Temur s’est réalisée. Il a déjà conquis le monde entier, seul le royaume de Chine ne lui était pas soumis et il voulait le conquérir aussi. L’orgueil s’empare du grand Amir Temur et il oublie la prédiction de Chah e Zindeh.

Amir Temur rassembla une grande armée, si grande qu’on ne pouvait la compter, qu’on ne pouvait la voir d’un bout à l’autre. Personne n’a douté de sa victoire. L’armée s’est mise en marche. Qu’est-ce qui pourrait lui résister, qu’est-ce qui pourrait lui barrer la route ? Est-il possible de bloquer le passage de la tempête ou de retenir les eaux de la rivière Syrdarya?

Amir Temur a emmené avec lui dans cette grande campagne tous ses fils et petits-fils – princes vénérables. Cette victoire devait immortaliser leurs noms à jamais. L’empereur chinois était terrifié lorsqu’il a appris que l’invincible Temur venait pour lui. Il décida de céder tout son empire à Temur sans bataille afin de ne pas verser du sang en vain, et lui envoya des ambassadeurs avec de riches cadeaux.

Mais juste à ce moment-là, Amir Temur est mort soudainement. Même les dirigeants et les rois invincibles sont impuissants face à la mort et au dessein de Dieu ! Les troupes d’Amir Temur se sont dispersées et tous ses descendants ont disparu dans la nuit des temps, les gens sont allés se recueillir au saint Chah e Zindeh et continuent à le faire jusqu’à ce jour…..

Share This Article

Vous pouvez également...